troc sexuel: dans le move ?

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Paul C. Marcinkus

Message non lu par Paul C. Marcinkus » 04 avr. 2004, 15:38

On va petut-être attendre d'avoir un peu plus de précisions, l'enquête ne portant que sur les Hauts de Seine, qui ne représente que le tiers de la population de la Petite Couronne (92-93-94). Sans compter la Grande, ni même Paris.

Ceci dit, voilà une pratique qui semble se rappocher des occasionnelles, ces prostituées à temps partiel que l'on connaît déjà, notamment dans les quartiers friqués. Dont pas mal d'étudiantes, pour qui la pauvreté est loin d'être la principale motivation.

Entre misère, besoin mais aussi envie de fric sans trop se casser, à vue de nez.

Quoi qu'il en soit, ça sent pas très bon, tout ça. :cry: Comme une odeur de pourri social. (Voilà, c'était digne d'une opinion de zinc. Him's).

J'attends avec impatience les objections du houellebecquien de service...
Fififi

Message non lu par Fififi » 04 avr. 2004, 15:45

le troc sexuel existe depuis des millénaires, les gaulois déjà : "tiens, je te file 50 vierges contre 50 vaches laitières", non ?
:lol:
Myrdin

Message non lu par Myrdin » 05 avr. 2004, 23:16

Zut les archives sont plsu accessible en gratos, y en a un qui peut mettre l article sur le forum SVP
Myrdin

Message non lu par Myrdin » 06 avr. 2004, 00:07

Ouaip riende bien neuf sous le soleil. C est desolant :evil:
Francis Rozange
Messages : 114
Inscription : 22 déc. 2003, 01:37
Contact :

Message non lu par Francis Rozange » 06 avr. 2004, 15:20

Paul C. Marcinkus a écrit :On va petut-être attendre d'avoir un peu plus de précisions, l'enquête ne portant que sur les Hauts de Seine, qui ne représente que le tiers de la population de la Petite Couronne (92-93-94). Sans compter la Grande, ni même Paris.
apprends à lire s'il te plait, ou à mieux te renseigner. il s'agit d'une enquête menée dans le nord des hauts de seine auprès de sept cents personnes qui ont permis de recueillir un nombre important de témoignages sur la prostitution non professionnelle. Selon les auteurs de cette enquête qui a débuté en 2001 on trouve un peu de tout : la victime de tournantes complètement paumée qui, n'accordant plus aucune valeur à son corps décide de se prostituer, jusqu'à la petite étudiante qui a largement de quoi vivre mais veut davantage que l'essentiel, même quand elle a déjà le superflu. il y en a aussi -j'en connais- qui l'on fait juste une fois ou deux, juste à titre de curiosité, qui ont trouvé ça cool mais n'ont pas recommencé, par peur sans doute de l'engrenage, et bien sur aussi le risque de tomber un jour sur un malade avec qui ce ne serait pas cool du tout...
la différence avec l'aube des temps est précisément là : on le faisait de manière voilée, dans la honte, aujourd'hui on s'en vanterait presque, on trouve ça "fun", carrément "in". Cela dit rien de bien neuf : cette "paraprostitution" selon le terme employé par les auteurs existe et ne fait que croitre dans de nombreux pays occidentaux, mais c'est à ma connaissance la première étude un tant soit peu sérieuse sur le sujet en france.
Comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire "parce que je le vaux bien" est une allusion à peine voilée à la prostitution (et pas voilée du tout, quand on connait le milieu de la pub !), qui a pourtant connu le succès que l'on sait, contrairement à "il a la voiture, il aura la femme" qui a été très vite retiré des écrans...
Francis Rozange
Messages : 114
Inscription : 22 déc. 2003, 01:37
Contact :

Message non lu par Francis Rozange » 06 avr. 2004, 19:49

ratone a écrit :Francis Rozange ne relance pas de polémiques stp en commençant ton post par "apprends à lire STP" car les articles sur le Parisien n'ont pas présenté les faits de manière aussi synthétique et je ne suis pas sûre que le journal mettait en évidence de manière aussi claire le partiel du département.
Vu ce que ce PCM balance à mon sujet, je reste plutot cool, d'autant que je ne me suis franchement pas foulé : j'ai cliqué sur le lien que tu as indiqué et à partir de là lu l'ensemble des articles indiqués. l'affaire de cinq minutes. ensuite seulement j'ai posté un message ici pour rectifier les propos taillés à la hache de PCM. Ceci étant, rien de neuf sous le soleil comme le disait Nicolas... nous sommes simplement passés d'une prostitution institutionnalisée (le petit copain qui paye tout à la eddy barclay) à un système plus diffus et plus libéral. En dehors de certains cas particuliers, il s'agit d'avantage de filles vénales que de prostitution au sens traditionnel du terme. Je ne pense pas pas qu'il y en ait plus qu'avant, le sexe étant désacralisé et vu comme un acte banal, on en parle simplement plus aisément, et les jeunes femmes ont plus tendance à se vanter de leurs gains, en argent ou en nature obtenus auprès d'un "golmon trop naif" qu'à en avoir honte. le summum étant d'obtenir tout cela sans même avoir à passer à l'acte... vantardises à l'appui plutot que honte bue. En somme on trouve à la fois des victimes (tournantes, filles issues des quartiers pauvres...) que les manipulatrices décomplexées pour lesquelles la séduction est un outil comme un autre.
l'age ne me parait pas être un critère essentiel : statistiquement celui auquel on fait l'amour pour la première fois n'a guère évolué et nos très jeunes dames sont vraisemblablement plus proches de la seconde que de la sixième.
Francis Rozange
Messages : 114
Inscription : 22 déc. 2003, 01:37
Contact :

Message non lu par Francis Rozange » 06 avr. 2004, 20:35

ratone a écrit : va quand même faire un tour sur le site de la Fnars par exemple (moi je jette l'éponge là)
Et que suis-je censé conclure ? Il n'existe aucune enquête de grande ampleur en France, seulement des cas particuliers. un questionnaire de 700 personnes, ce n'est même pas le minima pour un sondage et cette enquête est pourtant la plus grande jamais réalisée à ce jour.
Y-a-t-il plus de pédophilie qu'autrefois ou la loi du silence est-elle moins forte que par le passé ?
les hommes politiques sont-ils plus corrompus ou les juges plus indépendants ?
c'est valable également pour le sexe, dont on parle désormais plus ouvertement. faute d'une enquête nationale, il convient de se rappeler que nous ne disposons que d'informations très morcellées dont on ne peut tirer aucune généralité. dans ces conditions il est difficile de faire la part des choses entre un accroissement possible, voire probable mais pas démontré, de la marchandisation du corps chez les ados, et le fait que l'on en parle plus volontiers qu'il y a quelques années.
Répondre

Revenir à « Discussion générale »