Pourquoi je voterai : "OUI" !

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
LeNonce
Messages : 19
Inscription : 24 sept. 2004, 19:06
Localisation : In excelsis
Contact :

Message non lu par LeNonce » 26 mai 2005, 18:03

Moi, je veux bien, Jigisu. Mais dans le traité, les références à l'atlantisme sont nombreuses et appuyées, jusqu'à parler de "compatibilité" avec la PESC.

L'UE s'étend suivant l'adhésion des pays de l'Est à l'OTAN. Le Premier "Monsieur PESC" de l'UE qui sera nommé sous peu, ce sera Javier Solana, ancien gauchiste, ancien secrétaire général de l'OTAN à la fin des années 90 et depuis atlantiste patenté. Comme Barroso, actuel président de la Commission européenne.

Et finalement, parmi les Etats-membres, les seuls qui savent ce qu'ils veulent et font tout pour l'obtenir sont ceux qui ne veulent pas d'Europe politique, mais un espèce de prolongement américain en Europe (UK, Pologne, pays de l'Est, Italie de Berlusconi). C'est ce qui est en train d'arriver. Et ça ne me plaît pas du tout.

Ce n'est pas la présidence européenne que Juncker va laisser à Tony Blair à l'automne qui permettra de dire le contraire...
Dernière modification par LeNonce le 26 mai 2005, 19:20, modifié 1 fois.
Jigisu
Messages : 46
Inscription : 17 mars 2005, 16:25
Contact :

Message non lu par Jigisu » 26 mai 2005, 19:02

germain.leutwyler a écrit :C'est n'importe quoi, Jigisu !!! Depuis quand ce TCE veut instaurer une Europe politique et démocratique ?
L'idée d'une Constitution est née en 2000 avec l'echec du traité de Nice.
Le traité de Nice devait rééquilibrer le pouvoir entre les petits pays et les grands pays: si l'on avait rien fait lors du passage de 15 à 25, les 11 pays les plus petits représentant 7% de la population européenne auraient imposés leur lois aux 6 plus gros (74% de la population).
Le traité de Nice "arrange" un peu les choses, mais pas suffisamment (l'Allemagne représente à peine plus de voix que la Pologne alors qu'elle est deux fois plus peuplée), en plus il y a un certain nombre de blocages institutionnels.
Au Conseil des Ministres la prise de décision nécessite 3 seuils: 74,3% des voix représentant 50% des Etats représentant eux-mêmes 62% de la population.

La Constitution proposée par les Allemands, soutenue par la France a deux grands objectifs: redonner plus de voix aux grands pays et simplifier la prise de descision.

Dans les deux cas, l'objectif semble atteint:
- le poids de la France passerait -de mémoire- de 7 à 14 % au sein du Conseil des ministres: c'est un traité plus démocratique puisqu'il redonne plus de pouvoir aux pays les plus peuplés, donc à la majorité.
- La procédure de vote est simplifiée puisque 2 seuils sont désormais necessaires: 55% des pays représentant 65% de la population, rendant plus simple la prise de déscision.
- Le vote à la majorité qualifiée devient la règle, l'unanimité l'exception: les prises de décisions sont donc plus aisées:

On va donc vers une Europe de la descision plus démocratique.
Ce simple constat devrait suffire à convaincre de voter OUI.
Maintanant les politiques menées dépendront des pouvoirs en place, donc seront en partie dues aux choix des citoyens.
Si c'était vrai, depuis le temps on le verrait ! Comme Delors, qui en 1992 demandait qu'on accepte l'euro et promettant une Europe sociale pour la suite. Depuis 15 ans, on attend pour des prunes et ce Traité Capitaliste Ehonté est une forfaiture et une trahison pour les citoyens européens.
Le fait que l'Europe sociale n'est pas avancée ne signifie pas que Delors ou d'autres n'aient pas essayés de la faire avancer.

Jigisù Image
SacriPanard

Message non lu par SacriPanard » 26 mai 2005, 22:27

Il n’y a pas une administration au monde qui ait crée une richesse. Elles ne rendent pas « possible » ce qui ne l’est déjà.
Les pays Européens débordent de structures de cette nature.
Il faut littéralement une loi, et du personnel, pour définir comment pisser contre un arbre.

Il n’y a aucune avancée, à adopter ce que chaque pays a déjà adopté.
Le communisme serait-il né ?
Pas de constitution équivaudrait à un effondrement économique privé ?

L’argent du peuple français investi dans des consortiums européens privés, n’est pas la qualité innovatrice de l’administration qui la dépense.
Le gain, la spéculation, « patronner » le peuple Français n’a jamais été l’objectif d’une république.

Non en définitive, Non, aux ajouts structurels d’une constitution "répétition", qui n’est pas un pacte social contraignant et universel.

Il n’y aura pas de richesse supplémentaire, pas de gain supplémentaire, pas d’avantages supplémentaires, pas de solidarité supplémentaire,
c’est un appareil étatique de plus.

La France leader serait une France qui dépendrait de se qu’elle propose et s’effondrerait de son abandon. C’est de la démagogie, de l’ironie, c’est l’argument ouvertement de mauvaise foi.
Le leader propose ce qui permettrait de le détruire, par un refus de sa proposition C’est une ineptie.

Le Non n’est pas l’abandon du bien contre le mal.
germain.leutwyler
Messages : 83
Inscription : 16 mars 2005, 12:43
Localisation : Genève, Suisse
Contact :

Message non lu par germain.leutwyler » 27 mai 2005, 01:47

Depuis 1983, on a vu ce qu'a donné le libéralisme:

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=15299

Il est grand temps de reprendre le gouvernail de notre avenir en votant NON à la fin de la démocratie et à son remplacement par l'argurocratie !
Jigisu
Messages : 46
Inscription : 17 mars 2005, 16:25
Contact :

Message non lu par Jigisu » 28 mai 2005, 22:56

Non en définitive, Non, aux ajouts structurels d’une constitution "répétition", qui n’est pas un pacte social contraignant et universel.

Il n’y aura pas de richesse supplémentaire, pas de gain supplémentaire, pas d’avantages supplémentaires, pas de solidarité supplémentaire,
c’est un appareil étatique de plus.
Si tu penses qu'il n'y a aucun avantage à voter Oui à la constitution européenne, dans ce cas le vote le plus cohérent est le vote blanc.
Et ce n'est pas un appareil étatique de plus, car celui existe déjà: voter non ne le fera pas disparaître.
La France leader serait une France qui dépendrait de se qu’elle propose et s’effondrerait de son abandon. C’est de la démagogie, de l’ironie, c’est l’argument ouvertement de mauvaise foi.
Le leader propose ce qui permettrait de le détruire, par un refus de sa proposition C’est une ineptie.
Mauvais calcul de Chirac qui aurait pu se contenter de faire passer le texte à l'Assemblée -simple formalité- mais M. est gourmand et se fera -peut-être- taper sûr les doigts:
Si le non l'emporte on pourra dire qu'il nous aurait bien fait rigoler ce président: dans le genre j'ai décidé de dissoudre l'Assemblée ...
Il faudrait un nom pour ça: Une chiraquerie ? Une chiracade ?
Ah puis quand les guignols le perdront, ce sera dramatique... :lol:

Le Non n’est pas l’abandon du bien contre le mal.
Non, le non est juste la mauvaise alernative.[/i]
germain.leutwyler
Messages : 83
Inscription : 16 mars 2005, 12:43
Localisation : Genève, Suisse
Contact :

Message non lu par germain.leutwyler » 29 mai 2005, 01:17

Allez, une petite vidéo pour vous changer les idées:

http://www.nouveauxmessagers.com/
germain.leutwyler
Messages : 83
Inscription : 16 mars 2005, 12:43
Localisation : Genève, Suisse
Contact :

Message non lu par germain.leutwyler » 29 mai 2005, 01:36

François Hollande sur France Culture le 26 mai à midi : « si Chirac avait mis en jeu son mandat, le PS aurait naturellement appelé à voter NON, comme pour De Gaulle en 69 »...

Et quand le journaliste, médusé, demande de reformuler, le patron du PS en remet une couche.

On mesure là dans toute son indécence, la position politicienne du PS, intéressé exclusivement par le pouvoir, très loin du texte pour qui on peut finalement aussi bien appeler à voter Oui que Non en fonction de considérations tactiques.

C’est simplement consternant. On est au degré zéro du respect des citoyens : le texte suprême, (dont je rappelle qu’il consacre à la fois des institutions non démocratiques, la privation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes sur le plan économique et l’instrumentalisation du chômage par une politique forcée de lutte contre l’inflation) on s’en fout : ce texte aujourd’hui ardemment défendu par le PS comme une urgente nécessité, ce texte aurait pu aussi bien être rejeté par le PS si le pouvoir s’était offert rapidement à ce prix.

Pour le PS, on peut donc aussi bien dire Oui ou Non : ce qui compte, c’est faire tomber l’adversaire politique du moment et reprendre le pouvoir.
Et il faut faire confiance à ces gens-là ?

NON merci !
SacriPanard

Message non lu par SacriPanard » 29 mai 2005, 11:19

car celui existe déjà: voter non ne le fera pas disparaître.
C’est la politique « du fait accompli », qui n’a rien de positive.
Une politique participative, déjà au niveau parlementaire, opposée à une politique de clans, aurait probablement freiné des ambitions électoralistes.
Non, le non est juste la mauvaise alternative.
Généralité Non argumentée.
Le bilan de service, de réussite, de l’appareil Europe, n’est que pure administration.

Di duou, V’là qu’il me cause en bon patois.
germain.leutwyler
Messages : 83
Inscription : 16 mars 2005, 12:43
Localisation : Genève, Suisse
Contact :

Message non lu par germain.leutwyler » 29 mai 2005, 11:22

Un beau dess(e)in pour la France:

http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=15586

Si vous vous appelez Roger, je peux comprendre que vous votiez OUI. Mais si vous ne vous appelez pas Roger, votez NON, NOM DE NOM !
Répondre

Revenir à « Discussion générale »