Enjoindre...

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
Vanessa_du_Frat

Enjoindre...

Message non lu par Vanessa_du_Frat » 26 oct. 2011, 17:59

J'ai vu qu'il y avait une discussion à ce sujet dans Perles de journalistes, mais je voulais une petite précision :

Si j'écris : "il lui avait enjoint la plus grande prudence", est-ce que c'est correct ? J'ai vu très souvent écrit "il l'avait enjoint à la plus grande prudence", et de moi-même, j'aurais eu tendance à écrire ça, mais bon, apparemment cette version est erronée...
coco47
Messages : 1009
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Enjoindre...

Message non lu par coco47 » 27 oct. 2011, 02:24

Vanessa_du_Frat a écrit :Si j'écris : "il lui avait enjoint la plus grande prudence", est-ce que c'est correct ? J'ai vu très souvent écrit "il l'avait enjoint à la plus grande prudence", et de moi-même, j'aurais eu tendance à écrire ça, mais bon, apparemment cette version est erronée...
« Il lui avait enjoint la plus grande prudence » est tout à fait correct. « Il l'avait enjoint à la plus grande prudence » est très courant mais très incorrect.
Enjoindre signifie : ordonner (le Petit Robert ajoute « expressément »), prescrire. Et on n'ordonne pas quelqu'un (sauf si l'on est évêque et qu'il devient prêtre, mais c'est une autre histoire…), on ne prescrit pas quelqu'un. Mais on enjoint quelque chose (les autorités enjoignent la plus grande prudence,prudence est COD) ; on enjoint de faire quelque chose (la loi enjoint de porter assistance aux personnes en danger,de porter […] est une proposition COD). Il peut exister un second complément, mais il est alors indirect (d'objet second, d'attribution, datif si on se réfère au latin) : Les autorités enjoignent aux voyageurs la plus grande prudence ; la loi enjoint à tout citoyen de porter assistance… Quand vous lisez : il m'enjoint, cela ne signifie pas il enjoint moi, mais il enjoint à moi. On ne dira donc pas : Il l'enjoint mais il lui enjoint. Le TLFi est (encore une fois) très précieux ici, avec ses exemples très parlants.
En résumé : on enjoint quelque chose, on enjoint quelque chose à quelqu'un, mais on n'enjoint pas quelqu'un, on n'enjoint pas à (faire) quelque chose et on n'enjoint pas quelqu'un à (faire) quelque chose. La forme « Il l'avait enjoint à la plus grande prudence » présente donc un double barbarisme.
P.S. : Toutefois, il est fort probable que dans une dizaine d'années le manque de maîtrise (entre autres par les journalistes) de cette construction — pourtant pas si compliquée pour un esprit logique (ah ! qui dira jamais la mathématique qu'il y a dans les langues !) — aura créé un usage qui rendra licite le double barbarisme que je viens de citer. Et nos vieux dictionnaires ne nous aideront plus.
Cleme
Messages : 93
Inscription : 27 avr. 2007, 08:06
Contact :

Re: Enjoindre...

Message non lu par Cleme » 27 oct. 2011, 09:54

Merci pour ces explications détaillées.

Je viens d'apprendre quelque chose ce matin !
Vanessa_du_Frat

Re: Enjoindre...

Message non lu par Vanessa_du_Frat » 28 oct. 2011, 12:27

Merci coco47 pour ces explications très claires ! C'est ce que j'en avais déduit de mes recherches, mais je préférais être totalement sûre :)
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »