Appel contre la guerre à l'intelligence

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Avatar de l’utilisateur
Olivier T
Messages : 810
Inscription : 17 sept. 2002, 22:42
Localisation : l'outre-tombe
Contact :

Appel contre la guerre à l'intelligence

Message non lu par Olivier T » 26 févr. 2004, 21:27

Bon je sens bien que vous m'avez laissé volontairement cette grosse part de gâteau bien crèmeux rien que pour me faire plaisir. Allez zou, je croque dedans. Et je vous laisse papoter dessus. :wink:
Appel contre la guerre à l'intelligence


Pour fédérer les mobilisations de plus en fortes, mais encore très éparses et éclatées, émanant des secteurs de la culture et du savoir, face aux attaques régulières, aux coupes budgétaires et aux menaces dont ils font l'objet de la part de l'actuel gouvernement, l'hebdomadaire culturel Les Inrockuptibles lance un "Appel contre la guerre à l'intelligence".

Vous trouverez ci-après le texte de cet appel qui sera publié le 18 février dans nos colonnes.
Les Inrockuptibles

Signer à l'adresse suivante avec vos nom, prénom et qualité : appel@inrocks.com



--------------------------------------------------------------------------------
Appel contre la guerre à l'intelligence
--------------------------------------------------------------------------------


Rien de plus proche aujourd'hui d'une université sans crédit qu'un laboratoire scientifique en panne, rien de plus proche d'un intermittent du spectacle qu'un doctorant précaire, d'un urgentiste en alarme qu'un juge débordé par les dossiers et les affaires, d'un psychanalyste interdit d'exercice qu'un archéologue privé de fouilles, rien de plus proche d'un architecte qu'un avocat ou qu'un médecin dont la liberté d'exercer est de plus en plus encadrée, rien de plus proche d'un chômeur en fin de droit qu'un artiste au Rmi, rien de plus proche, dans des salles vétustes et bondées, qu'un prof et ses étudiants.

Tous ces secteurs du savoir, de la recherche, de la pensée, du lien social, producteurs de connaissance et de débat public font aujourd'hui l'objet d'attaques massives, révélatrices d'un nouvel anti-intellectualisme d'Etat. C'est à la mise en place d'une politique extrêmement cohérente que nous assistons. Une politique d'appauvrissement et de précarisation de tous les espaces considérés comme improductifs à court terme, inutiles ou dissidents, de tout le travail invisible de l'intelligence, de tous ces lieux où la société se pense, se rêve, s'invente, se soigne, se juge, se répare. Une politique de simplification des débats publics, de réduction de la complexité : pour ou contre le voile ? Psychiatres ou charlatans ? Un policier dans chaque école ou des professeurs laxistes ? Juges de gauche ou flics sévères ? France d'en bas contre élites savantes ? Les artistes : fainéants ou profiteurs ? Depuis deux ans, la liste est longue des compétences et savoirs pratiques méprisés, des débats raccourcis, amputés de leur épaisseur et de leurs contradictions fécondes.

Le gouvernement Raffarin fait un usage simpliste et terrifiant des fameuses leçons du 21 avril : en pleine crise de l'Etat-Providence, dans ces secteurs les plus sensibles que sont l'hôpital et la santé, l'école et l'université, la justice et le travail social, la culture et l'audiovisuel public, au moment d'une fracture urbaine sans précédent entre des centre-ville riches et paisibles et des périphéries abandonnées, à l'heure d'une décentralisation culturelle accélérée et sans filet et d'une industrie de la culture qui modifie en profondeur le paysage intellectuel, que fait le gouvernement ? Il livre l'architecture, l'urbanisme et la construction d'un nouvel espace public aux grands groupes de BTP. Il dégraisse les corps intermédiaires de la communauté éducative en supprimant emplois-jeunes, aide-éducateurs, infirmières, surveillants. Il fragilise le monde du spectacle au nom d'une réforme nécessaire du régime de l'intermittence. Il démoralise les professions de santé et accélère la "fuite des cerveaux" dans les universités étrangères. Il profite du départ à la retraite des générations du baby-boom pour faire disparaître des secteurs de recherche, des spécialités médicales, des disciplines éducatives.
Il procède à des coupes sombres dans les budgets du savoir et de la recherche. Et il résout la prise en charge des "vieux" par la culpabilisation des familles, le rappel à l'ordre paternaliste des plus jeunes et la suppression d'un jour férié.

Cette guerre à l'intelligence est un fait sans précédent dans l'histoire récente de la nation. C'est la fin d'une exception française : un simple regard chez quelques-uns de nos voisins européens, dans l'Angleterre post-thatchériene ou l'Italie berlusconienne permet pourtant de voir ce qu'il advient des écoles, des hôpitaux, des universités, des théâtres, des maisons d'édition au terme de ces politiques qui, menées au nom du bon sens économique et de la rigueur budgétaire, ont un coût humain, social et culturel exorbitant et des conséquences irréversibles.

Loin de constituer un mouvement d'humeur corporatiste, ce sursaut des professions intellectuelles concerne l'ensemble de la société. D'abord parce que la production et la diffusion des connaissances nous est aussi indispensable que l'air que nous respirons. Ensuite, parce qu'au-delà de nos métiers, de nos savoirs, de nos pratiques, c'est au lien social qu'on s'en prend, reléguant davantage encore dans les marges les chômeurs, les précaires, et les pauvres.

Et maintenant ? Fort de cette prise de conscience, il s'agit de partager les luttes et les mobilisations, de fédérer nos inquiétudes, d'échanger ces expériences alarmantes, et d'adresser au gouvernement une protestation solidaire, unifiée, émanant de tous les secteurs attaqués par cet anti-intellectualisme d'Etat qu'aucun parti politique, de droite comme de gauche, n'a encore entrepris de dénoncer. Chacun d'entre nous doit continuer à porter ses propres revendications, à élever ses propres défenses, mais nous devons aussi interpeller collectivement nos concitoyens sur ce démantèlement des forces vives de l'intelligence.

Pour signer (avec vos noms, prénoms et qualité) : appel@inrocks.com

N'hésitez pas à faire circuler




(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
Avatar de l’utilisateur
boultan
Messages : 1246
Inscription : 18 sept. 2002, 13:09
Localisation : le très-haut
Contact :

Message non lu par boultan » 27 févr. 2004, 11:24

Malgré toute la sympathie que ce genre d'initiative peut susciter (proportionnellement à l'antipathie virale générée par le présent gouvernement), je trouve cette pétition particulièrement mal fichue :

- Aucune revendication précise
- Une dénonciation du manichéisme et du simplisme des prises de position gouvernementales annihilée par l'alignement de poncifs et de lieux communs guère plus reluisants
- Un mélange des genres qui, à côté des problèmes concernant la culture, cite pêle-mêle la justice, la sécurité, l'urbanisme ou la santé, enlevant toute lisibilité
- Une légère tendance à s'auto-proclamer "intellectuels" d'une part, à idéaliser "l'exception française" par rapport à nos voisins européens décrits comme le quart-monde culturel d'autre part (alors qu'entre la BBC et France Télévision, franchement...)

Tout cela génère un gloubiboulga d'où émerge une seule idée : les Inrocks n'aiment pas le gvt Raffarin. Soit, moi non plus. Il s'agirait toutefois de mettre un peu d'ordre dans ses idées et de proposer des solutions alternatives.
A louer, bon état général, faire offre
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 27 févr. 2004, 13:53

Malgré tout l'intérêt que présente ce post et la sympathie que peut susciter ce contributeur (dans l'absolu et proportionnellement à l'antipathie foncière générée par voussavezqui) je trouve certains de ces arguments discutables:

- ce texte est celui d'un appel, appel à la mobilisation, manifeste de revendication du titre d'intellectuel, statut oublié, enterré sous les gravats nauséabonds de la staritude culturelle. Pas de revendications: certes! Il ne s'agit pas tant de réclamer que de s'opposer, à la déliquescence programmée, notamment, de secteurs dont l'unité est peut-être capillotractée, mais relativement bien posée, à mon estime; s'opposer aux réformes et projets de réforme d'un gouvernement aux visées poujadoïdes, propres à satisfaire le MEDEF, bien sûr, mais encore l'anti-intellectualisme d'électeurs affairistes, industriels, commerçants, restaurateurs...

- pas d'avis sur les poncifs

- un par contre sur la lisibilité, l'effort étant sensible de relier des professions créatrices de lien social, d'idées, de soin des âmes, des corps et des esprits, de tout ce qui a plutôt l'humain comme objet, fin et intérêt. La sécurité n'y semble évoquée qu'en contrepoint.

- je n'ai pas la même lecture que toi, Bouly, de la référence aux autres pays d'Europe (deux, s'il m'en souvient bien, particulièrement victimes de politiques ultra-libérales: GB et Italie): pas d'affirmation d'une quelconque supériorité intellectuelle ou culturelle française mais l'évocation, certes très vague, du danger des politiques qui y sont menées.

Quant à l'auto-proclamation...D'ac' et pas d'ac' à la fois. Il y a de cela, mais il y a également une tentative d'exhumation (de dessous les gravats méphitiques) du statut d'intellectuel, en même temps que son extension. A l'époque où il en était d'engagés, même après que les clercs eussent trahi les hautes visées qu'avaient pour eux des Benda, les architectes, médecins, juges, étaient plutôt des notables. Dans les rangs des intellectuels se trouvaient plutôt (d'anciens) enseignants, des philosophes, des écrivains, tous producteurs de matière à penser.
Qu'ils l'étendent, soit. En ce cas pourquoi avoir oublié, par exemple, quoiqu'il soit un poil faiblard, des syndicalistes ? Eux aussi sont jeopardized par des réformes gouvernementales, eux aussi produisent du discours et du lien social.
Quoiqu'il soit un appel, avant tout, à la prise de concience du danger, partant, à la mobilisation des principaux intéressés, et bien que la mention de l'appel au peuple n'intervienne, presque subrepticement, qu'en toute fin, le texte me paraît peu fédérateur. J'imagine mal comment il pourrait parler suffisamment à un ouvrier. Architectes, juges, psychiatres, archéologues: que lui chaut leur sort ? S'il est traditionnellement derrière ses enseignant-e-s, s'il soutient les professionnel-le-s de santé, se sentira-t'il impliqué pour ceux dont il ne perçoit pas toujours très bien la baisse du pouvoir d'achat, la restriction du pouvoir de domination, n'ayant une idée qu'assez vague de ceux qui l'oppriment aujourd'hui, voyant, derrière le petit travailleur immigré, pour lui un plus grand danger que chez les grands financiers ?

Ce texte est certes bancal, imparfait, nous en convenons, peut-être pas pour les mêmes raisons, mais il ne manque pas d'intérêt.
Avatar de l’utilisateur
boultan
Messages : 1246
Inscription : 18 sept. 2002, 13:09
Localisation : le très-haut
Contact :

Message non lu par boultan » 27 févr. 2004, 14:28

Mince, on n'est pas loin d'être d'accord ! 8)
Sinon, j'aurais aimé que ce soit un grand quotidien qui lance ce genre de pétition, plutôt que les Inrocks (dont je garde avec émotion la collection exhaustive de l'époque mensuelle bénie, avant qu'ils ne se fourvoient et s'échinent dans leur stratégie Télérama Djeun's). Au lieu de cela, le Monde en est réduit à servir de receptacle aux réactions de Raff, qui s'y invite aussi aisément que sur le service public, et Libé travaille plus les jeux de mots de ses titrailles que ses opinions.
A louer, bon état général, faire offre
Francis Rozange
Messages : 114
Inscription : 22 déc. 2003, 01:37
Contact :

Re: Appel contre la guerre à l'intelligence

Message non lu par Francis Rozange » 27 févr. 2004, 14:30

Olivier T a écrit :Bon je sens bien que vous m'avez laissé volontairement cette grosse part de gâteau bien crèmeux rien que pour me faire plaisir.
non non, c'est juste que tu n'es pas concerné par une guerre contre l'intelligence, en tout cas pas du coté des victimes 8)
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 27 févr. 2004, 15:03

boultan a écrit : les Inrocks (dont je garde avec émotion la collection exhaustive de l'époque mensuelle bénie, avant qu'ils ne se fourvoient et s'échinent dans leur stratégie Télérama Djeun's)
..et moi juste un numéro, titré "Joyeux Bordel".

Vox Bouly, tomberais-tu dans le piège de la légitimité (genre: plus d'impact, caution plus grande si ç'avait été -non, ça biclou- le Monde gothique ?) ? Avoue que ce n'est pas pire qu'un appel lancé par Technikart (Haro sur les Teutons! Veulent pas nous faire baisser le prix des boissons ! Rendez-nous nos Nike dernier cri! Ouvrez le Pulp le mardi! Bon, etc., quoi...Chais pas qui engueuler pour le prix de la coke...)
future grande journaliste
Messages : 289
Inscription : 08 oct. 2003, 15:51
Contact :

Message non lu par future grande journaliste » 27 févr. 2004, 15:27

Sur les problèmes des professions de santé, voici une nouvelle réforme dont je vous fait part. Le rapport préconnise une fusion des 14 formations médicales et paramédicales, la réduction des 57 spécialités médicales reconnues en France aux 14 reconnues par l'Europe, bloquage du numerus clausus pour les étudiants passant le concours de première année de mèdecine et réserver une part importante du numerus clausus à des étudiants sélectionnés par accès direct sur dossier.
En clair, pour tous les métiers de la santé, les étudiants devront valider une première année de mèdecine. Or le numerus clausus restera stable. Conséquence : moins de jeunes accèderont aux formations médicales et paramédicales. moins de médecins, de sages-femmes, de kiné, d'infirmiers... Et pour info, pour retrouver la densité médicale actuelle dans quelques années, il faudrait que le numerus clausus, cette année, soit de 8 000 places, or il n'est que de 5 600 places. Les 15 000 morts de cet été n'ont pas suffits !
"ne vous emmerdez plus, emmerdez les autres !"
Avatar de l’utilisateur
boultan
Messages : 1246
Inscription : 18 sept. 2002, 13:09
Localisation : le très-haut
Contact :

Message non lu par boultan » 27 févr. 2004, 15:46

@ fgj : c'est un autre problème, qui mériterait sa propre enfilade :)

@ Eclipse : Pas une question de légitimité, juste qu'ils auraient pu le faire, c'est tout... S'il faut attendre que ce soit Elle Decoration ou le Chasseur Français qui osent une critique politique, à quoi servent les autres ?

@ François : na
A louer, bon état général, faire offre
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 27 févr. 2004, 16:10

rhoooo, vox beau bouly, fôpazykozer, on a dit!!!!

Vraiment ils auraient pu ? Dû ? Grrru ?

Les Inrocks sont, malgré tout (tout quoi, sais pas...), l'un des seuls journaux, sinon le seul journal, à avoir proposé à PB (pas PresseByter, hein..) d'en être redchef, pour un numéro, certes. Ils ont, parfois, un positionnement politique. Jamais, de mémoire de moi, le Monde ne s'est fait l'écho d'appels revendicatifs. Algérie, avortement, revendications des attentats du 17 Novembre, c'était plutôt Libé. Neutralité du Monde, coco! Ta remarque sur les jeux de mots de la titraille était parfaitement juste. Libé et l'époque ont changé. Pourquoi pas les Inrocks..

Sinon, à la relecture, il y a des paragraphes mieux foutus que d'autres. Le troisième est particulièrement gloubi-boulguesque et poncifard, totalement d'accord avec toi.
Francis Rozange
Messages : 114
Inscription : 22 déc. 2003, 01:37
Contact :

Message non lu par Francis Rozange » 27 févr. 2004, 20:27

[quote="boultan@ François : na[/quote]

françois c'est qui :?: :shock:
tiens sinon j'ai trouvé ça sur ton site :
JPEG
Resolution: 2592x1944
File size: 2312372 bytes
Date: 03/01/04 11:51
Flash: 0
Focal length: 9.1mm
Exposure time: 1/125s
Aperture: 3.2
Metering mode: Evaluative
Camera: SONY
Model: DSC-V1
Categorynet.com
Messages : 18
Inscription : 02 févr. 2004, 23:14
Contact :

Message non lu par Categorynet.com » 28 févr. 2004, 00:32

On tente de ne pas dévier ? Merci...
Myrdinn
Messages : 1
Inscription : 28 févr. 2004, 10:05
Contact :

Message non lu par Myrdinn » 28 févr. 2004, 10:25

J'ai bien lu les positions de tous, et je trouve tous ça très très interressant.
D'abord, personnellement, je soutient plus le gouvernement Rafarin qu'un autre, pour la simple et bonne raison que c'est le moins pire. A choisir entre une droite avec 60 ans de retard et une gauche avec un siècle d'utopies, c'est la peste et le choléra.

BREF ! ! Je crois que le seul vrai problème en france (et dans bien d'autres pays, rassurez vous) c'est que l'on accède au pouvoir pour l'avoir, mais sans savoir quoi en faire. Franchement, entre l'égo surdimensionné de Mitterrand et le manque de discrétion de Chirac, y'en a pas un qui soit arrivé à prouver qu'il était là pour sauver le pays ( et je ne parle pas de leurs gouvernements).
De plus, la société moderne fait que ce sont les minorités qui emmerdent le monde.

Je m'explique:
Le racisme, ce sont, je sait pas, 5% des beurs qui foutent leur merde à t'agresser pour une clope, et les 95 autres % qui subissent la haine qui en découle. C'est partout pareil.
Les artistes (puisque c'est le sujet), ya les vrais, les bons, et ceux qui sont persuadés de leur talent avant même d'avoir commencé. Mais maintenant, si tu est un artiste, on doit s'incliner devant toi. Que tu sois bon ou mauvais, t'es artiste donc intellectuel et on te dois respect et devotion.
Et ici même, en stigmatisant une fois de plus, les Inrocks renforcent ce cercle vicieux. Ceux qui creusent le trou de la secu, ce sont ceux qui ne sont jamais malades, mais qui profitent du système.

NON, le problème social et culturel de la france ne pourra être réglé que lorsque l'on effacera les notions de Communisme, Socialisme, LIberalisme, Fascisme, Protectionnisme,etc....
On ne pourra pas construire quelque chose de révolutionnaire sans tout raser avant.

Je déplore la fuite des cerveaux, je hais les "intellectualistes" et je méprise une société qui se refuse à avancer.
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 28 févr. 2004, 10:45

Fichtre!! Après Makno Sanzhache, Myrdinn Deuzaine...Au fait, Deuzaine, le sujet ce n'est pas "les artistes".
J'crois que le monsieur du d'sus a la vraie recette du gloubi-boulga, bien lourd et bien informe. Foutrecul!! Mais ils les recrutent où les nouveaux ? Chez Neu-neu & Co. ?? :evil:
Avatar de l’utilisateur
boultan
Messages : 1246
Inscription : 18 sept. 2002, 13:09
Localisation : le très-haut
Contact :

Message non lu par boultan » 28 févr. 2004, 10:50

Moi-même j'ai un peu de mal à comprendre où tu veux en venir Myrdinn... Déjà que je trouvais la pétition un brin fourre-tout :?
A louer, bon état général, faire offre
Avatar de l’utilisateur
Olivier T
Messages : 810
Inscription : 17 sept. 2002, 22:42
Localisation : l'outre-tombe
Contact :

Message non lu par Olivier T » 28 févr. 2004, 12:26

Eclipse ? a écrit :Fichtre!! Après Makno Sanzhache, Myrdinn Deuzaine...Au fait, Deuzaine, le sujet ce n'est pas "les artistes".
J'crois que le monsieur du d'sus a la vraie recette du gloubi-boulga, bien lourd et bien informe. Foutrecul!! Mais ils les recrutent où les nouveaux ? Chez Neu-neu & Co. ?? :evil:
En effet, il ne s'agit pas du bon Myrdin. Celui ci est au mieux un maladroit, au pire un imposteur. Ajouté aux trolls qui se promènent en ce moment sur catégo, l'ambiance devient de plus en plus étouffante.

Bref, "faisez" attention lorsque vous répondez à quelqu'un, ce n'est peut-être pas lui. Seule solution, vérifier le nombre de messages sous le pseudo...




(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
Verrouillé

Revenir à « Discussion générale »