fbpx
Categorynet.com • Choix des maisons d'éditions
Page 1 sur 2

Choix des maisons d'éditions

Publié : 25 mars 2009, 09:31
par Photographe17
Bonjour,



Je vais commencer à choisir les maisons d'éditions à qui j'enverrai mon roman et un peu plus tard mon recueil de textes.


Voici comment je compte procéder :

- Je dispose d'un "vieil" annuaire d'Audace et de l'édition 2001/2002 de "Éditeurs et Diffuseurs".

- Je compte dans un premier temps établir une liste en piochant dans ces deux ouvrages en vérifiant bien entendu que les maisons d'éditions retenues existent toujours...

- Je compte ensuite selon les cas me renseigner sur leurs parutions via leur site Internet et/ou en commandant leur catalogue et/ou en jetant un œil sur les livres dans un "espace littérature".

- J'envisage des envois "par tiers" : une grosse maison d'éditions, une moyenne et une petite (avec les guillemets qui s'imposent aux adjectifs).


Si vous avez des avis sur ma méthode, des expériences à me soumettre et des conseils, je vous serai gré de m'en faire part.

Merci.

Eric

Publié : 25 mars 2009, 11:13
par Cleme
Bonjour Eric,

Désolée, je ne vais pas répondre à votre question (je n'ai pas d'expérience sur le sujet), mais vous en poser une autre !

Bien que je trouve très louable de votre part de vouloir faire corriger vous-même votre recueil de textes (et que je vous aie d'ailleurs proposé mes services en MP :D ), je ne suis pas certaine de l'utilité de votre démarche.

Si vous souhaitez vous faire éditer par un "vrai" éditeur, et non un éditeur à compte d'auteur, n'est-ce pas lui qui se chargera de faire corriger votre ouvrage ? Pourquoi dans ce cas vouloir "embaucher" vous-même une correctrice ?

Ceci dit, si vous êtes sûr de vous, ma proposition tient toujours. :wink: Je serai d'ailleurs de passage en Charente très bientôt.

Publié : 25 mars 2009, 11:29
par Photographe17
Cleme a écrit :
Si vous souhaitez vous faire éditer par un "vrai" éditeur, et non un éditeur à compte d'auteur, n'est-ce pas lui qui se chargera de faire corriger votre ouvrage ? Pourquoi dans ce cas vouloir "embaucher" vous-même une correctrice ?
Bonjour Cleme,

Deux raisons à cela. La première est que j'ai le souci de présenter un texte "propre" aux éditeurs (pas plus mal, n'est-ce pas ?) et la seconde est que j'envisage une "auto éditon" 'en cas de refus des maisons d'éditions et que dans ce cas un texte "propre" sera pour le coup encore plus le bienvenu :wink:

Pour information je réside en Charente Maritime et non en Charente. il y a des détails avec lesquels on ne rigole pas ici :lol:

Publié : 25 mars 2009, 11:30
par Photographe17
Photographe17 a écrit :
Cleme a écrit :
Si vous souhaitez vous faire éditer par un "vrai" éditeur, et non un éditeur à compte d'auteur, n'est-ce pas lui qui se chargera de faire corriger votre ouvrage ? Pourquoi dans ce cas vouloir "embaucher" vous-même une correctrice ?
Bonjour Cleme,

Deux raisons à cela. La première est que j'ai le souci de présenter un texte "propre" aux éditeurs (pas plus mal, n'est-ce pas ?) et la seconde est que j'envisage une "auto éditon" 'en cas de refus des maisons d'éditions et que dans ce cas un texte "propre" sera pour le coup encore plus le bienvenu :wink:

Pour information je réside en Charente Maritime et non en Charente. il y a des détails avec lesquels on ne rigole pas ici :lol:
C'est donc 17 (comme le n° de votre message j'adore ce genre de coïncidence) et non 16 8)

Publié : 25 mars 2009, 12:11
par Cleme
Pour information je réside en Charente Maritime et non en Charente. il y a des détails avec lesquels on ne rigole pas ici Laughing
Oui j'avais bien vu, mais j'ai dit ça car la Charente est bien plus proche de la Charente-Maritime que l'Hérault où je réside :) Voulais vexer personne ! :D

Publié : 26 mars 2009, 11:29
par PHK
J'ai un peu d'expérience, ayant déjà publié à compte d'éditeur. Quelques remarques :

1) On ne paie jamais pour être publié, sinon c'est de l'arnaque (bis repetita placent).

2) Effectivement, il vaut mieux que le manuscrit soit impeccable d'entrée. Il s'agit d'une belle marque de professionnalisme et aussi, sans doute, d'un premier critère de tri. Les torchons -- car les éditeurs en reçoivent aussi beaucoup -- passent directement à la corbeille. De plus, un petit éditeur aura rarement les moyens de payer un correcteur, et attendra de l'auteur qu'il s'occupe de ce travail.

3) Du point de vue de l'écriture, il est toujours bon de corriger soi-même son texte. Cela permet d'avoir un regard différent, plus technique et plus objectif, sur son propre travail. En général, sinon toujours, les fautes de français accompagnent les lourdeurs du style. Une faute d'accord, par exemple, prouve qu'on ne sait plus exactement qui fait quoi dans la phrase, et qu'elle est donc mal ficelée.

4) Sans être entièrement pessimiste, je suis un peu dubitatif au sujet de l'envoi de manuscrits au petit bonheur la chance. D'après mon expérience, les contacts personnels jouent pour une bonne part dans les décisions de publication. Il faut commencer par fréquenter le milieu, se retrouver autour d'intérêts communs suivant les spécialités des divers éditeurs, et posséder déjà sa petite réputation avant que l'un d'entre eux se décide à vous faire confiance. Pour prendre un exemple caricatural, si on écrit un bouquin sur la pêche à la truite, on commence par être membre d'associations de pêche à la truite, où l'on rencontre d'autres spécialistes de pêche à la truite qui ont déjà publié, qui vous recommandent auprès d'éditeurs qui ont des collections consacrées à la pêche à la truite... Mettez vous à la place du petit éditeur qui joue ses billes sur chaque manuscrit et qui évitera, autant que possible, de se lancer dans le vide. La publication-miracle existe encore, heureusement, mais demeure tout de même rare.

Faites Salon...

Publié : 26 mars 2009, 12:36
par Lextraterrestre
@ Photographe 17
Quitte à investir un peu, procurez-vous le dernier catalogue d'exposants du salon du Livre. A jour, et très bien classé. Une vingtaine d'euros, sans doute encore disponible auprès de l'organisateur. Peut-être même à chercher sur PriceMinister ou eBay, qui sait ?
Bon courage.

Publié : 26 mars 2009, 13:56
par Photographe17
PHK a écrit :
1) On ne paie jamais pour être publié, sinon c'est de l'arnaque
Bonjour et merci.
Oui, sauf à se lancer dans l'auto-édition et de collaborer avec un imprimeur.
Le reste, la promo, les ventes, autant compter sur soi que sur les pseudos maisons d'éditions si j'en crois quelques exemples autour de moi.
Bref non on ne paie pas pour être édité, oui pour s'éditer, nuance !

PHK a écrit : 3) Du point de vue de l'écriture, il est toujours bon de corriger soi-même son texte.
Hum ! Certes je me relis, corrige, modifie, mais seul un œil ET compétent trouve les fautes qu'on oublie en finissant par lire son texte à défaut de l'étudier mot par mot, phrase par phrase.

PHK a écrit :4) Sans être entièrement pessimiste, je suis un peu dubitatif au sujet de l'envoi de manuscrits au petit bonheur la chance. D'après mon expérience, les contacts personnels jouent pour une bonne part dans les décisions de publication. Il faut commencer par fréquenter le milieu.
Oui, moi aussi je suis pessimiste (ou pas utopiste comme on veut), mais je pars aussi du principe que je n'ai aucune chance de trouver un éditeur si, justement, je ne fais pas par de mon existence et surtout de celle de mes écrits.
Quand on habite dans le 17, on est un peu loin du sixième arrondissement... :cry:
Je caricature sans doute, mais pas tant que ça, si ?

Merci.

Re: Faites Salon...

Publié : 26 mars 2009, 13:59
par Photographe17
Lextraterrestre a écrit :@ Photographe 17
Quitte à investir un peu, procurez-vous le dernier catalogue d'exposants du salon du Livre.
Bonjour et merci.

C'est une bonne idée à laquelle je n'aurais pas pensé.
C'est une erreur d'ailleurs par rapport à ce qu'à souligner de son côté PHK.

Publié : 26 mars 2009, 14:04
par -------------
Message supprimé à la demande de l'utilisateur

Publié : 26 mars 2009, 16:59
par Photographe17
GwennLeDu a écrit :Inutile d'investir dans un annuaire papier qui se révèlera souvent obsolète dès sa sortie...
Il suffit d'aller faire un tour sur le site du Salon du livre de Paris
Bonjour et merci.

J'étais en effet tombé sur ces listes en cherchant à acquérir l'annuaire :wink:



GwennLeDu a écrit :Ainsi, vous pouvez prendre contact (avant ou après un envoi personnalisé) avec la personne qui s'occupe de votre manuscrit.
Je vais en effet "faire mon marché" (terme volontairement "provocateur") de part mes recherches.



GwennLeDu a écrit :Pour en avoir discuté avec des éditeurs de grandes maisons, ces derniers apprécient souvent les rencontres impromptues.
Et j'ai faim de ce genre de rencontres !
Vous savez bien que tous les auteurs ne sont pas renfermés dans une ferme en Auvergne...
Il y a aussi les salons en provinces.


PS1 / Il rend humble. il me semble que j'avais lu un reportage équivalent dans un numéro de "Lire".



PS4 / "Un petit conte pour finir"
Justement, je ne crois pas au père Noël, seulement aux contes !

Merci du temps accordé à écrire le message, pour les liens et pour les encouragements que je vous retourne bien volontiers.

Eric

Publié : 26 mars 2009, 18:48
par PHK
Photographe17 a écrit : Quand on habite dans le 17, on est un peu loin du sixième arrondissement... :cry:
Je caricature sans doute, mais pas tant que ça, si ?

Merci.
Si cela peut vous rassurer, j'habite à la campagne et mon éditeur est aussi en province (à l'autre bout de la France, en fait). Il vaut mieux, de loin, être un grand chez les petits qu'un petit chez les grands. Un éditeur parisien aura 36 000 manuscrits devant lui et autant de prétendants à sa porte. En revanche, les provinciaux prennent le temps de discuter et de lire vraiment. Bref, sont plus accessibles. Les soutiens publics sont aussi plus faciles à trouver en province. Essayez :

http://www.livre-poitoucharentes.org/

Voilà déjà quelques coins où traîner.

Comme le raconte Gwen dans son PS4, tout est affaire de patience. Ne rêvez pas de gloire, prenez le temps de discuter avec des gens autour de passions communes, et vous ferez partie du paysage sans même vous en rendre compte.

Et si, si, si, on révise sa grammaire. La langue nous est ce que le bois est à l'ébéniste. Bled et Bescherelle, au trot ! :D

Publié : 04 avr. 2009, 20:38
par archaud
A moins de 10 000 euros l'a-valoir à quoi bon se fatiguer les neurones !
Je plaisante, bien sûr ; je suis plutôt admiratif de tous ces gens, journalistes ou pas, qui ont une telle foi. Au point de passer des mois, des années parfois, à écrire, sans avoir le début d'une assurance quant à la probabilité d'être édité.
C'est pourquoi, si, d'aventure, le journaliste pur et dur que je suis se mettait dans l'idée d'écrire un live, cela ne serait être autre chose qu'un ouvrage de commande : pas un roman évidemment, plutôt une enquête au long cours, de type journalistique.

Publié : 05 avr. 2009, 11:03
par Photographe17
archaud a écrit : Je plaisante, bien sûr ; je suis plutôt admiratif de tous ces gens, journalistes ou pas, qui ont une telle foi. Au point de passer des mois, des années parfois, à écrire, sans avoir le début d'une assurance quant à la probabilité d'être édité. .
Et que dire de ces étudiants qui passent deux, voire trois décennies de leurs vies à étudier sans que...

Peut-être que dans un premier temps, le besoin d'écrire est plus fort que l'espoir d'être édité ou de l'idée de chercher un éditeur ?

Publié : 05 avr. 2009, 13:40
par TroupeauAveugle
Photographe17 a écrit :Peut-être que dans un premier temps, le besoin d'écrire est plus fort que l'espoir d'être édité ou de l'idée de chercher un éditeur ?
N'est-ce pas ce que devrait être un écrivain ? [/mode candeur off avec un soupir]
Je dois dire que j'ai un faible pour ces auteurs. La correction sera souvent plus ardue, car toute modification de leur "bébé" pourra être vécue comme une trahison, quelque recevables que soient vos arguments ; mais ils sont les plus intéressants selon moi, et les plus respectables.

C'était notre rubrique "il faut absolument que je donne mon avis". :roll:

Bon courage pour vos recherches !