le Celsa, une offre à ne vraiment pas refuser ?

Forum à propos du CELSA
lasa

le Celsa, une offre à ne vraiment pas refuser ?

Message non lu par lasa » 16 juil. 2003, 13:39

Bonjour à tous,
je me retrouve devant un choix épineux à faire pour la rentrée, choix qui va para^^itre dérisoire pour certains, mais qui risque d'etre le plus important de ma vie. J'ai toujours voulu faire du journalisme, mais cette année, je me suis tournée vers le droit, le trouvant plus "concret", plus apte à aider les gens. L'aspect "passif" du journalisme me gene un peu. j'ai donc postulé pour une formation en droit humanitaire, qui m'a accepté. Mais, la vie vous jouant souvent des tours, j'ai aussi été accepté au Celsa. Maintenant, je ne sais que faire. Refuser le Celsa apparaitra peut-etre à certains comme une aberration, et j'ai peur de le regretter dans qq années. Mais les cours de droit humanitaire me semblent tellement plus interessants, meme s'ils sont moins presitigieux...Que me conseillez-vous ? Suivre mon coeur, quite à le regretter ? Pensez-vous que si dans qq années je reviens sur le journalisme, j'aurai toujours mes chances ?
Tous les avis sont bons à prendre, et toutes les questions à entendre, elles m'éclaireront peut-^^etre, donc n'hésitez pas.
Merci par avance
Avatar de l’utilisateur
Kitano
Messages : 546
Inscription : 18 oct. 2002, 19:05
Localisation : Le nez sur l'écran
Contact :

Message non lu par Kitano » 16 juil. 2003, 14:10

Sans vouloir prendre la moindre décision à ta place, je me permettrai cette petite remarque : pour utiles qu'elles soient, les formations journalistiques ne sont pas indispensables pour entrer dans le métier. Les plus prestigieuses aident à trouver plus facilement les premiers stages, mais le véritable emploi, permanent ou pigiste, c'est ta détermination et ta capacité à traiter différents sujets qui en décideront principalement.

A ce titre, une formation en droit peut t'aider à faire ton trou, en te plaçant comme spécialiste d'un sujet ou d'un autre, d'une question particulière. Cette formation peut également t'aider à subsister si tu as du mal à placer tes articles, en t'offrant une voie de sortie.

A toi de voir également en fonction de tes chances de réussite estimées.
Quand la femme du torero dort sur ses deux oreilles, à qui appartiennent les oreilles ?
Avatar de l’utilisateur
BARA
Messages : 406
Inscription : 25 mars 2003, 11:48
Localisation : Cherchez...

Bara-vieux-singe joue les maîtres à penser...

Message non lu par BARA » 16 juil. 2003, 14:53

Le droit humanitaire ? Peux-tu nous en dire plus ? S'agit-il d'une des deux formations aux métiers de l'humanitaire (Lyon ou Bordeaux ou Marseille, je ne sais plus) ou d'une formation au droit humanitaire, c'est-à-dire à du vent ?

Sais-tu ce que tu en feras ? Te destines-tu à une carrière au sein des instances internationales, ONU, CICR principalement, as-tu les bases d'une carrière de haut-fonctionnaire international, es-tu Suisse, ou bien ? Ne crains-tu pas d'échouer dans quelque organisme de recherche sur les relations internationales, repaire d'analystes prompts à souligner les carences / les manquements / les violations au droit humanitaire sans pouvoir y porter remède ?
Procureur de la CPI, crois-tu que tu y parviendras ?
Logisticien d'une association humanitaire, est-ce ce que tu vises ?
Que crois-tu qu'on fasse avec une formation en droit humanitaire, un droit appliqué et applicable nulle part ? Que veux-tu faire, exactement, pour aider activement les gens ?

S'il existe une certaine chose dénommée ici ou là "opinion publique internationale", si cette OPI a sauvé Alekos Panagoulis d'une mort certaine, si elle a défait l'armée américaine au Viet Nam (spéciale dédicace à Epeire), si elle n'a rien pu contre cette même armée en Irak, ne te semble-t-il pas qu'elle ait plus de pouvoir que ces tribunaux pénaux internationaux, ad hoc ou de compétence universelle, paix à l'âme de cette loi d'exception belge, sur la durée et dans les faits ? Me suis-tu ou m'embrouillé-je déjà ?
Cette OPI, par qui est-elle informée ? Comment prend-elle conscience des horreurs qui traversent le monde semant carnage et douleur dans leur sillage ? Qui lui ramène les images et les récits des atteintes aux conventions de Genève et La Haye ?

Ton coeur te dicte-t-il vraiment d'étudier un droit scélérat qui avalise la notion de guerre et ne cherche qu'à organiser les combats (oui, tuez vous, mais pas comme ci, pas comme ça...), qui veut faire accroire qu'il trouve ses origines chez Rousseau ou Grotius, dans le Mahabarata ou la Bible, quand il n'est que la conséquence logique de la défaite des pacifistes avant la guerre puis au procès de Nüremberg ? Il fallait condamner, (fallait: pour qui ?, pour quoi ?), des militaires allemands sans envoyer toutes les armées du monde à la potence, donc il a fallu, à ce fichu procès faire la distinction entre la guerre propre et la guerre sale. Or il n'est qu'une guerre qui vaille, c'est la guerre à la guerre. Il n'est qu'un droit qui vaille, celui qui visera à interdire la guerre entre les nations, dans un premier temps, puisque ces mastodontes que sont les Etats (souvent -nations, même si cela m'écorche de sortir deux fois ce mot atroce) sont plus facilement manoeuvrable que le coeur de l'homme.

Voilà. Est-ce que cela te sors du flou ou est-ce que ça t'y enfonce davantage ? Encore une chose: comme journaliste, tu pourras fuir la saleté de la marche du monde en faisant critique littéraire. Comme spécialiste du droit humanitaire, tu auras continuellement sous les yeux la laideur de l'humain pas humanisé. Si ton coeur est tendre, évite. Tu pourrais bien un jour avoir envie d'en finir. Tu deviendras terroriste.
Dernière modification par BARA le 17 juil. 2003, 09:54, modifié 1 fois.
Voulez-vous ? Voulez-vous ? Voulez-vous ?
Avatar de l’utilisateur
Tarjan
Messages : 50
Inscription : 28 févr. 2003, 19:00
Localisation : Un peu plus à droite
Contact :

Message non lu par Tarjan » 16 juil. 2003, 15:27

Loin de moi l'idée de t'embrouiller encore plus, mais j'ai du mal à partager la vision idyllique du métier de journaliste qu'a Bara.

Si tu a envi de rediger des rubriques conso ou sexe tandis qu'a quelques heures d'avions des types s'entretuent dans l'indifference générale, fais journalistes.
Si tu a envi de voir tes sujets sur ces guerres oubliées finir à la poubelle parce que non, on ne peut pas parler de ca dans notre canard, vu que le groupe qui possede le canard possede aussi le secteur armement qui a vendu les armes à ces types qui s'étripent joyeusement, fais journaliste.
Si tu a envi de subir la dictature de l'audimat, qui se contrefout de politique etrangere mais se passionne pour Star academie, fais journaliste.
Si tu a envi de te voiler les yeux en faisant critique litteraire pendant que la moitié du monde se bat pour bouffer, fais journaliste.
Si tu a envi de partir, le coeur battant, vers une guerre surmeddiatisé pour te retrouver dans un hotel surpeuplé de journalistes qui feront la une avec leurs articles pendant que des guerres sans pétrole ni terroristes ne seront évoqués que dans de vagues entrefilets, fais journaliste.

Bon c'est pas tout, mais j'ai soif, moi, avec cette tirade à la con. Quelqu'un à une biere?
" La réalité est une illusion provoquée par le manque de substances alcoolisées." Arleston
lasa

Message non lu par lasa » 16 juil. 2003, 15:48

Je dois dire que Tarjan et Bara, vous venez exactement de résumer les affres dans lesquelles je me trouve. Le problème, c'est que j'avais plus ou moins avant la vision idyllique de Bara, et que j'en reviens pas mal. oui, je sais qu'il existe des journalistes qui changent le monde, qui sont libres et indépendants. Mais combien ? Combien doivent se contenter de faire de "l'alimentaire" ? Entre du journalisme alimentaire et du droit alimentaire, n'y en-t-il pas au moins un qui pait mieux ? et qui donc permet à c^^oté de faire de temps en temps des choses qui nous plaisent ?
Pour répondre à Bara, la formation que je veux faire, c'est celle de la fac de droit d'Aix, un DU de juriste international de terrain, qui semble très sérieux. Soit dit en passant (mais peut-etre est-ce là moi qui suis idéaliste) si justement je suis sur le terrain, a priori rien ne m'empecherait de pondre un papier de temps en temps sur ce que j'y vois...je ne sais pas si c'est très réaliste d'espérer etre par contre le vendre en étant une dilettante du journalisme.
Cette OPI dont Bara parle si bien, n'est-elle pas façonnée aussi par les faits qui remontent à la surface lors de procès internationaux ? N'est-ce pas en fait le problème de l'oeuf ou de la poule ? Ces procès ont-ils lieu parce que l'OPI s'est émue de certains drames dont ont parlé les journalistes, ou les journalistes ont-ils parlé de certains drames suite à ces procès ?
Vaste problème, et encore quelques nuits blanches en perspectives, non ?
Avatar de l’utilisateur
BARA
Messages : 406
Inscription : 25 mars 2003, 11:48
Localisation : Cherchez...

Message non lu par BARA » 16 juil. 2003, 15:51

Tarjan, qui se la coule douce à Rueil, il veut faire journaliste, le p'tit père, ou bien ?

Où as-tu lu que j'avais une vision idyllique du métier ? Fais-tu souvent ce genre de raccourcis hasardeux ?

Lasa, as-tu des données sur le marché de l'emploi par les ONG susceptibles de t'employer comme juriste international de terrain ? Auxquelles as-tu pensé ? Combien de langues parles-tu ? Es-tu bilingue en anglais ? Des notions de swahili ?

Hormis les réticences idéologiques que j'ai évoquées, mise à part la saloperie ontologique du droit dit humanitaire (humaniser la guerre ??!), pourquoi pas "juriste international de terrain"... Ca me paraît bien un peu pompeux et vide comme dénomination, mais j'imagine que d'aucuns courent les routes pour examiner les situations à risque pour Human Right Watch ou autres...Vu que tu as déjà un certain bagage politique et droits de l'homme, tu peux envisager les concours de la fonction publique internationale également.

Sans vouloir paraître à Tarjan déborder d'enthousiasme pour cette fabuleuse profession si sexy de journaliste, la voie du CELSA, maintenant que tu l'as dans ton sac à billes, me semble vaguement plus pavée. Tu peux déjà prétendre avoir une certaine spécialisation humanitaire, tu as un IEP qui fait malgré tout bonne figure, et tu as accumulé des stages, si j'en crois ta prose archivée.

Quant à écrire pour des journaux en tant que membre d'une ONG ou d'une OI (j'y reviens, parce que je ne vois pas qui d'autre emploie des "juristes internationaux de terrain") cela me semble difficile, sauf à cacher ta fonction. La médiation d'un journaliste te sera vraisemblablement imposée si tu débarques en disant: "Bonjour, je suis de l'ONU et je vous dis ça".

Bon je m'arrête là, je ne voudrais pas verser dans la direction de conscience.
Dernière modification par BARA le 16 juil. 2003, 16:39, modifié 1 fois.
Voulez-vous ? Voulez-vous ? Voulez-vous ?
Avatar de l’utilisateur
Tarjan
Messages : 50
Inscription : 28 févr. 2003, 19:00
Localisation : Un peu plus à droite
Contact :

Message non lu par Tarjan » 16 juil. 2003, 16:22

BARA a écrit :Tarjan, qui se la coule douce au journal municipal de Rueil, il veut faire journaliste le ptit père, ou bien ?
Merde, grillé...Pour répondre à ta question, oui je veut faire journaliste, mais tant que je suis jeune et pas trop corrompu, j'essais de rester idéaliste :wink:

[/quote]
Où as-tu lu que j'avais une vision idyllique du métier ? Fais-tu souvent ces raccourcis hasardeux ?

ben, quand t'écris "Cette OPI, par qui est-elle informée ? Comment prend-elle conscience des horreurs qui traversent le monde semant carnage et douleur dans leur sillage ? Qui lui ramène les images et les récits des atteintes aux conventions de Genève et La Haye ? ", tu met clairement en avant un journalisme noble, totalement dégagé des contraintes économiques, et totalement impartial dans le choix des sujets à mettre en avant.

Aller, on fait la paix? :roll:

Pour revenir au post initial : lasa, tu m'a l'air d'avoir déjà pas mal réfléchi à la question, et ne pas être trop naïve quand à ton avenir. Je te sohaite donc de bonnes nuits blanches à hésiter entre ces deux avenirs, et te rappelle cette phrase de notre cher (sic) président de la république prononcée le 14 Juillet : "le temps ou l'on faisait le même métier toute sa vie est révolu". Aller, bonne chance!

" La réalité est une illusion provoquée par le manque de substances alcoolisées." Arleston
Avatar de l’utilisateur
Tarjan
Messages : 50
Inscription : 28 févr. 2003, 19:00
Localisation : Un peu plus à droite
Contact :

Message non lu par Tarjan » 16 juil. 2003, 16:22

Oual, j'ais bien foiré mon post, moi, avec ce systeme de citations à la con...
" La réalité est une illusion provoquée par le manque de substances alcoolisées." Arleston
lasa

Message non lu par lasa » 16 juil. 2003, 16:31

Mais en fait oui, dans quel secteur travailles-tu Bara pour etre aussi enchanté de ton ouvrage ? je suis jalouse, donne-moi l'adresse ? Sans rire, c'est vrai qu'entendre des journalistes qui restent idéalistes et qui se font plaisir comme toi, c'est ça qui me fait hésiter...
LeNonce

Message non lu par LeNonce » 16 juil. 2003, 16:42

Hey, Lasa, qui te dit que Bara se fait plaisir dans le cadre de ses fonctions ?

(OK, je sors...)
lasa

Message non lu par lasa » 16 juil. 2003, 16:46

Certes, j'extrapole un peu, mais pour qu'il croit autant aux vertus du journalisme, je me dis qu'il doit y avoir un peu de vécu dedans
LeNonce

Message non lu par LeNonce » 16 juil. 2003, 16:49

Je plaisante, je plaisante....

C'est pas de ma faute si je fais rien qu'à écrire des conneries, aujourd'hui...

Ca doit être le temps. Humido-marécageux.
Dernière modification par LeNonce le 16 juil. 2003, 16:56, modifié 1 fois.
lasa

Message non lu par lasa » 16 juil. 2003, 16:53

Et as-tu un avis personnel sur mon dilemme ? fais-tu partie des journalistes comblés ?
Avatar de l’utilisateur
BARA
Messages : 406
Inscription : 25 mars 2003, 11:48
Localisation : Cherchez...

Message non lu par BARA » 16 juil. 2003, 16:54

Il y a l'en pire des mots, et il y a les mots qui enjolivent, sans doute. Je pensais, en écrivant ce passage sur lequel Tarjan est revenu, au Rwanda, au travail d'un photographe, surtout, Luc Delahaye. Mais je n'ai vraiment pas une vision idéaliste du boulot. Je sais simplement que c'est le seul job qui ne m'emmerde pas au bout de deux heures. Qui m'amuse, quoi que j'aie à faire, du C.E. d'Air Lib à la pièce de théâtre de boulevard en passant par la situation des dentistes étrangers employés par l'AP-HP. Parce que qu'écrire ne me coûte pas.

Par ailleurs, quoi qu'il se passe, Timor, Bosnie, Soudan, quelles que grossières les erreurs, les manip' auxquelles sont confrontés les journalistes, Timisoara, d'autres encore, ne me dites pas qu'aujourd'hui nous ne savons pas ce qui se passe dans le monde. Même si les morts sont kilométriques, même si la situation au Libéria est pire qu'on ne nous le laisse accroire, même si des entrefilets dans la presse ou deux secondes à la télé ne suffisent pas à nous faire prendre l'exacte mesure des drames qui se déroulent ici ou là, et même si Falise et Reynaud n'ont pas pu faire leur travail, je pense que nous ne manquons pas d'être informés et qu'il est rare qu'on tue en silence aujourd'hui. Même si toutes les dépêches ne sont pas relayées. Même si armée US. Même si journaux vendus aux industriels vendeurs d'armes. Il ne tient qu'à nous, fatras d'idéalistes bouffeurs de Kiri, de traiter l'info correctement. De défendre, partout et toujours, l'idée que nous nous en faisons. De faire le boulot en conscience.

Pas bouche-en-coeur, je ne suis simplement pas en phase, Lasa, avec ton assertion sur la passivité des journalistes vs. l'active résistance des "juristes internationaux de terrain". je crois que la passivité c'est se borner à relever les entorses au droit, mais comme nulle instance n'est susceptible de les condamner, bah...
Voulez-vous ? Voulez-vous ? Voulez-vous ?
Avatar de l’utilisateur
BARA
Messages : 406
Inscription : 25 mars 2003, 11:48
Localisation : Cherchez...

Message non lu par BARA » 16 juil. 2003, 17:21

LeNonce a écrit :Je plaisante, je plaisante....

C'est pas de ma faute si je fais rien qu'à écrire des conneries, aujourd'hui...

Ca doit être le temps. Humido-marécageux.
Tu vas nous le rééditer à chaque changement de temps, là, bon Nonce ? Je te fais remarquer que les nuages s'apaisent et que la chaleur emmagasinée depuis des jours dans les putentrailles de Panam font sécher déjà le macadam...
Dernière modification par BARA le 17 juil. 2003, 09:57, modifié 3 fois.
Voulez-vous ? Voulez-vous ? Voulez-vous ?
Répondre

Revenir à « CELSA »