BlaBla Royal à la hussarde

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
SacriPanard
Messages : 193
Inscription : 26 oct. 2012, 16:31
Contact :

BlaBla Royal à la hussarde

Message non lu par SacriPanard » 26 janv. 2020, 18:07

L’intérêt propre porté à une « idole » est discutable comme intention, volonté, situation, celui porté à autre culture est informatif, narratif, ou étrange.

L’accaparement psychologique au fait « d’idolâtrer » est une condition de substitution et une certaine action dirigée en ce sens. Le ‘service’ rendu est celui qui n’est plus en vous, il est rendu par tiers interposé et vous en dépossède globalement.

Au regard des pontes du domaine, on peut évoquer quelques grandes lignes au fait « étant substitué », qui peuvent être celles d’une incapacité par soi-même, d’une incapacité acquise, d’une volonté incapacitante en conséquence, ou d’une volonté incapacitante intentionnelle.

A ce sujet Husserl nous conforte dans nos intuitions, et commente les absurdités de Locke, ainsi :
Suivant les propos sur l’idéal signifiant du ‘général’ lui-même, l’idéal visé, l’idéal signifiant in spécies…,
« Les intention symboliques des expressions obéissent à leur tour aux différences de l’acte de pensée « proprement dit », dans lesquelles se constituent actuellement les diverses formes catégoriales. Dans le mode d’énoncer et de signifier, est dit et visé tout ce qui n’est peut-être nullement actualisé sur le mode du remplissement intuitif. La pensée est alors une pensée « simplement symbolique » ou « inauthentique ».[…] La première (signification)… ne nécessite aucune base intuitive…Mais si le cas échéant un remplissement a lieu,.., il n’est pas le remplissement de la signification même…. Du fait évident que chaque nom général a la signification générale qui lui est propre, il (locke) tire cette affirmation qu’à chaque nom général appartient une idée générale, et cette idée n’est pour lui rien d’autre qu’une représentation intuitive particulière (un phénomène particulier) d’un caractère distinctif. . […] (selon Locke)… le général devient une donnée réelle de la conscience »
(absurdité en question)


Pour en revenir à notre considération précédente, l’absurdité de Locke ne semble possiblement être que l’état de fait descriptif « d’une absence en soi » et ainsi cette impossibilité du manquement ou d’une démonstration « probante culturelle » pour Locke.

Si l’intuitif de l’absence est une recherche psychologique intuitive elle est symptomatique au fait de l’engouement comme à celui d’idolâtrer, en tant que présence externe.

En exemple particulier, ‘ l’universalité ’ d’une culture vous inculque pompeusement avec force de tournures, d’apparats et formulations « de l’inconstitutionnalité de témoignages de polices hors la présence obligatoire d’un avocat ».

A l’évidence, la substitution présente est celle de la négation d’une qualité d’avoir à recevoir un témoignage, ainsi la conséquence matérielle ‘intentionnelle’ d’un contrôle de ces témoignages. Personne ne doute plus (absence) de l’impérieux qu’un tiers lettré, qualifié, ne puisse pas comprendre ou évaluer une situation, et éventuellement de l’évidence fautive ou non au regard d’une généralité ordinaire, sans cette présence de robe juridique et d’effet de manche. L’incertitude de l’évidence est culturellement mise en place.

L’invention de ces necessités imprérieuses, s’éttend à l’ensemble d’une culture en général, en terme social, économique, religieux, administratif…

Si « l’idole » est pris comme le terme d’un sens connu en général, il est un terme de sens symbolique comme peut l’être celui signifiant du Nom commun. La signification emmise ou reçue par rapport à ce sens ne peut être discociée du Nom commun, que par sa nature « publique ». ‘Voiture’ ; la signification générale « visée » commune est mécanique, celle intuitive générale est une ferrari, une rolls, une mercedés…
L’intention ordinaire (sans l’aspect d’idolâtrer) est « inauthentique » sans une ‘visée’ singulière.

L’intention d’idolâtrer est à ce titre aussi « inauthentique » en tant qu’elle est une absence de facto, rapport du ‘visé’ général au ‘visé’ singulier et une nocivité intentionnelle incapcitante (commerciale la plupart du temps) comme le maintient d’une psychologie singulière.

Inversement l’absurdité de Locke, certitude culturelle en soi, se retrouve entre le visé général et sa signification singulière, c’est-à-dire, la qualité commerciale de prêter l’intention d’une Voiture singulière, ou d’intervenir Singulièrement.

L’intérêt de cette absence est globalement ce rassemblement unitaire quantitatif, abrutissement d’une forme manquante, effet du « banc de poisson », qu’il soit sa force (communauté), sa quantité, sa ressource…

Le maintient d’une psychologie singulière, est une action par ailleurs. Si 20 millions de personnes sont ‘clouées’ quelque part, si 20 millions se regardent dans la généralité signifiante indentique, si une majorité de personne ‘inverse’ une considération générale fautive, non fautive, c’est bien qu’une absence est symptomatique ici, qu’une signification ne possede là pas l’évidence de sa forme, qu’une incapcité globalisante est présence dans la négation de l’évidence ou dans la certitude singulière absente…

Voir dans l’erreur, « l’intelligencia » politique, juridique, sociale (impeachment par exemple) est bien la généralisation d’un moyen incapcitant sournois, en tant que caractère signifiant « culturel » singulier au titre d’une accusation générale ‘« inauthentique » sans une ‘visée’ singulière ‘.

« Le monsieur achète un paquet de bonbons et est condamné juridiquement pour les avoir mangés », Oui mais c’est, l’intelligence culturelle.. (La capacité à être stoïque.., en public, le discourir, le narratif), Oui mais c’est, l’absence des avocats à l’audition (culture), Oui mais, c’est le code l’alimentation (discourir)….Oui mais vous n’êtes pas juge (administration) …Oui mais nous on est des gens responsables (religion) … Oui mais vous êtes, un égocentrique (discourir impeachment)…
SacriPanard
Messages : 193
Inscription : 26 oct. 2012, 16:31
Contact :

Re: BlaBla Royal à la hussarde

Message non lu par SacriPanard » 29 janv. 2020, 16:02

Citation et illustration de « Robert Badinter » « homme de lettres et brillant avocat Français »

«La représentation d’une tête au bout d’une pique est à mes yeux totalement condamnable»,
a-t-il réagi. « On ne peut pas admettre, dans la république française, que quelqu’homme ou femme politique que ce soit, on promène sa tête au bout d’une pique, avec ce que cela signifie. Ce n’est pas admissible et je le dis du fond du cœur. Aucune cause ne justifie cela. »


L'image de " la baguette de pain ", « c'y est la boulangerie Missiou »
SacriPanard
Messages : 193
Inscription : 26 oct. 2012, 16:31
Contact :

Re: BlaBla Royal à la hussarde

Message non lu par SacriPanard » 29 janv. 2020, 17:20

Un reportage hier nous informait « modestement » de la signification de l’image du Sexe mâle en érection selon les Romains, à « l’évidence symbolique » (humour) de la Force.
Celle de Badinter, doit avoir l’évidence de la traduction Française dans toute sa splendeur de la « dépravation occidentale et de l’arrivée de la violence de l’antéchrist sur terre. »

L’intelligentsia Française, DST ou CIA, a dûe relever l’opportunité de mon présent marque page.(humour)

Le soupçon de manipulation reste toutefois au regard de l’absurdité du propos précèdent (« inauthentique ») une profonde réalité. Ainsi, reprenons notre souffle et une bouffée d’oxygène salvatrice avec la citation suivante bien à propos :

« Nous avons parlé d’évidence. L’évidence, en ce qui concerne les différences objectives entre les significations, présuppose que nous dépassons la sphère de l’usage seulement symbolique des expressions et que nous avons recours, pour atteindre une connaissance définitive à l’intuition correspondante. Nous effectuons, sur la base d’une représentation intuitive, les remplissements de signification correspondant aux simples intentions de significations, nous réalisons leurs intentions « proprement dite ». Quand nous agissons ainsi, dans le cas de notre exemple, sans doute avons-nous une image…il sert de base de représentation et à notre jugement. Mais nous ne portons aucun jugement sur lui, ce n’est pas lui que nous visons dans la représentation du sujet […] A partir de la réflexion sur les vécus de l’acte de visée de l’individuel spécifique- de celle qui est purement intuitive, de celle qui est purement symbolique, …(celles-ci) auraient pour tâche d’indiquer les relations, fondamentales pour l’élucidation de la connaissance, entre la VISéE AVEUGLE (c’est-à-dire purement symbolique) et la visée intuitive (proprement dite)… de tirer ainsi au clair les différents modes de fonction de l’image individuelle pour la conscience selon que l’intention porte sur de l’individuel ou sur du spécifique. »



SacriPanard
Messages : 193
Inscription : 26 oct. 2012, 16:31
Contact :

Re: BlaBla Royal à la hussarde

Message non lu par SacriPanard » 30 janv. 2020, 17:09

Thèses du « nominalisme » qui sont décrites faces à celle de l’auteur auxquelles il a pu répondre.

« Il n’y a nous dit-on, à vrai dire, ni représentations générales, ni objets généraux, mais pendant que nous représentons intuitivement des concreta individuels, nous pouvons porter notre attention ou notre intérêt exclusivement sur les différentes parties ou les divers aspects. Le caractère qui, en soi et pour lui-même, c’est-à-dire pris isolément,…,devient l’objet d’in intérêt exclusif et faisant par suite abstraction de tous les autres caractères liés à celui-ci…, En complément de ces idées directrices apparaissent ensuite des considérations sur le rattachement associatif des noms généraux…On fait ressortir comment ils déterminent le déroulement des associations ultérieures, de préférence au moyen du contenu des caractères mis en relief, et favorisent ainsi le caractère d’unité objective dans le cheminement de la pensée. »

Cette thèse correspond ‘négativement’ à une autre réalité sociale dont certains exemples concrets ont pu être évoqués. Il devient évident que la thèse opposée, corresponde REMARQUABLEMENT en tous points à différentes généralités de situations ‘litigieuses’ évoquées.

« Dans les discussions de Mill, comme dans toutes celles qui sont analogues, il n’est question ni de reconnaître simplement ce qui est donné par l’évidence ni non plus en conséquence, de s’engager dans le voie que nous venons d’indiquer. Ce qui devrait êtes pris comme point fixe dans l’élucidation réflexive est écarté sans qu’on y prête attention… »


Il semble que ce qui est une précision corrective de l’auteur, apparaisse comme une méthodologie consciente associée en conséquence à une incapacitation volontaire de la généralité.
Le Nominalisme culturel dans la multiplicité des associations est « l’objet d’une culture présente », ( ‘ des hommes très cultivés’ ) , mais n’est pas celle de la généralité « qui appartient au contenu intentionnel des vécus logiques eux-mêmes…ainsi, aux significations et aux remplissements de significations. Cette dernière généralité disparaît totalement dans le Nominalisme ».

Le caractère associatif dans cette réduction réflexive et signifiante, est représentatif d’une certaine volonté culturelle. Le Nominalisme culturel est l’image associative ayant pour contenu sa signification, en conséquence tout ce qui peut détourner d’un examen individuel ou spécifique, et itérer une forme associative identique.

« L’attention se portant exclusivement sur une détermination attributive particulière (sur un caractère dépendant) de l’objet intuitif…
« Quand des penseurs modernes, qui partagent ici le point de vue de Mill, se qualifient eux-mêmes de conceptualistes, en ce sens en effet, que, avec l’intérêt objectivant « les attributs », l’existence de significations générales serait GARANTIE du même coup, leur théorie n’en demeure pas moins en réalité une théorie nominaliste ».


« Le suffrage universel » est le concept qui associe à un acte une « universalité » objet d’un nominalisme culturel « intouchable ». Vous seriez rigolo ou tyran de ne pas parler « d’universalité » et de son acte associé. La psychologie de l’acte et sans commune mesure avec une fonction ordinaire liée à l’acte, et extraordinaire dans son accomplissement.

L’image sociale, étant une « détermination attributive » elle devient signifiante par elle-même, et le seul caractère de sa force et de son discourir. Une action à ce titre de méthodologie, est globalement un « empêchement de psychologie » dont les caractères représentatifs peuvent être reconnues comme formes de perturbations, formes de menaces associées à ‘des morales’, formes d’intolérances associées à des ‘politesses’, formes d’agir associées à une ‘itération d’image’…
l’indétermination comme multiplicité associée une forme culturelle (discourir ou narratif)….bien évidement le service comme l’absence du moyen et son image associée culturelle.
SacriPanard
Messages : 193
Inscription : 26 oct. 2012, 16:31
Contact :

Re: BlaBla Royal à la hussarde

Message non lu par SacriPanard » 02 févr. 2020, 15:54

L’aveuglement législatif est la volonté dicossative du capacitaire et de la multiplicité, transposée, déviée, accaparée, vers une une écriture de règle. L’emballement de cette infinité est de façon organisationnelle une main mise totale et une emprise psychologique sans commune mesure.

La législation « d’un temps de repos des parents au regard d’un décès d’enfant », et de « l’intervention de suivis de psychologues », est évidement la symbolique d’une considération privée, mais elle est exploitée comme la justification de son « absence », c’est-à-dire ladite culture législative dissociative du capacitaire, d’une part, et l’immonde invasif d’une intervention administrative et sociale dont l’intention spéculative et financière est au moins en rapport avec une absence de considération.

En thèmes très réalistes :
..........
« Je prends quelques jours … pour X raisons » « Mais monsieur vous ne connaissez pas le Droit,…Ce n’est pas écrit dans le Droit »
Inversement et similairement, « Nous allons consulter nos avocats et le droit référèrent pour éventuellement vous accorder…. »

« Ce monsieur voudrait je cite, heu « prendre quelques jours », …, ceci n’est pas recevable monsieur,… « Prendre quelque jours », n’est pas à l’évidence, heu, dans la législation,…, faites vous accompagner par un professionnel dans vos desiderata, monsieur »
(L’avocat), NOUS on sait comment qui faut dire, heu… « Mon client voudrait exercer sont droit relatif au décret 124 du 18 avril, bien connu, et nous fait part des circonstances extraordinaires de sa situation. En l’espèce de la disparition Inopinée, dans des conditions néanmoins obscures de sa descendance de sexe Mâle »
« Mais, monsieur l’avocat, nous n’avons pas reçue copie des actes cités à l’audience… Nous ne sommes par ailleurs pas compétent, l’audience est suspendue,.., affaire suivante ! »

« Si je suis gentil, et comme vous ne connaissez pas le droit, peut-être que… »
« Ha !! Monsieur connaît le droit, mais moi je connais mieux que vous et l’aniéa 123 de la surcharge éventuelle, ne vous permet pas de … » « Finaud le paubré ‘gars du Droit’ , HA OUI !, ils s’y connaissent, c’est des Pro…. »

« N’oubliez pas les recours, les appels, les conciliations, les votes asscociés à cet accord… les tribunaux compétent à l’exemen de cet éventualité législative… les comprétences requises EN la matière.. »
...........

Cette infinité de formes, est l’ajection absolue, c’est du foutage de gueule, une deconsidération écoeurante d’une culture de l’incapcitaire collectif et social, « l’absence » étant le pendant similaire ou justifiant.

« Définir le simple être vécu d’un contenu comme son être-représenté et, par transposition, appeler représentations tous les contenus vécus en général, c’est là la pire des falsifications de concepts que connaisse ‘la théorie de la connaissance’. En tout cas, le nombre des erreurs dont elle est responsable dans la théorie de la connaissance et en psychologie, est légion. Si nous nous ne tenons au concept intentionnel de représentation, seul déterminant,…, nous ne pourrons plus juger que toute différence entre deux représentions se réduit à des différences entre les « contenus » représentés,… »

Bien que la thèse de l’auteur ait une porté théorique elle retranscrit aisément les considérations que nous pouvons évoquer.
Si bassement concrètement la culture est un ‘être vécu’, sa représentation « Transposée » est le contenu de son vécu, est ladite « falsification ».
Une représentions législative est bien l’absence pour soi d’un acte de présentation à la conscience d’un objet représenté, en tant qu’externalité de l’objet représenté, en tant qu’il ne peut pas être « votre acte », et par le fait d’une nécessité dûe à une multiplicité, en particulier et expressément socialement, une forme Nominaliste réductrice, comme désintérêt en soi des aspects intuitionnés dans leurs actes dissociatifs conscients.

Cette « certitude culturelle » est l’effectivité de nombreux aspects, qu’ils soient ceux « d’approches », « d’actes », et de l’agir organisationnel ou psychologique.
SacriPanard
Messages : 193
Inscription : 26 oct. 2012, 16:31
Contact :

Re: BlaBla Royal à la hussarde

Message non lu par SacriPanard » 04 févr. 2020, 15:23

Titre : « Le sens légitime de la représentation représentative générale. »

« La généralité de la représentation résiderait dans la généralité de la représentation représentative. Si nous pouvions prendre cette dernière comme mode de conscience nouveau qui se réalise sur la base de l’intuition, ou, plus exactement , comme ces modification diverses dans lesquelles la conscience de généralité se caractérise, soit …spécifique…soit de totalité, …d’unité, ….de pluralité etc.… tout rentrerait dans l’ordre.. la thèse de la fonction représentative de l’image intuitive serait alors applicable … en faisant support pour la conscience conceptuelle édifiée sur elle de telle sorte que, par son intermédiaire, l’intention dirigée sur l’espèce, sur la totalité des objets conceptuels, sur l’individu indéterminé, etc., se constitue »

Un ‘Autre’ thème de discussion, similaire à celui évoqué mérite notre attention et pourra se porter sur la « légitimité culturelle », en tant qu’élément de représentation de conscience légitime, dans ses intentions, capacités ou incapacités, intention « de substitution », erreurs, abus, multiplicités.

Poursuivons « Cette conception rendrait impossible le nominalisme. Car, dès lors, la pensée ne se réduit plus des manipulations extérieures quelconques de noms et d’idées singulières, encore moins à des mécanismes d’associations inconscients faisant surgir les idées singulières en leur lieu. »

Si la représentation nominaliste est le terme primitif d’une signification, elle est néanmoins présente comme forme possible vraie d’une représentation (reconnue également par l’auteur), état de fait d’une conscience réduite. La prépondérance d’une forme, dans la pluralité et de par la nature d’une « généralité culturelle », est une légitimité manipulée de la pensée par l’externalité de son Nom « droits culturels, obligations culturelles, formes culturelles ».

Une prépondérance est une prédominance en ce qu’elle comporte de contraintes absolues, en particulier si à cette forme, une forme similaire comme le « suffrage » lui est associée Nominativement.
Penser qu’une justesse de pensée, qu’un capacitaire intuitif,… soit issu d’un « suffrage » comme le droit d’une expression, c’est accorder Nominativement une légitimité à une Prépondérance aveugle.

A cette aberration de « suffrage », qui reste théoriquement celle d’une « action tiercement dévolue », est imprimé celle de l’action du « suffrage » et d’un droit Prépondérant culturel, qui s’oppose, nie, « Se Substitue » à la pensée de chacun et conforte cette manipulation, cette "falsification" d’un nominalisme culturel, « faites et choissez la prépondérance et sa prédominance, le cas échéant, vous ne serez que faux, soumis arbitrairement, réfuté, exclus, matériellement contraint,…, Mais continuez « d’en parler » nous vous y ‘encourageons’ ».
SacriPanard
Messages : 193
Inscription : 26 oct. 2012, 16:31
Contact :

Re: BlaBla Royal à la hussarde

Message non lu par SacriPanard » 21 févr. 2020, 12:54

cf. exemple ; Griveau, l'acte, la délation, la dénonciation, la révélation, l'interprétation, la conclusion culturelle, la compréhension culturelle, et l'intention culturelle...

« Ne pourrons nous pas donner expression à des actes de toute espèce – représentations, jugements, suppositions, questions, souhaits etc.… qui ce faisant nous livrent les significations des formes du discours correspondantes, des noms, des énoncés….[] Mais peut-on aussi soutenir que la conception opposée s’impose avec une égale évidence. », ajoutons à la liste « l’acte social » et ses différentes formes.

« Les actes ne pourraient pas trouver les formes qui leur sont appropriées sans qu’ils soient aperçus, connus, aussi bien quant à leur forme que quant à leur contenu. L’élément expressif du discours ne réside dons pas en simple mots, mais dans les actes exprimant ; ceux-ci expriment dans un matériau nouveau les actes corrélatifs qui doivent être exprimés par eux ; ils en font une expression intelligible… »

« Il apparaîtra que l’une et l’autre thèse posées comme évidences sont, à y regarder de plus près, obscures, voire même erronées »


A ce point de départ, pour l’aspect social, organisationnel, et même relationnel qui nous concerne de prime abord, aussi bien que l’aspect proprement du discourir, de l’informatif, on peut retirer un point consensuel sur le fait qu’il y « ait expression connu d’acte ».

L’exploitation de la forme « connue », c’est-à-dire exprimée ou Non exprimée, et à son tour une signification à laquelle il est possible d’établir un corrélatif et une intention. Un nuage corrélatif peut-il être considéré significatif culturellement comme intention et intention de l’acte particulier ? La question est à nouveau obscure ou très générale entre culture et acte particulier, mais il semble a priori que l’on puisse se diriger vers une intention culturelle de l’acte particulier, chacun étant dans « l’innocence » de son acte particulier d’intention générale.


Nb : Autre exemple ; L’impeachment Américain et sa signification culturelle. « Tous ont accompli la Forme d’un acte légal, et sont dans l’innocence globale de l’intention », « Tous ont dénoncé légalement et sont dans l’innocence de la légalité de la dénonciation » « Le Contenu de la Forme dénoncée est un Contenu normalement significatif », « L’intention par rapport à la dénonciation est innocente parce que légale OU intentionnelle » « Tous sont dans l’entente culturelle d’un acte législatif d’intention Globale » etc...En particulier Ici ou là le contenu aurait été « de plaisantin » ou ayant cet apect " Profondément de littérature légale "
Répondre

Revenir à « Discussion générale »