Perben II

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Avatar de l’utilisateur
Olivier T
Messages : 810
Inscription : 17 sept. 2002, 22:42
Localisation : l'outre-tombe
Contact :

Perben II

Message non lu par Olivier T » 01 mars 2004, 09:16

J'ai reçu ça. C'est effroyablement crédible, mais je ne suis pas assez calé en droit pour savoir si c'est vrai.

Merci de démentir si c'est un hoax. Il n'était pas signalé comme tel ce WE.

Il commence à faire froid en France, vous ne trouvez pas ?!
Bonjour à tous et toutes

Ce scénario a été réalisé par des avocats du barreau de
Paris Malheureusement ce n'est pas de l'anticipation.

PERBEN II, Bientôt près de chez vous, de quoi frissonner...

PERBEN II : ça peut vous arriver

Par la Conférence du Stage du Barreau de Paris ( c'est pas des rigolos )

Vous aimez votre femme et votre femme vous aime.
Vous avez eu ensemble trois enfants que vous adorez : Julie, Julien
et Juliette. Julien vient d'avoir 16 ans. C'est un garçon rieur,
heureux de vivre, un peu turbulent au lycée, mais que les professeurs
trouvent sympathique.

Parmi ses nombreux amis, deux sont pour lui comme des frères : Arnaud
et Arthur. Ils forment à eux trois une inséparable bande de joyeux
drilles, connue dans tout le lycée.

Vous ignorez seulement que, le mois dernier, Julien a connu une grave
déconvenue : le professeur de biologie, Monsieur Bubard, lui a
attribué un 2/20 pour " copie trop sale ". Votre fils l'a ressenti
comme une profonde injustice, ainsi qu'Arnaud et Arthur. Ensemble, après avoir longuement réfléchi, ils ont trouvé le moyen de venger Julien.

Monsieur Bubard se rend chaque jour au lycée en bicyclette. Il range
son vélo dans un local non fermé mais surveillé depuis la grille d'entrée par Paul gardien depuis vingt ans, dont les siestes sont légendaires. Une semaine après la fameuse copie, notre trio passe à l'action : Arthur fait le guet pendant que Julien et Arnaud s'emparent du vélo. Ils escaladent ensuite la grille pour le cacher dans le jardin de Roselyne Lajoue, retraitée.

L'exploit fait grand bruit. Julien et ses acolytes, galvanisés, décident de
ne pas en rester là, le local regorgeant d'objets de convoitise :
deux jours plus tard, ils réitèrent avec la trottinette électrique du professeur de mathématique et la bicyclette rose de Madame le Proviseur.

Celle-ci, furieuse, mène alors l'enquête, en toute discrétion. Ses soupçons se dirigent rapidement vers votre fils et ses amis. Plainte est déposée pour vol.

Vol en bande organisée, précise la police : la loi Perben II peut
s'appliquer. Trois jours plus tard, un jeune homme souriant aborde votre fils à la sortie du lycée. Il lui montre une camionnette spécialement aménagée et lui propose, en cas de besoin, de transporter gratuitement tout engin à deux-roues. Julien est étonné. Le jeune homme le rassure, l'invite à prendre un café et lui offre finalement un téléphone portable : "appelle-moi !". Cet homme est un policier, habilité par Perben II (nouvel article 706-81 du Code de procédure pénale) à se faire passer pour complice ou receleur des infractions.

Il n'a pas droit d'inciter au délit. Mais il peut mettre à la disposition des personnes suspectées tous les moyens dont elles rêvent (juridiques, financiers, transport, hébergement, télécommunication : nouvel article 706-82).

Votre fils, très excité, appelle de son téléphone tout neuf ses camarades. Le lendemain, décision est prise de profiter de l'aubaine : on demande au jeune homme de déposer le butin près du stade de foot, histoire de prolonger le plaisir. Le lundi suivant, à 18 heures, Julien n'est pas rentré à la maison. Votre femme s'inquiète, Julie et Juliette le cherchent.

18h30 : le téléphone sonne. C'est la police. Julien est au commissariat en garde à vue. Comment ? Qu'a-t-il fait ? Vous ne dormez pas de la nuit, vous espérez à chaque heure que votre fils va être relâché, vous voulez comprendre. Le lendemain, un avocat de permanence vous apprend que Julien va bien, mais il ne peut vous en dire plus. Une première journée passe, puis une deuxième nuit. C'est un cauchemar. On se réveillera.

Mais mercredi matin, l'avocat vous avoue que, depuis la loi Perben II, la garde à vue peut durer 96 heures, même pour les mineurs (nouvel article 706-88 du Code de procédure pénale). Vous imaginez votre Julien au commissariat pendant quatre jours et quatre nuits, interrogé le jour et réveillé la nuit. Mercredi, l'attente devient infernale. A 20 heures, quatre hommes sonnent à votre porte. Ce sont des agents EDF qui viennent relever les compteurs. En un clin d'oeil, les voilà dispersés dans tout l'appartement, l'un d'entre eux restant en votre compagnie pour vous occuper. Ils repartent cinq minutes plus tard, sans vous avoir fait signer le moindre bon. Vous êtes étonné, mais vous avez d'autres préoccupations en ce moment. Pourtant, ces hommes viennent d'installer chez vous suffisamment de micros et de caméras pour tout connaître de votre vie de couple et des discussions entre Julie et Juliette.

Ils en ont le droit depuis Perben II (nouvel article 706-97 du Code de procédure pénal). De toutes façons, vous étiez déjà sur écoute (nouvel article 706-96). Les journées de jeudi et de vendredi sont les plus atroces de votre vie. Julie et Juliette ne sortent pas de leurs lits. L'école appelle, vous lui raccrochez au nez. Votre femme passe de l'hystérie à l'hébétement.

Vendredi 17h15 : Julien sort enfin de garde à vue mais il est, dans la foulée, déféré devant le juge d'instruction qui met Julien en examen, les faits étant avérés. Il demande à son collègue le juge des libertés et de la détention de placer votre fils en détention provisoire. Le magistrat accepte : il entend, lui aussi, lutter efficacement contre l'insécurité en ville. Julien est en prison, pour plusieurs mois peut-être. Vos filles s'enferment dans un profond mutisme.

Mardi, trois heures du matin. Voilà une semaine que vous ne vivez plus. Vous dormez enfin. Une sonnerie stridente vous réveille soudain : vous vous traînez jusqu'à la porte d'entrée que vous ouvrez. Cinq policiers s'engouffrent chez vous. Pendant deux heures, ils retournent l'appartement, crèvent les coussins, vident les tiroirs.
Cette perquisition en pleine nuit (nouvel article 706-91) a du bon : elle permet enfin à la famille de se retrouver, vos filles et votre femme s'étant blotties autour de vous dans le canapé.

Le lendemain, décision est prise d'envoyer Julie et Juliette, pour les protéger, chez leur grand-mère maternelle. Ce sera mieux pour tout le monde. Votre belle-mère, ravie d'être utile, vient les chercher chez vous. Elle se permet une première remarque sur l'état de l'appartement. Vous réussissez à vous contenir. Elle jacasse ensuite un quart d'heure sur le problème de la délinquance. Vous sentez que vous allez sortir devos gonds. Pour finir, elle vous lance une remarque acerbe sur l'éducation de Julien. C'en est trop : vous la giflez.

Or vous étiez filmé. Lorsque votre beau-père vient porter plainte, les policiers sont déjà au courant. A votre tour, vous êtes convoqué au commissariat, placé en garde à vue, puis mis en examen pour violences sur personne vulnérable. Vous encourez trois ans d'emprisonnement.

C'est le procureur qui vous convoque à la fin de la garde à vue. Il est indigné par ce que vous avez fait et ne s'étonne pas que votre fils ait mal tourné. Il vous demande si vous reconnaissez votre culpabilité, une cassette vidéo à la main. Vous répondez oui. Il vous propose alors de prononcer lui-même votre condamnation puisque vous ne contestez pas les faits. C'est nouveau (Perben II, article 61), mais c'est efficace. Si vous refusez, vous serez jugé par le tribunal, dans longtemps et avec les aléas qu'on connaît. Un avocat, penaud, vous conseille d'accepter. Le procureur vous condamne à 4 mois d'emprisonnement, non sans préciser que c'est une peine bien indulgente au vu des faits odieux que vous avez commis.

Durant le trajet vers la prison, menotté dans la fourgonnette, vous vous interdisez de penser à votre femme, à Julie, à Juliette. Vous vous demandez simplement si vous apercevrez de votre cellule celle de Julien. Si vous pourrez lui faire coucou. Et, tout à coup, vous vous souvenez d'un entrefilet dans le journal, en plein hiver 2004, sur des avocats qui s'inquiétaient de l'entrée en vigueur de la loi Perben II. Vous n'aviez, à l'époque, pas compris pourquoi."



http://www.politis.fr/article531.html

http://www.zdnet.fr/actualites/technolo ... 693,00.htm




(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
Avatar de l’utilisateur
Kitano
Messages : 489
Inscription : 18 oct. 2002, 19:05
Localisation : Le nez sur l'écran
Contact :

Message non lu par Kitano » 01 mars 2004, 10:57

J'ai déjà lu ça ici : http://www.davduf.net/article.php3?id_article=148, relayé par rezo.net la semaien dernière. Il semble que ça ait circulé également par mail...

Je le verrais plutôt comme une mise en gare ironique (enfin, on rit jaune quand-même) face à la loi Perben 2.
Quand la femme du torero dort sur ses deux oreilles, à qui appartiennent les oreilles ?
domenico

Message non lu par domenico » 01 mars 2004, 11:06

Merci de démentir si c'est un hoax.
A priori non, c'est une fiction sur les nouvelles dispo Perben (garde à vue de 96 h pour les délits commis en bande organisée, perquisition de nuit, vidéo...) écrite par des avocats ; cela étant, c'est un cas d'école ; la réalité sera sans doute autre surtout si tu t'appelles Julien et si tes parents ont une jolie situation, un appartement tout confort, moulures, cheminées et robinet en or !
Ca fait quand même froid dans le dos !
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 01 mars 2004, 12:53

Bienvenue dans un monde plus sûr...Si je ne me suis pas plantée de projet de loi, le dossier intégral est . Quelques modifs sympas des lois sur la presse...

Dites merci (non, pas à moi, à Perben, Sarko, W...) et oubliez vos libertés individuelles.
SacriPanard

Message non lu par SacriPanard » 01 mars 2004, 13:21

« Il y a loin de la coupe aux lèvres. » C’est ma période proverbe; Je vous rappellerai pour ne pas vous rabattre les oreilles, avoir été diffamé par écrit par une juge informée d’une violation de domicile, condamné par celle-ci et ses congénères, à être expulsé d’un logement payé d’avance, sans autre acte ou délit ou commandement ou loi qui le condamne, par la simple volonté débilitante du plus riche, qui veut remplir la tirelire du dernier né, « Tu vois les pauvres ils faut savoir les utiliser », condamné a nouveau, par un congénère pour avoir signalé, et être victime, d’un délit financier, et incité à la plainte juridique, dudit richissime qui a pignon sur rue.

Quant aux avocats, cabinets, qui vous facture plus 1000 euros pour interjeter appel, ne vous contact, du bout des lèvres, que lors des facturations après un arrêt digne de Walt Disney, ils semblent plus prolixe, en bonne langue française, dans la fiction et le roman policier.

Enfin, cela fait plus de cinq ans que des malades viennent me piquer ma bicyclette, au sens propre et au figuré, ma bagnole, trouer mes vêtements, remplacer du matériel, poster de fausses annonces, fouiller, remplacer ou voler vos documents, mais ces gentils chérubins à maman reluisante, à petite copine bien comme il faut, ne s’en lassent pas, et ne le font qu’à l’occasion, pour s’amuser.

Instituons « la Claque et le BourrePif», dans la loi Perben.
Bianca
Messages : 689
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 01 mars 2004, 14:03

domenico a écrit :
Merci de démentir si c'est un hoax.
A priori non, c'est une fiction sur les nouvelles dispo Perben (garde à vue de 96 h pour les délits commis en bande organisée, perquisition de nuit, vidéo...) écrite par des avocats ; cela étant, c'est un cas d'école
Exact, ce n'est pas un hoax mais une fiction mettant en scène toutes les nouvelles dispositions de la loi PII. Et qui circule par mail depuis plusieurs jours (je l'ai reçu 3 fois). Mais moi je m'en fous, j'ai pas d'amis et pas de vélo, et j'vais même pus à l'école d'bord.
Bianca
Messages : 689
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 01 mars 2004, 14:03

domenico a écrit :
Merci de démentir si c'est un hoax.
A priori non, c'est une fiction sur les nouvelles dispo Perben (garde à vue de 96 h pour les délits commis en bande organisée, perquisition de nuit, vidéo...) écrite par des avocats ; cela étant, c'est un cas d'école
Exact, ce n'est pas un hoax mais une fiction mettant en scène toutes les nouvelles dispositions de la loi PII. Et qui circule par mail depuis plusieurs jours (je l'ai reçu 3 fois). Mais moi je m'en fous, j'ai pas d'amis et pas de vélo, et j'vais même pus à l'école d'bord.
Avatar de l’utilisateur
boultan
Messages : 1246
Inscription : 18 sept. 2002, 13:09
Localisation : le très-haut
Contact :

Message non lu par boultan » 01 mars 2004, 14:06

oui mais avec tes doublons t'es à la limite du raccolage passif sur forum public, gaffe :wink:
A louer, bon état général, faire offre
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 01 mars 2004, 15:39

En tous cas, z'ont intérêt, dans le même temps, de relever le numerus clausus de la spécialité psychiatrique. Va y avoir une recrudescence des cas de paranoïa caractérisée...Pis EDF va avoir du mal à relever les compteurs. Hum...Ca sent bon, la société sécurisée...Vaut mieux être une entreprise qu'un individu, en Chiraquie septante-rionale.
leeloo

Message non lu par leeloo » 01 mars 2004, 16:42

un pote avocat l'a reçu aussi et me confirme que c'est totalement crédible, mais à prendre avec des pincettes car "l avocat sait tourner les choses au plus dramatique afin de te faire sentir concernee" m'écrit-il... Alors voilà!
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 01 mars 2004, 16:57

Mais c'est FLIPPANT !! M'en fous que ce soit plus Mouloud que Marie-Chantal qui doive s'en faire. Pas besoin d'une mise en situation par la Conférence du Stage du Barreau, cette loi est flippante!! Y a pas de pincettes à prendre. 96 heures de garde-à-vue ??? Mais on est où, là ? A Santiago du Chili ? Des écoutes facilitées ? Des délits de presse accrus ? Sarko et Perben ont gardé des amitiés américaines ? Oui, monsieur!
future grande journaliste
Messages : 289
Inscription : 08 oct. 2003, 15:51
Contact :

Message non lu par future grande journaliste » 01 mars 2004, 17:01

Moi aussi, j'ai eu ce mail, et j'ai cru à une plaisanterie!!!! J'ai trouvé ça trop gros, impossible dans la réalité... Mais là, en lisant vos posts, je flippe... Et en voyant, au zapping, deux extraits de reportages diffusés sur Francetélévision expliquant comment se comporter face aux policiers, je ne sais plus dans quel pays je vis !!!! Hallucinant !!!! :cry:
"ne vous emmerdez plus, emmerdez les autres !"
leeloo

Message non lu par leeloo » 01 mars 2004, 17:01

mon pote avocat rappelle que c'est bien contre CETTE loi (Perben II) que les magistrats ont manifesté...
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 01 mars 2004, 17:03

Ah bon....C'était pas contre la baisse de TVA dans la restauration, donc... :roll:
leeloo

Message non lu par leeloo » 01 mars 2004, 17:05

Eclipse ? a écrit :Ah bon....C'était pas contre la baisse de TVA dans la restauration, donc... :roll:
raaaaaaaaaaAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHH!!!! (c'est le cri du hamster... désolée...) J'ai donné cette précision car y'a Perben I et Perben II... voilà... j'pensais dire un truc utile pour une fois... désolée... :wink:
Verrouillé

Revenir à « Discussion générale »