Y'a quelqu'un que ça brancherait ?

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Clio
Messages : 62
Inscription : 17 mars 2003, 14:57
Localisation : Paris
Contact :

Y'a quelqu'un que ça brancherait ?

Message non lu par Clio » 05 juil. 2006, 12:26

... d'oublier les affres de la pige et de monter une librairie-bar littéraire avec moi ?
Je suis sérieuse, mais je n'ai pas encore déblayé le terrain.
Simplement, arrive un moment où, tant qu'à ramer, l'envie de ramer pour un projet personnel devient essentiel. Alors pourquoi pas ?
Un gros risque, bcp de temps et d'énergie pour, peut-être, gagner enfin un peu de liberté et d'épanouissement dans le travail.

Vous y avez déjà pensé, vous ?
corsaire
Messages : 731
Inscription : 16 janv. 2005, 16:51
Localisation : Mars (58)
Contact :

Message non lu par corsaire » 05 juil. 2006, 13:30

J'ai un ami qui après ses études a voulu faire licence IV, bar à musique : il se lève tous les matins à 4h et se couche après minuit. Je connais quelqu'un d'autre qui tient un bar avec un partenaire... Je ne suis pas sûr que ce soit cela la liberté. C'est sûr que si l'idée est bonne et que les gens accrochent tu accèderas à une vie matérielle plus aisée.
HollyGolightly
Messages : 83
Inscription : 07 mars 2006, 09:44
Localisation : Paris ou presque
Contact :

Message non lu par HollyGolightly » 05 juil. 2006, 14:23

A titre professionnel, j'ai travaillé pendant 2 ans pour un réseau de librairies indépendantes (enfin plus tant que ça maintenant) et à titre personnel, je fréquente beaucoup les bars.

Sur le papier, le concept me séduit donc pas mal. Mais j'ai quelques doutes quant à la rentabilité du truc. Quand je vais dans un bar, c'est en général pour boire comme un pompier, fumer comme un trou et papoter. Quand je veux acheter des bouquins, je vais dans une librairie. Est ce que tu fréquentes des librairies-bar à titre personnel ? Tu voudrais monter ça où ?
Avatar de l’utilisateur
havas
Messages : 1537
Inscription : 12 févr. 2003, 10:51
Localisation : Lyon
Contact :

Message non lu par havas » 05 juil. 2006, 14:50

moi je connais deux très bons bars librairie à Lyon : BD Fugues CAfé où tu peux acheter des BD et boire un coup et un autre qui fait plus café mais qui laisse des bouqins à dispositions des clients et tu peux les acheter
lafee

Message non lu par lafee » 05 juil. 2006, 15:45

Pour être diplômée métiers des livres et avoir été longtemps libraire, je ne crois pas au concept...
En général, ce type de lieu ferme vite... Maintenant, je me trompe peut-être...

As-tu déjà travaillé en librairie ? Si tel est le cas, tu sais vers quoi tu vas... Si non, renseigne toi sur les "réalités" du métier de libraire...

Bon courage !:)
Avatar de l’utilisateur
Mireille
Messages : 266
Inscription : 17 sept. 2002, 19:56
Localisation : Paris
Contact :

Message non lu par Mireille » 05 juil. 2006, 17:14

Il existe sur Paris quelques café-littéraires, et même un ou deux salons de thé (si ma mémoire est bonne), mais déjà les librairies ne font plus recettes. Leurs recettes, alors de quelle façon comptes-tu rendre attractif ton projet ?

Comme lafee, j'ai travaillé dans une librairie qui d'ailleurs a fermé en décembre dernier. Le principal soucis, ce n'était pas les clients (ceux qui viennent acheter) mais les touristes (ceux qui viennent lire seulement).

Nous ne parvenions pas à leur faire comprendre que d'une nous n'étions pas la FNAC et de deux encore moins une bibliothèque :lol:

Nous avions tenté les signatures d'auteurs avec buffet tous les 1er jeudis de chaque mois. Résultats nous ne rentrions pas dans les frais et la librairie était pleine de parasites...

Donc, il faut faire une solide étude de marché avant de se lancer dans un commerce aujourd'hui. Et pourtant tu as raison, tant qu'à faire ramer, autant le faire pour soi.

Perso j'ai fait la démarche inverse de la tienne. Sauf que je prospecte aussi en tant que formatrice vacataire. :wink:

Si cela marche, je prends le statut d'indépendante.


Pour ton projet, j'ai vu que tu demeurais sur Paris, j'ai un copain qui vient d'ouvrir sa librairie, il a bénéficié de subventions de la part du onzième arrondissement (la librairie y est située) donc je te refile le tuyau. Qui sait la tendance peut s'inverser.

Tout dépendra aussi des éditeurs que tu sélectionneras, certains seront prêts à te lâcher 40 à 45% de remise si tu leur fait une table.
Conseil perso évite le groupe Hachette qui donne au plus 30% avec ça tu ne feras jamais ta marge.
Avatar de l’utilisateur
Mireille
Messages : 266
Inscription : 17 sept. 2002, 19:56
Localisation : Paris
Contact :

Message non lu par Mireille » 05 juil. 2006, 17:15

Mireille a écrit :Il existe sur Paris quelques café-littéraires, et même un ou deux salons de thé (si ma mémoire est bonne), mais déjà les librairies ne font plus recettes! Leur recette! Alors de quelle façon comptes-tu rendre attractif ton projet ?

Comme lafee, j'ai travaillé dans une librairie qui d'ailleurs a fermé en décembre dernier. Le principal soucis, ce n'était pas les clients (ceux qui viennent acheter) mais les touristes (ceux qui viennent lire seulement).

Nous ne parvenions pas à leur faire comprendre que d'une nous n'étions pas la FNAC et de deux encore moins une bibliothèque :lol:

Nous avions tenté les signatures d'auteurs avec buffet tous les 1er jeudis de chaque mois. Résultats nous ne rentrions pas dans les frais et la librairie était pleine de parasites...

Donc, il faut faire une solide étude de marché avant de se lancer dans un commerce aujourd'hui. Et pourtant tu as raison, tant qu'à faire ramer, autant le faire pour soi.

Perso j'ai fait la démarche inverse de la tienne. Sauf que je prospecte aussi en tant que formatrice vacataire. :wink:

Si cela marche, je prends le statut d'indépendante.


Pour ton projet, j'ai vu que tu demeurais sur Paris, j'ai un copain qui vient d'ouvrir sa librairie, il a bénéficié de subventions de la part du onzième arrondissement (la librairie y est située) donc je te refile le tuyau. Qui sait la tendance peut s'inverser.

Tout dépendra aussi des éditeurs que tu sélectionneras, certains seront prêts à te lâcher 40 à 45% de remise si tu leur fait une table.
Conseil perso évite le groupe Hachette qui donne au plus 30% avec ça tu ne feras jamais ta marge.
Clio
Messages : 62
Inscription : 17 mars 2003, 14:57
Localisation : Paris
Contact :

Message non lu par Clio » 05 juil. 2006, 17:18

Alors, pour préciser un peu les choses...

La liberté n'est pas forcément dans le temps libre pour moi, mais dans le fait d'être son propre patron et dans la satisfaction de monter un projet perso... puis d'en vivre. Mais la charge de travail est à prendre en compte évidemment, je pense que ça dépend des établissements, tous les libraires ne font pas 4h-minuit... N'est-ce pas ???

Le concept... y'a matière à réflexion effectivement et ce n'est pas évident. Je connais La belle Hortense, à Paris, entre autres.
Un lieu en deux parties distinctes, si possible assez grand, permettrait le coin découvertes bouquins/BD à l'abri des verres et des clopes et un coin bar côté entrée, aéré, où l'on pourrait boire comme un pompier et fumer comme un trou. Genre le hall du Lieu Unique.
Où ? Je suis sur Paris, mais pourquoi pas bouger ?

Comment ? Là ça se gâte. Les pros du livre, pensez-vous qu'il faille une formation pour réaliser ce genre de projets ? Il y a pas mal de libraires qui se sont lancés sans être du métier, en se renseignant, en bossant dur. Ca vous paraît encore possible ?
Pour enfoncer le clou : non, je n'ai jamais travaillé dans une librairie. J'aimerais assez d'ailleurs, je fais des démarches en ce sens actuellement. Mais pour le coup, ce serait une vraie belle reconversion. Et pourquoi pas ?
Vos idées, tuyaux, propositions et critiques sont les bienvenus !
Avatar de l’utilisateur
havas
Messages : 1537
Inscription : 12 févr. 2003, 10:51
Localisation : Lyon
Contact :

Message non lu par havas » 05 juil. 2006, 20:19

Lance toi, comme ca pas de regrets
Avatar de l’utilisateur
Mireille
Messages : 266
Inscription : 17 sept. 2002, 19:56
Localisation : Paris
Contact :

Message non lu par Mireille » 05 juil. 2006, 22:26

Clio a écrit :Comment ? Là ça se gâte. Les pros du livre, pensez-vous qu'il faille une formation pour réaliser ce genre de projets ? Il y a pas mal de libraires qui se sont lancés sans être du métier, en se renseignant, en bossant dur. Ca vous paraît encore possible ?
Non, je ne pense pas qu'il te faille une formation en librairie. Si tu aimes les livres et que tu les connais, la formation peut se faire sur le tas!

Par contre au niveau gestion, il te faudra quelques bases. Entre les entrées et sorties, tu devras jongler avec les autorisations de retours.
Au niveau débit de boisson, je ne peux pas t'aider :wink:

Tu disais vouloir bouger, mais il faut cicbler un endroit où tu es certaine d'avoir du passage et que les gens du quartier soient lecteurs...

Pour ce qui est du temps, on ne bosse pas de 4heures à pas d'heures. je bossais de 9 à 19 heures au début puis vers la fin de 9H30 à 18h45 et encore nous attendions l'heure de fermeture avec impatience, je dis nous y compris notre cheffe d'entreprise :lol: Les journées étaient longues à attendre le client :(

Pour enfoncer le clou : non, je n'ai jamais travaillé dans une librairie. J'aimerais assez d'ailleurs, je fais des démarches en ce sens actuellement. Mais pour le coup, ce serait une vraie belle reconversion. Et pourquoi pas ?
Vos idées, tuyaux, propositions et critiques sont les bienvenus !
Je te souhaite de trouver un job en librairie, mais, si c'est réellement un projet.... :? Tu peux trouver dans une petite librairie, mais tu risques de te dégouter. D'un autre côté, les librairies sont tellement solicitées que les places sont rares, même en stagiaire.
Je n'avais pas de formation quand j'ai été embauchée. Cependant, j'y suis entrée pour le service VPC/VAD, la librairie a fait partie de la polyvalence.

Par contre un détail.
Pourquoi appelles-tu les livres des bouquins ? :wink:
lafee

Message non lu par lafee » 06 juil. 2006, 08:00

J'ai suivi la formation de l'IUT de Bordeaux en édition/librairie.
Je vais noircir le tableau mais ce qui était vrai il y a 10 à 15 ans ne l'est plus forcément aujourd'hui. Il y a de plus en plus de formation pour être libraire. Aimer les livres et être passionné(e) ne suffit pas. Certes, c'est une condition sine qua non.
Le taux de chômage est important et le "réseau" est très important. Si non, trouver un job dans sune FNAC ou un Virgin pour se rendre compte des réalités du métier... Il faut savoir qu'on débute au SMIC. Quand on crée une librairie, il faut compter en moyenne un à 2 an(s) avant de se faire un salaire.
Dans l'absolu, il faut connaître l'interprofession, les liens entre diffuseurs/distri/éditeurs... les conditions d'office, les remises.

Si tu veux plus de renseignements, contacte-moi, après une période je retourne travailler en librairie, c'est une passion et j'en profite pour quitter Paris...

Bon courage :)
moi
Messages : 298
Inscription : 29 août 2004, 09:09
Contact :

Message non lu par moi » 06 juil. 2006, 12:04

Il y a aussi une librairie BD-café à Annecy dans Bonlieu. C'est pas mal du tout.
Sinon, c'est un concept qui marche pas mal du tout outre-Atlantique; j'en ai vu aux USA et au Canada. Mais c'était ds grands groupes (style fnac ou Virgin) et qu'on on parle de café, c'est plus un Starbucks qu'un bar-pub! Donc ni alcool, ni clopes.
letibelim
Messages : 239
Inscription : 13 oct. 2005, 09:18
Contact :

Message non lu par letibelim » 06 juil. 2006, 12:09

moi a écrit :Sinon, c'est un concept qui marche pas mal du tout outre-Atlantique; j'en ai vu aux USA et au Canada. Mais c'était ds grands groupes (style fnac ou Virgin) et qu'on on parle de café, c'est plus un Starbucks qu'un bar-pub! Donc ni alcool, ni clopes.
En Angleterre, également. C'est très propret... et souvent situé dans d'immenses centres commerciaux, les fameux malls.
petitevague
Messages : 11
Inscription : 16 sept. 2005, 17:44
Localisation : paris
Contact :

Message non lu par petitevague » 06 juil. 2006, 13:40

Bonjour Clio,

Ton projet est plus que sympa, mais question liberté… Toute ma famille a toujours tenu des commerces, notamment des bars, et je peux t'affirmer que c'est une galère. Outre les heures passées dans ta librairie-bar, tu en passeras autant dans les formalités de gestion et d'administration (compta, paiement divers aux organismes sociaux, déclarations fiscales, inventaire, achats, etc.). Par ailleurs, quand tu es commerçant, si tu mets la clé sous la porte, tu n'as droit à rien, et surtout pas aux Assedic.

Donc réfléchis bien... Mais si c'est ta passion, je crois que les chambres de commerce organisent des formations en gestion pour ceux qui veulent ouvrir un commerce. Soyons clair : la gestion est la clé de tout commerce pérenne, donc c'est indispensable avant de se lancer.

Bon courage et bonne chance.
Clio
Messages : 62
Inscription : 17 mars 2003, 14:57
Localisation : Paris
Contact :

Message non lu par Clio » 06 juil. 2006, 16:46

Merci à tous pour vos infos et témoignages.
Bon, évidemment, ça calme un peu. Le hic, c'est que je n'ai pas de taf et que je galère comme jamais pour en trouver. D'où l'envie d'un projet nouveau, d'où aussi le risque d'une énergie moindre dans ces circonstances un poil sombres.
Alors par où commencer ?
Je suppose qu'il faudrait d'abord que je me remette en selle en retrouvant un job (voire un vrai travail, qui sait ?), histoire d'avoir les épaules solides et la détermination inébranlable. Et un petit pécule pour assurer.

Je garde donc vos infos en distinguant l'important (mon projet) de l'urgent (je dois absolument bosser).
Désolée, je crois que je pars dans tous les sens, l'angoisse qui se repointe.

Au fait, pour répondre à ta question, Mireille, "bouquin", je suppose que c'est à la fois une manière de ne pas trop se prendre au sérieux et l'expression d'un rapport affectif. La raison pour laquelle j'appelle mes soeurs des frangines, par exemples... :wink:
Répondre

Revenir à « Discussion générale »