Etre payé en salaires sans carte de presse : mode d'emploi ?

Tout savoir sur la carte de presse : comment l'obtenir ? Les conditions ? Les avantages de la carte de presse ? Abattement de charges et carte de presse ? Chômage et carte de presse ?
Clio
Messages : 62
Inscription : 17 mars 2003, 14:57
Localisation : Paris
Contact :

Etre payé en salaires sans carte de presse : mode d'emploi ?

Message non lu par Clio » 31 août 2006, 13:02

Bonjour et désolée d'avance si le sujet vous semble avoir été déjà abordé, je n'ai pas retrouvé sur les récents posts.
Question toute simple : qu'est-ce que ça change, concrètement, pour un employeur de payer en salaires un pigiste qui n'a pas sa carte de presse ?
Quid de l'abattement dans ce cas ?

Quels arguments avancer pour convaincre la partie adverse de nous payer en salaires et non en droits d'auteur (mis à part le fait que c'est une obligation, ce qui n'est pas toujours un argument suffisant à leurs yeux) ?

Merci d'avance pour vos éclaircissements !
Krill
Messages : 14
Inscription : 28 juil. 2005, 17:57
Contact :

Message non lu par Krill » 01 sept. 2006, 10:23

À mon avis tu vas avoir du mal. Les charges patronales étant plus importantes qu’une taxe sur les droits d’auteurs.

De plus, le fait d’être dans l’illégalité ne semble vraiment pas préoccuper les employeurs dès qu’il s’agit d’un /d’une pigiste. Surtout que le statut est on ne peut plus flou…

Ça ne lui apporte rien de te salarier, par contre toi ça te donne la possibilité d’obtenir le grand sésame.

Dans l’absolu, la pige reste aussi le meilleur moyen d'être embauché. Un journal/mag préfère toujours embaucher quelqu'un qu'il connaît, et à un pigiste régulier qui rend ses papiers à l'heure.

Il faut juste savoir s’armer de patience et manger des pâtes :wink:
cilou
Messages : 1658
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 01 sept. 2006, 10:38

Concrètement :
- les charges sont bien plus faibles en droits d'auteurs
- tu n'es pas salarié, donc il n'a aucun devoir envers toi. Alors qu'au bout de plusieurs mois de collaboration régulière en tant que pigiste salariée, tu es considérée comme étant en CDI, avec tous les droits qui vont avec : ancienneté (là, faut ramer pour l'avoir), indemnités de licenciement, etc.
Pour ta part, tu n'as pas droit à l'abattement sur les sommes reçues en droit d'auteur, puisque ce n'est pas considéré comme du journalisme.

Dans les faits, si l'employeur est récalcitrant, difficile de le faire changer d'avis sans risquer d'interrompre votre collaboration. Dis lui que c'est illégal, qu'il prend des risques en cas de redressement, que ce n'est pas motivant pour les pigistes, etc. Ensuite, à toi de voir si c'est un casus belli. Tu peux alors lui envoyer l'inspection du travail (pas de pitié pour les arnaqueurs !).
Clio
Messages : 62
Inscription : 17 mars 2003, 14:57
Localisation : Paris
Contact :

Message non lu par Clio » 04 sept. 2006, 18:13

Avec un peu de retard, je vous remercie tous deux pour ces infos. Mais les charges que paiera l'employeur s'il paie en salaires un pigiste non encarté sont-elles plus importantes que pour un pigiste encarté ? La différence est vraiment sensible ?
Effectivement, ce n'est pas gagné et à se rythme là, je ne risque pas de l'avoir cette carte. Mais on verra bien, je continue à réclamer un paiement en salaires, on a tous commencer comme ça, faudrait p't'être qu'ils s'en souviennent !
Merci à vous
Clio
zoom
Messages : 344
Inscription : 03 mai 2004, 09:41
Localisation : Montpellier
Contact :

Message non lu par zoom » 05 sept. 2006, 08:57

Rappelons que pour la premiere demande de carte de presse, la commission tient souvent compte des paiements en DA, car elle sait la difficulté que les pigistes sansCP ont a se faire payer en salaire. A veroifier aupres du delegué local de la carte... Avce la CP, plus de problemes en théorie !
Pour un pigiste encarté, il me semble que l'entreprise peut beneficier d'un abattement de charges sur les bas salaires, mais je ne suis pas certain que cela soit reserve aux detenteurs de CP ?

Le seul inconvenient d'obtenir une CP vient ensuite de certains employeurs qui preferent faire l'impasse sur les pigistes encartés, pour ne pas etre obligés de payer des salaires supplementaires. La CP devient alors une sorte de "handicap commercial" pour se vendre, mais il s'agit là d'une minorité d'employeurs, qui se révèlent en général peu intéressants a long terme :twisted:
Meme soucis pour les photographes titulaires de la CP, qui entrent en concurrence avec leurs collegues declares comme "auteurs" (payés en Agessa le plus legalement du monde), beaucoup moins chers une fois les charges comptabilisées. Sans parler de ceux qui sont travailleurs independants et qui facturent leurs images: le reve du comptable !

Pas toujours facile de defendre son statut de pigiste salarié ces temps ci, enore plus si on est journaliste photographe...
:roll:
Répondre

Revenir à « Carte de presse »