CFJ

Forum à propos du CFJ
Tipi

CFJ

Message non lu par Tipi » 05 sept. 2004, 11:21

Toujours personne qui entre au CFJ cette année, y est déjà, ou a fait cette école?
dounia

cfj

Message non lu par dounia » 05 sept. 2004, 20:56

J'entre cette année au CFJ. Mais je vais suivre la formation en alternance. Et toi?
singesavant

CFJ, n'y allez pas, c'est tellement pourri

Message non lu par singesavant » 05 sept. 2004, 22:59

Dounia, si tu fais une formation en alternance tu ne fais pas le CFJ mais le CFPJ. C'est pas du tout la même chose, tu t'en rendras compte quand tu y seras. D'autre part, et pour répondre à l'inquiétude de Tipi (???) je doute que quiconque de ce forum n'intègre jamais le CFJ étant donné la pub hallucinante qui y est faite. C'est trop marrant, tous ces messages qui témoignent de la lecture EFFARANTE ET EFFAREE des Petits Soldats du Journalisme, un livre RECOMMANDE pour mieux connaître ce monde effrayant que semble être le 35 de la rue du Louvre. A côté de ça, l'ESJ est considéré comme la formation parfaite. Alors que ces deux écoles proposent exactement la même formation, de même que toutes les autres écoles de journalisme, sauf que ces deux là ont pour elles un réseau d'anciens qui permet de se faire une place beaucoup plus facilement dans la profession. C'est tout. Faudrait voir à penser un peu avant de se monter le bourrichon. M'enfin...
Tipi

Message non lu par Tipi » 06 sept. 2004, 09:19

Qui est inquiet?
Qui se "monte le bourrichon"?
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 353
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 14 sept. 2004, 19:45

Dis-donc, singe baveux, permets-tu que je mette un bémol à tes vociférations tous azimuts ? J'ai passé le concours du CFJ, pour voir. Et me suis amusé en lisant la question d'histoire. C'était du genre : Palestine 1954-1962. J'avoue, ça m'a fait rire, et j'ai rendu copie blanche. Il n'y avait pas de question posée, juste une période. C'est-à-dire journalistiquement, aucun angle. On ne vous demande pas une tête bien faite dans cette école, mais bien pleine. Pleine de quoi ? Dans le métier, j'ai constaté que, dès la première année, les étudiants estampillés CFJ se comportaient avec une fierté et un dédain caractéristiques. C'était leur marque de fabrique, puisqu'on leur bourrait le mou avec du : "Vous êtes l'élite de la presse" !
Et l'histoire a de l'humour, puisque les dépôts de bilan du CFJ trouvent leur cause dans l'orgueil de l'école. Ce qui ne discrédite pas la qualité de l'enseignement, mais le relativise...
grouik
Tipi

Message non lu par Tipi » 15 sept. 2004, 10:30

Es-tu certain(e) que c'est bien du concours CFJ que tu parles?
Si je pose cette question, c'est tout simplement qu'il n'y a pas d'épreuve d'histoire dans ce concours. Le sujet évoqué me fait plutôt penser à une épreuve du CUEJ, à Stasbourg.
D'autre part (et cela va dans le même sens) je doute de ton affirmation concernant les têtes bien pleines. Je suis admise au CFJ et je n'ai fait ni Sciences-po, ni classe prépa. J'ai une pitite licence de lettres et un stage de 3 mois à mon actif. C'est tout. Ma tête à moi ne demande qu'à se remplir, et ne risque pas de s'enorgueillir pour si peu.
Je préfère donc penser que la réputation ne fait pas tout, n'est pas immuable, et que si les étudiants du CFJ ont été catalogués par le passé, les promos à venir démentiront cette mauvaise image.
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 353
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 15 sept. 2004, 10:55

Ca ne s'appelait peut-être pas "histoire", je ne sais plus l'intitulé. Mais c'était bien le CFJ, je ne suis pas gâteux, merci Tipi. Simplement, c'était il y a plus de dix ans, et c'était la première phase du concours. Je ne sais pas si c'est toujours organisé ainsi aujourd'hui, étant donné qu'ils ont moins de candidats. Et le concours du CUEJ que j'avais également passé était d'une toute autre nature, nettement plus journalistique à mon goût, et carrément plus intelligent selon mon jugement. Ca n'engage que moi.
Que tu doutes de mes propos, grand bien t'en fasse. Je ne détiens pas la vérité. C'est peut-être pour cela que je la cherche inlassablement, et que j'ai été séduit par le journalisme.
En tout cas, si tu es comme tu le décris, c'est un plaisir pour moi de te parler. Tu serais donc une fille normale, sans mépris pour autrui. Pas comme ces merdeux de 22 ans qui répondent à votre bonjour par un air surpris, menton en l'air, et tournent les talons pour aller vaquer à leur interplanétaire vocation de journaliste d'élite en devenir. Alors, s'il te plaît, reste telle que tu es...
grouik
Martin K

Message non lu par Martin K » 15 sept. 2004, 12:40

cochongrouik a écrit :En tout cas, si tu es comme tu le décris, c'est un plaisir pour moi de te parler. Tu serais donc une fille normale, sans mépris pour autrui. Pas comme ces merdeux de 22 ans qui répondent à votre bonjour par un air surpris, menton en l'air, et tournent les talons pour aller vaquer à leur interplanétaire vocation de journaliste d'élite en devenir. Alors, s'il te plaît, reste telle que tu es...
J'comprends tes remarques, Cochongrouik, mais ce n'est pas une attitude d'étudiant du CFJ, ça. C'est une attitude de cons qui, en l'occurrence, font le CFJ. Des gens comme ça, il y en a partout, dans tous les milieux, et pas seulement dans le journalisme.

Heureusement, il n'y a pas que ça.
Jumi

cfj

Message non lu par Jumi » 15 sept. 2004, 18:08

Pourquoi tant de haine ? Quel rapport entre dépôt de bilan du CFPJ et "orgueil" des élèves ?
Est-ce bien journalistique de se fonder sur rumeurs et ondit ou au mieux sur un ou deux exemples glanés sur plusierus promos du CFJ ?
Comme le dit qqn, les petits soldats du journalisme, cela "semble" être la vie au 35 rue du Louvre. Essayez de voir si cela correspond à la réalité. Quelqu'un s'est -il d'autre part demandé qui était François Ruffin, pourquoi et comment il avait écrit ce livre (je le sais, j'y étais)?
Pitié, arrêtez les clichés sur le CFJ, y des connards partout, dans toutes les écoles et dans toutes les rédactions.
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 353
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 15 sept. 2004, 19:15

Jumi tu nous mets l'eau à la bouche. Toi qui a côtoyé F. Ruffin, peux-tu nous dire pourquoi et comment il a rédigé son brûlot ? Et ce que tu récuses dans son jugement ?
grouik
Marik
Messages : 1
Inscription : 03 sept. 2004, 19:43
Contact :

Message non lu par Marik » 15 sept. 2004, 19:40

Bonjour à tous,

Mon expérience au CFPJ :

Un premier stage d'une dizaine de jours il y a quelques années "écrire pour être lu" où j'ai tout appris sur les techniques de l'écriture journalistique. Epatant grâce à une jeune prof. vraiment pro. Salutaire car je m'en sers au quotidien. Tous ceux qui écrivent pour la presse devraient passer par là.

Un second stage de trois mois en 2001 "Formation intensive en presse magazine". Un prof. caractériel et inefficace qui m'a fait perdre temps et énergie, mais des intervenants extérieurs formidables avec lesquels j'ai découvert le monde de la presse en action. Passionnant.

Alors le CFPJ... le meilleur et le pire.

Cordialement.
Maskim
Messages : 62
Inscription : 29 févr. 2004, 21:06
Localisation : au fond du couloir à gauche
Contact :

Message non lu par Maskim » 15 sept. 2004, 19:59

a propos du CFJ, je me demande quelles sont les origines sociales des étudiants. Tous fils de patron de presse? de notables ou autres éléments de la bourgeoisie?

F. Ruffin, dans son livre, relève que dans sa promo (ou classe) la mixité sociale était quasi-nulle. Il dit: " pas un immigré ou étranger, tout juste un africain, fils de diplomate. Un seul fils d'ouvrier semblait s'être égaré dans les couloirs du CFJ" (veuillez me pardonner les erreurs, la retranscription se faisant de mémoire).


Sans transition:
Enfin, je me souviens d'une réunion estivale de préparation avant le début des stages en rédaction. Le rédacteur en chef avait réuni ses journalistes-stagiaires (une soixantaine). Un par un nous nous présentames. La bonne humeur ambiante fut d'un seul coup rompus par une voix masculine peu enjouée. Toutes les personnes avaient des parcours différents et les présentations étaient soft et humble.
Cette voix, donc, se présenta .Il avait un pull bleu. Son nom ? Je crois ne pas l'avoir écouté. Mais j'ai gardé en mémoire ce qu'il dit après son patronyme: "CFJ, Centre de Formation des Journalistes, Paris." Il se reassit et la ferma.
Hautain, méprisant, désagréable. Ca se voyait sur sa gueule que sa l'emmerdait d'être là. Là, c'est en province, en PQR alors que ses potes se tapaient les grandes rédactions.

Suis-je tombé sur le seul con du CFJ ? Non, il y en a d'autres (j'ai des témoins) Mauvaise foi de ma part? oui et alors...

Cordialement

Maskim
Vanilla

Message non lu par Vanilla » 16 sept. 2004, 09:50

"Le CFJ c'est tous des cons"
"Les Parisiens c'est tous des prétentieux"
Pourquoi pas "la province c'est des bouseux", et puis aussi "Les Arabes sont des voleurs" tant qu'on y est...
Vous êtes journalistes ou étudiants en journalisme, il faudrait peut-être arrêter les clichés, rancoeurs et autres préjugés... Il se trouve que j'ai fait le CFJ et que partout où je suis passée en rédactions, en province notamment, j'en ai toujours pris plein la tête sans avoir ouvert la bouche. Bien sûr, il y a des cons au CFJ, mais plus qu'ailleurs? Je ne suis pas sûr. Quant à la formation et au livre de Ruffin, là aussi, il se trouve que j'y étais, et s'il y a pas mal de choses vraies, elles concernent à mon sens plus la fonction de journalisme en tant que telle (la concurrence pour l'info, la prime à 'l'actu chaude' etc.) que la formation, qui était, il faut le dire, de bonne qualité le plus souvent (avec qqs gros ratages mais bon). Et les étudiants que j'ai pu y rencontrer étaient pour la plupart ouverts et passionnés. Après, à mon sens, c'est tout un système qu'il faut remettre en cause.
Vanilla

Message non lu par Vanilla » 16 sept. 2004, 09:52

"Le CFJ c'est tous des cons"
"Les Parisiens c'est tous des prétentieux"
Pourquoi pas "la province c'est des bouseux", et puis aussi "Les Arabes sont des voleurs" tant qu'on y est...
Vous êtes journalistes ou étudiants en journalisme, il faudrait peut-être arrêter les clichés, rancoeurs et autres préjugés... Il se trouve que j'ai fait le CFJ et que partout où je suis passée en rédactions, en province notamment, j'en ai toujours pris plein la tête sans avoir ouvert la bouche. Bien sûr, il y a des cons au CFJ, mais plus qu'ailleurs? Je ne suis pas sûr. Quant à la formation et au livre de Ruffin, là aussi, il se trouve que j'y étais, et s'il y a pas mal de choses vraies, elles concernent à mon sens plus la fonction de journalisme en tant que telle (la concurrence pour l'info, la prime à 'l'actu chaude' etc.) que la formation, qui était, il faut le dire, de bonne qualité le plus souvent (avec qqs gros ratages mais bon). Et les étudiants que j'ai pu y rencontrer étaient pour la plupart ouverts et passionnés. Après, à mon sens, c'est tout un système qu'il faut remettre en cause.
Vanilla

Message non lu par Vanilla » 16 sept. 2004, 09:56

"Le CFJ c'est tous des cons"
"Les Parisiens c'est tous des prétentieux"
Pourquoi pas "la province c'est des bouseux", et puis aussi "Les Arabes sont des voleurs" tant qu'on y est...
Vous êtes journalistes ou étudiants en journalisme, il faudrait peut-être arrêter les clichés, rancoeurs et autres préjugés... Il se trouve que j'ai fait le CFJ et que partout où je suis passée en rédactions, en province notamment, j'en ai toujours pris plein la tête sans avoir ouvert la bouche. Bien sûr, il y a des cons au CFJ, mais plus qu'ailleurs? Je ne suis pas sûr. Quant à la formation et au livre de Ruffin, là aussi, il se trouve que j'y étais, et s'il y a pas mal de choses vraies, elles concernent à mon sens plus la fonction de journalisme en tant que telle (la concurrence pour l'info, la prime à 'l'actu chaude' etc.) que la formation, qui était, il faut le dire, de bonne qualité le plus souvent (avec qqs gros ratages mais bon). Et les étudiants que j'ai pu y rencontrer étaient pour la plupart ouverts et passionnés. Après, à mon sens, c'est tout un système qu'il faut remettre en cause.
Répondre

Revenir à « CFJ »