Collaboration hREF

Ce forum est destiné à des discussions sur le journalisme web : pratiques du journalisme numérique, outils, nouveaux modèles, formations, ...
fanelia
Messages : 28
Inscription : 18 janv. 2011, 16:15
Contact :

Re: Collaboration hREF

Message non lu par fanelia » 09 déc. 2011, 13:43

Je préfère ne pas parler de mes tarifs, mais non je ne suis pas payée en salaire, mais en facture car j'ai un statut d'indépendant, et ce que je vais n'est absolument un travail de pigiste ou de journaliste, il n'y a donc pas de raison d'être assimilée à ce mode de paiement.

Effectivement, le dirigeant de la société est Julien Barras, personne avec qui j'ai été en rapport dès le début des négociations. Mais ce n'est pas rare d'avoir un négociateur autre que le dirigeant de la société non ? Lol tous les patrons ne gèrent pas directement les embauches.

Je dirais qu'il doit y avoir une petite trentaine de rédacteurs free-lance, et ils ont également quelques personnes en interne, mais je ne m'avancerai pas sur les chiffres, je ne les connais pas.

Encore une fois, je précise que les tarifs sont effectivement assez bas, et que j'y trouve mon compte car je travaille assez vite, il est donc normal que certaines personnes trouvent ça scandaleux au niveau prix !
somiserem

Re: Collaboration hREF

Message non lu par somiserem » 09 déc. 2011, 15:21

Bonjour à tous,

Inscrite tout exprès pour apporter ma petite pierre au bel édifice, je ne résiste pas à vous faire partager ce moment de pure poésie.
Ayant bien naïvement répondu à une offre publiée dès potron-minet, j'ai reçu quelques dizaines de minutes plus tard un gentil mail m'exposant les tarifs de la société (5 €/feuillet). Ma maman m'ayant appris à toujours répondre, même pour dire non, je me fends de ceci :
"Rebonjour,

Et merci pour votre réponse rapide. Néanmoins, il me semble impensable qu'un rédacteur professionnel puisse accepter d'exercer son métier -car il s'agit bien d'un métier- dans de telles conditions, qui s'apparentent plus à du bénévolat (ou à de l'esclavage?).

Cordiales salutations"

Ce que j'ai préféré, c'est la suite :
"Merci pour votre condescendance... Nous faisons travailler une cinquantaine de rédacteurs en France, contrairement à une grande partie de la concurrence basée à l'étranger (Tunisie, Madagascar). Je peux vous assurer que nos rédacteurs sont satisfaits de leurs conditions de travail, car vous ne semblez pas avoir bien saisi les méthodes de travail. Nous ne sommes pas une entreprise de presse mais une agence web produisant des contenus éditoriaux. Nous avons ainsi facturé pour plus de 10 000 € en mois de sept mois à notre première rédactrice... De l'esclavage évidemment, pour une personne qui ne crée aucune activité comme vous.
Bonne continuation."

Je n'ai pas répondu : certes, je ne crée pas d'activité, mais ça m'arrive quand même d'avoir du boulot à terminer...

Bonne journée à tous les gentils forçats de la plume.
EmmaNantes

Re: Collaboration hREF

Message non lu par EmmaNantes » 09 déc. 2011, 16:28

Et l'offre vient justement d'être publié sur Categorynet.com ce matin...

Celle là même qui est à l'origine du sujet sur lequel nous discutons....

Voici l'annonce en question:

Rédacteur web H/F (Télétravail-FR)

VENDREDI 09 DÉCEMBRE 2011 09:29
Rédacteur web H/F
Lieu de travail : Télétravail
Type d'offre : Offre de pige

Missions :
- Rédiger des articles (750 à 3000 signes) pour le web autour de différentes thématiques (société, économie, high-tech, mode, etc.). Il s’agit de synthèses à réaliser à partir de sources d’information en ligne.
- Effectuer des recherches d'informations en complément des articles (dates, adresses, photos, etc.)
- Rédiger des quizz (15 questions, sélection de photos, chapo, bilan).

Profil du candidat :
- De formation supérieure, Bac +1 à Bac +5.
- Vous possédez une expression écrite en français de très haut niveau.
- Vous êtes doté d’une bonne culture générale.
- Vous possédez une formation et/ou une expérience dans le journalisme, l'édition ou la communication.

Coordonnées du recruteur :
hREF


et la réponse du recruteur à qui j'ai demandé plus de précisions sur la missions:
"Nous sommes une agence web qui produit des contenus éditoriaux pour de gros éditeurs web. Je précise que nous ne sommes pas une entreprise de presse, mais une société qui rémunère ses rédacteurs (et non ses journalistes) sous forme de droits d'auteur (ou facture auto-entrepreneur).
Il peut s'agir d'articles courts (environ 100 mots sur des glossaires par exemple) ou plus long (1500 à 4000 signes pour des présentations de marques, des biographies...). La méthode consiste à passer par une source d'information sur internet (type Wikipedia) pour en extraire la matière afin de rédiger un article original (...)
La rédaction d'un article est assez rapide, pour une rémunération de 0,02 € / mot (5 € le feuillet). Elle peut être accompagnée de recherches d'informations pratiques et/ou de photos. Nous commandons également des quiz de culture générale : 15 questions (+ chapo de présentation, rechercher photos, et 3 petits bilans) pour 9 €.
"
cholita

Re: Collaboration hREF

Message non lu par cholita » 13 déc. 2011, 15:32

Je suis la personne chargée du recrutement au sein de la société en question, et je me tiens à votre disposition pour répondre à toutes vos interrogations à propos de notre recrutement et de notre fonctionnement.
Effectivement notre société est une agence web qui produit des contenus éditoriaux pour des sites internet, des contenus très ciblés qui ne sont absolument pas assimilables à une activité journalistique.
Je suis moi-même journaliste de formation, j'ai travaillé plusieurs années en PQR et j'ai toujours une activité dans ce domaine. Je peux vous assurer que les contenus produits par ma société n'ont rien à voir avec un travail journalistique, qu'il s'agit davantage d'un travail documentaire consistant en des synthèses d'informations. D'ailleurs, sur les demandes plus spécifiques, nous faisons appel à des rédacteurs spécialisés avec un tarif évidemment en conséquence.
Je ne suis pas ici pour justifier quoi que ce soit, mais pour dissiper le flou et le "mystère" qui entoure aux yeux de certains notre activité. Nous sommes une société tout ce qu'il y a de plus normal, basée en France, avec des employés, des collaborateurs extérieurs, des clients... Une société sur un marché concurrentiel qui crée de l'activité mais qui ne doit en aucun cas être assimilée à une entreprise de presse. La production de contenus éditoriaux n'est pas l'apanage exclusif des journalistes, je le dis avec d'autant plus de facilité que j'appartiens moi-même à cette "corporation".
Nous avons un certain nombre de collaborateurs - j'ai lu avec plaisir d'ailleurs les messages de l'un d'entre eux qui a pu donner sa "version" - fidélisés, ce qui démontre bien que tout le monde semble trouver son intérêt dans notre activité. Je ne peux donc accepter les termes à l'emporte-pièce employés par certains, qui démontrent un profond manque de discernement...
Pour terminer, effectivement nous sommes actifs dans notre recrutement pour développer notre réseau - je ne vois pas en quoi cela est condamnable, effectivement j'explique systématiquement aux postulants notre fonctionnement afin de faire preuve de la plus grande transparence. Je souhaite à tous les journalistes de vivre de leurs piges évidemment, mais notre activité et nos recherches de collaborateurs n'ont pas vocation à viser tous les profils.
accolade
Messages : 61
Inscription : 04 nov. 2008, 13:24
Contact :

Re: Collaboration hREF

Message non lu par accolade » 14 déc. 2011, 16:39

cholita a écrit :Je suis la personne chargée du recrutement au sein de la société en question, et je me tiens à votre disposition pour répondre à toutes vos interrogations à propos de notre recrutement et de notre fonctionnement.
Effectivement notre société est une agence web qui produit des contenus éditoriaux pour des sites internet, des contenus très ciblés qui ne sont absolument pas assimilables à une activité journalistique.
Je suis moi-même journaliste de formation, j'ai travaillé plusieurs années en PQR et j'ai toujours une activité dans ce domaine. Je peux vous assurer que les contenus produits par ma société n'ont rien à voir avec un travail journalistique, qu'il s'agit davantage d'un travail documentaire consistant en des synthèses d'informations. D'ailleurs, sur les demandes plus spécifiques, nous faisons appel à des rédacteurs spécialisés avec un tarif évidemment en conséquence.
Je ne suis pas ici pour justifier quoi que ce soit, mais pour dissiper le flou et le "mystère" qui entoure aux yeux de certains notre activité. Nous sommes une société tout ce qu'il y a de plus normal, basée en France, avec des employés, des collaborateurs extérieurs, des clients... Une société sur un marché concurrentiel qui crée de l'activité mais qui ne doit en aucun cas être assimilée à une entreprise de presse. La production de contenus éditoriaux n'est pas l'apanage exclusif des journalistes, je le dis avec d'autant plus de facilité que j'appartiens moi-même à cette "corporation".
Nous avons un certain nombre de collaborateurs - j'ai lu avec plaisir d'ailleurs les messages de l'un d'entre eux qui a pu donner sa "version" - fidélisés, ce qui démontre bien que tout le monde semble trouver son intérêt dans notre activité. Je ne peux donc accepter les termes à l'emporte-pièce employés par certains, qui démontrent un profond manque de discernement...
Pour terminer, effectivement nous sommes actifs dans notre recrutement pour développer notre réseau - je ne vois pas en quoi cela est condamnable, effectivement j'explique systématiquement aux postulants notre fonctionnement afin de faire preuve de la plus grande transparence. Je souhaite à tous les journalistes de vivre de leurs piges évidemment, mais notre activité et nos recherches de collaborateurs n'ont pas vocation à viser tous les profils.
Bonjour,

il n'empêche que même pour une synthèse documentaire, 5€ (facturé, je suppose) par feuillet reste un tarif excessivement bas :
il faudrait donc rédiger au moins 4 feuillets par heure, recherche documentaire, sélection des informations, réécriture (sinon c'est du plagiat) et relecture comprises, pour arriver au tarif de 20€/heure (ce qui reste un grand minimum viable, même pour un autoentrepreneur). Même pour quelqu'un de très rapide, cela me semble peu probable...
MaloMalo
Messages : 1
Inscription : 04 juil. 2018, 10:51
Contact :

Re: Collaboration hREF

Message non lu par MaloMalo » 04 juil. 2018, 10:59

Bêtement, j'ai envoyé ma candidature... Le tarif proposé est actuellement de 0,03 € par mot...
kenzo133
Messages : 36
Inscription : 14 mars 2014, 11:48
Contact :

Re: Collaboration hREF

Message non lu par kenzo133 » 06 juil. 2018, 13:23

Hello,
Je te renvoie aux posts de Fanelia. Ce sont effectivement des tarifs très bas, mais les demandes ne sont pas très compliquées. C'est de la rédaction où il n'y a aucune recherche, les références sont fournies, donc on va très très vite.
Il faut comprendre une réalité inéluctable : les tarifs des rédacteurs web sont tirées vers le bas, car il y a des gens qui écrivent très bien de l'étranger et un nombre incalculable de retraités qui ont décidé de s'y mettre (ça, c'est vraiment le pire, mais qu'y faire ? Tout le monde veut gagner de l'argent). Je te renvoie à la discussion sur les correspondants de presse qui m'a fait un peu tomber de ma chaise. Leur situation me semble bien pire.
J'adorais être payée 100 euros par post, et je l'ai même été parfois, mais je sais que ça n'arrive plus jamais.
Je fais des articles assurance/immobilier pour eux et je m'en sors correctement. Ce travail, je le fais de chez moi, au moment où je le choisis, et ça, ça n'a pas de prix, parce que ça me permet de faire ce que je veux à côté.
Autre chose, comme le dit Fanelia, ils payent rigoureusement à quinze jours, sans qu'on ait jamais à le demander. Vous allez me dire c'est normal ? Sauf que ça, ça arrive très rarement. Récemment j'ai bossé pour une boîte anglaise qui voulait me payer à 12 semaines, j'ai obtenu finalement 9 semaines et ça m'a bien gavé de demander trois fois ce à quoi j'ai droit.
Je vois passer des rédactrices de très bon niveau qui vont chez eux pour boucher des trous, parce qu'elles sont payées très vite, ce qui les arrange bien.
Bref, moi, j'aime bien hREF, j'y suis maintenant depuis deux ans et c'est un boulot que je compte garder.
Derrière mon pseudo, il n'y a pas quelqu'un d'hREF, hein, juste une simple rédactrice qui y trouve son compte, car chacun voit midi à sa porte (comme on dit).
Répondre

Revenir vers « Journalisme web »