Recherche de temoins

Appels à témoins : vous recherchez un témoignage pour vos articles et interviews ? Lancez votre appel ici et trouvez la perle rare..
Invité

Qui est bête?

Message non lu par Invité » 08 oct. 2004, 16:10

Ah! Les grandes idées...
A droite, à gauche, "Mais que c'est con la star ac", ou encore "Ah! Moi la télé-réalité, c'est pas pour moi", ou encore, "Non mais t'as vu ça ces émissions ou les invités déballent leur vie...".
Pourtant, si c'était si con, personne ne regarderait ces conneries. Mais, quasiment tout le monde l'a fait au moins une fois, "juste pour voir".
Le problème c'est bien ce "juste pour voir". Ce qui compte c'est que l'on ait eu envie de regarder ces émissions. Pourquoi l'a-t-on fait ?
Aujourd'hui, à mon avis, à l'heure où tout le monde a vu au moins une fois un psy, a divorcé, une, deux, voire trois fois, où tout le monde critique tout le monde, en un mot où l'individualisme est multiplié par dix, je pense que les gens ont besoin d'être informés sur ce genre de problèmes. N'est-ce pas notre rôle à nous, journalistes ? A nous de leur apporter des informations, et si celles-ci sont inutiles, les auditeurs et les lecteurs parviendront toujours à comprendre que le meilleur moyen de ne pas divorcer,... c'est le compromis. Si nous jugeons ces émissions "bêtes", c'est que nos auditeurs sont bêtes. Or le pire défaut du journalisme, c'est le mépris.
Ce que la télé montre aujourd'hui, c'est la vie. De même à la radio les auditeurs ont la parole, parce que la société "globale" actuelle est plus que jamais divisée en miettes!
Archie Bombota

Message non lu par Archie Bombota » 08 oct. 2004, 17:05

ericae2002 a écrit :Si nous jugeons ces émissions "bêtes", c'est que nos auditeurs sont bêtes. Or le pire défaut du journalisme, c'est le mépris.

En Belgique, et j'ose à peine imaginer en France, 78 pc des personnes sur le marché du travail dispose uniquement d'un dipôme de fin d'études secondaires (le bac quoi). 3/4 de la population active est donc peu, voire très peu, qualifiée. De là à les traiter de cons, il y a un pas que je ne franchirait pas. L'intelligence ne se mesure pas comme ça et je veux croire en une forme de "bonne" conscience qui tire les masses plutôt vers le haut que vers le bas.
Ceci dit, ceux dont le métier est de générer des profits grâce à la étévé (je mets les formes, hein ?!) connaissent la psychologie humaine aussi bien que Freud , Nietsche et Dolto réunis. C'est ici à mon sens qu'intervient me mépris. Comment en effet qualifier autrement un comportement qui consiste à dire" venez vous épanchez de vos malheurs sur mon plateau, ça vous fera du bien". faux, Archie Faux (warf), la plupart de ceux qui ont tenté l'expérience se retrouvent encore plus seul avec leurs blèmes quelque jours/mois/années après l'émission. Pafrtce qu'ils ont osé prendre une position tranchée (pour être vraiment "représentatif" ), parce que leurs paroles ont depassés leurs pensées (c'est le rôle des animateurs que de les amener sur la douce pente de l'excès "grand moment d'émotion, formidable"), parce qu'ils se sont faits définitivement jetés ("tu m'a fait passer pour un con/cocu/égoïste/raciste/sans-coeur) etc. Les raisons de ne jamais mettre les pieds sur de tels plateaux sont au moins aussi nombreuses que celles qui poussent des tévés à acheter ce genre de programmes (oui, M Lelay, coca-cerveau-machin, c'est ssssela, oui (bis))

Quant aux vertus du compromis, qui avec les moules-frites, la bière et le chocolat, est une spécialité bien belge, laisse moi douter de la pérénité de ceux réalisés sous la pression de 34 caméras, d'un public de 160 personnes, et d'un animateur payé pour entretenir le suspens/pratiquer l'entonoir à pathos.


"Tâchons de garder nos idées et, si possible, de proposer "autre chose".

Alors là, 100 pc d'accord. C'est là que réside un futur peut-être un peu plus constructif de la tévé. Grâce à la multiplication des chaînes, il y aura peut-être un jour de la place pour des émissions de niche qui sauront trouver leurs publics. Par contre, au niveau presse écrite, je pense que l'on a atteint une apogée du brassage de vent/d'encre, quand les titres ne sont tout simplement pas des outils à la solde du lobby qui les détient ( Bonjour à M. Dassault)
NM

Message non lu par NM » 08 oct. 2004, 17:42

Pere Lachaise a écrit :Eh, eh, eh, je serais curieux de connaitre le nom de l'émission en question ??? :evil:
je me demande si c'est pas pour ça se discute :lol:
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 353
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 08 oct. 2004, 18:46

Ha les gars, vous me ramollissez là, avec vos bonnes idées consensuelles modérées. J'en perds ma révolte. Effectivement faudrait changer ça, ce monde, et tout et tout et tout tralalaïtou. Mais franchement, n'avez-vous jamais ressenti une véritable indignation, une colère monter dans les tripes quand les mécanismes puants du mensonge organisé vous paraissent limpides ? Quand le broyeur de vies vous montre combien il produit de profits à de véritables porcs millionaires ?
La télévision, merveilleuse machine à dupliquer qui produit dans la seconde une faute en dizaines de millions d'exemplaires. Ne rêveriez-vous pas d'une télévision où les débats soient constructifs, aimants, exigeants, mais plein de joie au lieu de cette agressivité instrumentalisée, des affrontements violents orchestrés ?

Un petit cochon qui rêve encore d'un monde de douceur, malgré leurs machines à écraser les rêves.
grouik
Invité

Proposition...

Message non lu par Invité » 09 oct. 2004, 12:21

Rêver c'est bien joli...
La question: comment parvenir à un vrai débat, au véritable intérêt journalistique de la télé et de la radio ?
Tout tourne autour de la même chose, le fric. On est obligé de vivre de la pub, ... A tel point que pour certaines personnes interviewées dont de nombreux politiques, le journalisme "doit" être utilisé comme de la pub. Pour certains journalistes ou directeurs d'antenne, ce qui compte c'est l'audience. On crée donc pour cela des envies contenues dans les images ou le son. Je crois qu'avec de la volonté, il serait tout à fait possible d'aller contre cela. Pourquoi les chaînes de télé, ou de radio ne vendraient-elles pas des abonnements. Au moins la qualité pourrait être là. Ainsi pour un journal d'infos, on ne se contenterait plus de l'envoyé spécial qui n'a rien à dire, ou de M l'expert.
Exemple d'émission qui me semble possible:
Les grands titres de l'actualité présentés comme suit,en 15 minutes:
réponse aux 5W (ce n'est pas toujours le cas)
ex: "10 blessés! C'est le nombre de victimes fait par un attentat qui a eu lieu ce matin devant l'ambassade d'Indonésie. Il n'a pas été revendiqué. Mais on peut supposer qu'il visait..."
(2 minutes par sujet)
Deux questions creusées pendant trente minutes chacune:
rappel de l'info de base
rappel du point de départ du "problème" (trop souvent oublié)
appel à 3 experts sur la question
le point de vue des auditeurs: un débat entre eux, et les experts (quelque chose du genre: "Posez vos questions!")
appel à l'histoire, études sociologiques, ... donc au contexte
En radio un son marquant, à la télé des images parlantes (genre la vie sous les bombes et non M.Machin envoyé spécial en cravate devant les bombes)
Voilà!
tamaris
Messages : 85
Inscription : 21 nov. 2003, 16:46
Localisation : lyon
Contact :

Message non lu par tamaris » 10 oct. 2004, 03:24

et pourquoi ne pas faire un doc sur ces témoins de la misère amoureuse, financière, amicale, professionnelle, sociale...... j'aimerais bien comprendre ce qui poussent ces gens à venir sur un plateau de télé pour se dénuder et s'offrir comme ça sans rien. quel espoir trouvent t ils dans la télé?
se divertir en regardant les autres souffrir, c'est rome!!!
tam
Avatar de l’utilisateur
westside
Messages : 25
Inscription : 28 avr. 2004, 21:36
Localisation : Charente
Contact :

westside

Message non lu par westside » 18 oct. 2004, 15:11

Bonjour ! Médiatiser ses problèmes , c'est provoquer une catharsis parfois favorable, accélérer les réactions officielles, prévenir les personnes dans le même cas de la gravité d'une situation qu'elles n'ont peut-être pas encore réalisées. Cela nécessite du courage et de la sincérité de part et d'autre, une confiance mutuelle très forte entre les protagonistes...Hélas, si l'on pouvait espérer un quasi militantisme des journalistes jadis -il ya 15/20 ans, disons, aujourd'hui le marché est à sens unique. Je connais bien les avantages de la médiatisation pour l'avoir utilisée avec profit pour ma mère séropositive par transfusion dont la victoire en appel au procès d'indemnisation a fait jurisprudence, en 1987. Ensuite, dans d'autres occasions graves, j'ai dû agir vite pour empêcher les fuites très rapides et bien huilées issues d'un commissariat. J'ai vu aussi des avocats faire des propositions de médiatisation alléchantes. Beaucoup de gens concourent à ce que votre problème à l'alléchant parfum aboutisse sur le bureau de fouille- m... qui n'ont rien à voir avec les journalistes attentifs qui portent à bout de bras , pendant des années, des hommes et des femmes victimes d'injustice. Encore n'est-il question ici que de catastrophes de la vie d'adultes. Mêler des enfants à cette folie est un crime qui devrait être puni comme tel.Espérer ramener un homme au foyer en lui faisant honte publiquement relève de la bêtise crasse. Et laisser couler des scandales comme celui du Vioxx (27 785 morts en 3 ans), dont je suis personnellement victime, sans témoigner pour alerter les personnes âgées au fond des campagnes, je n'ai pas pu. Je suis pigiste, et j'ai demandé à mes collègues de raconter mon histoire dans le journal local. Les effets ont été radicaux. Au plan local, mais au plan national, inutile d'espérer une émission de témoignage sur ce poison et ses conséquences. Le pouvoir des médias est aussi immense dans la divulgation que dans l'omerta.
Putumayo

C'est plutot ces emissions qui rendent leurs auditeurs bêtes

Message non lu par Putumayo » 20 déc. 2004, 20:15

ericae2002 a écrit : Pourtant, si c'était si con, personne ne regarderait ces conneries. Si nous jugeons ces émissions "bêtes", c'est que nos auditeurs sont bêtes. Or le pire défaut du journalisme, c'est le mépris.
Ce que la télé montre aujourd'hui, c'est la vie.
500 Milliards de mouches ne peuvent pas se tromper, mangez de la merde !
Dark phoenix

Message non lu par Dark phoenix » 20 déc. 2004, 23:14

Pas mieux.
Et pas besoin d'allumer la télé, pour s'apercevoir que l'humanité est remplie de crétins (tous à tour de rôle, et certains plus permanents que d'autres). Et d'autres prêts à tout pour se faire du fric sur leur vide cérébral et à camoufler sous un écran de voyeurisme les sujets qui fâchent.
Répondre

Revenir à « Appels à témoignages »