Ecole or not Ecole

Discussions générales sur les écoles et les formations en journalisme et en communication (préparations écoles, choix d'une formation, hésitation entre plusieurs écoles, ...)
Isidore
Messages : 7
Inscription : 06 juin 2005, 19:34
Contact :

Ecole or not Ecole

Message non lu par Isidore » 12 juin 2005, 00:17

Bonjour,

Présentation rapide: Jérôme, 20 ans, licence d'histoire à Rennes, projet professionnel: journaliste.

Je compte passer les concours des écoles de journalisme, mais l'année prochaine seulement. Pour autant, je préfère m'y prendre à l'avance et me renseigner. En surfant je tombe naturellement sur ce forum: et là, des messages à gogo, sur toutes les écoles…
Et voilà deux jours que je m'esquinte les yeux à vous lire ! Et, même si je ne prétends pas avoir tout lu, loin de là (pas envie de terminer mes journées les yeux rouges et humides), j'avoue malheureusement ne pas être plus avancé…
Grosso modo, deux types de discours, je résume grossièrement:
1) rien ne vaut la débrouille et la foi en sa vocation, si tu veux vraiment devenir journaliste, tu y arriveras et les écoles, c'est pour les fils à papa;
2) les écoles, c'est peut-être pas forcément le top (formatage ?), mais rien de tel pour ouvrir des portes qui sont le plus souvent fermées à l'aspirant journaliste.

Bon, je vous rassure, je ne vais pas vous poser la sempiternelle question qui, manifestement énerve pas mal de monde: quelle est la meilleure école de journalisme (si tant est qu'il faille en faire une).

Pas plus avancé (désolé !) par les arguments échangés ici et là sur category.net, j'ai donc pris une école, la plus connue sans doute – le CFJ – et, tout seul comme un grand, j'ai essayé de me forger une opinion et de démêler le vrai et le faux entre deux positions qui s'affrontent: c'est "une école d'excellence" (cf "Devenir Journaliste" - Guide de L'Etudiant) ou une vaste caserne à former des "petits soldats du journalisme" (cf Ruffin).

Ce qui est marrant, notamment en allant voir le site des anciens élèves (http://www.ancienscfj.com) – plus intéressant, a priori, que le site de l'école lui-même -, c'est qu'il essaye tout à la fois d'en mettre plein la vue (voir la liste des anciens élèves, dans chaque promo il y a des "vedettes" ou les anciens élèves qui ont reçu le prix Albert Londres) tout en reconnaissant plus ou moins qu'en sortant de l'école on galère comme les autres (http://www.ancienscfj.com/news-art2.html). Bref, ils se congratulent et se torpillent en même temps ! Drôle de comportement.

En tout cas, quelques témoignages sont intéressants: "Nous ne sommes pas préparé au grand saut dans la vie professionnelle", – "Des élèves imbus d’eux-mêmes" – “Manque de contacts avec la profession” – "Il n’y a pas que le JT" – "Un centre de formatage plutôt qu’un lieu d’études"… et j'en passe et des meilleurs.

Bref, tout cela à de quoi décourager, non ?
Je me suis donc dit qu'une école ne voulait pas la peine. ET puis, je suis quand même aller voir les travaux des étudiants: (http://www.ancienscfj.com/news-art17.html) (http://www.ancienscfj.com/news-art13.html)... Et là, je me dis, cela a l'air pas si mal. Et puis, dans la liste des anciens, dont j'ai parlé plus haut, il y a quand même quelques "pointures" ou "exemples" qui valent mieux que PPDA et Pujadas: Renaud Dely, Xavier Ternisien, Luc Le Vaillant Thomas Sotinel... et même Florence Aubenas et Christian Chesnot ! (et je ne prends que la presse écrite, la seule que je connaisse un peu)

Bref, je suis désolé, je ne sais plus trop quoi penser. Ecole ou pas école ? CFJ or not CFJ ? Help ! Je relance le débat ! :oops: :oops: :oops:
Marjo
Messages : 1
Inscription : 12 juin 2005, 20:00
Contact :

Message non lu par Marjo » 12 juin 2005, 20:34

Salut Jérome, je suis actuellement dans la même situation que toi.
Mais quelle école choisir? et le tout c'est de savoir si tu veux faire partie de l'élite ou pas.

J'ai demandé la doc d'un peu partout en france et je crois que je vais m'inscrire dans l'école de ma région , réputation ou pas. Il s'agit d'apprendre les bases et c'est sur le terrain que tu apprends le reste.

Après il faut avoir le budjet pour l'école, rien que pour s'inscrire les frais sont énormes!!!
:(
Alors voila maintenant j'ai aussi des questions je viens de m'inscrire sur le forum donc je n'ai pas encore parcouru tout le site : Quelle est la valeur d'un diplôme d'une école de journalisme à l'étranger? et pourquoi des frais si important?

Marjo
Isidore
Messages : 7
Inscription : 06 juin 2005, 19:34
Contact :

Message non lu par Isidore » 12 juin 2005, 22:02

Effectivement, les écoles privées ne sont pas données !

CFJ: 3000 euros
ESJ Lille: 3500 euros
EJT Toulouse: 3500 euros
IPJ: 4370 euros
choca

Message non lu par choca » 13 juin 2005, 13:00

ESJ = 3000 euros... ;)

Mais ça reste cher ! :)
Je viens de finir ma première année à l'ESJ, et contrairement à ce qu'on peut lire, j'ai appris des trucs (eh oui !), gagné en maturité, en expérience... Fait beaucoup d'erreurs, également, mais l'avantage, c'est que ce sont des exercices...
Une école n'est pas indispensable pour devenir journaliste, ça dépend surtout du caractère, du profil... Moi, je pense que j'avais besoin de cette transition entre fac et vie professionnelle pour me rassurer un peu...
Il faut - évidemment - aussi avoir les moyens (note qu'il y a pas mal de bourses !) pour certaines d'entre elles...
Avatar de l’utilisateur
havas
Messages : 1643
Inscription : 12 févr. 2003, 10:51
Localisation : Lyon
Contact :

Ecole ou pas ?

Message non lu par havas » 14 juin 2005, 21:29

Moi je te répondrai de faire une école; et si possible en alternance.
Tu fais une école, et en même temps tu apprends le métier sur le terrain, en étant rémunéré avec un contrat.
Donc dans les conditions les plus proches du professionnalisme.
Sur un mois, tu bosses deux semaines, puis tu passes deux semaines en cours, la première année.
Cela te permet de te faire un idée précise du métier, loin des fils a papa qui pourrissent les bancs des formations continues, ou qui arrivent dans le étier péseruadés de tout savoir mieux que toi.
Toi tu connai les bases du boulot, et tu peux en voir différentes facettes en discutant avec tes collègues de formation.
:wink:
kraa

Message non lu par kraa » 15 juin 2005, 09:08

La question de l'école ne se pose presque plus selon moi. Tu n'as pas le choix. D'ailleurs bon nombre d'offres d'emplois sont restreintes aux seuls diplômés. C'est idiot, mais c'est comme ça.
Si l'on est très bon, on peut toujours s'insérer, avec des années de persévérance et un bon coup de bol, dans le milieu, mais c'est de plus en plus rare. Et pendant ces années de galère, il faut avoir un autre job à côté, pour faire son trou petit à petit sans crever de faim.

Il y a plusieurs moyens de faire une école sans se ruiner. C'est le Celsa et le Cuej, d'abord, qui sont très bien côtées et presque gratuites, il y a les IUT aussi (pas de snobisme: les cours et l'insertion professionnelle sont rigoureusement identiques à ceux d'un master).

Il faut aussi que tu penses à l'alternance. Tu es rémunéré (85% du salaire mini de ta catégorie, c'est à dire entre 700 et 1000 euros en général), et la formation est payée par un organisme collecteur. C'est dans cette voie que j'ai choisi de m'engager: je suis actuellement en train de rechercher un employeur. C'est la principale condition pour être admis à intégrer l'école (pour moi, le CPJ).

Tu bénéficies du réseau de l'école, et le diplôme est asssez prisé si tes ambitions sont modestes. Les rédacteurs en chef (PQR, PHR) que j'ai vus m'ont confié préférer des jeunes expérimentés que des multidiplômés qui se la jouent.
Isidore
Messages : 7
Inscription : 06 juin 2005, 19:34
Contact :

Message non lu par Isidore » 15 juin 2005, 15:30

havas a écrit : Cela te permet de te faire un idée précise du métier, loin des fils a papa qui pourrissent les bancs des formations continues, ou qui arrivent dans le étier péseruadés de tout savoir mieux que toi.
kraa a écrit : Les rédacteurs en chef (PQR, PHR) que j'ai vus m'ont confié préférer des jeunes expérimentés que des multidiplômés qui se la jouent.
Merci à tous pour ces éléments de réflexion.
Mais une petite question. Est-ce que l'équation diplomés école de journalisme = fils à papa puants qui croient tout savoir et qui se la jouent, c'est pas un peu un cliché ?
kraa

Message non lu par kraa » 15 juin 2005, 21:11

L'expression est pas de moi :P Elle a été employée par deux rédacs-chefs et d'un ancien journaliste devenu professeur des universités.

Cela dit je crois qu'elle a peut-être bien un fond de vérité. J'imagine que quand un étudiant du CFJ ou de l'ESJ qui voulait présenter le 20 heures, doit se résigner à rejoindre la rédaction de trifouilly les oies, il peut avoir tendance à prendre les localiers de haut.

Pour ce qui est des écoles privées, je dois dire que je n'apprécie pas du tout le principe. On a beau parler de bourses, une famille modeste ne pourra pas envoyer son enfant à l'ESJ ou au CFJ, à moins qu'il soit major de promo, donc il y a bien une sélection par l'argent. Personnellement, j'ai dû y renoncer faute de moyens par exemple.

Il y a une nuance: contrairement à d'autres disciplines (écoles d'ingé, de commerce, de cinéma) il n'est pas question d'acheter son diplôme dans une grande école de journalisme. Ceux qui en sortent ont pas mal de mérite quand même.

L'autre question que l'on se pose, à part privé/public, c'est: est-il bien nécessaire de continuer cette course au diplôme? Pour avoir vu des tas de gens qui avaient perdu 5 ans à sciences po avant d'aterrir dans une rédaction locale, je me pose la question.

A part les DUT et licences pro, peu nombreux, un diplôme de journalisme est maintenant un master: niveau bac+5. (contre bac+4 l'année dernière) C'est aussi l'absurdité de ce système qui horripile certains rédacs-chefs.
clodecker

Une école c tjs mieux que rien

Message non lu par clodecker » 16 juin 2005, 10:46

Perso je suis d'une famille modeste (parents ouvriers immigrés qui n'ont que quatre ans d'école primaires à leur actifs), mais grace à des économies et une banque conciliante, j'ai pu payer mes 3800 euros d'entrée à l'ESJ (celui qui dit 3000 il a du aller dans une autre école ou dans une dimension parallèle :lol: ). Et l'ESJ paris, c pas si mal. Fo pas se leurrer, de nos jours sans écoles, on entre nulle part, ou avec bien plus de difficultés. Le fait est que l'école nous apporte la formation et l'apprentissage de base du métier. Et c'est bien utile.
L'essentil c'est d'en avoir fait une en fait. J'ai discuté avec des anciens, et des pros du métiers nous ont dit la meme chose à l'école: il faut en faire une pour avoir une bonne formation. Apès laquelle, on s'en fiche un peu, du moment qu'elle dispense l'enseignement qu'on demande.
Et l'ESJ, on y apprend quand meme bcp. C'est sûr fo se bouger aussi. C'est comme le disait qq un au dessus, c'est pas un diplome acheté. Fo bcp travailler, mais c'est payant je crois. Si en plus à coté tu trouve des petits job de piges (svt bénévoles au départ) puis des stages tt les ans (rémunérés enfin!) ca aide bcp et on acquiert vite une bonne vision globale du métier.
(petite note à Isidore, ne te centre pas sur un concours, pour une seule école: parce que le CFJ, c'est un concours très difficile et l'entrée est assez fermée, c'est bien de le tenter, mais tente aussi d'autres concours pour pas te retrouver sans rien)
En tout cas bon courage à tous ceux qui passent en ce moment ou qui vont passer des concours d'entrée et bonne chance. :wink:
Isidore
Messages : 7
Inscription : 06 juin 2005, 19:34
Contact :

Message non lu par Isidore » 16 juin 2005, 12:36

Merci.

Une nouvelle question me vient à l'esprit. Y'a-t-il vraiment des différences au niveau des concours d'entrée (et leur difficulté) entre, d'une part, le CFJ/ESJ Lille/Cuej/Celsa... (grosse modo, les écoles reconnues), et, d'autre part, les écoles du type ESJ Paris/ISCPA/ISERP... ?

Autre réflexion: pour quelqu'un qui entend devenir ingénieur les classes prépas sont souvent considérées comme "la voie royale" et - je schématise volontairement - et la faculté comme un "échec" (certes, tout relatif, mais un échec quand même). Peut-on dire la même chose, appliquer le même raisonnement à propos des aspirants journalistes:
1) pour celui qui fait une école de journalisme et celui qui n'en fait pas ?
2) pour celui qui fait une école reconnue et celui qui en fait une reconnue ?

Enfin, dernier élément: les écoles non reconnues souffrent manifestement d'un déficit de "prestige". Pourquoi sont-elles alors beaucoup plus chères ? C'est pas un peu contre productif ça, si elles aspirent un jour à faire partie des "grandes" ?

Merci.
vechu
Messages : 7
Inscription : 11 juin 2004, 07:09
Localisation : bretagne
Contact :

ecole ou pas

Message non lu par vechu » 17 juin 2005, 07:40

ben moi j'ai fait le cfj , après sciences-po parce qu'on m'avait dit que c'était "super dur" de devenir journaliste ; j'avais une autre exigence : travailler en Bretagne ..je dois dire que l'objectif est atteint meme si je suis sans doute surdiplomée pour travailler dans une radio musicale qui recrute surtout dans les écoles privées non reconnues.
Je ne regrette pas du tout d'avoir fait toutes ces études
je crois que la qualité des journalistes dépend :
1/ de leur culture générale qui peut leur éviter de dire de grosses bêtises (meme si ce n'est pas suffisant)
2/de techniques qu'on acquiert plus vite en école , surtout quand on travaille dans l'audiovisuel ; c'est un peu comme pour le sport , bien sur, on peut apprendre tout seul sur le tas, mais c'est beaucoup plus long et si on part avec de mauvais reflexes sans personne pour vous corriger, on risque de les trainer toute sa carrière ; bref, il faut avoir la modestie d'accepter de se former
En ce qui concerne le cfj , j'y ai passé deux années formidables, je me suis bien amusée et après le bachottage sciences-po , c'était un vrai plaisir de passer à la pratique : journaux écoles, enquêtes, reportages etc . Quant au "formatage" , avec un peu de personnalité , on s'en sort toujours et je suis sure que tu n'en manques pas! :wink:

mais bon , il reste une méthode (encore en vigueur) pour devenir journaliste sans passer par une école : avoir une specialité que les autres n'ont pas (l'agriculture, une discipline scientifique ou informatique ou encore le droit social ) ça marche à condition d'être pointu

voilà bonne journée (désolée d'avoir été bavarde)
asddew
Messages : 3
Inscription : 24 mars 2005, 10:30
Contact :

Et Sciences-Po

Message non lu par asddew » 17 juin 2005, 09:46

Coucou,
Moi aussi j'ai fait le CFJ il y a quelques années, c'était pas si mal (quoique pas extraordinaire), mais il faut savoir que ça a changé de mains et donc pas mal changé d'esprit, aussi, d'après ce qu'on entend dire par ceux des anciens qui suivent ça de près. Quitte à faire une école de journalisme à Paris, pourquoi ne tenterais-tu pas celle de Sciences-Po ? Elle a l'air vraiment pro, t'ouvrira certainement pas mal de portes dans la profession, et (à vérifier) il me semble qu'elle offre pas mal de bourses et de réduction de frais de scolarité pour ceux qui ne sont pas trop argentés. Voilà, bon courage.
choca

Re: Une école c tjs mieux que rien

Message non lu par choca » 17 juin 2005, 10:35

clodecker a écrit :Perso je suis d'une famille modeste (parents ouvriers immigrés qui n'ont que quatre ans d'école primaires à leur actifs), mais grace à des économies et une banque conciliante, j'ai pu payer mes 3800 euros d'entrée à l'ESJ (celui qui dit 3000 il a du aller dans une autre école ou dans une dimension parallèle :lol: ). :wink:
Suis pas d'une dimension parallèle, mais de l'ESJ LILLE.... :D J'avais pô compris qu'on parlait de celle de Paris ! ;)

Pour ce qui est des "fils à papa puants", je trouve ça un peu excessif et réducteur. Il y en a. Eh oui !
C'est vrai qu'après mes sept années de fac publique, j'ai eu un peu de mal à m'habituer à l'ambiance "grandes écoles".

Mais on n'est pas tous nés avec une cuillère en argent dans la bouche. J'ai pas fait mes études à l'étranger, pas de maison de campagne, pas de vacances exotiques au programme, pas de pistons dans le milieu du journalisme non plus. J'ai fait des jobs dans la restauration rapide et le prêt-à-porter pendant plus de deux ans pour financer en partie mes études (pour le reste, je l'avoue sans honte, j'ai beaucoup de chance d'avoir des parents qui peuvent se permettre de financer l'école et j'ai eu une bourse qui a remboursé les deux tiers de mon inscription).

Je suis très très loin d'être une Cosette, mais je ne suis pas non plus Ivana Trump (je devrais dire Paris Hilton pour être plus dans la vibe, non ?)

Alors oui, il y a une sélection par l'argent, c'est évident, et ce n'est pas la seule école où c'est le cas. Dans le principe même des études supérieures, il y a une sélection par l'argent car tout le monde ne peut pas se permettre de "bloquer" quelques années pour se consacrer aux études sans gagner sa vie. C'est injuste, mais pas propre au journalisme.

Mais non, il n'y a pas QUE des fils à papa puants. il y a auss des gens qui connaissent la valeur de l'argent et qui râlent quand on doit dépenser 15 euros pour une paire de ciseaux pour couper les bandes de radio (je revends les miens ! ;))

Si tu peux arriver à devenir journaliste sans passer par une école, ce n'en sera que plus louable. Pour ma part, comme je l'ai dit plus tôt, j'avais besoin de l'école pour me rassurer avant le grand saut dans la vie active. Besoin de pouvoir faire de grosses conneries "pour de faux" (je ne me fais pas d'illusions : j'en referai "pour devrai ! :D)

L'école donne quand même de bonnes bases permet de rencontrer des professionnels déjà dans le bain qui t'expliquent en quoi consiste leur métier, permet aussi de découvrir les différents médias (comme l'agence, dont j'ignorais totalement le fonctionnement avant l'école !) Côté technique, je pense que j'aurais difficilement pu apprendre à manier la cam "sur le tas".
Bref, c'est un plus, si on a le temps et l'argent pour le faire. Un plus, mais pas un passage obligé.

Tous les étudiants de grandes écoles ne visent pas les médias nationaux. En tous cas, ce n'est pas mon cas. Si y a moyen, j'irais, mais je vise la PQR. Je n'ai aucune condescendance pour le journalisme en locale. Je commence mon stage en locale en juillet, et je sais que j'ai beauocup à apprendre. Je n'y arriverai pas la tête haute et le regard hautain.
choca

Message non lu par choca » 17 juin 2005, 11:08

[quote="Isidore"]Merci.

Une nouvelle question me vient à l'esprit. Y'a-t-il vraiment des différences au niveau des concours d'entrée (et leur difficulté) entre, d'une part, le CFJ/ESJ Lille/Cuej/Celsa... (grosse modo, les écoles reconnues), et, d'autre part, les écoles du type ESJ Paris/ISCPA/ISERP... ?

/quote]

il faudrait te procurer les annales. il y en a qui sont dispo sur les sites ouaibe.
je n'ai passé que l'ESJ Lille, parce qu'il me paraissait laisser plus de place à l'écriture, au style, à l'imagination... (et aussi parce que ça me permettait de ne pas déménager avec les frais que ça entraine mais ça il faut pas dire :P)

Le CFJ a l'air très difficile au niveau de la culture Générale, le CELSA béton en anglais et Marseille très pointu en français... Chaque concours a ses difficultés et ses épreuves types. Faut aussi voir l'oral. Le CFJ a l'air d'être assez compliqué avec un reportage à faire en une journée, lâché dans Paris...
Y a un bouquin qui est sorti cette année "préparer les concours d'netrée des écoles de journalisme", un truc comme ça, écrit par deux anciennes de l'ESJ Lille, et qui donne pas mal de conseils et d'exemples de concours. C'est pas mal pour se faire une idée de ce que chaque école demande.

Pour les écoles non reconnus officiellement, je sais pas trop. mais il y a pas mal de sujet sur ce forum qui en parlent.
Avatar de l’utilisateur
Audrey
Messages : 52
Inscription : 08 juil. 2003, 00:46
Localisation : Entre Nice, Paris, Strasbourg, Lille,...
Contact :

Message non lu par Audrey » 17 juin 2005, 16:14

Pratiquement impossible de s'en sortir correctement sans école reconnue. A moins d'avoir un piston ou dix ans à perdre avant de gagner sa vie correctement.
Je caricature évidemment mais ce n'est pas vraiment faux. Il y en aura toujours pour te dire: moi j'y suis arrivé sans école mais ils ne voient pas qu'ils sont une espèce en voie de disparition.
Bien sûr quand on sort d'une école on n'est pas garanti de gagner bien sa vie, le journalisme est un métier qui bouchonne mais justement: les étudiants sortis d'école sont prioritaires sur tous les postes.
Passer les concours ou pas, pour moi la question ne s'est pas posée. Il m'a suffit de discuter deux secondes avec des journalistes pour me faire une opinion.
Les écoles non-reconnues n'apportent pratiquement aucune aide et jouissent d'un a priori assez négatif dans les rédactions pour autant que je puisse en juger. Même pb que pour les boites à bac. ça fait fils à papa qui avait du temps et de l'argent à perdre. Ce qu'on demande dans les rédactions aujourd'hui, c'est à dire le savoir faire technique, n'y est presque jamais enseigné. Mieux vaut alors faire deux ans de piges.

Mon choix à moi: l'esj lille. Je viens de finir. Je suis à France 3.
Répondre

Revenir à « Forum général »