Brève fleur bleue (« ptrrrr, ptrrr, krrr »)

Espace de discussion non professionnel : envie de parler du beau temps ? Un coup de déprime ? Votre sujet ne rentre dans aucun forum ?
SacriPanard
Messages : 109
Inscription : 26 oct. 2012, 16:31
Contact :

Brève fleur bleue (« ptrrrr, ptrrr, krrr »)

Message non lu par SacriPanard » 25 oct. 2017, 13:43

Discuter d'un attouchement sexuel qui est une intention attouchée, est une socialité à l'égard de l'attoucheur (manipulation mentale et collective) ...
Sa généralité similaire dans la situation, le comportementale, l'ambigu, le spéculatif...., est retrouvée dans la forme de l'attouchement de l'incident, de l'attouchement de l'erreur, de l'évidence contredite, du contradictoire manifeste, de l'attouchement de la culpabilisation, ..... d'une forme culturelle " mise-en-oeuvre "...

C'est-à-dire que la situation est favorable à un accomplissement qui ne le serait pas d'une façon ouverte, sociale, organisationnelle, fonctionnelle, relationnelle... elle est en un mot un « assouvissement », situationnel, péjoratif, intentionnel... mais le rapport général est le même,
: contrainte - menace, " assouvissement " et spéculatif.

L'intention péjorative est à l'égard attouché sa forme minorante ou péjorative en elle-même.
Faire semblant de .. Pour cela-autre... Faisons en sorte que Pour Ceci-Autre ... Ouuuhh Sainte nitouche, Ouuuhh Sainte s'y plaint, Ouuuhh Sainte y sollicite... Ouuuhh Sainte y patauge... Ouuuhh Sainte cherche !- cherche !- cherche !... Ouuuhh Sainte s'administre ... Ouuuhh Sainte Jeanne achète .

La recherche, la détection, l'attente situationnelle, est " Patente " ou marquée, c'est-à-dire possiblement culturellement déterminée.
« La pommade à la cortisone me soulage »,...,« Mais non monsieur, enfin !, c'est un conditionnement à vue dermique, les anti-inflammatoires stéroïdiens, sont donc pour le derme. ( Krrrr, krrr, ptrrrrrr, ptrrrrr, ) »

La contrainte - menace est organisationnelle ( supériorité ' protégée ' ) , " L'assouvissement " est manifeste : grossièreté contradictoire (non une erreur " énorme "), le refus est péremptoire (inhabituellement d'accessibilité ordinaire), c'est-à-dire une équivalence d'attouchement contraint, un " ressenti équivalent ", sans réponse possible ... de réponse contenue, ou d'intention péjorative « Sainte y sollicite ... sainte y demande, Sainte y essaye euhh mais il peut pas euhh y voudrait qu'on ...», ceci comme généralités de situations différentes.

Le péjoratif de l'intention est son monde culturel exclusif ou inversement instable, est ce rapport d'attouchements, est cette culture et de ce monde "normal", brassage continuel de ce rapport.

« Faire en sorte que », ou « Etre Ceci »; l'un est intention et est peut-être minoré c'est-à-dire Etre Ceci, l'autre Est Ceci et minoré ou non, selon un monde.

Les différents mondes de Vous et Moi, sont les normalités de vous ou moi, comme deux et deux font quatre.
Dans le monde « où l'on ne parle pas » la normalité est l'intelligence du geste ... dans celui « où l'on n'a pas » l'attouchement est spéculatif, et dans celui « où l'on a » l'attouchement est culturel ou son intelligence ...

La séduction est un monde où le geste est une acceptation et sa certitude est culturelle, celui de la laideur a pour nature l'attouchement et la certitude de son intérêt spéculatif.

L'homme politique est la certitude d'une acceptation et il « doit savoir » et avoir la cérémonie du savoir, le « savoir dire » .... _ Chose Bonne ou pas bonne ?? _ la positivité de la phrase est Ici culturelle, elle inverse et l'emporte sur la négativité de ' l'attouchement séducteur ' (science de...), objet séducteur ... la science de Ceci est l'intention ... La contrainte de l'intérêt par rapport à un mode fonctionnel l'emporte comme nature culturelle.

« "Belle gueule" le dit bien ... ou "belle gueule" se "montre" sous la douche », est une certitude de cérémonie.
« Alors, voyez-vous, je le dis ici de cette manière ... et sans moustache ... sans doute avec un lecteur au moins », la cérémonie « de le dire» ou « le dire ou non » est l'appréciation d'un monde ou d'une science, bien sûr !

.... Le monde de ce que « les autres ont » est probablement plus élitiste, dans son sens noble ; si ' l'attouchement ' « n'a pas autre », il a ' l'attouchement ' quand même, selon Une certitude ou Un Autre ' attouchement '.
Le sens noble n'est pas celui de l'intérêt, mais du rapport à l'autre.

(purement fictif) « Si madame m'attouche sexuellement, la difficulté et de répondre " sans pensée de cérémonie " à la touche et selon un monde. » si je m'informe de Madame, c'est déjà une cérémonie, si je pense à l'intérêt c'est aussi une cérémonie, si je réponds "bonjour comme bonjour", c'est une réponse ordinaire.

La cachotterie financière est peu condamnée et peu recherchée (attouchement de l'erreur) ... / ... Elle est très condamnée et elle est « montrée par... » (attouchement de la culpabilisation) ...

Le larcin financier est géré fonctionnellement ( attouchement de contradictoire manifeste)... / ... le larcin financier est manifeste (krrrrr, krrr, ptrrrrrr) ( attouchement administratif Sainte y sollicite Pas .. on peut pô euh)

Ex ( 'précités' ) : Le terme d'un abonnement " à un journal" donne lieu à empoignade, police , non jugement, huissier, non terme
Ex ( 'précités' )Le terme d'un service " qui n'existe pas " donne lieu à empoignade, bras d'honneur, variabilité de termes, trucage de terme, astuce d'administration "parfaitement informée" ... on peut pô pas euh ( attouchement de contradictoire manifeste)

Le schéma est bien représenté : Contrainte- menace : " assouvissement " (variabilités de termes, variabilité fonctionnellement) _ Ordinairement non fonctionnel, et sans intérêt _ ( 'pressé' d'autant plus qu'il y ait ' débat ' ah oui, oui, oui, )

L'effleurement est une culture Sainte nitouche (positivée comme, 'attouchement culturel' ) ... / ... L'effleurement est l'attouchement sexuel de ceux qui « n'ont pas » (intention péjorative "sont-ils donc... " ) etc..

George Bush ne sait pas utiliser des jumelles « montré par... » (attouchement de l'erreur) ... / ... La méprise du cache oculaire « n'est pas dite », (attouchement de la culpabilisation, " voyez-vous..." ) ...
La généralité de Ceci : " une forme de méprise, un impromptu ", est Informative comme attouchement culturel, « Vous ne savez pas que euh, il ne sait pas que euh...»

« Chez ces gens là on ne parle pas !.... »


Nb: " Peut-on reprocher à mon canard une forme qui parle du bec ; certainement pas. "

Couac !, Couac !, couac !. Citation : « Quoique j'aie posé dans le premier chapitre que naturellement tous le hommes sont égaux, il ne faut pas entendre qu'ils soient égaux à tous égards [...] Cependant, tout cela s'accorde fort bien avec cette égalité dans laquelle se trouve tous les hommes, par rapport à la juridiction ou à la domination des uns sur les autres, et dont nous entendions parler précisément ... car là il s'agissait d'établir le droit égal que chacun a à sa liberté, et qui fait que personne n'est sujet à la volonté ou l'autorité d'un autre homme. »

Le sens Noble est bien évidement à précisément comprendre...

Forme organisationnelle ( libéralité - Diffusion).../...Culture d'administration, (Restriction déterminé - appréciatif propre)
Forme hiérarchisée ( libéralité - Diffusion) ... / ... Culture d'autorité, (Restriction déterminé - appréciatif propre)
Forme d'évidence morale (...) ... /... Culture de religion, (...)
Forme égalitaire (...) ... / ... Culture du rapport de force, (...)
Forme de libéralité (...) ... / ... Culture déterminée, (...)
Forme d'accessibilité (...) ... / ... Culture de propriété (...)

Agir ou Etre par soi est une libéralité, Agir ou Etre par une Culture est déterminé.
... que des contradictoires manifestes... " indirections ou actes directes "de volontés propres, c'est-à-dire des formes, des modes, de moyens, des appréciatifs tiers.

« ... et qui fait que personne n'est sujet à la volonté ou l'autorité d'un autre homme. »
SacriPanard
Messages : 109
Inscription : 26 oct. 2012, 16:31
Contact :

Re: Brève fleur bleue (« ptrrrr, ptrrr, krrr »)

Message non lu par SacriPanard » 02 nov. 2017, 14:37

Un détail organisationnel formaliste, une suite de détails formels, un luxe de détails, est la pléthore d'une légalité de pure forme qui peut dans certaines mesures de normalités se justifier, mais représente à terme et tel que ceci, le moyen d'un cynisme, d'un mépris, d'une insulte, soit par son fait acquis culturellement, soit de part sa matérialité de support possible.

La culture de repousser, de non gérer, le petit incident, qui pourrit la vie sociale, ou la forme précitée de l'accès, est bien une intelligence de revendiquer une hauteur, à l'égard ordinaire ou volontaire.
L'absence d'alternative possible justifiée par cette pléthore et ainsi un blocage - culturel, est le moyen de l'incident en lui-même, comme à l'identique celui de sa prise en charge.

La culture du calcul financier au regard hypothétique, incertain, de l'énormité patente, du résultat de cette " oeuvre légale " ou le refus d'accès, revêt cet aspect global étendu à un rapport social - culturel, montré dans sa luxure juridique ou son obtention, et est le plus souvent l'échappement noyé de ceci et son rapport d'acquis péjoratif, d'intelligence sociale - culturelle, de l'ordinaire quotidien. (« n'avez vous pas "fait le détail", mais pourquoi ne fait-il .. mais il faut ...»)

L'application de ce qui fonctionne sans détail, c'est-à-dire, du détail de la compréhension d'une lecture, ne doit pas être l'application d'un formalisme qui peut se justifier par l'exception, ou la complexité d'un accès, d'un litige, d'une accessibilité de vie en société en général.
Elle implique une qualité réelle, et non une 'information' (Raison d'une tare mentale collective ou communautaire?,..., tare communautaire comme culture de ceci, règle de quelque chose !?)

'Ceci ou Rien (de l'empêchement)' est le moyen, l'échappement, ou l'absence totale, au regard « absolument commun », qui n'a pas de raison propre, où se « conformer "Est" se 'cultiver-crétiner' »

L'exception quantitative, la dysfonction de la roue, le péril en la demeure, la catastrophe universelle, de danger collectif absolu, est certainement un parcours formel d'évitement ou de qualité, un luxe de détails formels certainement ; l'information de l'aspirine (fictif à transposer), de l'alcool à 90° (réel.. argumentations financement douane...) ou sa distribution formalisée, le chapardage comme de sa possibilité (réel ... ), la vie sociale comme de sa culture, est « 'crétiné'-et-relevé-culturellement avec intention » dans sa globalité.

Le substitut organisationnel privé du " service" est équivalent dans le quantitatif, le moyen, le chaînage ... L'expression de la tare ou de l'assouvissement n'est pas que sexuelle.
.
Remarquez que ce luxe de chaînage (et sa psychologie - psychiatrie), luxe d'un moyen Présent (armada), dans l'hypothèse prise en charge (positivée et involontaire), est d'autant plus celui appliqué par chaque maillon 'cultivé-crétiné', ..., c'est-à-dire une infamie sans commune mesure, un piège, le résultat équivalent de l'absence totale, le chiffon d'une malveillance,... , de fait, la supputation de intérêt de son moyen et d'une intelligence.

« Si je n'aime pas mon chien, je ne lui souhaite pas d'être 'pris en charge', considéré dans sa contrainte uniquement. »

Si ceci fonctionne parfaitement sans cela, si ceci est nécessaire et suffisant (de qualité équivalente), si ceci est le possible d'un terme normal (qui peut être volontairement Autre) ... il est opposé au formel, qui n'est pas possible, est déterminé comme, est l'impossibilité de qualité, est l'absence qui ne pas peut être ... intelligence 'cultiver-crétiner' similaire au " cultivé comme Autre absence ".

Evidement la suffisance ici (médisance de lecture ...) n'est pas la passion de l'art, d'une science, d'une culture d'activité pour soi et les autres, d'une activité ... ou un Non-évolutif, mais que ceci soit fait à dessein, pour cela, est globalement durement ambigu, c'est-à-dire l'étendard et l'assouvissement de ce que tout le monde ne doit pas avoir.



Nb : La " blague sèche " étant intolérable, je peux finalement pondre ma nouvelle blague bête :

Pourquoi les Russes aiment beaucoup le Vis-à-Vis ?
Parce qu'ils n'ont pas besoin de rideaux mais juste de la tringle ... et Pourquoi ?...
Répondre

Revenir vers « Discussion générale »