Pigiste à l'étranger

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
sebduval
Messages : 0
Inscription : 20 avr. 2009, 14:06
Contact :

Pigiste à l'étranger

Message non lu par sebduval » 11 mars 2010, 11:00

Bonjour,

Ca fait quelques temps maintenant que je suis les échanges de ce forum pour glaner quelques infos et méthodes de travail, moi qui débute dans la pige. Mais aucun sujet n’a encore abordé la situation dans laquelle je me trouve actuellement : pigiste à l’étranger.

Je suis passé par une des écoles de journalisme dites « reconnues », mais réalise aujourd’hui à quel point on nous y prépare mal – voire pas du tout – au monde de la pige. Alors, au risque d’apparaître un peu naïf aux yeux des vieux routards de la spécialité, j’aurais aimé avoir quelques conseils (ou témoignages de pigistes expatriés) sur les meilleures façons de « fidéliser » une publication.

Je suis conscient que toute bonne pige débute par un bon sujet. Je n’en manque pas où je me trouve, travaille mes synopsis avec soin, mais me demande s’il faut joindre un CV à la proposition ? J’ai l’impression – quelle que soit la qualité du sujet soumis – que mes interlocuteurs sont méfiants quand ils ne connaissent pas mon pedigree. « C’est qui ce jeune guignol à l’autre bout du monde qui essaie de me vendre un papier ? »

Quelques lignes sur votre expérience professionnelles suffisent-elles à contourner cette méfiance ?

Autre question : faut-il absolument avoir un sujet précis pour rentrer en contact avec une publication ? Je m’explique. J’arrive à vendre quelques papiers sur des sujets assez spécifiques, mais c’est souvent du « one shot ». J’aimerais avoir des revenus plus réguliers sans devoir tous les deux jours passer mes nuits au téléphone (avec le décalage horaire il faut que je contacte la France en pleine nuit) pour relancer les canards qui ne répondent pas à leurs emails. Presque tous, remarque. Contacter une publication en lui disant « je suis basé dans tel pays, je peux vous faire des papiers sur tels ou tels sujets etc… » serait-il judicieux ou faut-il absolument faire ses preuves sur un premier papier pour avoir ensuite des contacts plus réguliers derrière ? Et combien temps ça peut prendre ?

Désolé pour toutes ces questions existentielles, mais j’ai refusé deux CDI dans la PQR en France pour aller au bout de mes convictions (devenir correspondant permanent à l’étranger), et je voudrais être sûr d’avoir fait le bon choix, surtout quand je lis les messages de ce forum sur la situation actuelle au pays…
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: Pigiste à l'étranger

Message non lu par cilou » 11 mars 2010, 11:30

sebduval a écrit :Je suis conscient que toute bonne pige débute par un bon sujet. Je n’en manque pas où je me trouve, travaille mes synopsis avec soin, mais me demande s’il faut joindre un CV à la proposition ? J’ai l’impression – quelle que soit la qualité du sujet soumis – que mes interlocuteurs sont méfiants quand ils ne connaissent pas mon pedigree. « C’est qui ce jeune guignol à l’autre bout du monde qui essaie de me vendre un papier ? »
Je ne sais pas. A mon avis, l'important n'est pas tant tes études que ton expérience de journalisme (si possible dans des journaux du même type que celui que tu vises dans ton mail). Alors CV ou quelques mots dans ton mail pour dire ton expérience.
De toute façon, un canard reste méfiant tant qu'il n'a pas travaillé avec toi. Ceux que je connais testent d'abord les journalistes sur des sujets courts (actus), puis si l'essai est concluant, sur des articles plus longs. Donc il ne faut pas débarquer en proposant un sujet de 4 pages, sauf si tu es un journaliste hyper reconnu.
Autre question : faut-il absolument avoir un sujet précis pour rentrer en contact avec une publication ? Je m’explique. J’arrive à vendre quelques papiers sur des sujets assez spécifiques, mais c’est souvent du « one shot ».
Je pense que c'est le plus efficace. Mais c'est en fait une façon de "ferrer" le journal, le but étant après d'avoir une collaboration régulière, qui peut être un mélange de sujets proposés par toi et de sujets qu'ils te commandent. De toute façon, il faut toujours rester force de proposition.
Contacter une publication en lui disant « je suis basé dans tel pays, je peux vous faire des papiers sur tels ou tels sujets etc… » serait-il judicieux ou faut-il absolument faire ses preuves sur un premier papier pour avoir ensuite des contacts plus réguliers derrière ? Et combien temps ça peut prendre ?
Je dirais un premier contact avec quelques idées de sujet précis, puis leur expliquer que, plus généralement, tu peux faire des papiers sur tel ou tel domaine.

Sinon, on fidélisera en étant irréprochable (sur la qualité des papiers, et plus encore sur les dates de rendu), en se rappelant régulièrement à leur bon souvenir par de nouvelles idées de sujet, en passant les voir quand c'est possible (bon, pour toi, c'est un peu râpé), en téléphonant régulièrement (on se souvient mieux d'un visage que d'une voix, et mieux d'une voix que d'un mail),etc.
Certains journaux fidélisent peu leurs pigistes, ils préfèrent avoir une armée de petites mains sans trop de lien avec le journal. D'autres au contraire apprécient les pigistes réguliers qui connaissent très bien le canard. Si vraiment un journal, malgré tous tes efforts, ne t'accepte qu'un sujet sur 10 proposés, va voir ailleurs.
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: Pigiste à l'étranger

Message non lu par cilou » 11 mars 2010, 11:31

Autre solution, bien sûr, vendre le même sujet sous des angles différents, et rédigés différemment, à plusieurs journaux non concurrents. Ne pas hésiter notamment à contacter la presse spécialisée, voire la presse pro, en plus de la presse généraliste.
sebduval
Messages : 0
Inscription : 20 avr. 2009, 14:06
Contact :

Re: Pigiste à l'étranger

Message non lu par sebduval » 12 mars 2010, 00:11

Merci pour ces conseils Cilou. Comme je travaille tout seul dans un "bureau" improvisé dans un coin de mon salon c'est toujours utile d'avoir un regard extérieur pour être certain d'aller dans la bonne direction.

Et bonne nouvelle : un mag m'a donné le feu vert pour deux papiers aujourd"hui
! Le début d'une longue série j'espère.
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: Pigiste à l'étranger

Message non lu par cilou » 12 mars 2010, 08:53

Une première pige, il faut bien sûr la peaufiner encore plus que d'habitude, pour montrer son meilleur visage au rédac'chef.
Mon conseil : étudie bien à fond le journal, pour s'imprégner de son style. C'est toujours difficile de se couler dans le style d'un journal. Et quand je dis style, je ne dis pas tant la manière de rédiger que le ton général (sérieux ou léger, informatif ou opinion, grand public ou spécialisé, ...)
rrico
Messages : 8
Inscription : 22 juil. 2005, 12:44
Contact :

Re: Pigiste à l'étranger

Message non lu par rrico » 12 mars 2010, 09:19

Hello sebduval,

Tu devrais peut-être également trouver des collègues via l'ambassade de France dans le pays où tu es basé, ça t'aiderait à être moins seul... De cette manière, tu pourras également connaître les correspondances déjà prises - et donc pas besoin de s'échiner à leur vendre des sujets - et les autres.

Mon conseil: vise aussi la PQR, qui n'a pas forcément de gros moyens côté actu internationale mais qui peut prendre des sujets
cfandos
Messages : 27
Inscription : 06 sept. 2006, 17:05
Contact :

Re: Pigiste à l'étranger

Message non lu par cfandos » 26 juin 2011, 20:31

Me préparant moi aussi à vivoter de piges à l'étranger, en l'occurrence au Texas où je vais suivre mon conjoint (même si on n'est pas à l'abri de trouver des piges régulières !) je me demande à quel point il est possible de combiner un job alimentaire avec un travail rédactionnel. Je ne prévois pas de refaire Le quai de Ouistreham version agricole et tex-mex, mais s'il faut passer ses nuits pendues au téléphone avec les red chefs français, peut-on se lever faire un job non-journalistique ou un reportage le lendemain matin ? Bref, peut-on s'en sortir en tant que pigiste à l'étranger ?
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »