troc sexuel: dans le move ?

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Francis Rozange
Messages : 114
Inscription : 22 déc. 2003, 01:37
Contact :

Message non lu par Francis Rozange » 14 avr. 2004, 13:47

ratone a écrit :pas pour répondre mais juste pour préciser :
"risque de se développer" à l'instar de la prostitution classique.
le plus vieux métier du monde poursuivrait donc sa croissance ? voilà qui donne envie de se recycler :)
Il s'agit plutot d'un certain ordre moral qui est de retour et pointe du doigt ce qui a toujours existé. La prostitution classique, sur le long terme, a considérablement diminué en france et dans d'autres pays depuis que les professionnelles n'ont plus l'exclusivité de la levrette et de la fellation.
Il y a à peine vingt ans, il y avait davantage de prostitués à Opera et Pigalle que sur la totalité des maréchaux. plus le bois de boulogne, la rue st-denis et bien d'autres. et s'il y avait d'importantes concentrations en plein centre de Paris, on en trouvait un peu partout en ville, très facilement. les voitures qui tournent en rond place dauphine, c'est terminé. les embouteillages et les marchands de frites et de coca à 2h du matin dans le bois de boulogne également.
Dommage, c'était sympa 8)
SacriPanard

Message non lu par SacriPanard » 14 avr. 2004, 13:59

Le « sacrifice familial » et aussi dans la tradition d’antan Française, bien conservatrice, « et bien pratique », celui qui vient « vous faire les chiottes », mais, c’est juste une question d’éducation en bas age, comme le dernier né par exemple (tradition décentralisée).

Dixit de Le monde : « on les blesse à coups de ceinture », ça me rappelle qq chose.
Vous pouvez ajouter dans les bonnes familles, ou les milieu très « politiquement corrects », discret, la gestuelle équivoque. C’est le professeur d’université, le collègue, dont vous suivez anonymement les cours, « qui vous met la bite sous nez –façon de parler-», « La gestuelle de castration – coup de Karaté à votre passage - Cravate du lutteur-», « Celle de la pipe – tapoter un objet sur la bouche-», injure directe ou dissimulées, « Fan de pute », « sale … », les apartés, négociations en présence.

Le suivit, et le conditionnement – mise à l’écart, isolement, rupture des liens provoquées, très organisé des faits, discrédit, dénigrement - la répétition des actes, le hasard organisé, n’est que plus facile au jeune age.
Soft, avec « la porte de sortie grande ouverte», irréprochable. « Hèèèè wouai »

Lorsque les actes patents, impardonnables, d’agressions ou de contraintes physiques, font l’objet de réponses inverses des pouvoirs publics, dilatoires, on peut se demander s’il s’agit de Bankok, ou d’un pays d’Asie, non, c’est la proprette France.
Si les masturbations de juges en robe, arrivent aux conclusions inverses, c’est qu’il n’y a pas qu’un problème de moyens.

Les règles existes, l’éducation civique pénale, se doit de les rappeler, et les faire connaître, Les atteintes à la vie privée (code pénal), - les faits et gestes, d’autrui n’on pas à être véhiculés ou rendus publics-
L’accès à l’emploi, (à ne pas confondre avec la mise à disposition au moindre coût –RMA–)
Le « discrédit » ou diffamation et injures (public ou non public), (A ne pas confondre avec les dénonciations légitimes, et courriers privés).
Les contraintes corporelles, sont celle de la garde à vue, ou juridiques, ou d’exception médicale (l’exception étant exceptionnelle et sans déclinaison)
Répondre

Revenir à « Discussion générale »