J'adore...

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Myrdin

Message non lu par Myrdin » 30 mars 2004, 18:34

Clo a écrit :
Myrdin a écrit : Parce qu avec ce postulat tu calmes des millions de personnes, leurs donnent de l espoir...
...et tu permets dans le même temps à des millions d'autres de se taper sur la gueule, dans le meilleur des cas...
C est aussi vrai. Mias le concept de dieu reste tout de meme un reconfort pour bon nombre. Apres y les utilisations du concepts , cest la que ca derape :roll:
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 30 mars 2004, 19:07

Au moins, avec la kéta, pas de dérapages...Calme, réconfort...Militons pour que la kétamine soit l'ingrédient principal des hosties, des makrouds et du pain azyme.
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 30 mars 2004, 19:07

Mince, le micro est encore allumé ?
Myrdin

Message non lu par Myrdin » 30 mars 2004, 19:11

Eclipse ? a écrit :Au moins, avec la kéta, pas de dérapages...Calme, réconfort...Militons pour que la kétamine soit l'ingrédient principal des hosties, des makrouds et du pain azyme.
Dis, c est quoi la ketamine? :oops:
Avatar de l’utilisateur
BARA
Messages : 406
Inscription : 25 mars 2003, 11:48
Localisation : Cherchez...

Message non lu par BARA » 30 mars 2004, 23:46

Un ancien anesthésiant humain, passé dans la pharmacopée équine. La poudre des teufeurs les plus bovins.
Voulez-vous ? Voulez-vous ? Voulez-vous ?
Paul C. Marcinkus

Message non lu par Paul C. Marcinkus » 31 mars 2004, 10:40

Les Echos, ils ont une de ces patates, ce matin...

Une : Sarkozy promu à Bercy pour ramener la confiance (ils prennent des risques, les gars des Echos, sacredieu...).

Morceaux choisis du papier :

- Quand à Nicolas Sarkozy, il devrait piloter un "super-Bercy" avec le titre de ministre d'Etat. Nous y voilà : faute de pouvoir le coller chef de l'UMP ou Premier sinistre, on lui colle un gros ministère lourdingue, avec le titre protocolaire ronflant de ministre d'Etat. Me semble que le dernier en date à le porter, c'était Pasqua, non ?

Too strong qui kill les ours :
- "[Sarkozy] partage avec le chef de l'Etat l'objectif de baisse résolue des impôts". Précisons : baisse résolue et électorale des seuls impôts sur le revenu des personnes physiques et peut-être de la taxe professionnelle (créée par le Premier ministre Chirac, au demeurant). La fiscalité locale servira de variable d'ajustement. Et puisque l'Etat manque déjà d'argent et affiche des déficits records, diminuer les recettes est à n'en pas douter la meilleure solution. Deux de tension, trois de QI. Les Echos pourraient faire semblant de prendre de la distance et d'identifier les enjeux. Merdalors !

On verra si en 2004 ces blaireaux renouvellent l'exploit d'augmenter la dette publique de pratiquement 10 % comme ils l'ont fait en 2003. Baisse des impôts et réformes, qu'y disaient...

Champomy pour tout le monde :
- "Le couple exécutif espère que sa nomination contribuera à ramener la confiance : Nicolas Sarkozy a pour mission de faire pour la croissance ce qu'il a fait pour la sécurité".

:D :D :lol: :P :D :lol:
Putain ! Ils l'ont dit ! Sarkozy, il va faire comment, pour la restaurer, la "confiance" (en quoi, d'ailleurs ?) ? Continuer de truquer les chiffres du chômage comme il l'a fait avec ceux de l'insécurité ? Installer des radars automatiques à la Bourse de Paris ? Envoyer le GIGN pour chopper Messier, qui patauge de nouveau dans des affaires pas claires de l'ère Vivendal Universi ? Comme si la confiance était la clé du problème. Les fondamentaux économiques sont tout pourris, le chômage pointe, l'état des finances publiques en témoigne. Pas possible de bâtir une croissance forte là-dessus. Mais non : "consommez, et tout ira mieux". Vous verrez qu'on finira par regretter Francis Mer...

- aussi : "Après quatre années de croissance molle, le défi est de relancer la machine économique". Inattendue, cette affirmation... Du grand journalisme, ça encore. "D'abord en ramenant la confiance pour stimuler la demande intérieure". Maintenant, c'est clair : y'aura des flics dans les Carrefour pour vérifier que vous dépensez bien au moins 80 euros à chaque déplacement. "Consommez ! Sinon..." :D Tas de cons.

- c'est pas tout : "Sa nomination devrait, également, être accueillie favorablement par les entreprises, demandeuses de réformes et de visibilité pour recommencer à investir et créer des emplois". C'est beau comme un communiqué du Medef. Et à peu près aussi pertinent.

Pitoyable. Nul à chier. Que de la gueule, du vent, du blabla et du foutage de tronche en quantité industrielle.

:evil: :evil: :evil: :evil:

PCM
Pas content professionnel

PS : ah, l'auteur de ces lignes est un certain Jean-Francis Pécresse. Y'avait une Pécresse en tête sur la liste UMP des régionales parisiennes. Sait pas s'il y a un rapport.
Avatar de l’utilisateur
boultan
Messages : 1299
Inscription : 18 sept. 2002, 13:09
Localisation : le très-haut
Contact :

Message non lu par boultan » 31 mars 2004, 10:51

Ca me rappelle Bilalian lors de la soirée du deuxième tour : entre ses "politiquement parlant bien sûr" claqués dans chaque phrase et un "nous attendons une intervention de Nicolas Sarkosy, qui sera sans doute très intéressante, comme d'habitude" balancé sans vergogne, il m'a convaincu de ne jamais payer ma redevance...
A louer, bon état général, faire offre
vandergraaf

Message non lu par vandergraaf » 31 mars 2004, 13:36

Sarkozy va faire à l'économie ce qu'il a fait à la sécurité ? ça me rappelle Chirac en campagne qui disait qu'il allait faire pour la France ce qu'il avait fait pour Paris...
Avatar de l’utilisateur
boultan
Messages : 1299
Inscription : 18 sept. 2002, 13:09
Localisation : le très-haut
Contact :

Message non lu par boultan » 31 mars 2004, 13:53

vandergraaf a écrit :Sarkozy va faire à l'économie ce qu'il a fait à la sécurité ? ça me rappelle Chirac en campagne qui disait qu'il allait faire pour la France ce qu'il avait fait pour Paris...
Pour une fois qu'il tient une promesse...
A louer, bon état général, faire offre
Avatar de l’utilisateur
Melfrid
Messages : 156
Inscription : 26 nov. 2002, 19:02
Localisation : Paris ou presque
Contact :

Petit Pasqua Noël

Message non lu par Melfrid » 31 mars 2004, 14:23

Paul C. Marcinkus a écrit :- Quand à Nicolas Sarkozy, il devrait piloter un "super-Bercy" avec le titre de ministre d'Etat. Nous y voilà : faute de pouvoir le coller chef de l'UMP ou Premier sinistre, on lui colle un gros ministère lourdingue, avec le titre protocolaire ronflant de ministre d'Etat. Me semble que le dernier en date à le porter, c'était Pasqua, non ?
.
Intérieur, CG92, ministre omnipotent... On dirait qu'il marche pas à pas sur ses traces. Le problème, c'est qu'il est plus jeune et plus résistant.
boultan a écrit :Ca me rappelle Bilalian lors de la soirée du deuxième tour : entre ses "politiquement parlant bien sûr"
Et ses "et maintenant, une question purement journalistique".

Attention les yeux.
Myrdin

Message non lu par Myrdin » 31 mars 2004, 20:10

Et pour le reste des joyeux drilles qui ont change de poste et les petits nouveaux, vous en pense quoi?
Fillon a l educ, Perben qui bizarement n a pas bouge, Villepin a l interieur....Bachelot qui ne pourriara plus l image avec ses splendides tailleurs...Haignere aux affaires europeenes....des chtit com?
Paul C. Marcinkus

Message non lu par Paul C. Marcinkus » 01 avr. 2004, 11:52

On les concentre, les gens qui parlent à tort et à travers, où c'est dans tous les pays comme ça ?
jeudi 1 avril 2004, 10h40

La croissance indispensable pour le social, estime Seillière

PARIS (Reuters) - Le président du Medef, Ernest-Antoine Seillière, a déclaré beaucoup compter sur Nicolas Sarkozy, "le Zidane de l'équipe Raffarin III", pour conforter la croissance dont il a souligné qu'elle seule permettrait de mettre le cap sur le social.

Il a contesté que la majorité parlementaire ait été sanctionnée lors des élections régionales pour avoir mené la politique du Medef. Il a reconnu que certaines réformes pouvaient avoir mécontenté les Français et rappelé qu'elles étaient le résultat d'une négociation entre les partenaires sociaux qu'il souhaite voir se poursuivre.

"Raffarin III a mis en place une équipe avec quelques renvois au vestiaire, avec quelques modifications de joueurs et surtout avec un Zidane aux Finances", a déclaré Ernest-Antoine Seillière sur RTL.

"C'est un peu le buteur, celui dont on attend qu'il mette beaucoup de points sur la croissance avec son jus, avec son astuce, avec son dynamisme" a-t-il ajouté.

"Vas-y mon gaillard, montre nous que tu sais agir, entreprendre, oser", a lancé le président du Medef à l'attention du nouveau locataire de Bercy.

Interrogé sur le tournant social que les résultats des élections régionales pourrait donner à la politique gouvernementale, Ernest-Antoine Seillière l'a conditionné à la croissance. "Plus de social, c'est plus d'argent pour le social et plus d'argent sur le social, c'est le cap sur la croissance. S'il n'y a pas de cap sur la croissance, il n'y aura pas de cap sur le social. Les caisses sont vides et faire du social sans argent, personnellement je ne sais pas faire", a martelé le président du Medef.

Tout en jugeant "crédible et atteignable" l'objectif gouvernemental d'une croissance de 1,7% cette année, Ernest-Antoine Seillière s'est dit convaincu de la nécessité de "dynamiser l'économie française".

Il a estimé qu'une "politique de croissance, d'emploi et en réalité de pouvoir d'achat passe par la réussite de l'entreprise" et mis en garde contre la tentation de "taper sur l'entreprise".

"Si on veut un cap sur la pauvreté, sur la dette, sur le chômage, alors il n'y a qu'à taper sur l'entreprise, taxer l'entreprise", a-t-il dit. "On connait à cet égard le discours de l'opposition qui est extraordinairement pauvre (...) et qui se réunit toujours sur l'idée qu'il faut taper sur l'entreprise", a dénoncé le président du Medef. "L'entreprise, si on tape sur elle, elle ira ailleurs", a-t-il prévenu.

"M. RAFFARIN N'A RIEN FAIT DE LA POLITIQUE DU MEDEF"

Le président du Medef a aussi plaidé pour une poursuite des réformes, rappelant les engagements pris par le chef de l'Etat. "Le président (de la République) a donné le cap en début d'année. C'est le service minimum. Il l'a dit, il le fera. C'est l'assurance maladie, la taxe professionnelle (...)", a dit Ernest-Antoine Seillière.

"Si le contexte actuel modifie les intentions du président de la République de moderniser la France, alors je crois qu'on peut dire à nos enfants : Vous aurez une France plus pauvre" a-t-il ajouté.

Ernest-Antoine Seillière a récusé l'idée que le gouvernement ait pu être sanctionné pour avoir conduit la politique du Medef estimant que le Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, n'avait "rien fait de la politique" préconisée par l'organisation patronale.

"Monsieur Raffarin n'a rien fait de la politique du Medef : Les 35 heures sont toujours là, le déficit des finances publiques est énorme, les prélèvements ont augmenté et le code du travail est toujours aussi inflexible", a déclaré Ernest-Antoine Seillière.

"Ce qu'on lui reproche, ce sont des choses pour lesquelles le Medef n'a pas grand chose à voir: le prix des cigarettes, les avocats, les radars sur les routes, les buralistes, les chercheurs", a-t-il ajouté faisant référence à plusieurs des vagues de mécontentement que le Premier ministre a affrontées au cours des derniers mois.

"Tout cela, c'est en dehors du champ du Medef", a insisté Ernest-Antoine Seillière. "C'est vrai qu'il y a des choses qui ont bougé dans la société française et que les Français n'ont pas aimé", a-t-il toutefois reconnu.

Mais ces changements sont "le résultat de la négociation sociale". "Ce sont les syndicats et les employeurs, dont évidemment le Medef, qui ont fait bouger le front de la France dans leur secteur de responsabilité, c'est à dire là où ils ont à faire des choses pour rétablir les équilibres", a-t-il ajouté mentionnant les réformes de l'assurance chômage, du régime d'indemnisation chômage des intermittents du spectacle, des retraites complémentaires ou de la formation.

Le président du Medef a appelé à la poursuite de la négociation sociale pour mettre en oeuvre les réformes. "C'est dans l'entreprise, dans la négociation sociale que vous trouverez l'équilibre de notre pays (...) Les syndicats le savent. Nous comptons sur eux pour poursuivre dans la voie de la négociation sociale où on est déjà bien engagé", a déclaré Ernest-Antoine Seilière.
Avatar de l’utilisateur
Makhno
Messages : 429
Inscription : 17 sept. 2002, 19:02
Localisation : Chez moi
Contact :

Message non lu par Makhno » 01 avr. 2004, 13:04

* "Il a reconnu que certaines réformes pouvaient avoir mécontenté les Français et rappelé qu'elles étaient le résultat d'une négociation entre les partenaires sociaux qu'il souhaite voir se poursuivre."

Merci Chérèque....


* "Raffarin III a mis en place une équipe avec quelques renvois au vestiaire, avec quelques modifications de joueurs et surtout avec un Zidane aux Finances", a déclaré Ernest-Antoine Seillière sur RTL."

Ca ressemble plus à du Cyril Rool que du Zidane... (pour les connaisseurs)

* "[...] faire du social sans argent, personnellement je ne sais pas faire"

Ah bon ? Avec tu sais donc faire mais tu n'osais pas nous le dire ?

* "Tout en jugeant "crédible et atteignable" l'objectif gouvernemental d'une croissance de 1,7% cette année"

Traduction : "j'y crois pas trop. D'ailleurs j'en sais rien et puis je m'en fout parce que si :

"L'entreprise, on tape sur elle, elle ira ailleurs"

* "M. RAFFARIN N'A RIEN FAIT DE LA POLITIQUE DU MEDEF"

C'est bien vrai. D'ailleurs, Elvis Presley n'est pas mort.

* "Si le contexte actuel modifie les intentions du président de la République de moderniser la France, alors je crois qu'on peut dire à nos enfants : Vous aurez une France plus pauvre"

Traduction : "si l'executif de ce pays se met à prendre en compte la volonté des électeurs, alors je crois qu'on peut dire à nos enfants : vous n'aurez pas la chance de travailler avant 16 ans"


Je m'arrète là. Je vais vomir. Je reviens.
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 01 avr. 2004, 13:41

Fais gaffe, à droite, derrière le panneau, j'ai déjà déposé...

Sarkosy I n°2 du gouvernement, Sarkosy 2 n°2 du MEDEF. C'est papa et maman qui doivent être fiers...Pouvaient pas se contenter de faire pousser des poivrons, non ? En revanche, mmh...On va trinquer. D'ailleurs, y en a pas un des deux qui doit démissionner, là ? Quand t'as quelqu'un dans la pub, tu peux pas jouer aux concours Ile Maurice. Alors ?

Sinon, après proposition du nouveau gvt, paraît que Chirac songe encore à une dissolution. Oui, et la Suisse va adhérer à l'UE et la Nasa a trouvé un super réacteur pour aller sur Mars en trois jours. Ben Laden se promène en short et sans barbe sur le Trocadéro.
Avatar de l’utilisateur
Olivier T
Messages : 863
Inscription : 17 sept. 2002, 22:42
Localisation : l'outre-tombe
Contact :

Message non lu par Olivier T » 01 avr. 2004, 15:37

Comme je suis un affreux aigri, que je dispose de quelques neurones encore valides et d'un soupçon de mémoire, je me permets de rappeler les exploits du nouveau ministre de la culture, Renaud Donnedieu de Vabres :
The Associated Press a écrit :Procès de l'ex-PR : Donnedieu de Vabres et Léotard condamnés pour blanchiment

(lundi 16 février 2004)

PARIS
--------------------------------------------------------------------------------

- L'UMP a évité un deuxième coup dur lundi. Son porte-parole, Renaud Donnedieu de Vabres, a certes été condamné pour blanchiment d'argent par le tribunal correctionnel de Paris, mais n'a écopé que d'une peine de 15.000 euros d'amende dans le cadre du procès du financement occulte de l'ancien Parti républicain.

Aucune peine d'emprisonnement -six mois avec sursis avaient été requis en décembre dernier- ni d'inéligibilité n'ont été prononcées contre le député d'Indre-et-Loire. Il a par ailleurs été relaxé du chef de "complicité de financement illicite d'un parti politique".

M. Donnedieu de Vabres avait pourtant quitté son poste de ministre délégué aux Affaires européennes du premier gouvernement Raffarin à cause de sa mise en examen. Visiblement soulagé, il a quitté le tribunal par une porte dérobée. Ses avocats n'ont pas souhaité faire de commentaires.
D'ici à ce qu'il propose aux intermittents des rémunérations en dessous-de-table... :?

Bon ceci dit, je comprends le Ragondin. Avec un nom pareil, le gars Renaud doit lui rapeller ses années au département marketing de Jacques Vabre, ces folles années où tout lui réussissait...
Répondre

Revenir à « Discussion générale »