Sécu : comment est-ce qu’on fabrique un "déficit" 

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Fred (CNT)
Messages : 36
Inscription : 30 mai 2003, 11:48
Contact :

Sécu : comment est-ce qu’on fabrique un "déficit" 

Message non lu par Fred (CNT) » 03 oct. 2007, 20:50

La Sécu est financée essentiellement par les cotisations sociales et c’est normal qu’elle le soit. Mais elle souffre, dit-on, d’un "déficit chronique". D’où vient ce "déficit" ? Comment est-il organisé ? Plusieurs origines sont en cause.

1- D’abord d’un gel des cotisations patronales. En 20 ans, la cotisation "assurance-maladie" des employeurs est passée de 12,8 % à 13,1% (voir fiches de paie). Or, en bloquant les cotisations qui financent la Sécu, gouvernements et patronat ont délibérément fabriqué le "déficit" de la Sécu.

2- Des exonérations massives de cotisations sur les bas salaires. Depuis 20 ans, chaque année, le gouvernement organise une évasion légale de cotisations. Les exonérations sont passées de 3 milliards en 1993 à 22 milliards en 2005, 23 milliards en 2006, combien en 2007, 2008 ?? Sur l’ensemble des ces exonérations, 2 à 3 milliards ne parviennent plus aux caisses d’assurance maladie. Coût prévisionnel de l’exonération totale de cotisations sociales sur les heures supplémentaires (programme de Sarkozy) : 5 milliards d’euros.

3- Des stock-options totalement exonérées de cotisations sociales. Dans le dernier rapport de la Cour des comptes publié le 12 septembre 2007, son président Philippe Séguin a donné l’exemple de l’exonération de la plus-value d’acquisition des stock-options : "Les exonérations de cotisations sociales des stock-options ont fait perdre 3 milliards d’euros de recettes à la Sécurité sociale".

4- Des mécanismes d’intéressement (stock-options, épargne salariale, actionnariat d’entreprise, primes diverses...) tous exonérés de cotisations. Le dernier rapport de la Cour des comptes précise, par exemple, que les indemnités de départ à la retraite ou de licenciement, les chèques-vacances, les indemnités de transport, etc... tous "ces dispositifs, souvent exonérés de cotisations sociales, ont représenté une perte de recettes pour le régime général de la Sécu (salariés) comprise entre 6 et 8,3 milliards d’euros en 2005, pour un déficit qui s’élevait cette année-là à 11,6 milliards d’euros".

5- Les dettes de l’Etat. Les 23 milliards d’exonérations de cotisations sur les bas salaires ne sont pas totalement compensées par les dotations budgétaires. Là aussi, dans le dernier rapport de la Cour des comptes, l’Etat est mis à l’index "pour les dettes, supérieures à 10 milliards d’euros, qu’il a cumulées à l’égard de la Sécu en ne compensant pas systématiquement les exonérations de charges" dixit Ph. Seguin.

6- Une politique de bas salaires. 3 400 000 travailleurs pauvres (temps partiel imposé, contrats précaires...) gagnent moins que le SMIC. Qui dit bas salaires, dit faibles cotisations et donc médiocres contributions au financement des régimes sociaux. Ex : 1% de masse salariale en moins représente 1,1 milliard d’euros de perte pour la Sécu.

7- Un chômage de masse. Depuis 25 ans, le taux de chômage se maintient à un niveau élevé (9 % en juin 2006). La Sécu, faut-il le rappeler, est financée par les cotisations sociales assises sur les salaires. Donc la Sécu, c’est du salaire. Et plus il y a d’emplois, plus il y a de salaires, plus la masse salariale grandit et plus l’assiette des cotisations est importante, et donc plus il y a d’argent à la Sécu. Déficits et recettes sont étroitement liés à l’activité, à l’emploi et à la masse salariale. Ex : 100 000 chômeurs en moins, c’est 400 millions d’euros de recettes en plus pour la Sécurité sociale. Une simple baisse du chômage de 4 points, à condition que les salaires soient payés dans leur intégralité, c’est-à-dire cotisations incluses, suffirait à résorber tous les "déficits" de la Sécu.

8- La fraude massive des entreprises. Il faut rappeler que la Cour des comptes a estimé, début 2007, que la fraude des entreprises en matière de cotisations sociales se situait dans une fourchette allant de 9,7 à 13,4 milliards d’euros, soit plus que le "déficit" de l’assurance maladie.

9- Les placements financiers ne sont soumis à aucune cotisation sociale. C’est ici que l’on retrouve, en partie, les cotisations non versées aux caisses de Sécurité sociale). Ainsi, si on appliquait aux 80 milliards d’euros de placements financiers le même taux que les cotisations patronales à l’Assurance maladie, il rentrerait 10 milliards d’euros ; soit plus que le déficit actuel !

Comment peut-on faire croire aux français qu’on va vers une pénurie de ressources alors que la France n’a jamais été aussi riche de son histoire... Du pognon, il y en a ! Il faut reprendre aux riches ce qu’ils ont piqué aux pauvres et à l’ensemble des travailleurs...
Syndicat interprofessionnel de la presse et des médias
33, rue des Vignoles
75020 Paris
presse.rp@cnt-f.org
starfrog
Messages : 159
Inscription : 28 mai 2006, 15:15
Contact :

Message non lu par starfrog » 04 oct. 2007, 09:10

Voilà, ça a le mérite d'être clair 8)
pdb
Messages : 37
Inscription : 16 mars 2007, 12:07
Contact :

Message non lu par pdb » 04 oct. 2007, 10:19

sur le point 8, en "fraude des entreprises", est-ce que ca compte les responsables de médias en lancement qui payent une pige au black ? ou les boites de prod qui emploient en "intermittent" leur standardiste ?
pdb
Messages : 37
Inscription : 16 mars 2007, 12:07
Contact :

Message non lu par pdb » 04 oct. 2007, 10:25

point 9 : faux :

la plupart des retraits qu'on peut faire sur un PERP, une assurance-vie, etc sont soumis à cotisations sociales et/ou CSG à auteur de 11%.

Certes ce n'est pas égal aux 13% de cotis patronales.


point 7 : pourquoi ya du chômage de masse :
1- trop de charges sociales ! le serpent se mort la queue. Augmenter les charges pour réduire le déficit, c'est creuser un trou place de la mairie pour boucher le trou place des fêtes.
2- pas de main d'oeuvre dans les secteurs qui recrutent : BTP, hotellerie, certaines industries. Inadéquation entre les formations et les besoins de l'économie, mais à part ça "il faut pas que l'école ou la fac soit à la botte des entreprises"... Cherchez l'erreur !
Fred (CNT)
Messages : 36
Inscription : 30 mai 2003, 11:48
Contact :

Message non lu par Fred (CNT) » 04 oct. 2007, 12:30

point 7 : pourquoi ya du chômage de masse :
1- trop de charges sociales ! le serpent se mort la queue. Augmenter les charges pour réduire le déficit, c'est creuser un trou place de la mairie pour boucher le trou place des fêtes.

La Cour des comptes (loin d'être un organe de la CNT…) explique justement que les aides à l'emploi et exonérations de charges ne permettent en rien de lutter réellement contre le chômage. D'autant plus qu'elles profitent essentiellement aux secteurs qui n'en ont pas besoin.

2- pas de main d'oeuvre dans les secteurs qui recrutent : BTP, hotellerie, certaines industries. Inadéquation entre les formations et les besoins de l'économie, mais à part ça "il faut pas que l'école ou la fac soit à la botte des entreprises"... Cherchez l'erreur !

Ayant des camarades syndiqués dans ce secteurs (CNT-Construction par exemple), je pense que le manque de main-d'œuvre dans ces secteurs est plutôt dû aux salaires et conditions de travail… Ce qui explique d'illeurs aussi que beaucoup des salariés soient des immigrés voire des sans-papiers : sans droits, ils sont plus corvéables…

Après, on peut adopter le modèle chinois : pas de limite de temps de travail, des salaires et conditions de travail de merde, pas de libertés syndicales, le vrai capitalisme quoi ! Là c'est sûr que les entreprises seront adaptées à la concurrence et la croissance au beau fixe… quant aux travailleurs, ils pourront toujours être heureux d'être dans un pays riche !
Syndicat interprofessionnel de la presse et des médias
33, rue des Vignoles
75020 Paris
presse.rp@cnt-f.org
pdb
Messages : 37
Inscription : 16 mars 2007, 12:07
Contact :

Message non lu par pdb » 04 oct. 2007, 12:58

vous croyez la Cour des Comptes ? Ce bras armé de l'Etat bourgeois et réactionnaire ? décidemment c'est l'aggiornamento à la CNT !

bref... je ne sais même pas pourquoi je vous ai répondu. je ne crois pas que ce forum soit destiné à recueillir les messages ou discussions politiques ou idéologiques.
Répondre

Revenir à « Discussion générale »