Perles de correcteurs ?

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
prof
Messages : 542
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Perles de correcteurs ?

Message non lu par prof » 15 janv. 2010, 23:37

Bonjour !
.....Ayant eu à vérifier, dans une réédition de La.Fontaine, certain texte intitulé «.L’aigle et l’escargot.», j’ai été bien intrigué par le comportement de l’un des protagonistes. La situation s’est éclaircie lorsque j’ai restitué à la fable son titre exact : «.L’aigle et l’escarbot.», nom donné à divers coléoptères.
.....Cordialement.
duplex
Messages : 103
Inscription : 30 oct. 2005, 12:01
Contact :

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par duplex » 16 janv. 2010, 16:48

Encore quelqu'un qui n'a pas réfléchi, ni vérifié, empressé qu'il était de corriger ce qui lui a paru être une faute de frappe due à la proximité des touches "b" et "g" sur le clavier.
Catherine_75
Messages : 699
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par Catherine_75 » 16 janv. 2010, 20:53

L'idée d'un forum « perles de correcteurs » me plaît bien ! Cela réconcilierait peut-être les correcteurs avec les journalistes qui prendraient leur revanche et pourraient chambrer à leur tour ceux qui critiquent leur prose…
Porcile
Messages : 142
Inscription : 16 déc. 2005, 12:43
Contact :

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par Porcile » 17 janv. 2010, 00:02

J'en ai quelques-unes sous le coude. À Aujourd'hui Sport, un coupé-décalé est devenu copié-collé. Il s'agit en fait d'une proposition de ProLexis acceptée sans réfléchir. Dans le même genre, une perle dans Libé : la désalinisation de la mer Rouge s'est transformée en destalinisation de la mer Rouge. Enfin, la plus belle, toujours à Libé : un rédacteur arrive furieux à une conférence de rédaction, déclarant qu'il faudrait étrangler tous les correcteurs. Il montre à ses collègues la raison de sa colère : un article qu'il a écrit, dans lequel on peut lire « il faudrait relire tout son Coran ». Devant la perplexité de l'auditoire, il éructe : « Mais, bordel, j'avais écrit “Cioran” ! »
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par coco47 » 17 janv. 2010, 03:09

J'ai donné sur ce forum un exemple de « perle de correcteur », mais je ne sais plus où il se trouve. Trop paresseux pour réécrire ce post, je me contente de faire un copié-collé du passage d'un de mes livres dans lequel je racontais cette anecdote.

Quand j’étais correcteur à France-Soir, un journaliste à la plume acide avait un jour, dans un billet d’humeur un peu people (un mot que l’on n’utilisait pas à l’époque), évoqué Line Renaud tirée par quatre épingles. L’image était peu charitable, certes. On pouvait en penser ce que l’on voulait, mais c’était la sienne, dûment et honnêtement signée de son nom. La correction du texte échut à un jeune correcteur remplaçant qui, peu au fait des fantaisies de ce rédacteur, se mit à réfléchir gravement : tiré par quatre épingles, cela ne se dit pas ; on doit dire tiré à quatre épingles. Aussitôt pensé, aussitôt corrigé.
Le lendemain, furibard, l’auteur déboulait dans notre cassetin. (Dans l’argot de l’imprimerie, le cassetin est le local, généralement exigu, où exercent les correcteurs. Ouvrons un nouveau tiroir — vous allez voir que c’est le cas de le dire. Chez les imprimeurs, la casse était jadis — à l’âge du plomb — un lourd plateau de bois, appartenant à une sorte d’énorme commode, dans lequel étaient rangés, dans des compartiments, les caractères. Les minuscules (par opposition aux capitales) prenant place dans les tiroirs du bas, on les appelait des bas-de-casse. Et les petits casiers qui cloisonnaient chaque casse étaient des cassetins. Les typographes, gens taquins, avaient donc baptisé cassetin le bureau de leurs collègues correcteurs, qu’ils nommaient à l’occasion les virguleux, voire les poussiéreux. Mais ces derniers étaient vaccinés et en avaient autant à retourner à l’envoyeur. Fermons le tiroir.)
Donc, pas content, le billettiste.
« Quelle est la fine truelle qui s’est permis de défigurer mon texte ? » Ce fut sanglant !

(J'ai laissé dans cet extrait quelques considérations sans rapport direct avec le sujet mais qui intéresseront peut-être certains correcteurs débutants.)
prof
Messages : 542
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par prof » 17 janv. 2010, 17:19

Catherine_75 a écrit :L'idée d'un forum « perles de correcteurs » me plaît bien ! Cela réconcilierait peut-être les correcteurs avec les journalistes qui prendraient leur revanche et pourraient chambrer à leur tour ceux qui critiquent leur prose…
Bonjour !
.....Je ne souhaitais pas, en ouvrant ce sujet, susciter des règlements de comptes, mais donner matière à sourire, voire à instruire les correcteurs en herbe.
.....Il est certain que, dès qu’un lecteur fait grief à l’éditeur de quelque erreur, le correcteur peut aisément servir de lampiste. Et les auteurs, qui peinent à louer ou à dévoiler même sa bienfaisante intervention, hésitent moins à lui faire reproche d’une modification inopportune, d’une pauvreté d’érudition, d'un manque d'esprit d’à-propos, ou par ailleurs d'un défaut de vigilance.
.....Reste cependant une question : le correcteur est-il unique responsable du texte final quand les fichiers passent après lui entre plusieurs mains, risquant des interventions peut-être zélées, mais malencontreuses, d’un metteur en page ou d’un secrétaire ?

.....Sans jeter la pierre à personne, divertissons-nous simplement de ces bourdes que nous aurons ensuite grand soin d'éviter.
.....Cordialement.
Catherine_75
Messages : 699
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par Catherine_75 » 17 janv. 2010, 20:47

prof a écrit :
Catherine_75 a écrit :L'idée d'un forum « perles de correcteurs » me plaît bien ! Cela réconcilierait peut-être les correcteurs avec les journalistes qui prendraient leur revanche et pourraient chambrer à leur tour ceux qui critiquent leur prose…
Bonjour !
.....Je ne souhaitais pas, en ouvrant ce sujet, susciter des règlements de comptes, mais donner matière à sourire, voire à instruire les correcteurs en herbe.
Mon intervention était elle-même un sourire... et ne faisait nullement allusion à d'éventuels « règlements de comptes ».
prof
Messages : 542
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par prof » 17 janv. 2010, 23:11

Catherine_75 a écrit :Mon intervention était elle-même un sourire... et ne faisait nullement allusion à d'éventuels « règlements de comptes ».
Bonjour !
.....J'avais bien perçu votre clin d'œil amusé et complice, mais je ne voulais pas que des visiteurs, trop peu habitués à nos échanges confraternels, se méprennent sur mes pacifiques intentions.
.....Cordialement.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par coco47 » 18 janv. 2010, 04:01

Ce qui suit n'est peut-être pas désopilant mais ne me semble pas dénué d'intérêt pour qui se sent concerné par le métier de correcteur.

Suivant une pratique de plus en plus répandue, les Éditions de Borée confient la correction de leurs ouvrages (plus de cent par an) à une officine qui emploie des correcteurs à domicile, contre une rémunération que j’imagine très maigre et sans doute pas en salaire. Cette maison ayant accepté de publier un de mes livres, j’ai reçu un BAT dans lequel s’épanouissaient une bonne trentaine de fautes que la correctrice de service avait ajoutées au texte. J’ai rejeté catégoriquement ces bourdes, en exigeant qu’elles soient annulées. Eh bien, que croyez-vous qu’il advint ? Il advint que, forte de sa position dominante vu que c’était elle qui tenait les manettes, la correctrice maintint contre ma volonté ses corrections à la c… Et le livre parut avec ces écorchures.

Plus de la moitié des erreurs imposées par cette correctrice avaient la même origine : la dame avait inventé une règle selon laquelle un ? ou un ! devait obligatoirement être suivi d’une capitale. Voici quelques exemples de l’application de ce principe bizarre.
J’avais écrit :
— (…) des amoncellements de pauvres richesses domestiques dont personne ne savait à quoi elles pourraient servir un jour — où ? sous quel nouveau toit ?
— Un an de plus et je gagnai mon bâton de maréchal : sur la charrette (moi sur la charrette ! à dix ans ! toujours ces dix ans si marquants).
— Si nous avions possédé un tracteur — oh un tout petit ! un joli Ferguson gris comme celui de notre voisin —, j’aurais été à coup sûr l’un des plus habiles conducteurs de tracteur du village.
— (…) dans l’énorme marmite suspendue à la crémaillère de la cheminée (eh oui ! nous avions une vraie crémaillère, pas une crémaillère métaphorique, non, une crémaillère costaude, bien pendue) trônait le gros quartier de porc (…).

Ces phrases devinrent :
— (…) des amoncellements de pauvres richesses domestiques dont personne ne savait à quoi elles pourraient servir un jour — où ? Sous quel nouveau toit ?
— Un an de plus et je gagnai mon bâton de maréchal : sur la charrette (moi sur la charrette ! À dix ans ! Toujours ces dix ans si marquants).
— Si nous avions possédé un tracteur — oh un tout petit ! Un joli Ferguson gris comme celui de notre voisin —, j’aurais été à coup sûr l’un des plus habiles conducteurs de tracteur du village.
— (…) dans l’énorme marmite suspendue à la crémaillère de la cheminée (eh oui ! Nous avions une vraie crémaillère, pas une crémaillère métaphorique, non, une crémaillère costaude, bien pendue) trônait le gros quartier de porc (…).

Un festival !

Mais je me demande si, dans cette affaire, il ne faut pas attribuer une part de responsabilité au correcteur orthographique utilisé par la collègue. Je sais que celui que Word m’impose quand je ne le mets pas hors service souligne en rouge tout passage où figure un ? ou un ! suivi d’une bdc. Quel technocon US a-t-il pondu une telle ânerie qui aboutit à ce qu’il ne serait plus possible de placer une interjection ou un juron au milieu d’une phrase ? (Mais mon correcteur automatique ne dit rien quand il trouve ?, ou !, suivi d’une bdc. La virgule doit lui convenir. Alors qu’en bonne typographie — c’est du moins ce que dit mon vieux code typo du Syndicat des correcteurs — le ! et le ? ne peuvent être suivis que de points de suspension.) Bref : le tort de ma correctrice a peut-être été de faire confiance à une machine…

En tout cas, pour l’exemple qui suit, Microsoft n’est pas en cause. J’avais écrit : « Quelle belle aventure j’avais encore vécue ! » La dame ayant eu vent d’une règle traitant de l’accord de coûter, vivre, valoir (les cent euros qu’a coûté, les cent ans qu’il a vécu, etc.), elle corrigea ma phrase en exigeant vécu invariable. Je crois qu’elle n’avait pas lu jusqu’au bout son manuel et ne savait donc pas que, pris au sens figuré, ces verbes s’accordent avec le COD placé avant : les félicitations que m’a values…, les efforts que m’a coûtés…, les belles heures que j’ai vécues…
Bien sûr, je protestai véhémentement sur le BAT. Elle maintint. Après tout, je n’étais que l’auteur… (Je lui avais bien signalé que j’étais correcteur depuis au moins aussi longtemps qu’elle, mais je crois que, justement, cela l'avait braquée contre moi.)
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 531
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par PascalSR » 18 janv. 2010, 11:44

Donc, pour les impétrants correcteurs, pour synthétiser le message de Coco, il faut impérativement retenir qu'il ne faut pas retoucher le texte — sauf à la demande de l'auteur et/ou de l'éditeur — s'il n'y a pas de fautes ou si le texte est suffisamment compréhensible. Si une graphie, une orthographe ou un tour grammatical est utilisé, est correct, mais que vous ne la connaissiez pas ou ne l'utilisez pas souvent, il ne faut pas intervenir, si ce n'est dans l'optique de l'harmonisation.

C'est vraiment une des clefs du métier !

P.S. pour Coco : à ta place, je me serais rendu jusqu'à elle pour lui demander des comptes ! :evil:
Ces technologies fabriquent une société qui détruit ce qui permet une vie décente.
Sous nos yeux, on voit le monde plonger dans le libéralisme.
sinequanon
Messages : 7
Inscription : 03 déc. 2007, 15:09
Contact :

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par sinequanon » 18 janv. 2010, 13:21

Une correctrice qui travaille dans le métier depuis pas mal d'années m'a souvent répété :
"Il vaut mieux laisser une faute qu'en ajouter une."
Catherine_75
Messages : 699
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par Catherine_75 » 18 janv. 2010, 14:47

sinequanon a écrit :Une correctrice qui travaille dans le métier depuis pas mal d'années m'a souvent répété :
"Il vaut mieux laisser une faute qu'en ajouter une."
Tout à fait.
Quand on débute, et je n'ai pas fait exception à la règle, on est tellement anxieux à l'idée de laisser passer des fautes, qu'on trouve parfois moyen de corriger ce qui est correct.
des Esseintes

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par des Esseintes » 18 janv. 2010, 20:48

« Le bon correcteur laisse des fautes ; le mauvais en ajoute. » Bernard « Bernie » Laygues. Pas ?
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par coco47 » 19 janv. 2010, 01:56

PascalSR a écrit :P.S. pour Coco : à ta place, je me serais rendu jusqu'à elle pour lui demander des comptes ! :evil:
J'ai alerté la secrétaire d'édition, mais elle ne connaissait même pas la correctrice, qui était sous-traitante au deuxième degré ! Où est donc la sacro-sainte traçabilité ?

@ des Esseintes. J'étais sûr qu'on parlerait ici, un jour, de Bernard Laygues. Y a pas que Colignon tout de même !
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 531
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Re: Perles de correcteurs ?

Message non lu par PascalSR » 19 janv. 2010, 05:50

D'ailleurs, est-ce que ce bon vieux Bernard soumet toujours les Formacomistes à son fameux texte à paronymes ?

Y a-t-il eu des zéro-faute, ces dernières années ?

Normalement, il devrait se souvenir de moi, même après cinq ans.

Une chose qu'il nous a apprise qui m'a marqué, parce qu'il a avoué l'avoir lui-même apprise à ses dépens à la suite d'une non-intervention fâcheuse : l'antonymie caractérisée entre « capitaine d'industrie » et «ichevalier d'industrie ».

Bien se cultiver, c'est savoir savoir, apprendre à connaître et ne pas avoir honte d'ignorer.
Ces technologies fabriquent une société qui détruit ce qui permet une vie décente.
Sous nos yeux, on voit le monde plonger dans le libéralisme.
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »