le DESS de l'IFP ??

Forum à propos de l'IFJ
lilo33

CFD-EMI ??

Message non lu par lilo33 » 27 juil. 2005, 08:25

hawat a écrit :Tiens, pour compliquer le débat, je suis sorti du DESS en début d'année et je travaille comme SR assez régulièrement pour des publications pas obscures du tout... Je ne rentrerai pas dans le débat de fond (toutes les écoles sont du flan de toute façon), mais le contenu du DESS a beaucoup évolué depuis 2-3 ans (quand vous en êtes sortis en 1975 (ou même 2000 à vrai dire), votre avis n'est pas trop pertinent), et les moyens en audiovisuel commencent à être à la hauteur. Après tout, ça a été reconnu... Pas pire qu'ailleurs donc, et au moins, c'est gratuit (tu peux même avoir une bourse de mérite universitaire)!! Bien à vous,
En ce qui me concerne j'aimerais de venir SR. As-tu entendu parler de la formation du CFD-EMI lors de tes piges régulières ? Je cherche vraiment une formation de A à Z. Du coup je suis pas trop intéréssée pas les écoles reconnues qui te proposent qu'un p'tit module. D'autant plus que je ne crois pas en la force magique de l'étiquette "école reconnue".

Merci d'avance :)
hawat
Messages : 3
Inscription : 08 mars 2005, 21:44
Contact :

Message non lu par hawat » 27 juil. 2005, 18:03

Le CFD, c'est bien. J'ai croisé assez souvent des gens qui en sortaient, alors... Malgré tout, SR ça n'est pas très difficile si tu as un minimum de jugeotte, une bonne syntaxe (orthographe, grammaire), un esprit de synthèse (pour l'editing), que tu sais dissocier l'utile du superflu (pour couper le texte), que tu maîtrises bien les raccourcis clavier (si tu bosses en quotidien), et, enfin un certain sens de la formule (pour les titres). Bref, rien qui nécessite d'investir dans une formation d'un an... J'ai tout appris en quotidien école en 2 semaines (les SR du DESS de l'IFP te forment très bien) et quand je suis arrivé pour mon CDD d'été, j'étais prêt! (même s'il m'a fallu m'adapter à In-Design, qui, au fond, n'est pas très différent de Quark). Voilà, bon courage à toi.
lilo33

Message non lu par lilo33 » 28 juil. 2005, 14:27

hawat a écrit :Le CFD, c'est bien. J'ai croisé assez souvent des gens qui en sortaient, alors... Malgré tout, SR ça n'est pas très difficile si tu as un minimum de jugeotte, une bonne syntaxe (orthographe, grammaire), un esprit de synthèse (pour l'editing), que tu sais dissocier l'utile du superflu (pour couper le texte), que tu maîtrises bien les raccourcis clavier (si tu bosses en quotidien), et, enfin un certain sens de la formule (pour les titres). Bref, rien qui nécessite d'investir dans une formation d'un an... J'ai tout appris en quotidien école en 2 semaines (les SR du DESS de l'IFP te forment très bien) et quand je suis arrivé pour mon CDD d'été, j'étais prêt! (même s'il m'a fallu m'adapter à In-Design, qui, au fond, n'est pas très différent de Quark). Voilà, bon courage à toi.
J'ai eu aussi pas mal d'échos positifs sur le CFD.

En ce qui me concerne, je n'ai pas fait d'école, donc je n'ai ni quotidien école, ni CDD d'été. Aussi une formation me parait essentielle (n'étant pas une fan du mythe du pygmalion) ce qui ne m'empêche pas d'avoir je cite : "un minimum de jugeotte".
achat

réponses aux diverses interrogations

Message non lu par achat » 28 juil. 2005, 15:11

Bonjour,

J'ai pris connaissance des différentes réactions au sujet du Master de journalisme de l'IFP (eh oui, même la direction du Master consulte le forum de discussion!) et je voudrais en profiter pour rectifier certaines informations inexactes qui circulent à son sujet.

1) la sélection des candidats se fait selon des critères très précis et en toute rigueur sans aucun piston ou passe-droit, que l'on soit de l'IFP, de Sciences Po ou d'ailleurs. J'assure la présidence du jury et m'en porte garant. Elle se fait d'abord sur dossier (prouver que l'on a déjà effectué un stage de journalisme et non pas dans les relations publiques, la publicité ou la communication); avoir des résultats universitaires depuis le baccalauréat de bon niveau (ce qui est loin d'être le cas de tous les étudiants); présenter une lettre de motivation argumentée. Sur ces critères, un peu moins de la moitié des dossiers ont été retenus cette année.

2) Le classement final se fait en fonction de la note générale obtenue (moyenne des notes d'admissibilité et d'admission). Il n'ya pas d'autre critère. Il est vrai que nous ne publions pas le détail des notes, non pas en raison d'une quelconque volonté de secret, mais tout simplement parce que le secrétariat de l'IFP (qui doit s'occuper des 600 étudiants de l'IFP et pas seulement de ceux du Master de journalisme) n'a matériellement pas le temps de le faire. il va de soi que les étudiants qui en font la demande écrite (lettre plutôt que mail), recoivent systématiquement le détail de leurs notes et j'y veille personnellement. Attention l'université ferme le 29 juillet et ne rouvre que fin aoüt: les réponses arriveront donc en septembre!

3) Il est exact que cette année le secrétariat (qui a été renouvelé il ya peu de temps) a été débordé et que quelques dysfonctionnements matériels ont pu être constatés. Cela n'enlève rien au sérieux et à la rigueur avec lesquels la sélection des candidats ont été effectués.

4) Le master de l'IFP (université publique) n'a pas la prétention (pour l'instant) d'avoir les mêmes moyens matériels que certaines écoles privées dont les frais d'inscription sont élevés. Il offre cependant, à mon avis, des enseignements généraux et pratiques d'aussi bon niveau qu'ailleurs (voire meilleurs) en presse écrite et en radio. Il est vrai en revanche que nous sommes un peu en retard en télévision, mais les chose s'améliorent progressivement. Le fait que cette formation ait été reconnue par la profession est un gage de sa qualité et de son sérieux.

5) Je suis prêt à répondre personnellement à toutes les demandes d'informations et de précisions (à condition qu'elles ne soient pas trop nombreuses car mon temps est limité, vous vous en doutez) pour vous prouver que la transparence est totale et pour faire en sorte que les étudiants qui se sont présentés à ce concours ou qui le feront la fois prochaine soient correctement informés. Nous avons sans doute encore des progrès à réaliser dans ce domaine.

Bien à vous
Rémy Rieffel
Directeur du Master journalisme
lilo33

Message non lu par lilo33 » 28 juil. 2005, 18:42

Tout d'abord je tiens à dire que je suis agréablement étonnée de votre participation à ce forum.

Toutefois j'aimerais savoir qu'est-ce qui est selon vous un bon niveau à la fac car pour certain avoir entre 11 et 14 de moyenne est "un bon niveau".

Enfin, passant du coq à l'âne ( pas tant que ça ? ) je souhaiterai savoir si vous connaissez le CFD-Emi à Paris et sa formation de SR. Si oui en avez-vous entendu en bon terme ?

cordialement
achat

Précisions

Message non lu par achat » 29 juil. 2005, 15:26

La sélection est fonction d'un tout c'est-à-dire du dossier dans son ensemble, de sa présentation, de la lettre de motivation, des attestations de stages effectués et des résultats universitaires antérieurs. Les notes obtenues depuis le Bac sont évidemment importantes, mais il n'y pas de seuil ou de note en-dessous desquels on est systématiquement éliminés. Disons cependant, pour aller vite, que des dossiers avec des moyennes en premier et deuxième cycles en-dessous de 11/20 ont peu de chances d'être retenus (mais certains dossiers peuvent parfois exceptionnellement être acceptés); que ceux qui ont entre 11 et 13 ont d'assez fortes chances d'être retenus et qu'au-delà de 13, il y a peu de risque d'être éliminé(mais cela peut néanmoins se produire).
Ces principes restent en effet théoriques car il ya toujours de la souplesse dans les appréciations du jury qui juge l'ensemble du dossier. Par exemple, nous sommes a priori davantage convaincus par un étudiant qui a 10,5 de moyenne en 1ère année DEUG, 11 en deuxième année, 13 en licence et 14 en maîtrise que par un candidat qui stagne autour de 10 ou 11 les trois premières années et qui brusquement obtient 15 en maîtrise parce qu'il a bénéficié d'une excellente note à son mémoire.
Tout cela est en outre pondéré par le contenu de la lettre de motivation qu'il ne faut pas négliger (les lettres bâclées, les lettres-types expédiées à tous les concours ou truffées de fautes d'orthographe ou inutilement flatteuses du genre "votre formation prestigieuse"- nous ne sommes pas dupes- ont peu de chances de convaincre le jury) ainsi que par la manière dont les dossiers sont remplis (ceux qui le sont de manière incomplète ou à la hâte, etc. pénalisent tout autant les candidats). Sans oublier la qualité et la durée des stages journalistiques déjà effectués. Chaque dossier est donc un cas particulier qui est examiné attentivement en tant que tel par le jury.
J'espère ainsi vous avoir fait comprendre la philosophie générale de la procédure de sélection qui, encore une fois, prend en compte l'ensemble des critères simultanément.
NB. Si vous voulez en savoir plus sur le Master (programme des cours, portrait des enseignants, témoignages de "grands Anciens", etc.) allez sur le site du Master par le biais de google ou yahoo en tapant directement "Master journalisme IFP¨(la procédure est plus simple qu'en passant par le site de Paris II, puis de l'IFP etc.)
PS. Je ne peux vous répondre à propos de la formation en SR que je ne connais guère.
Rémy Rieffel
Répondre

Revenir vers « IFJ »