Les tics de langage qui vous agacent

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
Elodie76
Messages : 9
Inscription : 09 janv. 2006, 19:14
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par Elodie76 » 28 nov. 2012, 14:12

J'ajouterais un exemple très parlant sur les abus de langage reflétant des nuances idéologiques : comment désigner le phénomène consistant par exemple à employer le mot "auteure" pour désigner un auteur au féminin ?
Moi je parle de création de tournure féminine, dans le sens où elle s'ajoute à la tournure masculine. Or le commun des mortels, et notamment les détracteurs du phénomène, emploient volontiers l'expression "féminisation des mots". De mon point de vue, c'est un abus de langage car cette expression sous-entend que le féminin va remplacer, voire écraser le masculin.
Sachant que ce phénomène vise tout particulièrement les termes évoquant le pouvoir politique, économique ou intellectuel, l'emploi abusif de l'expression "féminisation des mots" ne reflète-t-il pas une peur face à une évolution récente de la société ? Autrement dit, les détracteurs poseraient inconsciemment la question : "les femmes vont-elles prendre le pouvoir ?". ;)

Ainsi, force est de constater qu'il y a une implication idéologique dans la façon dont on nomme un phénomène, que l'expression employée soit strictement correcte ou non du point de vue de la langue française. C'est d'ailleurs tout l'enjeu de ce débat sur la création de tournures ou de titres féminins - ou la féminisation des mots, si vous préférez...

On va pas s'amuser à décrypter tous les tics et abus de langage, mais pour certains, ça en vaudrait peut-être la peine.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 28 nov. 2012, 18:26

Tbird a écrit :Je partage l'agacement d'aureloise sur le "comme même" au lieu de quand-même. Le pire étant que ça ne vienne pas uniquement de la jeune génération mais j'ai entendu ça venant de trentenaires. A chaque fois je me demande si c'est un problème de surdité ou de neurones.
L'intervention d'aureloise m'a échappé, mais j'ai moi aussi lu souvent comme même. J'ai tendance à penser que les auteurs de cette graphie pensent vraiment ce qu'ils écrivent. Pour eux, il s'agit vraiment du mot comme. Dans le même ordre d'idées, j'ai aussi souvent croisé tout à chacun.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 28 nov. 2012, 18:28

PascalSR a écrit :Coco, « monsieur Moix », non ?... :roll:
D'après mon code typo, c'est M. qui convient, et non pas monsieur. D'autres sources ?
PascalSR a écrit :Sinon, pour ma propre gouverne […], peux-tu me donner la signification de « i » dans « TLFi » ?
i : informatisé, je crois.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par ann65 » 28 nov. 2012, 19:04

Code : Tout sélectionner

En revanche, quand je vois que certains contestent l'emploi de "C'est pas faux", vous abusez un peu quand même.
Je reconnais bien volontiers que "ce n'est pas faux" est une expression qui m'agace. Elle n'est pas syntaxiquement incorrecte, mais elle m'agace.
Si c'est vrai, autant dire "c'est vrai".
A mon avis.
FlorentT
Messages : 138
Inscription : 09 févr. 2012, 15:45
Localisation : Luxembourg
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par FlorentT » 28 nov. 2012, 20:42

coco47 a écrit :D'après mon code typo, c'est M. qui convient, et non pas monsieur. D'autres sources ?
Faites-vous référence au code typo de la fédération de la communication CFE/CGC ? Je n'ai pas réussi à trouver une règle précise dans cet ouvrage, mais je n'ai pas trop l'habitude de le consulter. En revanche, le Lexique de l'IN, dans son article « Monsieur, madame, mademoiselle », p. 119, écrit : « Ils s'écrivent au long avec une initiale bas de casse […] quand on s'adresse à une personne. » J'aurais donc également privilégié cette forme dans la phrase que vous avez écrite, puisque la personne était apostrophée, même virtuellement. Qu'en pensez-vous ?
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 01 déc. 2012, 04:31

FlorentT a écrit :
coco47 a écrit :D'après mon code typo, c'est M. qui convient, et non pas monsieur. D'autres sources ?
Faites-vous référence au code typo de la fédération de la communication CFE/CGC ? Je n'ai pas réussi à trouver une règle précise dans cet ouvrage, mais je n'ai pas trop l'habitude de le consulter. En revanche, le Lexique de l'IN, dans son article « Monsieur, madame, mademoiselle », p. 119, écrit : « Ils s'écrivent au long avec une initiale bas de casse […] quand on s'adresse à une personne. » J'aurais donc également privilégié cette forme dans la phrase que vous avez écrite, puisque la personne était apostrophée, même virtuellement. Qu'en pensez-vous ?
Alors là, toutes mes confuses, comme disait M. Preskovic dans Le Père Noël est une ordure. Voilà ce que c'est que d'écrire si tard. Tout ça, c'est la faute au Vendée Globe virtuel, qui m'oblige à d'épuisants quarts de nuit à la barre de mon voilier qui s'approche maintenant de l'Afrique du Sud.
Bien sûr qu'il fallait écrire monsieur Moix, puisque je l'apostrophais. Veuillez, ainsi que Pascal, bien vouloir m'excuser.
Mon Code typo, dont j'ai perdu la couverture, j'ai longtemps cru qu'il était l'œuvre du SNCTL-CGT (Syndicat national des Cadres et Techniciens du Livre). Mais Prof nous a un jour dit que sa provenance était autre. J'ai oublié mais il pourra peut-être nous renseigner de nouveau.
prof
Messages : 530
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par prof » 01 déc. 2012, 09:47

coco47 a écrit :Prof nous a un jour dit […] il pourra peut-être nous renseigner de nouveau.
     La quinzième édition du Code typographique. Choix de règles à l'usage des auteurs et professionnels du livre, qui date de février 1986, a été édité par la Fédération CGC de la communication, 64 rue Taitbout, 75009 Paris. La seizième édition a paru en septembre 1989.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 02 déc. 2012, 05:52

prof a écrit :
coco47 a écrit :Prof nous a un jour dit […] il pourra peut-être nous renseigner de nouveau.
     La quinzième édition du Code typographique. Choix de règles à l'usage des auteurs et professionnels du livre, qui date de février 1986, a été édité par la Fédération CGC de la communication, 64 rue Taitbout, 75009 Paris. La seizième édition a paru en septembre 1989.
Nous ne parlons donc pas du même code. Le mien était depuis au moins les années 1960 l'outil quotidien des correcteurs syndiqués. Je l'ai acheté en 1971 pour préparer le test d'admission au Syndicat des correcteurs CGT. Réussir ce test était alors la certitude d'un emploi « à vie ». Je crois pouvoir affirmer qu'aucun des correcteurs syndiqués à cette époque n'a connu le chômage. Ô temps bénis…
prof
Messages : 530
Inscription : 30 janv. 2007, 10:12
Localisation : Lot
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par prof » 02 déc. 2012, 07:07

coco47 a écrit :Nous ne parlons donc pas du même code.
     L'ouvrage daté de 1986 que j'ai sous les yeux mesure 19 cm de haut et 16 cm de large. La quatrième de couverture est orange sans la moindre marque. Le dos est orange et porte en tête la seule reprise du titre « CODE TYPOGRAPHIQUE ». Le montage-photo de la couverture au fond noir, dû à Michel Lavandier, disperse sur un tissu orange copie préparée, composteur, typomètre, lignomètre, précelles, caractères et paquets. L'ouvrage comporte 6 chapitres suivis d'un index alphabétique dont les items renvoient à la fois aux numéros des pages et à ceux des articles. La préface, signée par Georges Lecomte, semble perdurer depuis « la première édition du Code, il y a plus de cinquante ans ». L'avant-propos est de P. Bonnefond, et l'achevé d'imprimé porte les noms de Bernard LABBE, François VERDIER, Pierre NOEL et Christian DUVAL.
     « Les éditions se sont succédées [sic] », et en 1989 l'avant-propos a fait place à des hommages et remerciements notamment à l'adresse des « collègues du Syndicat des Correcteurs [resic] qui nous ont transmis leurs remarques et signalé les erreurs et omissions ».
FlorentT
Messages : 138
Inscription : 09 févr. 2012, 15:45
Localisation : Luxembourg
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par FlorentT » 02 déc. 2012, 10:35

La dernière version (celle que je possède) date de septembre 1997. On peut voir un bref historique et la couverture de l'édition actuelle
prof a écrit :« Les éditions se sont succédées [sic] »
Plus de trace de cette sympathique erreur dans l'introduction, écrite par un certain Robert Guibert. On nous y explique que l'ouvrage a été entièrement revu à la lumière des évolutions technologiques récentes, d'où le nom de Nouveau code typo. La présentation n'est pas très moderne (par rapport au Lexique par exemple), et la consultation pas très simple si l'on n'en a pas l'habitude.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 05 déc. 2012, 03:34

Alors il est évident que nous ne parlons pas du même code. Je vais essyare d'en savoir plus en interrogeant les plus anciens animateurs de Formacom, qui sont de ma « génération » et ont tété jadis la même mamelle nourricière.

Pour revenir au sujet de ce fil, voici une nouvelle mode qui se répand à grande vitesse ces temps-ci : celle qui consiste à désigner les émissions de télévision par les initiales de leurs titres. Il me semble que la plus ancienne fut ONPPP, animée par MOF (Marc-Olivier Fogiel), qui aurait d'ailleurs dû s'appeler ONPPPATLM, puisque son titre complet était « On ne peut pas plaire à tout le monde ».
Nous voyons ainsi fleurir aujourd'hui les ONDAR, ONPC, TPMP, SLT, DALS, QPUC. Je vous laisse jouer. On remarquera que ça marche surtout avec les titres à rallonge. Par exemple, T, ça le fait pas ! Et jadis, A n'aurait pas bien fonctionné non plus.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par ann65 » 05 déc. 2012, 12:32

coco47 a écrit :
Pour revenir au sujet de ce fil, voici une nouvelle mode qui se répand à grande vitesse ces temps-ci : celle qui consiste à désigner les émissions de télévision par les initiales de leurs titres. Il me semble que la plus ancienne fut ONPPP, animée par MOF (Marc-Olivier Fogiel), qui aurait d'ailleurs dû s'appeler ONPPPATLM, puisque son titre complet était « On ne peut pas plaire à tout le monde ».
Nous voyons ainsi fleurir aujourd'hui les ONDAR, ONPC, TPMP, SLT, DALS, QPUC. Je vous laisse jouer. On remarquera que ça marche surtout avec les titres à rallonge. Par exemple, T, ça le fait pas ! Et jadis, A n'aurait pas bien fonctionné non plus.
Je pense que c'est Canal + avec l'antédiluvienne NPA (Nulle part ailleurs) qui a lancé cette mode.
La première de l'émission de "Marc O" a eu lieu en septembre 2000.
NPA a commencé en 1987 !
Avatar de l’utilisateur
loony
Messages : 273
Inscription : 02 mars 2010, 14:30
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par loony » 13 déc. 2012, 11:04

Entendu à l'instant : "à l'heure de maintenant".
Après "au jour d'aujourd'hui" et même "à l'heure d'aujourd'hui", fallait y penser!!!
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par coco47 » 16 janv. 2013, 06:17

Il y a longtemps que je réfrène mon envie de protester contre ce tic qui consiste à faire suivre systématiquement le préfixe co d’un trait d’union (une div’ dans notre jargon). Aujourd’hui, après avoir eu affaire en moins d’une heure à un co-directeur, une co-présidente, un co-auteur et un livre co-écrit, je craque.
D’où nous vient donc cette mode ? Sans doute de l’anglais, qui depuis toujours a écrit dans les génériques de film : co-starring, co-written, co-directed, et tutti quanti. C’est la règle dans cette langue. Normal, rien à y redire. Mais pourquoi l’imposer en français ?
Ce qui est drôle, c’est que les mêmes qui semblent choqués, par exemple, par les hiatus oa, oe ou oo, ce qui les amène à écrire co-auteur, co-animateur, co-écrit, co-organisateur, ne sont pas du tout gênés par coaguler, coalition, coexistence ou coordination. Comme si le co de ces quatre derniers mots n’avait pas la même valeur, la même nature, que celui des quatre premiers cités. Peut-être que coaxial, coexister ou coopérative bénéficient d’une sorte de privilège d’antériorité ?…
Quant à coïnculpé, il semble qu’il ait toujours paru bizarre à pas mal de gens, mais, bizarrement, personne ne tique à coïncidence, ni même à coït.
Tiens, cela me rappelle un mot qui revenait souvent dans les médias il y a cinquante ans, notamment à propos de la guerre d'Algérie, que les politiques appelaient pudiquement les événements d'Algérie. C'est le mot coreligionnaire, par lequel on désignait les Arabes, que l'on supposait tous musulmans. Je me demande si beaucoup de moins de trente ans connaissent ce mot.
Avatar de l’utilisateur
loony
Messages : 273
Inscription : 02 mars 2010, 14:30
Contact :

Re: Les tics de langage qui vous agacent

Message non lu par loony » 16 janv. 2013, 15:52

Bonjour Co-co! :mrgreen:

J'ai 34 ans et je ne connaissais pas ce mot!..
Ton post me fait penser à une manie très présente pour le coup chez les moins de 35 ans : écrire "colloc" pour parler de son colocataire. Pour le coup, le "co" est bien collé à au "loc", mais pourquoi ces deux "L"? Pourquoi??
Sans doute à cause de "colloque"...
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »