Correction à 12 euros de l'heure = dumping ?

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
Luc99
Messages : 1
Inscription : 07 sept. 2009, 12:20
Contact :

Correction à 12 euros de l'heure = dumping ?

Message non lu par Luc99 » 07 sept. 2009, 12:39

Bonjour à tous.

Je viens de perdre un appel d'offres (correction dans l'édition) parce qu'un confrère a fait une proposition à 12 euros de l'heure (pour simplifier, je convertis le tarif originellement exprimé en nombre de signes à l'heure en tarif horaire).

J'ai appris par l'éditeur que cette personne avait été formée en école spécialisée ; il me semble donc qu'elle doit connaître les tarifs habituellement pratiqués (et je sais bien que l'on peut gloser sur le "habituellement"). Pour ma part, je demande un tarif entre 17 et 20 euros de l'heure suivant les cas.

Trouvez-vous que j'exagère en employant le mot "dumping" ?
Je me demande même si, toutes charges et impôts déduits, et en calculant sur une base de 35 ou 39 heures par semaine, cette personne parvient encore à atteindre le SMIC ??

À vous lire.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Correction à 12 euros de l'heure = dumping ?

Message non lu par ann65 » 07 sept. 2009, 12:54

Luc99 a écrit :Bonjour à tous.

Je viens de perdre un appel d'offres (correction dans l'édition) parce qu'un confrère a fait une proposition à 12 euros de l'heure (pour simplifier, je convertis le tarif originellement exprimé en nombre de signes à l'heure en tarif horaire).

J'ai appris par l'éditeur que cette personne avait été formée en école spécialisée ; il me semble donc qu'elle doit connaître les tarifs habituellement pratiqués (et je sais bien que l'on peut gloser sur le "habituellement"). Pour ma part, je demande un tarif entre 17 et 20 euros de l'heure suivant les cas.

Trouvez-vous que j'exagère en employant le mot "dumping" ?
Je me demande même si, toutes charges et impôts déduits, et en calculant sur une base de 35 ou 39 heures par semaine, cette personne parvient encore à atteindre le SMIC ??

À vous lire.
Cette personne ayant remporté l'AO est peut-être inscrite en tant qu'auto-entrepreneur et ses charges sont donc moindres que celles d'un salarié ou d'un travailleur indépendant (environ 43% de charges sociales - Urssaf, RSI et Cipavi - pour le TI contre 23% pour l'auto-entrepreneur).
Quoi qu'il en soit 12 euros de l'heure - 23%... ça fait 9,24, moins qu'un salaire de femme de ménage à Paris (11 euros/ heure + 7 euros environ de charges sociales)
Encore un bel exemple de "cassage" du marché...

J'ajouterai que cette personne (contrairemnt à ma femme de ménage) a des frais pour pouvoir travailler (ordi, abo tél et internet, papier, encre, déplacements...).
A 12 euros brut de l'heure, son chiffre d'affaires mensuel est de moins de 1800 euros, auquel elle doit retirer les charges sociales et ses frais pro.
En bossant TOUS LES MOIS 35 heures/ semaine elle gagne donc, en moyenne, moins de 1400 euros (bénéfice net) mensuels.

Encore faut-il qu'elle ait le même volume de boulot toute l'année (équivalent plein temps)...

Peut-être fait-elle travailler des petites mains francophones à 4 euros de l'heure en sous marin...
Dernière modification par ann65 le 07 sept. 2009, 14:20, modifié 2 fois.
supermag
Messages : 148
Inscription : 26 juin 2004, 16:25
Contact :

Message non lu par supermag » 07 sept. 2009, 14:15

Peut-être que cette personne travaille très vite, auquel cas, son salaire horaire ne serait pas de 12 euros de l'heure, mais bien plus. Ou bien encore, cette dernière ne cherche qu'un complément de salaire et ne souhaite pas dépasser certains seuils de chiffre d'affaires pour x raisons (aides,...).
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 07 sept. 2009, 14:22

supermag a écrit :cette dernière ne cherche qu'un complément de salaire et ne souhaite pas dépasser certains seuils de chiffre d'affaires pour x raisons (aides,...).
Effectivement et dans ce cas peu lui chaut de cotiser peu et d'avoir une très faible protection sociale grâce à ce travail de correction C'est d'ailleurs la vocation première du statut d'auto-entrepreneur : un complément de revenus.
Catherine_75
Messages : 697
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Message non lu par Catherine_75 » 16 sept. 2009, 00:30

ann65 a écrit :
supermag a écrit :cette dernière ne cherche qu'un complément de salaire et ne souhaite pas dépasser certains seuils de chiffre d'affaires pour x raisons (aides,...).
Effectivement et dans ce cas peu lui chaut de cotiser peu et d'avoir une très faible protection sociale grâce à ce travail de correction C'est d'ailleurs la vocation première du statut d'auto-entrepreneur : un complément de revenus.
Quelles que soient les raisons de cette personne de proposer à un éditeur de travailler pour 12 euros de l'heure, je suis scandalisée par cette façon de faire. Quand les correcteurs professionnels, qui n'ont que cette source de revenus, devront accepter de travailler à ce tarif s'ils veulent travailler -- parce que d'autres auront cassé les prix pour leur argent de poche --, ils seront obligés de trimer 7 jours 7 toute l'année pour s'en sortir s'ils ne veulent pas emmener leurs mômes à la soupe populaire.
azucena
Messages : 51
Inscription : 01 août 2008, 20:12
Contact :

Message non lu par azucena » 17 sept. 2009, 04:03

Et si vous connaissiez les grilles de salaires qu'appliquent certains employeurs vous trembleriez d'effroi !

C'est le cas d'un imprimeur que je connais ; il rétribue "son" correcteur, lequel a plus de trente ans d'expérience, à un salaire horaire qui, au fil du temps, a dégringolé jusqu'à atteindre le SMIC !. Soit huit euros et des poussières (brut) ! En outre, étant donné qu'il n'a plus assez de travail de correction à lui fournir, il lui fait faire n'importe quoi...

Un conseil : établissez-vous à votre compte et "bossez", peu importe votre statut. Vous mettrez certes du temps à vous faire une clientèle mais vous éviterez de tirer votre ceinture et le diable par la queue toute votre vie durant.
helenalice
Messages : 8
Inscription : 14 sept. 2007, 09:32
Contact :

Re: Correction à 12 euros de l'heure = dumping ?

Message non lu par helenalice » 17 sept. 2009, 11:02

[quote=". Pour ma part, je demande un tarif entre 17 et 20 euros de l'heure suivant les cas.[/quote]

j'ai une petite question : en une heure vous lisez et corrigez combien de signes ?
merci d'avance
Porcile
Messages : 142
Inscription : 16 déc. 2005, 12:43
Contact :

Re: Correction à 12 euros de l'heure = dumping ?

Message non lu par Porcile » 17 sept. 2009, 11:49

ann65 a écrit :Peut-être fait-elle travailler des petites mains francophones à 4 euros de l'heure en sous marin...
Payées en argent liquide, donc ?
Catherine_75
Messages : 697
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Message non lu par Catherine_75 » 17 sept. 2009, 11:53

azucena a écrit :Un conseil : établissez-vous à votre compte et "bossez", peu importe votre statut. Vous mettrez certes du temps à vous faire une clientèle mais vous éviterez de tirer votre ceinture et le diable par la queue toute votre vie durant.
Croyez-vous vraiment que travailler en indépendant vous permettra de vous en sortir mieux ?!
Si vous voulez avoir des revenus décents (en tenant compte de vos charges, des impôts, etc.), vous devez facturer environ le double du tarif d'un salarié. Pour en revenir au sujet de cette discussion, c'est une aberration de facturer 12 euros de l'heure, cela équivaut à peu près à un salaire de 6 euros, bien en-dessous de la rémunération du correcteur sous-payé dont vous parlez. Ce dernier a au moins les avantages du salariat : il ne peut pas être licencié du jour au lendemain sans raison ni indemnités, s'il est licencié il touchera les Assedic, il cotise à une caisse retraite, il bénéficie de congés payés, et j'en passe.

helenalice a écrit :Pour ma part, je demande un tarif entre 17 et 20 euros de l'heure suivant les cas.
j'ai une petite question : en une heure vous lisez et corrigez combien de signes ?
Même réponse : divisez par deux le tarif que vous facturez et vous aurez une idée de votre revenu réel.
En une heure, je corrige à la louche entre 6 000 et 12 000 signes, selon la difficulté du texte et le niveau de correction (exemples : 6 000 signes pour une préparation de copie d'un texte technique, 8 000 signes pour une prépa d'un texte littéraire, 12 000 signes pour une correction en première).

Je crains que les correcteurs ne soient amenés à travailler de plus en plus vite, donc de plus en plus mal, en pratiquant des tarifs de plus en plus dérisoires. Quel dommage pour ce beau métier qui part à vau-l'eau.
azucena
Messages : 51
Inscription : 01 août 2008, 20:12
Contact :

Message non lu par azucena » 17 sept. 2009, 13:55

J'entends bien votre propos chère consoeur et la personne à laquelle je faisais allusion dans mon précédent message s'en arrangerait si la situation était autre. Le salaire, aussi faible soit-il devenu, est une chose, la considération, le respect en sont une autre.
Que dire en effet de cette imprimerie de taille moyenne qui, par souci d'économie et de par son incapacité à vendre le service de correction, ne se nourrit plus que de l'on s'est accoutumé à appeler des fichiers fournis, pdf et autres fichiers à imprimer tels que saisis par les clients, avec force coquilles, fautes d'orthographe (que l'on ne saurait tolérer si elles étaient faites par un gamin de CE2), typo douteuse, etc., alors que le correcteur désoeuvré attend qu'on veuille bien lui donner du travail...
C'est honteux, indigne et dégradant.
Surtout quand on est en province et que le travail ne court pas les rues...
azucena
Messages : 51
Inscription : 01 août 2008, 20:12
Contact :

Message non lu par azucena » 17 sept. 2009, 14:04

Pardon, j'avais mal vu dans la petite boîte (on vieillit !), il manquait deux mots dans mon texte :
J'entends bien votre propos chère consoeur et la personne à laquelle je faisais allusion dans mon précédent message s'en arrangerait si la situation était autre. Le salaire, aussi faible soit-il devenu, est une chose, la considération, le respect en sont une autre.
Que dire en effet de cette imprimerie de taille moyenne qui, par souci d'économie et de par son incapacité à vendre le service de correction, ne se nourrit plus que de ce que l'on s'est accoutumé à appeler des fichiers fournis, pdf et autres fichiers à imprimer tels que saisis par les clients, avec force coquilles, fautes d'orthographe (que l'on ne saurait tolérer si elles étaient faites par un gamin de CE2), typo douteuse, etc., alors que le correcteur désoeuvré attend qu'on veuille bien lui donner du travail...
C'est honteux, indigne et dégradant.
Surtout quand on est en province et que le travail ne court pas les rues...
Catherine_75
Messages : 697
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Message non lu par Catherine_75 » 17 sept. 2009, 14:30

azucena a écrit :J'entends bien votre propos chère consoeur et la personne à laquelle je faisais allusion dans mon précédent message s'en arrangerait si la situation était autre. Le salaire, aussi faible soit-il devenu, est une chose, la considération, le respect en sont une autre.
Que dire en effet de cette imprimerie de taille moyenne qui, par souci d'économie et de par son incapacité à vendre le service de correction, ne se nourrit plus que de l'on s'est accoutumé à appeler des fichiers fournis, pdf et autres fichiers à imprimer tels que saisis par les clients, avec force coquilles, fautes d'orthographe (que l'on ne saurait tolérer si elles étaient faites par un gamin de CE2), typo douteuse, etc., alors que le correcteur désoeuvré attend qu'on veuille bien lui donner du travail...
C'est honteux, indigne et dégradant.
Surtout quand on est en province et que le travail ne court pas les rues...
Loin de moi l'idée de défendre cet imprimeur qui paye au smic un correcteur expérimenté. C'est effectivement honteux. Je voulais simplement faire le parallèle avec les tarifs pratiqués par les indépendants qui sont bien souvent aussi bas, voire plus bas, sans les avantages sociaux du salariat, et émettre des réserves sur votre assertion affirmant qu'il est préférable de se mettre à son compte.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 17 sept. 2009, 18:10

Catherine_75 a écrit : Loin de moi l'idée de défendre cet imprimeur qui paye au smic un correcteur expérimenté. C'est effectivement honteux. Je voulais simplement faire le parallèle avec les tarifs pratiqués par les indépendants qui sont bien souvent aussi bas, voire plus bas, sans les avantages sociaux du salariat, et émettre des réserves sur votre assertion affirmant qu'il est préférable de se mettre à son compte.
La protection sociale des travailleurs indépendants "ancienne mode" - c'est à dire d'avant l'invention du fabuleux régime des auto-entrepreneurs - n'est déjà pas folichonne, alors je vous laisse imaginer le niveau de protection sociale des auto-entrepreneurs dont les cotisations ne s'élèvent qu'à 23% de leur chiffre d'affaires...
Mieux vaut qu'il ne soient jamais malades et pire encore qu'il ne deviennent jamais vieux ! :?
azucena
Messages : 51
Inscription : 01 août 2008, 20:12
Contact :

Message non lu par azucena » 18 sept. 2009, 10:11

Je sors un peu du sujet, pardon.
Il va de soi que nous devrions rediscuter du sujet des imprimés truffés de fautes et d'horreurs typographiques qui, hélas, sont devenus monnaie courante et que nous recevons par centaines, avec force photos en quadri, pelliculages et effets de style. Pour ma part j'avoue que je perds volontiers quelques instants et un timbre, même si je sais que c'est vraisemblablement en vain, à les corriger et à pratiquer un "retour à l'envoyeur". Si nous étions nombreux à le faire peut-être cela finirait-il par avoir quelque impact, qui sait ?
De la même façon, ayant toujours un stylo feutre dans mon sac (souvent bien caché au fond...) je m'amuse à corriger les fautes au supermarché... ou sur les affiches publicitaires. Et ainsi, d'un coup de stylo rageur, j'enlève un "t" superflu aux "échalottes", je change les "artichauds" (qui peuvent aussi se manger froids...) en artichauts, etc., parce que, rien que de voir cela j'en ai les cheveux qui se dressent sur la tête et ne parviens pas à résister au besoin de corriger !

Une anecdote :
Un jour, alors que je jouais au "scrabble" avec ma soeur, venue me rendre visite, le téléphone sonna. Je décrochai. Notre mère était au bout du fil. Ma soeur, ayant quelque chose à lui dire, écrivit quelques lignes sur la feuille de papier où nous notions nos scores et me la tendit afin que je communique son message à notre mère. Tout en continuant à discuter avec ma mère, je pris le stylo et me mis à corriger les fautes de ma soeur, bêtement, sans vraiment y penser, par habitude, presque un geste réflexe...
:shock: "Tu crois que c'est poli ce que tu fais là ?" me dit-elle, visiblement vexée.
:cry: "Oh pardon ! Déformation professionnelle ! Désolée, je l'ai fait sans y penser..."

Quand on disait que le correcteur reste un correcteur toute la journée durant ! :lol:
Invité

Re:

Message non lu par Invité » 21 sept. 2009, 12:26

azucena a écrit :Je sors un peu du sujet, pardon.
Jet ne parviens pas à résister au besoin de corriger !

Une anecdote :
Un jour, alors que je jouais au "scrabble" avec ma soeur, venue me rendre visite, le téléphone sonna. Je décrochai. Notre mère était au bout du fil. Ma soeur, ayant quelque chose à lui dire, écrivit quelques lignes sur la feuille de papier où nous notions nos scores et me la tendit afin que je communique son message à notre mère. Tout en continuant à discuter avec ma mère, je pris le stylo et me mis à corriger les fautes de ma soeur, bêtement, sans vraiment y penser, par habitude, presque un geste réflexe...
:shock: "Tu crois que c'est poli ce que tu fais là ?" me dit-elle, visiblement vexée.
:cry: "Oh pardon ! Déformation professionnelle ! Désolée, je l'ai fait sans y penser..."

Quand on disait que le correcteur reste un correcteur toute la journée durant ! :lol:
J'aurais réagi comme ta soeur. C'est insupportable et impoli.
Ne trouverais-tu pas insupportable qu'un psy se mette à t'analyser "sauvagement" et te fasse part de son analyse, qu'un dentiste dise que tes dents sont pourries et que tu devrais te faire poser des couronnes, qu'une femme de ménage fasse des commentaires sur ton intérieur pas très ordonné etc. ?
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »