Quelle maison d'édition pour quel écrit ?

Espace Edition : comment éditer un livre ? Auteur, ca paye ? Quelles maisons d'édition approcher ? ...
lenantais
Messages : 29
Inscription : 09 avr. 2009, 08:44
Contact :

Quelle maison d'édition pour quel écrit ?

Message non lu par lenantais » 09 avr. 2009, 21:35

Quel auteur n'a jamais reçu la fameuse lettre type qui précise que sa magnifique oeuvre ne correspond pas à la ligne éditoriale de la maison. En règle générale, la lettre se termine par des encouragements pour la future recherche d'un éditeur (sic) !

Certes, on peut tout à fait comprendre que les maisons d'édition n'ont pas vocation à servir de comité de correction pour les écrits qu'elles reçoivent et qu'elles ne peuvent donc, par conséquent, adresser une lettre personnalisée à tous les auteurs. On peut aussi comprendre que ces mêmes maisons croulent sous les manuscrits, la plupart ne correspondant d'ailleurs pas à ladite ligne éditoriale. Néanmoins, et ceci afin de faciliter le travail de tout le monde, les maisons d'éditions ne peuvent-elles pas tout simplement expliciter ce qu'elles éditent sur leur propre site ? Pourquoi ne pas mettre tout simplement une petite phrase du genre "Nous éditons des contes, des romans de fiction et des essais sur l'informatique" ? Serait-ce si compliqué ?
Il est évident qu'un auteur ne peut se permettre de lire plusieurs bouquins de chaque éditeur pour mieux cibler son envoi (c'est pourtant ce qui est parfois demandé ! Revenons sur terre !).
Allez, un effort, chers éditeurs ! Tout le monde sera gagnant !

Petit test pour le fun : quelle est la ligne éditoriale de l'éditeur 10/18 par exemple ?
Photographe17

Re: Quelle maison d'édition pour quel écrit ?

Message non lu par Photographe17 » 10 avr. 2009, 15:23

lenantais a écrit : les maisons d'éditions ne peuvent-elles pas tout simplement expliciter ce qu'elles éditent sur leur propre site ? Pourquoi ne pas mettre tout simplement une petite phrase du genre "Nous éditons des contes, des romans de fiction et des essais sur l'informatique" ? Serait-ce si compliqué ?
Bonjour,

Mais ils, oups ! Elles le font !

Il suffit de parcourir leurs sites et, mieux encore, de commander leurs catalogues ou de feuilleter leurs ouvrages dans des librairies (ou dérivés) pour avoir une assez bonne idée de ce qu'elles font.

Non ?

Au pire, certains catalogue permettent déjà de faire un "tri" en indiquant leurs collections, pas forcément mis à jour....
lenantais
Messages : 29
Inscription : 09 avr. 2009, 08:44
Contact :

Message non lu par lenantais » 10 avr. 2009, 21:25

A mon avis, elle ne le font pas (mais ce n'est que mon avis !). Pire que ça, j'ai même pris la peine d'envoyer un mail à certaines d'entre elles dernièrement, ceci afin de limiter les envois de manuscrits aux plus pertinentes. Curieusement, la plupart m'ont répondu, ce qui était déjà une belle surprise. Une minorité m'a répondu oui ou non immédiatement. Mais une large majorité m'a écrit un truc du genre : "il nous est difficile de nous prononcer sans avoir lu l'intégralité d'un écrit" ! Hors, il s'agit d'un conte de Noël tout public ! Il ne me semble pourtant pas compliqué de dire si oui ou non la maison d'édition est succeptible d'éditer un conte de Noël tout public ! Avec de telles réponses, les maisons d'édition peuvent difficilement se réfugier derrière la quantité de manuscrits reçus pour expliquer les délais parfois énormes avant de recevoir une réponse. J'ai eu beau parcourir depuis quelques années les sites de petites et grandes maisons d'édition, je suis rarement tombé sur "Nous éditons tel ou tel type de littérature". Pourtant, il serait si simple d'expliciter sur la page consacrée aux envois de manuscrits la littérature attendue. Mais les éditeurs, ne craindraient-ils pas de louper quelques opportunités en faisant cela ?
On peut effectivement tenter de deviner la ligne éditoriale de chaque maison d'édition en parcourant le site internet qui leur sert de vitrine ou, si on en a le temps, en feuilletant quelques oeuvres. Mais pour détourner une expression vue dans un autre fil : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? :?
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 12 mai 2009, 03:54

lenantais a écrit :Hors, il s'agit d'un conte de Noël tout public !

Mais pour détourner une expression vue dans un autre fil : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Par exemple, pourquoi écrire correctement or alors que l'on peut, de façon compliquée (et fautive) écrire hors ?
lenantais
Messages : 29
Inscription : 09 avr. 2009, 08:44
Contact :

Message non lu par lenantais » 12 mai 2009, 10:20

coco47 a écrit :
lenantais a écrit :Hors, il s'agit d'un conte de Noël tout public !

Mais pour détourner une expression vue dans un autre fil : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Par exemple, pourquoi écrire correctement or alors que l'on peut, de façon compliquée (et fautive) écrire hors ?
Coco47 : 1 point
Lenantais : 0 point !

Mais j'espère quand même que tu n'as pas retenu que ça de mon intervention ! :wink:
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 13 mai 2009, 04:04

lenantais a écrit :Mais j'espère quand même que tu n'as pas retenu que ça de mon intervention ! :wink:
Bien sûr que non, mais je ne sais quoi te conseiller. Bon courage !
lenantais
Messages : 29
Inscription : 09 avr. 2009, 08:44
Contact :

Message non lu par lenantais » 13 mai 2009, 17:21

coco47 a écrit :
lenantais a écrit :Mais j'espère quand même que tu n'as pas retenu que ça de mon intervention ! :wink:
Bien sûr que non, mais je ne sais quoi te conseiller. Bon courage !
Merci Coco ! Suis toujours en attente du retour des éditeurs...
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 13 mai 2009, 20:03

Si tu ne trouves l'information, tu prends ton téléphone et tu demandes à parler à l'attaché(e) de presse, qui se fera un plaisir de te détailler l'axe éditorial de sa maison d'édition.
Quoi qu'il en soit, les éditeurs n'ont pas le temps de lire tous les manuscrits qui leur sont envoyés par La Poste. Non qu'aucun manuscrit adressé par La Poste ne soit jamais publié, mais c'est très marginal. Alors, sans un appui quelconque, tu risques de perdre beaucoup de temps, et de nourrir de faux espoirs. La chance existe, mais elle est rare, dans le domaine de l'édition. Mais comme disait Nietzsche, les génies naissent posthumes ! :lol:
lenantais
Messages : 29
Inscription : 09 avr. 2009, 08:44
Contact :

Message non lu par lenantais » 13 mai 2009, 20:56

archaud a écrit :Si tu ne trouves l'information, tu prends ton téléphone et tu demandes à parler à l'attaché(e) de presse, qui se fera un plaisir de te détailler l'axe éditorial de sa maison d'édition.
Quoi qu'il en soit, les éditeurs n'ont pas le temps de lire tous les manuscrits qui leur sont envoyés par La Poste. Non qu'aucun manuscrit adressé par La Poste ne soit jamais publié, mais c'est très marginal. Alors, sans un appui quelconque, tu risques de perdre beaucoup de temps, et de nourrir de faux espoirs. La chance existe, mais elle est rare, dans le domaine de l'édition. Mais comme disait Nietzsche, les génies naissent posthumes ! :lol:
Faudra-t-il que je me tue ?

Heureusement, non ! A vrai dire, j'ai déjà eu la chance d'avoir été édité à deux reprises à compte d'éditeur, ceci sans aucune porte d'entrée. Il s'agit, certes, d'une petite maison d'édition qui pratique l'édition à la demande, mais c'est déjà une très bonne chose. Je dis cela simplement pour remonter le moral aux éventuels lecteurs de ce fil qui auraient en ce moment-même des manuscrits chez les éditeurs : gardez quand même espoir ! :D

Et comme je suis breton, je me permets d'insister : ne serait-il pas plus judicieux d'afficher clairement la couleur sur chacun des sites des éditeurs plutôt que de devoir téléphoner (sachant que les gens qui travaillent dans les maisons d'édition sont toujours super pressés !) ?
Eric H.
Messages : 118
Inscription : 29 nov. 2007, 12:27
Contact :

Message non lu par Eric H. » 14 mai 2009, 08:47

En fait, je rejoins un peu Photographe 17, ils le font, ne serait-ce que de manière indirecte. Si tu prends une maison comme Au Diable Vauvert, il n'est pas explicitement dit sur leur site "Nous publions tout ce qui nous parle et ce sans aucun a priori d'étiquette" parce que ça ne voudrait rien dire. Pourtant, c'est ce qu'ils font et personne ne niera que cette maison a une ligne éditoriale plutôt marquée.

Le truc, c'est que pour des éditeurs indépendants, cette ligne dépend en grande partie de la personne aux commandes. Ce que j'ai dit pour Au Diable Vauvert est valable aussi bien pour les éditions du Rouergue que pour La Dilletante.

En outre, j'aurais tendance à penser que c'est aussi à l'auteur de savoir où et à qui envoyer son manuscrit. Ça fait aussi partie de la démarche.

Quant à 10/18, gagne du temps, c'est un éditeur poche, donc ils ne font pas d'inédits. Seulement de la reprise.
lenantais
Messages : 29
Inscription : 09 avr. 2009, 08:44
Contact :

Message non lu par lenantais » 14 mai 2009, 11:53

En fait, je rejoins un peu Photographe 17, ils le font, ne serait-ce que de manière indirecte. Si tu prends une maison comme Au Diable Vauvert, il n'est pas explicitement dit sur leur site "Nous publions tout ce qui nous parle et ce sans aucun a priori d'étiquette" parce que ça ne voudrait rien dire. Pourtant, c'est ce qu'ils font et personne ne niera que cette maison a une ligne éditoriale plutôt marquée.
Au finale, il semble bien que les éditeurs ne veuillent pas prendre le risque de "louper" un bon plan, même si celui-ci est un peu en marge de leur ligne habituelle. C'est en tout cas l'interprétation que j'aurais tendance à faire de ce qui vient d'être dit (peut-être mon interprétation n'est-elle pas la bonne ?).
Pour être franc, cela ne me choquerait pas plus que ça. Mais dans ce cas, il ne faut pas qu'ils se plaignent de recevoir des centaines de manuscrits tous les mois si eux-mêmes ne font pas d'écrémage dès le début.
(Quel râleur, ce garçon !) :evil:
Eric H.
Messages : 118
Inscription : 29 nov. 2007, 12:27
Contact :

Message non lu par Eric H. » 14 mai 2009, 22:55

En ce qui concerne plus spécifiquement Au Diable Vauvert, c'est exactement ça. C'est même leur profession de foi.

Après, chez un éditeur généraliste, c'est difficile de faire de l'écrémage. En revanche, pour bien connaître le marché de l'édition spécialisée, je peux t'affirmer que l'écrémage est sévère.

Pourtant, je n'ai jamais rencontré d'éditeur se plaignant de recevoir trop de manuscrits.

Si, aussi peu de ceux-là sont, finalement, publiés, c'est que pour le dire un brutalement, 95% de ce qui arrive par ce canal est irrémédiablement impubliable.
EricB

Message non lu par EricB » 15 mai 2009, 08:19

Eric H. a écrit :
Si, aussi peu de ceux-là sont, finalement, publiés, c'est que pour le dire un brutalement, 95% de ce qui arrive par ce canal est irrémédiablement impubliable.
D'où l'intérêt de soigner la présentation de son tapuscrit, dans la forme comme dans la présentation, ainsi que la lettre de présentation, et d'éviter les énormes erreurs du style envoi en recommandé avec accusé de réception.
Bref, se mettre à la place de ceux à qui vous envoyer votre roman, etc. :wink:
lenantais
Messages : 29
Inscription : 09 avr. 2009, 08:44
Contact :

Message non lu par lenantais » 16 mai 2009, 22:04

Si, aussi peu de ceux-là sont, finalement, publiés, c'est que pour le dire un brutalement, 95% de ce qui arrive par ce canal est irrémédiablement impubliable.
J'en suis intimement persuadé. J'ai lu beaucoup de "jeunes" auteurs qui souhaitaient faire éditer leur premier ouvrage. Deux constatations s'imposent :
1 - un grand nombre d'écrits sont bourrés de fautes d'orthographe et montrent aussi de grosses lacunes en ce qui concerne la syntaxe.
2 - beaucoup de personnes décrivent "leur" histoire, "leurs" problèmes et "leurs "états d'âme, sans se rendre vraiment compte que ça barbe tout le monde. Autrement dit, il y a beaucoup trop de nombrilisme dans les écrits.

Pour remédier à cela, rien ne vaut un petit comité de lecture "extérieur", c'est-à-dire qui ne vous connait pas et avec lequel vous n'avez pas de contact direct. Attention, il y a fort à parier que les critiques feront mal mais c'est le meilleur moyen pour un auteur de savoir ce qu'il doit encore travailler ou si le sujet choisi présente ou non un intérêt.
D'où l'intérêt de soigner la présentation de son tapuscrit, dans la forme comme dans la présentation, ainsi que la lettre de présentation, et d'éviter les énormes erreurs du style envoi en recommandé avec accusé de réception.
Bref, se mettre à la place de ceux à qui vous envoyer votre roman, etc. Wink
C'est vrai. J'ajouterais dans les erreurs à ne pas commettre :
- de donner son âge si on a dépassé la soixantaine;
- de donner son métier s'il n'a rien à voir avec l'écriture et/ou le show-biz;
- d'appeler l'éditeur toutes les semaines pour savoir où ça en est;
- de faire une lettre de présentation de trois pages et quart;
- d'omettre de donner tout atout que vous posséderiez et qui vous permettrait de facilement écouler un bon nombre d'exemplaires;
- etc.
:D
Répondre

Revenir à « Métiers de l'édition »