Appel à témoignages

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
Catherine_75
Messages : 696
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Appel à témoignages

Message non lu par Catherine_75 » 27 juin 2011, 19:35

Appel à témoignages
Romans, essais, ouvrages d'art, scientifiques ou d'actualité : si au cours de vos lectures vous relevez des erreurs (fautes d'orthographe ou de français, dates ou faits erronés, légendes inadéquates…), votre témoignage nous intéresse. Merci d'envoyer les références du (des) livre(s) concerné(s) à :
Rédaction de Que choisir
Arnaud de Blauwe
233, boulevard Voltaire
75011 Paris
prof
Messages : 530
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Appel à témoignages

Message non lu par prof » 29 juin 2011, 22:29

Catherine_75 a écrit : Appel à témoignages
Bonjour !
.....Pouvez-vous nous dire à quoi sert cet appel ?
.....Cordialement.
Catherine_75
Messages : 696
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Appel à témoignages

Message non lu par Catherine_75 » 29 juin 2011, 23:36

Bonsoir,

Je croyais que c'était clair. Le magazine Que choisir veut parler des livres bourrés de fautes et fera peut-être une comparaison entre éditeurs. J'ose imaginer qu'on y parlera des correcteurs, et que le résultat de l'enquête incitera certains éditeurs mal notés dans l'article à recourir aux services desdits correcteurs, c'est à dire nous !

Il me semble donc utile d'alimenter leur dossier.

Catherine
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Appel à témoignages

Message non lu par ann65 » 30 juin 2011, 10:25

Je me posais la même question que Prof...

La question à se poser à mon avis serait : Les lecteurs sont-ils prêts à payer plus chers les livres qu'ils achètent pour être "sûrs" de ne pas y trouver de fautes ?
Cleme
Messages : 94
Inscription : 27 avr. 2007, 08:06
Contact :

Re: Appel à témoignages

Message non lu par Cleme » 30 juin 2011, 10:46

ann65 a écrit :La question à se poser à mon avis serait : Les lecteurs sont-ils prêts à payer plus chers les livres qu'ils achètent pour être "sûrs" de ne pas y trouver de fautes ?
Alors ça ! Tu ne crois pas que la question serait plutôt : vu le prix des livres qu'ils achètent, les lecteurs ne seraient-ils pas en droit d'attendre qu'ils soient d'une qualité irréprochable ? Ce n'est pas le budget correction qui va plomber le prix d'un bouquin !

Entre un livre truffé de fautes et d'infos non vérifiées et un autre, nickel mais plus cher, tu choisis lequel ?
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Appel à témoignages

Message non lu par ann65 » 30 juin 2011, 16:15

Cleme a écrit :
Alors ça ! Tu ne crois pas que la question serait plutôt : vu le prix des livres qu'ils achètent, les lecteurs ne seraient-ils pas en droit d'attendre qu'ils soient d'une qualité irréprochable ? Ce n'est pas le budget correction qui va plomber le prix d'un bouquin !

Entre un livre truffé de fautes et d'infos non vérifiées et un autre, nickel mais plus cher, tu choisis lequel ?
Je choisis les bouquins en fonction de leur auteur, en fonction du résumé, en fonction des critiques que j'ai lues et aussi en suivant les conseils de mon libraire préféré (qui est de très bon conseil)...

Et j'ai honte... mais pour être tout à fait honnête, je ne remarque pas souvent les fautes dans les bouquins. Et quand j'en remarque, ça me fait plutôt sourire que sauter au plafond. :(
J'ai dû m'habituer à la médiocrité, ou je lis trop vite, ou alors je suis très nulle en orthographe. :?
Quant aux infos non vérifiées... je ne vérifie pas.... Si dans un bouquin quelque chose me choque parce que j'ai lu par ailleurs autre chose, je me dis que l'auteur n'est pas bon... Je ne pense pas "Ah, s'il y avait eu un correcteur, cette info aurait été corrigée !"

Donc je ne peux pas t'aider Catherine... Mais je fais remonter ta discussion... C'est d'jà ça...
Catherine_75
Messages : 696
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Appel à témoignages

Message non lu par Catherine_75 » 01 juil. 2011, 11:59

Cleme a écrit :Alors ça ! Tu ne crois pas que la question serait plutôt : vu le prix des livres qu'ils achètent, les lecteurs ne seraient-ils pas en droit d'attendre qu'ils soient d'une qualité irréprochable ? Ce n'est pas le budget correction qui va plomber le prix d'un bouquin !

Entre un livre truffé de fautes et d'infos non vérifiées et un autre, nickel mais plus cher, tu choisis lequel ?
Tout à fait d'accord, Cleme. À titre indicatif, sur un livre qui coûte 10 €, l’éditeur perçoit environ 1,50 €, et ce pour l'ensemble des postes : création éditoriale, relecture, correction, mise en forme, maquettage, marketing, promotion commerciale, service de presse, vente de droits étrangers et de droits audiovisuels et frais de structure… On peut présumer que, sur 1,50 €, le poste « correction » qui est le plus négligé et le moins important de tous aux yeux de l'éditeur, ne doit pas aller au-delà de 1 centime, et je suis sans doute très généreuse…
http://www.graphiline.com/article/11602 ... -par-poste
ann65 a écrit :Si dans un bouquin quelque chose me choque parce que j'ai lu par ailleurs autre chose, je me dis que l'auteur n'est pas bon... Je ne pense pas "Ah, s'il y avait eu un correcteur, cette info aurait été corrigée !"
J'imagine que c'est la réaction de la majorité des lecteurs parce qu'ils ne connaissent pas, ou mal, le travail d'un correcteur.

D'où l'intérêt de faire mieux connaître ce métier, et donc d'aider, dans la mesure du possible, Que choisir à réaliser son enquête.
azucena
Messages : 51
Inscription : 01 août 2008, 20:12
Contact :

Re: Appel à témoignages

Message non lu par azucena » 22 juil. 2011, 05:07

Coucou Catherine et coucou à tous !

Merci Catherine, je ne manquerai pas de t'indiquer quelques titres...

Il est toujours permis d'espérer... Les gens, c'est sûr, se demandent pourquoi il y a tant de correcteurs au Pôle emploi... et tant de bouquins truffés de fautes... ou l'inverse.
C'est un peu comme les caissières "de chez Géant" ou "de chez Carrefour", il y en a plein aussi au Pôle emploi et quand tu attends à la caisse du supermarché, on t'invite à te débrouiller tout seul à la caisse automatique. J'enrage ! :evil:

Sans rire... Faites donc une recherche "correcteurs" sur Internet, vous tomberez neuf fois sur dix sur ces saletés de correcteurs "zotomatiques" décérébrés.

Il y a bien des gens qui ignorent ce qu'est un véritable correcteur. Les rares personnes qui connaissent ce métier s'imaginent que c'est un boulot pépère / plan-plan, un truc de "planqué"... où tu t'en mets "plein les fouilles" juste en appuyant sur un bouton.

Je suis un peu hors sujet mais ceci va avec cela...

J'ai commencé à travailler hier matin à 6 h 45 sur un essai socio-politique truffé d'erreurs en tous genres... Je viens de finir ce matin à 3 h 30... presque pas de pauses. En plus, bien mal m'en a pris, j'ai voulu positionner les appels de notes selon les normes du Code typo (le lecteur s'en fout comme de sa première paire de chaussettes). Je ne sais pas ce que j'ai trafiqué, j'ai perdu toutes les notes de bas de page(s) de l'ouvrage et, quand j'ai voulu les recomposer, impossible de passer de l'appel 7 à l'appel 8... Word me remettait toujours l'appel 9 après le 7, quelle bataille ! Mais j'ai fini par gagner... Un truc de dingues, j'ai remis vingt fois l'ouvrage sur le métier. Ma cliente est une voisine... du coup, elle a droit à un tarif "super sympa". Cependant, de son côté elle doit être persuadée que je la vole et moi, quand je fais le compte, je m'aperçois que j'ai gagné 2 € de l'heure et un sacré mal de crâne... Mamma mia ! Porca miseria...

Bon, on le fait quand ce syndicat unitaire, à tarif plancher unitaire ? Ne serait-il pas dans notre intérêt commun d'y songer quelque peu ? Je vois ça un peu comme une petite mais honnête Mafia bien à nous, grâce à laquelle nous nous distribuerions les travaux, une sorte de plate-forme (j'en suis encore à l'orthographe de mon institutrice...) par laquelle les clients seraient un peu obligés de passer et qui aurait aussi un peu le rôle d'un conseil de l'Ordre...

À titre d'exemple, j'ai eu une légère prise de bec ce matin avec un "écrivain public" qui vend aux étudiants la page relue, corrigée, voire réécrite au prix de 0,70 €... Dur à avaler tout de même quand on sait que ladite page comporte environ 3 500 signes !... Jusqu'où certains vont-ils dégringoler ? Pour faire perdre toute crédibilité à notre profession, c'est de première ! Je veux bien accorder de bas tarifs aux étudiants mais là, il y en avait pour au moins une bonne journée de travail... 20 pages x 070 € = 14 € (brut) la journée !
C'est comme les romans de gare comportant quelque 300 000 signes pour 150 € le roman... et il y a preneur !

Allez, je vais au dodo. Complètement décalée ! Flûte, il me revient en tête que je dois me lever tôt pour amener ma "Titine" au contrôle technique...

Je n'ai pas relu, trop sommeil...

Ciao ragazzi! Buona notte... Euh !... fine di notte... RRRrrrr... RRRrrrr
Catherine_75
Messages : 696
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Appel à témoignages

Message non lu par Catherine_75 » 27 juil. 2011, 11:50

azucena a écrit :Coucou Catherine et coucou à tous !

Merci Catherine, je ne manquerai pas de t'indiquer quelques titres...

Il est toujours permis d'espérer... Les gens, c'est sûr, se demandent pourquoi il y a tant de correcteurs au Pôle emploi... et tant de bouquins truffés de fautes... ou l'inverse.
C'est un peu comme les caissières "de chez Géant" ou "de chez Carrefour", il y en a plein aussi au Pôle emploi et quand tu attends à la caisse du supermarché, on t'invite à te débrouiller tout seul à la caisse automatique. J'enrage ! :evil:

Sans rire... Faites donc une recherche "correcteurs" sur Internet, vous tomberez neuf fois sur dix sur ces saletés de correcteurs "zotomatiques" décérébrés.

Il y a bien des gens qui ignorent ce qu'est un véritable correcteur. Les rares personnes qui connaissent ce métier s'imaginent que c'est un boulot pépère / plan-plan, un truc de "planqué"... où tu t'en mets "plein les fouilles" juste en appuyant sur un bouton.

Je suis un peu hors sujet mais ceci va avec cela...

J'ai commencé à travailler hier matin à 6 h 45 sur un essai socio-politique truffé d'erreurs en tous genres... Je viens de finir ce matin à 3 h 30... presque pas de pauses. En plus, bien mal m'en a pris, j'ai voulu positionner les appels de notes selon les normes du Code typo (le lecteur s'en fout comme de sa première paire de chaussettes). Je ne sais pas ce que j'ai trafiqué, j'ai perdu toutes les notes de bas de page(s) de l'ouvrage et, quand j'ai voulu les recomposer, impossible de passer de l'appel 7 à l'appel 8... Word me remettait toujours l'appel 9 après le 7, quelle bataille ! Mais j'ai fini par gagner... Un truc de dingues, j'ai remis vingt fois l'ouvrage sur le métier. Ma cliente est une voisine... du coup, elle a droit à un tarif "super sympa". Cependant, de son côté elle doit être persuadée que je la vole et moi, quand je fais le compte, je m'aperçois que j'ai gagné 2 € de l'heure et un sacré mal de crâne... Mamma mia ! Porca miseria...

Bon, on le fait quand ce syndicat unitaire, à tarif plancher unitaire ? Ne serait-il pas dans notre intérêt commun d'y songer quelque peu ? Je vois ça un peu comme une petite mais honnête Mafia bien à nous, grâce à laquelle nous nous distribuerions les travaux, une sorte de plate-forme (j'en suis encore à l'orthographe de mon institutrice...) par laquelle les clients seraient un peu obligés de passer et qui aurait aussi un peu le rôle d'un conseil de l'Ordre...

À titre d'exemple, j'ai eu une légère prise de bec ce matin avec un "écrivain public" qui vend aux étudiants la page relue, corrigée, voire réécrite au prix de 0,70 €... Dur à avaler tout de même quand on sait que ladite page comporte environ 3 500 signes !... Jusqu'où certains vont-ils dégringoler ? Pour faire perdre toute crédibilité à notre profession, c'est de première ! Je veux bien accorder de bas tarifs aux étudiants mais là, il y en avait pour au moins une bonne journée de travail... 20 pages x 070 € = 14 € (brut) la journée !
C'est comme les romans de gare comportant quelque 300 000 signes pour 150 € le roman... et il y a preneur !

Allez, je vais au dodo. Complètement décalée ! Flûte, il me revient en tête que je dois me lever tôt pour amener ma "Titine" au contrôle technique...

Je n'ai pas relu, trop sommeil...

Ciao ragazzi! Buona notte... Euh !... fine di notte... RRRrrrr... RRRrrrr
Bonjour ! Ça fait plaisir de te croiser sur ce forum, il me semble qu'il y a longtemps que ce n'était pas arrivé. Inutile de m'envoyer, à moi, des titres d'ouvrages mal corrigés, c'est au magazine Que choisir qu'il faut les adresser.
Oui, c'est inquiétant, ces correcteurs de plus en plus nombreux qui pratiquent des tarifs plus que dérisoires… Il faudrait qu'ils se rendent compte qu'ils gagneraient davantage en faisant deux heures de ménage par jour au lieu d'une journée de travail acharné de correction…
J'imagine qu'ils agissent ainsi pour pouvoir travailler, mais ils se trompent de méthode. C'est surtout contre le système qu'il faut se bagarrer, mais bien sûr, c'est difficile.

Bon courage !
Fripouille

Re: Appel à témoignages

Message non lu par Fripouille » 05 mai 2012, 20:54

Très intéressant cet appel !
Quelles en ont été les suites :P ?
Catherine_75
Messages : 696
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Appel à témoignages

Message non lu par Catherine_75 » 06 mai 2012, 12:14

un grand dossier intéressant dans le numéro de janvier de Que Choisir .
FlorentT
Messages : 138
Inscription : 09 févr. 2012, 15:45
Localisation : Luxembourg
Contact :

Re: Appel à témoignages

Message non lu par FlorentT » 06 mai 2012, 12:48

Le site du syndicat des correcteurs reproduit le dossier (ou une partie ?) sous le lien http://www.correcteurs.org/images/files ... v.2012.pdf.
Fripouille

Re: Appel à témoignages

Message non lu par Fripouille » 08 mai 2012, 14:39

Merci pour ce lien ! Article très intéressant (même question que Florent : est-il complet ?). Ça fait peur, et je comprends pourquoi on voit tant de fautes, même chez des éditeurs renommés que je pensais pourtant toujours rigoureux à ce sujet :oops: .

Au fait, n'y a-t-il pas une faute dans l'article ? 1re page (Une relecture au lieu de trois) :
9000 signes (la longueur de cet article en comptant les lettres et les espaces entre les mots, appelés "signes" dans l'édition)
ne fallait-il pas un e à appelées (ça se réfère bien à lettres et espaces, non ?) :?:
prof
Messages : 530
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Appel à témoignages

Message non lu par prof » 08 mai 2012, 15:02

Fripouille a écrit :Ça fait peur
.....Si j'en juge par la description que le journaliste fait de notre métier, je doute que son texte ait été relu par un correcteur professionnel.
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »