Page 1 sur 1

UN RESUME CLAIR POUR LES INDECIS ENCORE DANS LE NOIR !

Publié : 28 mai 2005, 02:00
par germain.leutwyler

Publié : 28 mai 2005, 15:59
par kraa
Etre en même temps d'extrême droite et d'extrême gauche, voilà le tour de force auquel sont contraints les plus démagos des défenseurs du "Non". (En fait ce lien-ci est plutôt raisonnable même s'il est d'une mauvaise foi absolue, mais mon message concerne toutes tes interventions à ce sujet).

J'admets que les défenseurs du "oui" ne font pas souvent valoir des arguments plus valables, mais d'un côté comme de l'autre les politiques défendent (mal) leur mandat. Alors que le citoyen lambda n'a rien à gagner à avancer des arguments fallacieux. Si tu as une bonne raison de refuser ce traité, donne-la, au lieu de te reposer sur des sites qui ratissent très large et rassemblent toujours les mêmes arguments, souvent des plus farfelus.

Du reste, Germain, tu n'as pas besoin de poster dix messages sur un même sujet pour que plus de monde les lise. Ou plutôt, tu en as peut-être besoin pour te faire entendre, mais c'est lourd. Désolé.

Publié : 28 mai 2005, 19:04
par SacriPanard
En fait ce lien-ci est plutôt raisonnable même s'il est d'une mauvaise foi absolue
Quelle mauvaise foi ?
raisons de refuser ce traité, donne-la
Il n’y a pas une administration au monde qui ait crée une richesse. Elles ne rendent pas « possible » ce qui ne l’est déjà.
Les pays Européens débordent de structures de cette nature.
Il faut littéralement une loi, et du personnel, pour définir comment pisser contre un arbre.

Il n’y a aucune avancée, à adopter ce que chaque pays a déjà adopté.
Le communisme serait-il né ?
Pas de constitution équivaudrait à un effondrement économique privé ?

L’argent du peuple français investi dans des consortiums européens privés, n’est pas la qualité innovatrice de l’administration qui la dépense.
Le gain, la spéculation, « patronner » le peuple Français n’a jamais été l’objectif d’une république.

Non en définitive, Non, aux ajouts structurels d’une constitution "répétition", qui n’est pas un pacte social contraignant et universel.

Il n’y aura pas de richesse supplémentaire, pas de gain supplémentaire, pas d’avantages supplémentaires, pas de solidarité supplémentaire,
c’est un appareil étatique de plus.

La France leader serait une France qui dépendrait de se qu’elle propose et s’effondrerait de son abandon. C’est de la démagogie, de l’ironie, c’est l’argument ouvertement de mauvaise foi.
Le leader propose ce qui permettrait de le détruire, par un refus de sa proposition C’est une ineptie.

Le Non n’est pas l’abandon du bien contre le mal.
Maîtres à penser !
Citation:
On ne saurait admettre que dans chaque « tout » organisé chaque « partie » soit organisée à son tour, et que de cette manière, dans la division des « parties » à l’infini, on arrive toujours à de nouvelles « parties » organisées, en un mot, que le « tout » soit organisé à l’infini [….], ce qui est contradictoire.


Restons concret :
Il peut y avoir « marché commun » car il y négociation de parties organisées, il ne peut pas y avoir « synthèse économique commune », ce sont ces mêmes « parties » déjà organisées.

S’il peut y avoir « synthèse humaine », ils sont présumés libres et donc « non organisés », il ne peut pas y avoir « une synthèse mercantile sociale » car elle est hybride et ainsi contradictoire.

Le « marché commun » relève de possibilité privée organisée, la « synthèse humaine » de la vie publique. Lever les impossibilités de l’un ne doit pas être un justificatif avancé pour l’obtention de l’autre, dont l'outil est la réflexion.
Ajoutons la liste, la carte postale des pays membres :
des destinations touristiques et historiques pour la plupart, à faire rêver les fonctionnaires les plus immunisés, ce que bon nombre d’autochtones « non » financés ou subventionnés ne peuvent pas ou plus du tout avoir l’opportunité de profiter. (Il n'y en aura pas pour tout le monde).

Danemark, Irlande, Finlande, Suède, Royaume-Uni, Autriche, Portugal, Chypre, Hongrie, Allemagne, Belgique, Malte, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Pologne, Slovénie, Slovaquie, Estonie, Tchèque, Pays-bas, Italie, France, Espagne, Grèce.

Publié : 28 mai 2005, 19:44
par SacriPanard
Une motion de censure a été déposée au Parlement européen le jeudi 12 mai contre le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.....
La motion de censure reproche à Barroso d’avoir menti en affirmant que la Commission n’avait intercédé en faveur de Spiro Latsis, un milliardaire grec (54e fortune mondiale) sur le yacht duquel le président de la Commission, nommé mais pas encore investi) a passé des vacances l’été dernier, tous frais payés.
M.S

Publié : 29 mai 2005, 01:08
par germain.leutwyler
Pour kraa:

Je préfère poster 10 messages sur le même sujet avec des liens différents menant à des avis donnés par des personnes différentes, que rabâcher mes arguments personnels comme au début !

Et puis, il faut bien essayer de rétablir un équilibre pour le NON après avoir consaté la bananière partialité de la "grande" (mais pas par sa déontologie friquée) presse papier, radio et TV, plus préoccupée de ne pas froisser ses chers annonceurs que de défendre les citoyens à qui on essaie de voler le peu de droits sociaux et démocratiques qu'ils leur restent...

Publié : 29 mai 2005, 11:23
par kraa
C'est vrai que le "non" est sous-représenté dans la plupart des journaux et sur la plupart des chaînes... Ca m'a gêné aussi. Mais je pense pas que la presse se soit prostituée aux grands intérêts financiers...

Les journalistes ont formulé, à mon avis, des avis personnels: le truc c'est qu'il y a presque consensus dans les milieux où l'on mesure réellement les enjeux du traité, c'est à dire, entre autres, dans les rédactions. Je comprends que ça puisse être horripilant quand on n'est pas de cet avis.

Publié : 29 mai 2005, 16:20
par germain.leutwyler
Bonjour kraa !

Effectivement, j'ai peut-être exagéré sur la presse.

Mais force est de constater que les argumentd du NON sont basés sur les articles du TCE, alors que les arguments du OUI sont plus immatériels, si je puis dire, plus subjectifs ou passionnels !

Il est moins rébarbatif de parler des seconds que des premiers, c'est un fait. Mais quand je voyais la place physique, et donc la surface de papier, accordée aux seconds par rapport à celle dévolue aux premiers, il y avait de quoi être choqué...

Publié : 29 mai 2005, 18:15
par kraa
Les articles sur lesquels s'appuient arguments du "non" sont, dans leur immense majorité, des reliquats des étapes successives qui ont construit l'Europe, c'est-à-dire qu'ils sont et resteront en vigueur de toute façon, à moins que l'on ne recommence à zéro.

Je ne pense pas qu'un seul électeur de gauche (c'est mon cas) ne vote "oui" sans regretter que certains passages n'aient pas été enlevés pour l'occasion, mais il n'y a pas à tergiverser 107 ans: les nouveautés sont des grosses avancées. Et en prenant un peu de recul, on le zappe souvent , mais le fait même qu'il comprenne une constitution (partie 1) est un bond pour l'Europe.

Je sais pas ce que tu en penses, mais il était temps que l'on vote, en fin de compte. Ouf. Les débats sont exténuants et vains (là, par exemple, tu n'es pas d'accord avec ce que je viens de dire... Donc ça a servi à rien.. snif)

Voilà.... Pour ce soir, je serais assez pour une courte victoire du "oui". Je reviendrai faire le malin sur ce topic si la suite des évènements me donne raison :D Sinon je te laisserai exulter en ne repointant plus mon nez ici...

a+

Publié : 29 mai 2005, 23:55
par kraa
HA HA HA...! Well je n'étais pas loin.

J'ai un peu le cafard en regardant les partisans du "non" se décrédibiliser maintenant, et se contredire entre eux. Ca va être une période bizarre.

Publié : 30 mai 2005, 00:01
par germain.leutwyler
Don't worry, be happy !

:D