Pas de compression! aux Césars

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 25 févr. 2004, 17:40

Mary31, je vais aller éditer la parenthèse. mais tu dis des bêtises, et je ne t'en veux pas, mais il me faut les corriger: non, les Adjadepardieu ne touchent pas d'indemnités, et c'est bien heureux encore. Faudrait voir à pas non plus prendre les enfants du bon dieu pour des connards sauvages! Il y a un seuil au-dessus duquel tu n'entres plus dans l'assurance-chômage. Alors, comment fait Adjani, ben, j'en sais rien, elle fait des ménages ?

En attendant, le montant maximum médian ou moyen (sans Leep pour m'expliquer bien la différence et sans les papiers que j'ai la rozangite de chercher, je ne sais plus trop) d'indemnisation des intermittents est à peu de choses près le double de ce que touchent les salariés. Pour le reste, si et seulement si je faisais effectivement du journalisme, je m'estimerai évidemment privilégiée, comme les rares fois où je l'ai fait. Un smic comme journaliste, plutôt que 12.000 balles comme secrétaire ? Je prends!!
Avatar de l’utilisateur
mary31
Messages : 995
Inscription : 11 déc. 2003, 16:12
Contact :

Message non lu par mary31 » 25 févr. 2004, 17:50

Eclipse ? a écrit :Mary31, je vais aller éditer la parenthèse. mais tu dis des bêtises, et je ne t'en veux pas, mais il me faut les corriger: non, les Adjadepardieu ne touchent pas d'indemnités, et c'est bien heureux encore. Faudrait voir à pas non plus prendre les enfants du bon dieu pour des connards sauvages! Il y a un seuil au-dessus duquel tu n'entres plus dans l'assurance-chômage. Alors, comment fait Adjani, ben, j'en sais rien, elle fait des ménages ?

En attendant, le montant maximum médian ou moyen (sans Leep pour m'expliquer bien la différence et sans les papiers que j'ai la rozangite de chercher, je ne sais plus trop) d'indemnisation des intermittents est à peu de choses près le double de ce que touchent les salariés. Pour le reste, si et seulement si je faisais effectivement du journalisme, je m'estimerai évidemment privilégiée, comme les rares fois où je l'ai fait. Un smic comme journaliste, plutôt que 12.000 balles comme secrétaire ? Je prends!!
J'ai du mal lire le Canard, j'ai du mal comprendre, j'ai du mal retenir...
Chais pas...
Merci pour la parenthése éditée. :wink:

Ce post aura au moins eu le mérite de me faire décrocher l'portable pour le lire en direct à Thomas... On se la bouffe ensemble lui et moi ce soir, du coup... L'Eclipse? aura eu au moins le mérite de réunir de vieux amis qui n'se voient pas souvent pour s'payer un bon repas à la santé des étoiles lunaires! Yep!!! Yep!!!! En route, 106 vers de nouvelles aventures!
-----------------------------------------
La Tordue ne l'est jamais tout à fait!
Bianca
Messages : 689
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 25 févr. 2004, 18:53

Eclipse ? a écrit :Mary31, je vais aller éditer la parenthèse. mais tu dis des bêtises, et je ne t'en veux pas, mais il me faut les corriger: non, les Adjadepardieu ne touchent pas d'indemnités, et c'est bien heureux encore.
Effectivement, c'est bien impossible. Assedic plafonné. Depardiou, out.
Eclipse ? a écrit :En attendant, le montant maximum médian ou moyen (...) d'indemnisation des intermittents est à peu de choses près le double de ce que touchent les salariés.
???? D'où sortent ces chiffres ??? Sachant qu'un salarié touche 57% de son salaire BRUT pendant 23 mois, un intermittent toucherait 114% de son salaire brut ? Je te rappelle aussi que sur l'ancien protocole (d'où viennent sans doute tes chiffres), le montant des indemnités Assedic est dégressif. Alors j'aimerais bien savoir d'où sortent ces calculs, sachant que le rapport parlementaire était incapable de chiffrer le nombre d'intermittents en France. Alors calculer des moyennes sans connaître le nombre de bénéficiaires, chapeau !! Moi qui suis en plein dedans, je peux te dire qu'ils n'arrachent pas tous la queue du Mickey !!
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 25 févr. 2004, 19:02

Hmmm. Cette imposibilité à chiffrer le nombre d'intermittents est bien un peu étrange. Tous les intermittents ? Les parlementaires étaient ils incapables de réunir l'ensemble des professions ouvrant droit à ce statut (c'est à dire, incapables de lire)...?

Bref, les Assedic savent bien quel est le nombre de personnes qu'elles indemnisent au titre de l'intermittence.

Cela veut dire sans doute, puisque j'ai vraiment une grosse rozangite et une inappétence très conjoncturelle sur le sujet que le montant des indemnités est globalement plus élevé pour les miteux que pour l'ensemble des chômeurs, cela veut peut-être dire qu'il y a moins chez les miteux de travailleurs pauvres, partant moins de chômeurs affamés, etc. Je me rappelle que j'avais tiré ces chiffres du site des Assedic. Je vais essayer de fournir l'effort nécessaire pour retrouver mes contributions sur le sujet dans le forum, j'avais dû noter cela.
domenico

Message non lu par domenico » 25 févr. 2004, 19:51

Petite précision : les adjadepardieu ne sont pas out pour les Assédic parce qu'ils explosent le plafond : ils peuvent (je ne sais pas s'ils le font pour autant) toucher leurs allocs dans la limite de ceux qu'ils ont cotisé ce qui représente une misère à côté de leurs cachets mais ferait quand même pâlir d'envie un smicard.
A ce propos, la solidarité de ces grands noms du showbiz est assez relative ; en tous les cas, dans les faits, c'est du kif avec celle des ouvriers et employés que c'est surtout leur pognon qu'on pompe via les cotisations d'assurance chômage. En effet, le régime des intermittents coûte très cherc à l'Unédic, c'est un fait (environ une cotisation pour 6 allocataires ce qui plombe en plus le régime général des chômeurs lambda) ; son financement n'est assuré que par les seuls salariés (ça fait 15 millions de personnes quand même), c'est à dire que les professions libérales, les artisans, voire même les fonctionnaires (ça m'ennuie vu tout ce qu'ils se prennent sur la gueule de les dénoncer mais bon) ne participent pas du tout au financement du chômage des cultureux et c'est là que le bat blesse : qu'on finance l'intermittence (la sacro-sainte culture dont nous causent les intermittents comme quoi faut tous être solidaires sinon c'est la star'ac tous les soirs pour tout le monde et adieu les spectacles de la Colinne où les mecs se trémoussent à poil avec des guitares électriques) est une excellente chose mais pourquoi la financer par le seul biais de l'Unédic ! Faudrait donc soit financer par l'impôt ou alors qu'il s'auto-finance dans le spectacle, secteur où il y un max de blé qui circule : l'Unédic financerait les intermitteux à la même hauteur que les autres salariés (cela permettrait en outre d'améliorer l'indemnisation de tous les salariés), le complément étant assuré par une caisse spectacle financé par la profession. C'est pas du disneyland ce régime de chômage ?
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 25 févr. 2004, 20:25

Tiens, j'aime bien ça...Bon, Disneyland, je ne sais pas si l'image est bien choisie, mais y a de l'idée!

Propositions intéressantes aussi. Plus dubitative sur le financement par l'impôt. Il faudrait, dans ce cas, que les spectacles soient aussi accessibles, financièrement, qu'il l'étaient en URSS. L'impôt finance ce qui intéresse la communauté. Je préfère nettement qu'on finance les bibliothèques et le prêt gratuit. Très, très dubitative quant à la transmission des idées par le biais des spectacles et leur intérêt éducatif. Pas dans l'absolu, cependant.

Bon, et puis on s'est déjà pris le chou sur le sujet, là.

Non que nouvelles interventions ne soient pas intéressantes, mais, justement, faudrait voir à s'assurer qu'elles sont vraiment nouvelles.
Bianca
Messages : 689
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 25 févr. 2004, 22:16

Eclipse ? a écrit :Hmmm. Cette imposibilité à chiffrer le nombre d'intermittents est bien un peu étrange.
Je m'as mal exprimée. Je voulais dire que les personnes indemnisées pouvaient être comptées (et encore, beaucoup sont radiées qq temps, mais bon, c'est un "détail" et une moyenne est possible). Par contre, il est impossible de comptabiliser TOUS les gens qui travaillent dans les milieux du spectacle, et aprticulièrement ceux qui ne touchent pas d'Assedic (et qui ne sont donc pas intermittents car ne touchent pas de chômage mais tendent à le devenir). Notons au passage qu'ils cotisent à ses Assedic qui ne leur versent rien... Je crois cependant me heurter à un mur, il y a ceux qui défendent les intermittents d'un côté, et il y a les autres, qui persistent à croire qu'il s'agit de privilégiés (la moyenne salariale d'un intermittent se situerait autour du SMIC, mais bon, on peut rétorquer que ce ne sont que des chiffres...) parce qu'ils sont payés en dehors de leurs périodes de travail. D'ailleurs, tu ne m'as toujours pas dit en quoi ils étaient privilégiés, Eclipse. Parce qu'ils font un travail souvent intéressant et qu'ils ont choisi, même si c'est souvent très dur ?
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 25 févr. 2004, 23:23

Bon, déjà, oui. Mais aussi à cause des 507 heures, contre près du double pour les salariés lambda. Alors là, tu vas me dire qu'il y a des répéts, machin; mais en dehors de l'argutie sur "pourquoi ce travail là devrait être rémunéré", page 2 je crois de l'ancien fil, deux heures de spectacle comptent pour huit (6h de bonus, je trouve que ça inclut déjà bien les répéts). Puis tu vas me dire que comme c'est des contrats pas stables, faut les faire, les 507 heures, surtout en 10 mois et demi. Ouaip, ben les intérimaires n'ont pas ces avantages, s'ils connaissent la même galère, idem pour les pigistes, les plagistes, etc. Donc privilèges. Pis parce que, globalement, on ne peut pas dire que ce statut soit un acquis social. Pas bossé sur l'origine du statut (vraiment, s'il y a des pigistes, dans le coin, on vous en donne des pistes de travail!), mais pas l'impression qu'ils aient gagné ce statut de haute lutte. Donc privilège. Entre un électro de ville et un électro de spectacle, ma grande, y avait pas photo du temps de l'ancien statut. Y avait un pue-la-sueur et un gros glandeur. Un qui trimait sur l'année, l'autre qui se baladait. Pardon pour cette trivialité, mais jusqu'à ce que le trimeur se fasse embaucher à la Comédie Française, l'autre était clairement un privilégié. Juste parce qu'il avait pu entrer dans le statut, parce qu'il avait pu entrer dans le spectacle, parce que copinage, relationnel, patin, couffin.

Je te rappelle simplement que privilège, selon mon Larousse, c'est juste: droit, avantages, possédés par certains, que les autres n'ont pas. Je ne comprends pas bien encore pourquoi les autres ne sont pas logés à la même enseigne que les intermitteux. Allez, 700 heures pour tout le monde!
Avatar de l’utilisateur
mary31
Messages : 995
Inscription : 11 déc. 2003, 16:12
Contact :

Message non lu par mary31 » 25 févr. 2004, 23:41

domenico a écrit :Petite précision : les adjadepardieu ne sont pas out pour les Assédic parce qu'ils explosent le plafond : ils peuvent (je ne sais pas s'ils le font pour autant) toucher leurs allocs dans la limite de ceux qu'ils ont cotisé ce qui représente une misère à côté de leurs cachets mais ferait quand même pâlir d'envie un smicard.
Voilà, l'article parlait bien de qqchose comme ça...
Bon, fin de contribution, comme dirait l'autre et Thomas m'a demandé d'vous saluer bien bas...
-----------------------------------------
La Tordue ne l'est jamais tout à fait!
Francis Rozange
Messages : 114
Inscription : 22 déc. 2003, 01:37
Contact :

Re: Pas de compression! aux Césars

Message non lu par Francis Rozange » 26 févr. 2004, 06:23

Eclipse ? a écrit :Encore eux! Cette fois-ci, la porte-parole était plutôt bien choisie.
Agnes Jaoui a déjà été porte-parole des intermittents. C'est quelqu'un de bien, humainement et professionnellement.
Bianca
Messages : 689
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 26 févr. 2004, 10:47

Pareil que Mary, fin de la contribution, on ne parle pas sur le même terrain. Ce n'est pas parce qu'on a des soi-disant privilèges qu'il faut fermer sa gueule quand on te les supprime. Alors qu'on mette tous les intérimaires et plagistes au statut d'intermittent, là je suis d'accord. Si c'est pour tirer les gens vers le haut, entièrement d'accord !!
Si c'est pour les assommer parce qu'on est aigri ou jaloux ou que sais-je encore et qu'on aligne tout le monde sur le plus bas niveau (700 heures pour tout le monde, comme tu dis), alors, non, là, je ne te suis plus, Eclipse.
Beaucoup ne vont pas avoir leurs 507 heures dans quelques mois. Au moins, tu seras peut-être contente, tu verras enfin tous ces privilégiés qui nous piquent nos Assedic trimer, obligés de faire des boulots au noir (ce qui se fait déjà beaucoup) pour arrondir les fins de mois, justice sera rendue, bravo, belle façon de penser !!
FIN
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 26 févr. 2004, 12:22

Bianca, tu vas plus loin que je ne vais. Tu me demandais pourquoi je les considérais comme des privilégiés, je t'ai répondu, sans leur dénier le droit de lutter. 700 heures est une valeur moyenne entre les 910 heures des "régime général" et les 507 des intermittents. Je ne suis pas certaine que l'on puisse élever tout le monde aux privilèges de quelques-uns, simplement essayer de faire une péréquation qui impose aux privilégiés un effort, dit aussi solidarité, pour que chacun soit au même niveau.
Je pense aussi qu'une réforme de ce statut est nécessaire. Les pistes de recherche de Domenico et ses critiques sur le financement du statut m'ont semblé intéressantes. Evidemment, une réforme inspirée par le MEDEF a autant de valeur que celles menées par ce gouvernement odieux. Mais je te le répète: tout fait ventre aujourd'hui dans le mouvement de contestation contre le MEDEF et ses affidés au gouvernement. Voilà, c'est tout.
Bianca
Messages : 689
Inscription : 17 sept. 2002, 20:12
Localisation : 44 (L.A.)
Contact :

Message non lu par Bianca » 26 févr. 2004, 13:13

Eclipse ? a écrit :Je ne suis pas certaine que l'on puisse élever tout le monde aux privilèges de quelques-uns, simplement essayer de faire une péréquation qui impose aux privilégiés un effort, dit aussi solidarité, pour que chacun soit au même niveau.
Pas d'accord. Je sais que c'est carrément utopiste mais tout de même, je ne peux m'empêcher de vouloir le meilleur pour tout le monde.
Eclipse ? a écrit :Je pense aussi qu'une réforme de ce statut est nécessaire. (...) Evidemment, une réforme inspirée par le MEDEF a autant de valeur que celles menées par ce gouvernement odieux. Mais je te le répète: tout fait ventre aujourd'hui dans le mouvement de contestation contre le MEDEF et ses affidés au gouvernement. Voilà, c'est tout.
Assez d'accord, surtout avec la réforme !! Mais pas comme cela a été fait. Bien au contraire...

Zut, j'avais dit que je me taisais...
Eclipse ?

Message non lu par Eclipse ? » 26 févr. 2004, 13:22

Bianca a écrit :
Eclipse ? a écrit :Je ne suis pas certaine que l'on puisse élever tout le monde aux privilèges de quelques-uns, simplement essayer de faire une péréquation qui impose aux privilégiés un effort, dit aussi solidarité, pour que chacun soit au même niveau.
Pas d'accord. Je sais que c'est carrément utopiste mais tout de même, je ne peux m'empêcher de vouloir le meilleur pour tout le monde.
Mais moi aussi, si j'pouvais mettre la Terre en bouteille, personne n'aurait ni faim ni froid, personne ne travaillerait à autre chose qu'au développement et à l'épanouissement de son talent, les robots feraient ce dont on a besoin, chacun aurait un revenu d'existence maximal, habiterait pas moins de 200 m2 par personne, avec piscine chauffée sous verrière ensoleillée, jacuzzi dans forêt de liane, robot domestique servant les cocktails en livrée, et, et, et...Mais bon. Ca, ça s'appelle l'Eden. On est tombés, j'te rappelle. Encore la faute à une intermittente de la pomme, tiens!


:wink:
Francis Rozange
Messages : 114
Inscription : 22 déc. 2003, 01:37
Contact :

Message non lu par Francis Rozange » 26 févr. 2004, 13:45

Eclipse ? a écrit :Bon, déjà, oui. Mais aussi à cause des 507 heures, Allez, 700 heures pour tout le monde!
Tu ne comprends pas. Tu es trop égoiste pour cela. Le problème n'est pas tant les 700 heures que le passage de 507 heures à 700, soit une augmentation franche et brutale de pratiquement 50%. C'est colossal. Non seulement les border line sont touchés, mais également des personnes qui vivaient honorablement de leur métier -certes avec l'aide des assedic- et qui du jour au lendemain se retrouvent en deça du seuil de pauvreté. Et en matière de culture, les espoirs de demain où sont-ils ? dans ceux qui font 1000 heures par an ? bien sur que non. Ce sont chez ceux qui font peu d'heures qu'ils faut les chercher, et c'est aussi à cela que servait le régime des intermittents, qui tenait autant de la subvention culturelle que des assedic. Une particularité qui a permis à de jeunes talents d'émerger sans être des "filles et fils de". Ce sera désormais beaucoup plus difficile. dans un métier conventionnel, on termine un dess ou une école d'ingénieur à 22 ans. Dans la culture à 22 ans on n'est qu'un bébé.
Tu n'as toujours pas compris la différence entre leur métier (et un peu le mien) et ton boulot de secrétaire à 12.000 balles ? ce n'est pas grave.
Répondre

Revenir à « Discussion générale »