(bien) vivre de ses piges ??

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
egery
Messages : 69
Inscription : 09 déc. 2009, 17:44
Contact :

(bien) vivre de ses piges ??

Message non lu par egery » 09 août 2010, 10:23

Bonjour
je suis journaliste et pendant 8 ans salariée sous contrat dans plusieurs supports de presse. Là depuis 6 mois je ne trouve pas d'autres postes ( comme beaucoup d'autres confrères) et on m'a conseillé de faire des piges pour rester dans le circuit. On m'en a déjà proposé et je connais "un peu" les conditions à demander (piges au moins 60-70 e brut par feuillet, être payé en fiche de salaire etc...) mais je me demandais comment les pigistes à plein temps s'en sortaient ?
Juste pour avoir une idée quel est votre rythme de travail mensuel? Combien gagnez-vous par mois en moyenne ? Rencontrez-vous régulièrement vos employeurs ou gérez vous tout par mail et tel? Quels sont les pièges à éviter ? Combien de temps après avoir rendu le papier êtes-vous payé ?? Est-ce plus compliqué de décrocher des accréditations pour de grands évènements à couvrir ?? Et pour avoir un logement ou un prêt bancaire ?? etc...
J'ai acheté le guide de la pige mais là je cherchais plutôt à avoir des témoignages, des expériences vécues pour me faire mieux une idée.
Mille Merci !!!
graindesel
Messages : 16
Inscription : 25 nov. 2008, 12:39
Contact :

Re: (bien) vivre de ses piges ??

Message non lu par graindesel » 09 août 2010, 17:27

Bonjour Egery,


Voilà un témoignage un rien désabusé puisque je vais te parler au passé au vu de ma situation actuelle (cf post "diminution/disparition des piges").

Je travaillais donc pour un hebdo spécialisé et divers autres hors-série du même titre. J'ai commencé à piger un peu et puis franchement régulièrement (le rédacteur en chef adjoint lors d'un premier entretien m'avait dit qu'un journaliste collaborant était "formé à l'esprit du journal et pouvait y faire toute sa carrière"). D'ailleurs la rédaction de la partie principale du journal repose seulement sur 3 pigistes régulières, dont je fais(ais) partie ; les 2 autres personnes collaborent depuis au moins 15 ans. Ils ont bien embauché un rédacteur intégré (un ancien SR qui ne connaît absolument pas le domaine de spécialisation du journal) mais il ne signe des articles qu'épisodiquement. je n'ai rencontré mes collègues (SR, iconographe...) qu'au bout de 5 ans de mails et tel... parce que moi, j'ai décidé d'aller les rencontrer. je crois que la politique du journal est de faire en sorte que les "collaborateurs extérieurs" ne se rencontrent jamais. Et nous ne sommes absolument pas bienvenus en conférences de rédaction (je pense d'ailleurs que celles-ci se font entre 2-3 personnes, d'une façon non fixée à l'avance). Chaque fois que j'ai proposé des sujets, ils ont été rejetés en raison d'un manque d'icono... pour réapparaître sous la signature d'une collègue, parfois, quelques années après.

Les articles me sont commandés : après que j'ai accepté, au téléphone de me charger d'un papier, je reçois une lettre de commande extrêmement détaillée. Entre ce qui m'était dit au téléphone et ce que la commande révèle, il y a souvent de grands écarts. Dès lors, tout l'enjeu est de détourner la lettre de commande sans que cela se voit. Il semble qu'à ce jeu, j'ai été moins fine ces derniers mois (il y a eu changement de SR) : les "modifications" que je proposais m'ont régulièrement été refusées et une collègue m'a officieusement dit que certainement ma "critique" des commandes est pour beaucoup dans l'arrêt de celles-ci.

Les tarifs pratiqués sont de 53,5 € (je crois me souvenir) le feuillet sans carte de presse et 63€ avec CP. Paiement un mois après la publication pour les articles de l'hebdo, à la fin du mois pour les trimestriels et les hors-série. Difficile d'évaluer le volume de travail : j'avais quelques semaines vides et d'autres où j'étais surchargée. D'autant que je ne me suis jamais sentie autorisée à refuser aucun des articles commandés.
Avant que les piges diminuent brutalement, au bout de 7 ans de collaboration régulière, j'avais un salaire moyen de 2000 € par mois environ, avec d'énormes variations (un mois à 200 ans suivi d'un autre à 3000). Je n'ai donc pas recherché à piger pour d'autres titres : outre que le nombre de titres dans ma spécialisation est restreint (et qu'à leurs yeux je suis clairement étiquetée comme appartenant à mon journal), et que je n'en avais ni la capacité intellectuelle ni l'envie, ce salaire me suffisait pour vivre. En province, en pleine campagne, avec un compagnon à salaire également irrégulier et une enfant à charge. Important pour moi : ce salaire et cette collaboration régulière me permettaient de poursuivre ma vie associative très dense et à laquelle je tiens absolument.

Bref, pour répondre au titre de ton post : oui j'ai bien vécu de mes piges. j'ai été une pigiste heureuse et chanceuse.
egery
Messages : 69
Inscription : 09 déc. 2009, 17:44
Contact :

Re: (bien) vivre de ses piges ??

Message non lu par egery » 09 août 2010, 19:15

merci bcp pour ton témoignage ! J'imaginais ça un peu comme tu me l'as décris. Le souci c qu'on est encore plus dépendant de la bonne volonté du rédac chef qu'en cas de poste fixe à la rédaction...Quand tu dis 2000e ct net ou brut ?
merci !!
graindesel
Messages : 16
Inscription : 25 nov. 2008, 12:39
Contact :

Re: (bien) vivre de ses piges ??

Message non lu par graindesel » 09 août 2010, 19:58

C'était net. Je ne sais pas ce qu'en pensent mes collègues de ce forum?
C'est sur : il faut savoir tisser des liens avec le rédac chef et la rédaction dans son ensemble. Et c'est totalement aléatoire
Je ne rêve même pas d'avoir un poste fixe et trouve que j'ai eu de la chance d'avoir pu devenir collaboratrice régulière. Dans mon domaine, cela ne semble plus être possible. Si les autres rédactions accueillent volontiers les propositions d'articles ce n'est que ponctuellement, justement pour éviter d'avoir des collaborations régulières.
Maintenant, je continue à croire qu'il m'est possible de continuer à poursuivre ce métier que j'aime. Quitte à faire des travaux rédactionnels en auto-entrepreneur : pas en journalisme bien sur mais pour des organismes qui ne sont pas de presse.
Peut-être que cela m'est plus facile parce que j'écris dans un domaine spécialisé dans lequel j'ai la formation, l'expérience et la pratique adéquate.
Toi même egery, tu travaillais à un poste fixe en info générale ?
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Re: (bien) vivre de ses piges ??

Message non lu par archaud » 10 août 2010, 08:47

Quant à moi, qui ai la petite quarantaine, le choix d'être payé à la pige relève de ma propre volonté. Et ce pour deux raisons : 1 - travailler pour plusieurs publications permet de ne pas s'enfermer mentalement dans un type de sujets unique ; 2 - crise oblige, la presse licencie beaucoup hélas ; se diversifier, a contrario, offre l'avantage de réduire la probabilité de se retrouver sans rien, du jour au lendemain.

Naturellement, si, actuellement, je vis bien de la pige, avec un salaire moyen correspondant à celui d'un cadre moyen, c'est que je collabore à des titres nationaux, qui ont les reins solides, paient plutôt très correctement, et dans les règles de l'art. Evidemment, les opportunités ne sont pas nombreuses, de travailler avec des titres prestigieux ; j'ai, comme tout le monde, connu des périodes de vaches maigres ; connu la désillusion de titres qui s'arrêtaient du jour au lendemain ; connu les paiements en droits d'auteur, en toute illégalité ; et mes lendemains ne sont pas plus assurés que ceux d'un journaliste permanent. Ou que ceux de n'importe quel salarié, quel que soit le secteur d'activité.

Un conseil : éviter de trop vous spécialiser. A tout le moins, parallèlement à votre spécialité, tentez de développer d'autres centres d'intérêt journalistique ; cela multipliera d'autant vos chances.
egery
Messages : 69
Inscription : 09 déc. 2009, 17:44
Contact :

Re: (bien) vivre de ses piges ??

Message non lu par egery » 10 août 2010, 10:52

Merci de vos témoignages ! Si d'autres pigistes veulent aussi partager leurs expériences ...
Perso j'ai 30 ans et 8 ans d'expériences journalistiques. 4 en presse locale en tant que correspondante et remplacements de chefs de rédaction et 4 en tant que journaliste salariée d'une agence de presse. J'y ai fini rédactrice en chef adjointe pour un magazine familial mais la boîte ne payait plus vraiment les salaires avec la crise... Mon + c'est que j'ai de multiples spécialités : culture, high tech, forme/santé, société, cuisine, déco, mode, beauté et un peu d'économie et de psycho... Et que je me lance dans le web. Comme pour le moment le marché me semble vraiment difficile pour décrocher des postes fixes je vais tenter les piges !! Ca me rassure que vous en viviez bien. Mais pour les banques (prêt), retraite ou encore location d'appartement avez-vous connu des difficultés ???
merci !!!
graindesel
Messages : 16
Inscription : 25 nov. 2008, 12:39
Contact :

Re: (bien) vivre de ses piges ??

Message non lu par graindesel » 10 août 2010, 11:06

La dernière fois que j'ai du aller voir mon banquier (contrainte et obligée), nous avons longuement parlé de ma situation de pigiste, ses variations ; il a été rassuré par ma situation de collaboratrice régulière et considéré que j'étais suffisamment solvable pour racheter un prêt que j'avais contracté ailleurs et pour en faire de nouveaux dans sa banque à lui. Mais bien sur, les conseillers passent... et le boulot est à recommencer.

Il y 4 ans, j'ai été hospitalisée et j' ai eu un arrêt maladie de 1 mois. La caisse d'assurance maladie locale ne savait pas où me caser et a considéré que je me situais entre travailleuse saisonnière et intermittente du spectacle. Ce n'était pourtant pas faute d'avoir dit et redit que j'étais journaliste (il doit bien y avoir un code Rome) rémunérée à la pige mais rien n'y a fait.
egery
Messages : 69
Inscription : 09 déc. 2009, 17:44
Contact :

Re: (bien) vivre de ses piges ??

Message non lu par egery » 10 août 2010, 11:09

Merci pour toutes ces infos !! C vrai que je n'avais pas pensé au médical et pourtant c très important !!!
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Re: (bien) vivre de ses piges ??

Message non lu par archaud » 10 août 2010, 12:54

Exact, à propos des prêts bancaires. Etre payé à la pige ou être intermittent du spectacle, et même si vous gagnez une bonne moyenne, sans contrat à durée indéterminée, quoiqu'un pigiste régulier soit en contrat à durée indéterminée de fait, ce n'est pas évident d'en décrocher un.

Ce qui me fait penser que, pour un être un journaliste payé à la pige heureux, outre de travailler pour des titres "sérieux" ayant pignon sur rue, et ce d'une manière très régulière, cela dépend de sa situation personnelle. Dans mon cas, j'étais déjà propriétaire de mon bien immobilier. Et n'ai pas de projets à moyen terme qui nécessiteront que je fasse appel à un prêt bancaire.
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »