accès au monde de l'édition

Espace Edition : comment éditer un livre ? Auteur, ca paye ? Quelles maisons d'édition approcher ? ...
Epeire
Messages : 226
Inscription : 17 sept. 2002, 20:27
Contact :

Message non lu par Epeire » 10 oct. 2002, 11:33

KS a écrit : And like that he was gone...
Dernière modification par Epeire le 31 août 2003, 16:02, modifié 1 fois.
Quis custodiet ipsos Custodes
Avatar de l’utilisateur
Olivier T
Messages : 863
Inscription : 17 sept. 2002, 22:42
Localisation : l'outre-tombe
Contact :

Message non lu par Olivier T » 10 oct. 2002, 14:52

Epeire a écrit :"Steup", ce n'était de toute façon pas le sujet du thread.

Et "steup", il y a dans ce milieu une grande confusion qui règne entre qui est auteur, qui est lecteur, qui est éditeur et qui est les trois à la fois, ou utilise les trois, pour choisir, surtout au niveau du polar.

Ce qui me permet de maintenir allègrement mes propos initiaux sur les bisbilles entre auteurs et éditeurs, l'arbitraire de certains choix et le caractère sérieux des professionnels de la profession, la veine polar n'étant, une fois de plus, qu'un exemple parmi d'autres.

Quand on sait en plus, pour continuer dans cet exemple, qu'ils viennent quasiment tous du même horizon intellectuel et politique des "années de plomb", on comprend un peu mieux l'uniformité de certains choix. A la décharge de la Série Noire, il y a toujours eu un peu plus d'aventure de leur côté que chez les autres. Ce qui donne souvent de bonnes surprises et parfois de franches déceptions.

Quand aux "petites maisons régionales", l'Ecailler du Sud est un parfait exemple du fait qu'elles aussi, elles peuvent présenter de bons produits.

Alors "Méfi"!

E.
Je dois être borné mais je ne suis toujours pas satisfait de ta réponse. Laisse les années de plomb aux Italiens. Contente toi des gauchistes/maoïstes/trotskystes/situs/totos et autres pour désigner les Français. Toute une génération d'auteurs français est en effet issue de ces mouvements des années 70, sous la houlette de Manchette. Les petits derniers, comme Dantec, ont leur propre histoire. Et pour l'uniformité des choix en matière de polars, je ne vois pas trop de quoi tu parles.

Des faits Epeire, des faits (même si sais bien que tu n'es pas journaliste).

Quant aux maisons régionales, je constate simplement que la qualité des titres proposés est très aléatoire. Pour une regretté Clô, combien de Palemon ou autres Grenadine ?
Je ne connais pas l'Ecailler. Je ne le jugerai donc pas.




(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
Epeire
Messages : 226
Inscription : 17 sept. 2002, 20:27
Contact :

Message non lu par Epeire » 10 oct. 2002, 15:30

KS a écrit : And like that he was gone...
Dernière modification par Epeire le 31 août 2003, 16:03, modifié 1 fois.
Quis custodiet ipsos Custodes
Tof

Message non lu par Tof » 10 oct. 2002, 16:07

Houlà, Pervers Epeire,

qu'est-ce à dire que d'assaisonner autrui de la sorte. JE t'ai posé une question, à laquelle tu refuses de répondre. Soit. Mais comprends au moins que des allégations, lourdes de sens pour qui s'intéresse (même ignare comme j'admets l'être en l'occurence) interpellent un minimum. Surtout s'il s'agit de parler entre gens de bonne foi. Mais est-ce vraiment le cas (cf. tes provocations politico-méprisantes) ?

Allez, je retourne à mon non-intellectualisme-pas-trop-pensant-de-toute-façon
Epeire
Messages : 226
Inscription : 17 sept. 2002, 20:27
Contact :

Message non lu par Epeire » 10 oct. 2002, 16:54

KS a écrit : And like that he was gone...
Dernière modification par Epeire le 31 août 2003, 16:03, modifié 1 fois.
Quis custodiet ipsos Custodes
Avatar de l’utilisateur
Olivier T
Messages : 863
Inscription : 17 sept. 2002, 22:42
Localisation : l'outre-tombe
Contact :

Message non lu par Olivier T » 10 oct. 2002, 17:05

En premier lieu, j'accepte avec ma condescendance habituelle tes plus plates excuses pour avoir eu l'outrecuidance de heurter "ma vaste sensibilité culturelle" ('tain d'où est ce que ça sort ça ? Pô grave, ça va faire joli sur ma cheminée et en société, je vais trop me la péter maintenant).

Excuse moi, pour ma part, d'avoir insisté. Comme tout journaliste, j'ai la fâcheuse habitude d'appuyer lourdement là où je sens comme une gêne. Et quand on affirme quelque chose, je demande des éléments de vérification. Ton allégation/disgression sybilline sur le milieu du polar m'a interpellé, au même titre que Tof semble t'il. Sans éléments solides, c'est un rumeur, rien de plus. Et déontologiquement, je la traiterai donc avec le dédain qu'elle mérite.

Quant à ma culture polardesque, je n'ai pas souvenir de l'avoir étalée comme de la confiote (ou du Nutella). A une question de jyl, j'ai eu, dans ce qui me semblait un jusqu'ici un élan de gentillesse, la faiblesse de lui poster une réponse. Longue j'en conviens, incomplète j'en conviens aussi. Mais pertinente dans le forum ad hoc. Au même titre que ta première réponse dans ce forum ci.

Pour le reste, je te l'ai déjà dit sur l'ancien forum, tu as parfaitement le droit de "contester" mes propos et ceux des autres et je ne saurai même trop t'y encourager. Je n'aime rien tant que les débats contructifs et respectant les règles de l'art. M'accuser, moi et mes petits camarades de pensée unique ('tain t'es un lecteur de Marianne ou quoi ?), cela est discourtois et erroné. Et j'aime les réponses incisives. Les duels au fleuret sont toujours plus élégants que les massacres au fléau ou les poignards empoisonnés.

Olivier T

P.S : Les titres que l'on nous décerne n'ont que la valeur que l'on prête à ceux qui nous les accordent...




(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
Répondre

Revenir à « Métiers de l'édition »