Association correcteurs

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
Avatar de l’utilisateur
loony
Messages : 273
Inscription : 02 mars 2010, 14:30
Contact :

Association correcteurs

Message non lu par loony » 03 avr. 2018, 11:31

Bonjour tout le monde !

Je ne suis pas venue ici depuis des lustres, j'espère que vous allez tous bien et que vous tenez bon dans ce fabuleux métier.
Je suis tombée sur ça hier, en scrollant sur Facebook : https://www.franceculture.fr/litteratur ... e=Facebook

Bonne lecture ! :wink:
Ilola
Messages : 63
Inscription : 28 oct. 2017, 07:14
Contact :

Re: Association correcteurs

Message non lu par Ilola » 28 avr. 2018, 15:19

Voilà une très bonne idée, merci pour l'info !
cargo06
Messages : 197
Inscription : 08 déc. 2011, 18:33
Contact :

Re: Association correcteurs

Message non lu par cargo06 » 28 avr. 2018, 19:28

Je ne sais dans quel fil placer le billet de François Morel hier matin sur France Inter. Le voilà !

« Pour certains vacanciers, c’est l’occasion de lire. Par exemple, un livre policier, le dernier Joël Dicker, pourquoi pas ? La disparition de Stéphanie Mailer.

Si vous l’avez déjà acheté, j’espère pour vous que vous ne vous êtes pas précipité dessus dès sa sortie et que vous n’êtes pas tombé sur l’un des 300.000 exemplaires de la première impression du livre où une erreur apparaît page 626, ligne 2, concernant le nom du meurtrier qui n’est pas le bon. Ce qui fait que le lecteur est comme une poule devant un Opinel page 626, ligne 2. Parce que quand vous vous tapez 2 lignes plus 626 pages pour qu’on vous trompe sur l’identité de l’assassin, c’est quand même un petit peu ballot…
Donc, si vous n’avez pas encore acheté le livre, demandez bien à votre libraire qu’il ne s’agit pas de la première impression du livre.

Les Editions de Fallois ne se sont pas gênés, ils ont écoulé les 300 000 premiers exemplaires, n’ont pas prévenu les libraires qui sont quand même les premiers contacts des lecteurs et se sont juste fendu d’un discret erratum sur leur site en bas de l’article consacré au dernier livre de Joël Dicker.

Le patron des éditions de Fallois répond à la critique en sollicitant Marcel Proust et les inadvertances célèbres de la littérature "Proust ne décrit-il pas dans La Prisonnière la mort de Bergotte qui renaît de ses cendres un peu plus loin ?"

Certes, mais l’importance du dénouement de l’histoire chez l’un et les méandres du style et de la mémoire chez l’autre font que Joël Dicker et Marcel Proust sont des écrivains qu’il n’est pas si difficile de différencier même quand on n’est pas détenteur d’un Master en littérature comparée.

"La disparition du correcteur." Ça pourrait être le titre d’un thriller. Précarisé, uberisé, le correcteur est l’objet d’une traque infernale. Une sordide histoire d’argent, un assassinat programmé, assumé, délibéré qui ferait que l’intérêt de la lecture ne serait plus de découvrir l’identité de l’assassin mais de s’amuser à débusquer toutes les fautes, erreurs, bévues qui jalonneraient le récit suite à la disparition du correcteur.[…] »
Répondre

Revenir vers « Correction & correcteurs »