Carte de presse, patrons frileux?

Tout savoir sur la carte de presse : comment l'obtenir ? Les conditions ? Les avantages de la carte de presse ? Abattement de charges et carte de presse ? Chômage et carte de presse ?
Henley

FEUILLE SALAIRE

Message non lu par Henley » 27 avr. 2004, 10:46

Ils sont en faute. On ne verse pas d'argent à un employé sans un justif quelconque : feuille de salaire, facture acquitée, etc. Tu as parfaitement le droit de réclamer tes feuilles ( et les anciennes de façon rétroactives). N'oublie pas que les feuilles de salaire sont demandées lors de nombreuses démarches : louer un logement (six mois de salaire sur Paris), demander un crédit bancaire (trois mois minimum chez les moins méchants), etc. Il faut que tu ailles voir la compta pour savoir ce qui se passe. Sinon, voit quelqu'un qui t'aidera à obtenir ton dû.
guenuchette
Messages : 35
Inscription : 17 mars 2004, 13:47
Localisation : rhone alpes
Contact :

Message non lu par guenuchette » 27 avr. 2004, 11:11

Si tu es correspondant, tu n' aucune feuille de paie. tes revenus te sont directementversés sur ton compte, avec l'aval de ta euille de frais préalablemetn remplie. La seule et unique preuve de versement est ton relevé bancaire. Les correspondants sont des indépendants et n'ont donc aucun statut au sein de 'entreprise. Ils n'en font pas partie !!! A toi, Hugues de voir ce que tu veux faire. Demander ta cartye, c'est bien, masi il faut que plus de % de tes revenus proviennent de cette activité journalistique. Après, si tu n'as pas d'emploi en vue, carte ou pas, c'est le parcours du combattant!!
Henley

Message non lu par Henley » 27 avr. 2004, 17:28

Heu, pardon ? J'ai été coRrespondante un temps d'un canard breton (un des deux ! ) et j'avais une fiche de salaire ! C'est la loi ( + ma comptable confirme ). + Voir la législation (en vente libre sur le OUEB) :D Un employeur + un employé = obligatoirement une fiche de salaire que ce soit dans la presse ou ailleurs ! Même dans le ciné on a une fiche de salaire pour une prestation fugu d'un demi-journée ! :)
Myrdin

Message non lu par Myrdin » 27 avr. 2004, 22:43

Henley a écrit :Heu, pardon ? J'ai été coRrespondante un temps d'un canard breton (un des deux ! ) et j'avais une fiche de salaire ! C'est la loi ( + ma comptable confirme ). + Voir la législation (en vente libre sur le OUEB) :D Un employeur + un employé = obligatoirement une fiche de salaire que ce soit dans la presse ou ailleurs ! Même dans le ciné on a une fiche de salaire pour une prestation fugu d'un demi-journée ! :)
On va finir par croire que le grand age rend sourd :lol:
Correspondand de presse= travailleur independant= pas de lien de subordination patron/employe= pas de fiche de salaire
Le travailleur independant peut emettre des factures

Et puis Henley , cesse de jouer de l induction, tu as eu de la chance lors de ta periode de correspondance

PS: depuis quand une compable est juriste?
Dernière modification par Myrdin le 01 mai 2004, 12:10, modifié 1 fois.
Myrdin

Message non lu par Myrdin » 27 avr. 2004, 23:01

C est ecrit dans le statut legal du correspodant. Toutes ces missions y sont clairement defenies ( et qd tu regardes ce qu il devrait faire et ce qu il fait, y a un gouffre :evil: )
hugues17
Messages : 41
Inscription : 19 avr. 2004, 23:24
Localisation : Somewhere
Contact :

Message non lu par hugues17 » 27 avr. 2004, 23:59

Ma chef, consciente de ma situation, m'a juré qu'ils avaient le droit de me faire cela.
correspondant de presse n'étant pas une activité mais un complément, nous ne sommes pas embauchés blablabli blablabla vous connaissez la suite.

Je vais la voir soit demain soit jeudi et j'en saurais plus
Merci de vos réponses :)
"Oulah oulah" : Astérix et Cléopatre.
Avatar de l’utilisateur
LeLapin
Messages : 34
Inscription : 26 avr. 2004, 11:24
Localisation : Pays Basque

Message non lu par LeLapin » 28 avr. 2004, 09:59

Dialogue de sourds : vous faites une confusion entre la fonction et le statut, puis entre le statut et les conditions d'attribution de la Carte. Résumons un peu :
- Un "pigiste" (dans le sens large du terme : un collaborateur occasionnel) tout comme un "correspondant" (terme qui recouvre des réalités très différentes selon le support et sa culture) peut aussi bien avoir un statut de salarié (feuille de paye à chaque pige/chaque mois, sécu, cotisations classiques) qu'il aura demandé ou négocié avec son employeur, qu'un statut d'indépendant (Notes de Droits d'Auteur, cotisations Agessa...)
- La Carte de Presse est attribuée à toute personne qui peut justifier d'au moins 50% de ses revenus (sous QUELQUE forme que ce soit) dans une des catégories de métiers de la Presse pour un Organe de Presse. Je n'ai plus en tête la liste exhaustive des "métiers" mais elle inclut toutes les formes de rédaction/correction, pas mal de métiers techniques, l'illustration et l'icono en général (photo), les postes dirigeants des rédacs, etc.

J'ai été quelques années correspondant en Province d'un Quotidien National, on ma demandé si je préférais piges salariées ou Droits d'Auteurs. Dans ce cas on choisit essentiellement en fonction de sa couverture sociale préexistante : un étudiant encore couvert par la sécu préfèrera Droits d'Auteurs en raison des cotisations très faibles et donc d'un ratio Net/Brut largement supérieur. Quelqu'un qui a subi une longue période sans emploi et ne bénéficie plus de la Sécu va rechercher une pige salariée à tout prix, peu importe si c'est pour des clopinettes, mais ça lui évitera une cotisation indépendante à la sécu qui coûte la peau des fesses. Cette personne sera ensuite tranquille pour rechercher des compléments de rémunération en piges Droits d'Auteur ou autres.
Paul C. Marcinkus

Message non lu par Paul C. Marcinkus » 28 avr. 2004, 10:40

LeLapin a écrit : - Un "pigiste" (dans le sens large du terme : un collaborateur occasionnel) tout comme un "correspondant" (terme qui recouvre des réalités très différentes selon le support et sa culture) peut aussi bien avoir un statut de salarié (feuille de paye à chaque pige/chaque mois, sécu, cotisations classiques) qu'il aura demandé ou négocié avec son employeur, qu'un statut d'indépendant (Notes de Droits d'Auteur, cotisations Agessa...)
Le correspondant, je sais pas. Le pigiste, il doit légalement être rémunéré en piges (= CDD sous la convention collective des journalistes). Une succession régulière de piges peut, sous des conditions relativement faciles à, réunir, être requalifiée en collaboration permanente. Avec tout ce que cela comporte comme droits, par exemple en cas de fin d'une collaboration prolongée, qui peut se requalifier en licenciement.

Quant aux Agessa, droits d'auteurs, honoraires et club sandwich, ça se fait effectivement dans notre milieu où jamais l'inspection du travail ne met un godillot. Mais légalement c'est purement et simplement n'importe quoi ! De surcroît, de rémunérations sous de telles formes n'ouvrent pas les mêmes droits sociaux qu'une pige. Qu'on se le dise et répète.
Paul C. Marcinkus

Message non lu par Paul C. Marcinkus » 28 avr. 2004, 10:41

---- EDIT

P.... de serveur trop lent !
Avatar de l’utilisateur
LeLapin
Messages : 34
Inscription : 26 avr. 2004, 11:24
Localisation : Pays Basque

Message non lu par LeLapin » 28 avr. 2004, 11:09

Paul C. Marcinkus a écrit :
LeLapin a écrit : - Un "pigiste" (dans le sens large du terme : un collaborateur occasionnel) tout comme un "correspondant" (terme qui recouvre des réalités très différentes selon le support et sa culture) peut aussi bien avoir un statut de salarié (feuille de paye à chaque pige/chaque mois, sécu, cotisations classiques) qu'il aura demandé ou négocié avec son employeur, qu'un statut d'indépendant (Notes de Droits d'Auteur, cotisations Agessa...)
Le correspondant, je sais pas. Le pigiste, il doit légalement être rémunéré en piges (= CDD sous la convention collective des journalistes).
J'ai mis des guillemets à "pigiste" pour englober toute forme de collaboration occasionnelle et donc élargir le sens au-delà de la Convention Collective(d'ailleurs le statut change ne serait-ce qu'entre la CC de la Presse Périodique ou celle de la Presse Quotidienne, etc.)
Paul C. Marcinkus a écrit :Une succession régulière de piges peut, sous des conditions relativement faciles à, réunir, être requalifiée en collaboration permanente. Avec tout ce que cela comporte comme droits, par exemple en cas de fin d'une collaboration prolongée, qui peut se requalifier en licenciement.
Exact, et certains magazines ont eu du mal à le comprendre dans les années 80 et 90, d'où de jolis procès qui ont égayé le landernau :)
Paul C. Marcinkus a écrit :Quant aux Agessa, droits d'auteurs, honoraires et club sandwich, ça se fait effectivement dans notre milieu où jamais l'inspection du travail ne met un godillot. Mais légalement c'est purement et simplement n'importe quoi !
Faux (ou mal dit) : rien n'oblige un rédacteur à accepter une rémunération sous forme salariée. Le régime des Droits d'Auteur est parfaitement légal dans la Presse. Pour les Agessa, tu dois vouloir dire qu'elles ne dispensent pas d'une cotisation au régime général de l'assurance maladie (dans ce cas dis-le) soit au travers d'une autre activité, salariée celle-là, soit à titre individuel (ce qui est très coûteux).

En revanche, un collaborateur n'ayant pas de couverture sociale générale et travaillant pour un support qui lui a imposé des piges Droits d'Auteur sans lui donner le choix peut se retourner contre ledit employeur pour demander une embauche rétroactive, sa bonne foi présumée primant. Il y a déjà une belle petite jurisprudence sur le sujet, l'URSSAF s'en mêlant parfois.
Paul C. Marcinkus a écrit :De surcroît, de rémunérations sous de telles formes n'ouvrent pas les mêmes droits sociaux qu'une pige. Qu'on se le dise et répète.
Je n'ai rien dit de moins, je rajouterai même qu'en cas de mélange des genres (piges salariées plus piges Droits d'Auteur) seules les premières servent au calcul des indemnités, des Assedic, etc.
Paul C. Marcinkus

Message non lu par Paul C. Marcinkus » 28 avr. 2004, 11:23

LeLapin a écrit :
Paul C. Marcinkus a écrit :Quant aux Agessa, droits d'auteurs, honoraires et club sandwich, ça se fait effectivement dans notre milieu où jamais l'inspection du travail ne met un godillot. Mais légalement c'est purement et simplement n'importe quoi !
Faux (ou mal dit) : rien n'oblige un rédacteur à accepter une rémunération sous forme salariée.
Un peu de sens des proportions... Dis plutôt que l'employeur peut (facilement) faire pression sur le pigiste pour qu'il accepte des rémunérations sous des statuts abatardis que ne sont pas dans l'esprit des textes. Ce sera infiniment plus juste.
LeLapin a écrit : Le régime des Droits d'Auteur est parfaitement légal dans la Presse.
Je ne crois pas du tout. Il est au mieux toléré. Car le pigiste n'est pas un auteur, ce n'est pas une profession libérale. C'est un salarié. Quelques rappels :
Le SNJ a écrit : Guide du pigiste du SNJ, là : http://www.snj.fr

Le pigiste a le statut de journaliste professionnel

"Le journaliste professionnel est celui qui a pour occupation principale, régulière et rétribuée, l'exercice de sa profession dans une ou plusieurs publications quotidiennes ou périodiques, ou dans une ou plusieurs agences de presse, ou dans une ou plusieurs entreprises de communication audiovisuelle et qui en tire le principal de ses ressources." (Article L761-2 du code du travail)

Le pigiste est un salarié

"Toute convention par laquelle une entreprise de presse s'assure, moyennant rémunération, le concours d'un journaliste professionnel est présumée être un contrat de travail. Cette présomption subsiste quels que soient le mode et le montant de la rémunération ainsi que la qualification donnée à la convention par les parties." (Loi 74-630 du 4 juillet 1974, dite loi Cressard.)

La carte de journaliste : indispensable !

Après trois mois de piges consécutives, le journaliste doit demander la carte de journaliste professionnel. Les revenus qu'il tire de l'exercice de sa profession doivent représenter plus de 50 % de ses ressources. Le dossier de demande peut être déposé même si le ou les employeurs ont refusé de signer l'attestation.
Avatar de l’utilisateur
LeLapin
Messages : 34
Inscription : 26 avr. 2004, 11:24
Localisation : Pays Basque

Message non lu par LeLapin » 28 avr. 2004, 12:10

Petite précision, qui clot le malentendu : tu as tout à fait raison dans le cas général, la seule exception étant si tu es déjà auteur ou autre travailleur indépendant, auquel cas tu peux te faire légalement rémunérer via notes de Droits d'Auteur ou d'Honoraires. Idem pour les caisses spécialisées, il faut déjà y être affilié pour éviter le système de cotisations classique.
Tous les journalistes ne sont pas des généralistes fraichement sortis de leur école, pas mal ont eu d'autres métiers éventuellement non salariés, qui leur ont apporté une expertise qu'ils vont ensuite exploiter parfois d'abord dans des bouquins, puis dans la Presse. C'est mon cas et celui de beaucoup de confrères que je connais dans la Presse Spécialisée.

Quant aux abus et détournements que tu citais, tu as bien raison d'y revenir, ne serait-ce que pour encourager les jeunes journalistes à se défendre car les tribunaux font de mieux en mieux leur boulot dans un domaine qui leur était un peu étranger il y a 20 ans.[/b]
Henley

Message non lu par Henley » 30 avr. 2004, 23:00

Concrètement un "pigiste" 1) au bout de 3 mois de collaboration peut et même DOIT demander la carte de presse, c'est la LOI. Si ce job est son revenu PRINCIPAL (pas de 50% de trucs ou de machins à voir là-dedans, il l'obtiendra 2) au bout de trois mois de collaboration, le pigiste tombe AUTOMATIQUEMENT en contrat CDI QUELQUE SOIT LE NOMBRE DE PIGES ET LA RÉMUNÉRATION PERçUE (même 15 lignes chaque mois pour le même canard, donne un CDI, c'est là encore la LOI, et cela quelque soit le nombre de canards auxquels il collabore (en les avertissant les uns et les autres de ses autres collaborations, car c'est la loi aussi.). On peut donc se retrouver à avoir plusieurs CDI ! Dès qu'une collaboration stoppe, l'employeur, comme tout autre employeur, doit fournir la fameuse "feuille jaune" pour l'ASSEDIC. Où ça coince, c'est qu'il n'est pas facile parfois de prouver quand a cesser une collaboration (par exemple : vous faite une brève par mois pendant 6 mais et soudain rien pendant 2 mois puis de nouveau 3 mois de brèves puis plus rien.... rien ne prouve que c'est terminé... là ok les boîtes jouent là-dessus pour ne pas vous payer d'indemnités de licenciement et éviter de la paperasserie - c'est 90 % des procès pour le monde de la presse auprès des Prud'hommes). Mais pour tout le reste, c'est bien plus simple que tout ce que je lis ici de post en post !
Répondre

Revenir à « Carte de presse »