Page 2 sur 3

Publié : 20 sept. 2002, 14:14
par flute
N'ayant pas lu ses papiers....
Comme écrivain, il avait un style agréable.

Publié : 20 sept. 2002, 15:21
par Makhno
Dommage qu'il soit mort avant d'avoir pu voir Alain Delon en Fabio Montale...

Publié : 20 sept. 2002, 15:22
par flute
Ca, ça l'aurait achevé. :lol:

Publié : 21 sept. 2002, 03:53
par Olivier T
Hulaaaa !! Cela fait deux jours que j ai repéré ce sujet mais n ai pu trouver le temps de de m y répandre. Et je le regrette quand je vois que l on s imagine que l immense et regretté Jean-Claude Izzo s est fourvoyé à La Provence, lui qui fut si longtemps un pilier de La Marseillaise. Qui dit journaliste phocéen ne dit pas forcément spadassin de Lagardère, môssieu Makhno :!: :shock:

Plus sérieusement.

Journalistes et roman noir font bon ménage depuis les origines. Bien que notre profession arrive loin derrière les flics et les privés, elle n en reste pas moins très populaire auprès de nos chers auteurs polardeux.

A tel point qu il est difficile d établir une classification synthétique digne de ce nom des différents auteurs et approches que l on peut recenser dans ce genre si particulier.

Avant de déballer mon honorable liste de titres et d auteurs choisis et croustillants, je vous invite à réfléchir ensemble sur les accointances très intéressantes qui existent entre journalisme et polar.

Epargnons-nous, en premier lieu et avec une élégante retenue, les poncifs sur le champ lexical commun (enquête, faits divers, traque, recoupements, alcoolisme notoire, etc.) ainsi que sur l insupportable proximité qui existe entre journalistes et policiers (profession, je vous l accorde, sureprésentée dans le roman policier). :roll:

Pour une bonne entrée en matière, reprenons plutôt ensemble, si vous le voulez bien, le travail de Boileau et Narcejac (Le roman policier»-PUF- collection Quadrige- 1975). Et soulignons cette remarque sur la structure même du genre, «[...] elle est, à y regarder de plus près, celle même de notre esprit, équipé pour raisonner toujours de l inconnu au connu, par approximations sans cesse corrigées. Le domaine de l imaginaire, qui est celui du roman, est illimité. Mais le roman policier, parce qu il se propose d aller de l imaginaire au rationnel par le moyen de la logique, s impose à lui-même des limites qu il ne peut franchir.»

Et l on constate, ébahis, que cela peut facilement se transposer au journalisme. Sachez tout de même réfréner votre enthousiasme, Boileau et Narcejac n ayant que bien peu de considération pour le polar, «forme abâtardie et foraine du roman policier» (id.), lui préférant largement le roman policier. Il serait bon d ailleurs de bien préciser les limites de ces deux genres, mais cela nous aménerait bien loin du sujet. :lol:

Autre citation intéressante, datant de 1901. «Non seulement l histoire policière est une forme d art parfaitement légitime, mais elle possède encore certains avantages réels et précis. D abord elle est la première et jusqu ici l unique branche de la littérature populaire où se trouve exprimé un certain sentiment de la vie moderne [...]. Sous ce rapport, le roman policier est l Illiade de la grande ville» (Défense des romans policiers The Defendant -1901 G.K Chesterton). Elle permet de replacer le polar dans son contexte social et justifie plus clairement les croisements inévitables que connaissent journalisme et polars.

Et j achève cette introduction par les regrets exprimés sur la fin de sa vie par Horace McCoy, créateur du genre Hard-Boiled, «Que sont devenus les journalistes ? Jusque dans les années 50, je les croisais chaque matin, prenant leur déjeuner avec les ouvriers et partageant la même misère. Aujourd hui, je ne les vois plus et leurs journaux n ont plus de chair ni de sens. Ils ont choisi le confort et perdu leur âme.» (Les couleurs du noir François Rivière 1989 ; Les éditions du chêne)

- Désolé pour toutes ces sources, Renaud, je sais que cela perturbe ta lecture. Mais au moins tu as un exemple pour t inspirer comme ça. - :x

Expression littéraire populaire donc, le polar est le frère de sang du journalisme. L un a renié ses origines, l autre pas. Mais même distendus, les liens ont persisté. Au point que les journalistes font partie des rares héros de polar à ne pas respecter la règle inamovible de la perte de liberté, la plupart du temps un handicap physique (enfin, surtout chez Jean-Bernard Pouy !). De l amnésie à l amputation en passant par le mariage raté, les héros de polar sont toujours contraints dans leurs mouvements.

Une explication possible serait que le polar, revanchard, stigmatise par cette dérogation le fait que les journalistes sont de toute manière prisonniers de leur patron... Mais ce n est que pure spéculation amusée de ma part.

Ces prolégomènes achevés, voici une assez copieuse liste de bouquins que je vous encourage à lire, ayant tous rapport avec le journalisme ou les journalistes.

LES INCONTOURNABLES
Paco Ignacio Taibo II

C est la référence. Exotique, exubérant et passionnant, cet auteur mexicain aligne les aventures avec les journalistes comme aucun autre.

A quatre mains Une histoire des révolutions sud américaines Rivages/noir 1992
Ombre de l ombre Rivages/noir 1993
Sentant que le champ de bataille Un hymne à Mexico City et au journalisme Babel 1996
Le trésor fantôme entre 1862 et 1867, pendant l expédition française au Mexique Rivages 1999
Archanges nouvelle sur sur Larissa Steiner, journaliste révolutionnaire en octobre 1917

Jean-François Vilar

C est un peu l extra terrestre de la scène polardeuse française. Brillant et très documenté.

Les exagérés Polar croisé entre révolution française et années 1980 à Paris Points Seuils 1990
Bastille Tango Lorsqu on détruit la Bastoche, c est le paris populaire qui disparait. - Babel noir 1998

Colin Bateman

Journaliste en Ulster n est pas un métier de tout repos. Trèsdrôle et en plus, c est un bonne première approche du bordel complexe qui règne en ces contrées reculées.

Divorce, Jack !
La bicyclette de la violence
L autruche de Manhattan


Ces trois titres sont en Série noire

Tonino Benacquista

Pour les quelques aller-retours dans le monde des journaux d art

Trois carré rouges sur fond noir Série Noire 1990

James Ellroy

Pour le rôle qu il donne à la presse dans tous ses livres. Une mention particulière pour Tijuana mon amour Rivages noir 2000. (hors commerce, yek yek...)

UNE CURIOSITE

Samuel Fuller

Meilleur réalisateur que polardeux, son Inexorable enquête mérite tout de même le détour Rivages noir 1994

LE TOUT-VENANT

Gérard Delteil

Il est journaliste et écrit des polars ... avec des journalistes.

Dernier tango à Buenos Aires Babel noir 1999

Donald Westlake

Moi, mentir ? la traduction du titre original est fidèle et dit tout Rivages noir 2002

Daniel Pennac

Pour la simple et bonne raison que Tante Julie est journaliste à Actuel...

Au bonheur des ogres
La fée Carabine


Tous les deux en Série Noire

Sparkle Hayter

Auteur canadienne, mélangeant journal de Bridget Jones et polar. Tous les goûts sont dans la nature.

Plusieurs titres au Serpent noir

Timothy Downey

A inspiré un épisode des Dirty Harry, sauf erreur de ma part

Liste noire Série Noire 1988

Martine Azoulai
Pour ceux qui aiment l exotisme de la PQR

La chair des dieux Série Noire 2001

Olivier Pelou
Cf au dessus, en moins bien.

Rage Campagne Fleuve noir 1999

Romain Slocombe
Reporter photographe fétichiste au Japon, le héros est attachant...

Un été japonais
Brume de printemps

Tous les deux en Série Noire

L INCLASSABLE[/color]

David Peace

Le petit dernier très agressif apparu outre manche. Attention, peut choquer les âmes sensibles, surtout celles qui aiment les phrases bien peignées.

1974 Rivages thriller – 2002

__________________________________________________


Note finale

Il va de soi que cette liste n est pas exhaustive. Vous n y trouverez que des polars, ce qui explique labsence des Fantômas (ben oui quand même et Fandor vous en faites quoi ?) et de quelques autres titres. J essaierai de la compléter par la suite car il y a sûrement quelques oublis grossiers de ma part.



Et toutes mes excuses au courageux lecteur qui est arrivé tout en bas de ce gigantesque message !





Publié : 21 sept. 2002, 03:55
par Olivier T
J'oubliais de mentionner marc Covet, le copin journaliste de Nestor Burma dans les nouveaux mystères de Paris de Léo Malet...

C'est réparé ! :o) :oops:

Publié : 21 sept. 2002, 09:58
par Nilo
ZOlive ! Tu veux t'battre contre moi pour l'oscar du Post le plus long du forum ou quoi ????

Moi j'y vais de ma contribution mais en déviant un peu...
Je tiens à vous parler d'une personne découverte sur le Net, pleine de talent(s) et de créativité, qui écrit super bien avec humour :
Anne Caroline Paucot (site : www.hyaka.com) et qui propose de la "com'" par le biais de roman policier (y a peut-être des journalistes en héros ?) en plus de bien d'autres idées (pas qu'en comm').
Et ce n'est même pas une copine, je ne la connais pas perso. Mais je vous recommande une visite de son site...

Publié : 22 sept. 2002, 12:38
par Makhno
Olivier T a écrit :Qui dit journaliste phocéen ne dit pas forcément spadassin de Lagardère, môssieu Makhno :!: :shock:
Ben quoi ? Qu'est-ce que j'ai dit moi ?

Publié : 23 sept. 2002, 10:37
par Lol
J'ai commencé un polar de Patricia Cornwell hier soir, intitulé "Morts en eaux troubles" avec pour héroïne le médecin légiste Scarpatti (je précise, parce que des fois, dans ses bouquins, les personnages principaux peuvent aussi être une chef flic et ses deux poulains).
L'enquête n'est pas menée par un journaliste mais c'est un reporter qui lance les festivités en se "noyant" dans un port glauque après avoir mis son nez où il ne fallait pas. :?

Publié : 23 sept. 2002, 11:42
par Olivier T
Toutes mes confuses Makhno, tu es blanc comme neige en effet, c'est Leepstick qui a commis cette erreur sur Izzo...

:oops:

Publié : 10 oct. 2002, 23:44
par Olivier T
Concernant Izzo et pour achever la bête... La bio, rédigée par son fils est dispo .

Pis comme ça le sujet remonte tout en haut :roll:

Publié : 11 oct. 2002, 03:14
par Aude
Ouaip, ce genre d'injustice, ça rejoint ce que je disais sur l'ancien forum. Leep, Makhno, Youpi même combat et on finit par vous confondre....

Publié : 11 oct. 2002, 03:15
par Aude
Oui, je sais je me réveille un mois après...

Publié : 17 oct. 2002, 16:38
par edouard.b
Olivier T a écrit :Tonino Benacquista

Pour les quelques aller-retours dans le monde des journaux d art

Trois carré rouges sur fond noir Série Noire 1990
Bonjour,

je visite ce site depuis quelques jours et mon oeil a été attiré par cette rubrique.

Je souhaiterais simplement ajouter, en ce qui concerne Tonino Benacquista, que son premier roman, publié chez Fleuve Noir, Epinglé comme une pin up dans un placard de G.I., relate les pérégrinations dans le monde du jeu (Las Vegas et surtout Atlantic City) d'un journaliste sportif (!) appelé Canasta.

Bravo pour toutes les informations que vous nous avez données (la littérature de Paco Iniacio Taibo II semble dépaysante) ! Et n'hésitez pas si vous en avez d'autres.

Edouard

Publié : 17 oct. 2002, 18:23
par Olivier T
edouard.b a écrit :
Olivier T a écrit :Tonino Benacquista

Pour les quelques aller-retours dans le monde des journaux d art

Trois carré rouges sur fond noir Série Noire 1990
Bonjour,

je visite ce site depuis quelques jours et mon oeil a été attiré par cette rubrique.

Je souhaiterais simplement ajouter, en ce qui concerne Tonino Benacquista, que son premier roman, publié chez Fleuve Noir, Epinglé comme une pin up dans un placard de G.I., relate les pérégrinations dans le monde du jeu (Las Vegas et surtout Atlantic City) d'un journaliste sportif (!) appelé Canasta.

Edouard

Euh, ne me dis pas que tu possèdes un exemplaire de ce livre... Si c'est le cas, je suis acheteur là maintenant sur le champ tout de suite!!! C'est le seul que je n'ai pas trouvé chez les bouquinistes !

Publié : 17 oct. 2002, 19:49
par Tof
Olivier T a écrit :
edouard.b a écrit : Bonjour,

je visite ce site depuis quelques jours et mon oeil a été attiré par cette rubrique.

Je souhaiterais simplement ajouter, en ce qui concerne Tonino Benacquista, que son premier roman, publié chez Fleuve Noir, Epinglé comme une pin up dans un placard de G.I., relate les pérégrinations dans le monde du jeu (Las Vegas et surtout Atlantic City) d'un journaliste sportif (!) appelé Canasta.

Edouard

Euh, ne me dis pas que tu possèdes un exemplaire de ce livre... Si c'est le cas, je suis acheteur là maintenant sur le champ tout de suite!!! C'est le seul que je n'ai pas trouvé chez les bouquinistes !
Hum, hum... Olivier T., t'aurais pas un peu honte de te jeter comme ça sur le Monsieur ? Et avant moi en plus ! :twisted:

Edouard, serait-il possible d'en savoir un peu plus :?: