Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
amira

Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par amira » 31 janv. 2011, 15:49

Bonjour,

J'ai parcouru nombre de discussions concernant l'application des tarifs pour un travail de correction, et j'en déduis que ce n'est vraiment pas simple de se faire une idée fixe sur le sujet. :?

Pour ma part, on me demande de corriger un texte de près de 180 000 signes, équivalent à près de 100 pages en TNR, police 12.

L'éditeur-libraire qui me propose ça ne souhaite pas déclarer (ce qui n'est pas mon cas, et je ne compte pas le faire autrement) et me propose 250E. maxi.

Pour ma part, j'étais partie sur une base déclarée de 3euros/page (+/- 25 lignes/1500 signes) et je compte passer par une société de portage ; j'ai pensé que c'est une tranche raisonnable ?

Existe-t-il un minimum de "base" de tarifs pour un correcteur ou bien est-ce que chacun indique le tarif qui lui convient ?...

Merci pour toutes infos... là je nage... Comment peut-on calculer pour des honoraires en général (je ne suis pas salariée) ...?

Amira S.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par ann65 » 31 janv. 2011, 18:44

amira a écrit :Bonjour,

J'ai parcouru nombre de discussions concernant l'application des tarifs pour un travail de correction, et j'en déduis que ce n'est vraiment pas simple de se faire une idée fixe sur le sujet. :?

Pour ma part, on me demande de corriger un texte de près de 180 000 signes, équivalent à près de 100 pages en TNR, police 12.

L'éditeur-libraire qui me propose ça ne souhaite pas déclarer (ce qui n'est pas mon cas, et je ne compte pas le faire autrement) et me propose 250E. maxi.

Pour ma part, j'étais partie sur une base déclarée de 3euros/page (+/- 25 lignes/1500 signes) et je compte passer par une société de portage ; j'ai pensé que c'est une tranche raisonnable ?

Existe-t-il un minimum de "base" de tarifs pour un correcteur ou bien est-ce que chacun indique le tarif qui lui convient ?...

Merci pour toutes infos... là je nage... Comment peut-on calculer pour des honoraires en général (je ne suis pas salariée) ...?

Amira S.
Combien de pages penses-tu pouvoir corriger en une heure ?
Fais un essai, cela te permettra d'obtenir un tarif horaire.

Si l'éditeur ne veut pas te déclarer comme salariée, il faudra donc que tu lui factures cette prestations. Tu en reverseras 23% au titre des cotisations sociales en tant qu'auto-entrepreneur. Il te restera donc 192 euros.

Le tarifs sont libres, donc il n'existe pas de tarifs "de base", ni de minima. Le tarif de 3 euros la page que tu annonces me semble tout à fait déraisonnable, ridicule et indécent. Et c'est de la concurrence très déloyale pour ceux qui veulent vivre décemment de leur métier.
amira

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par amira » 31 janv. 2011, 19:34

3 euros HT par tranche de 1500 signes (page ou feuillet) c'est le minimum que j'ai trouvé proposé par des correcteurs eux-même : donc ça me semblait le tarif de base, si je n'ai pas à y appliquer mes charges.

Et comme tu dis, c'est peut être justement lié au fait qu'il n'y a pas de réglementation, d'où le fait aussi que des personnes comme moi qui n'ont pas de velléités de "concurrence déloyale" n'arrivent pas à s'y retrouver...

J'ai recalculé une base de 15euros HT par heure pour 8/10 000 signes en partant d'une base souvent présentée par les correcteurs ici même de 8000 à 10 000 signes par heure : si tu prends la peine de calculer, tu verras qu'au final c'est ce procédé qui tombe bien plus bas que mon calcul initial donc non, je ne fais aucune concurrence déloyale il me semble...

Merci pour ta réponse.

Amira S.
Catherine_75
Messages : 698
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par Catherine_75 » 31 janv. 2011, 20:24

Oui, effectivement, 3 € les 1500 signes, cela donne 15 € pour 7500 signes, ce qui est à peu près correct. Mais tout dépend aussi du niveau de correction, de la difficulté du texte, s'il est truffé de fautes ou bien écrit : vous devriez demander à voir quelques pages avant donner votre tarif.
Cependant, vous mentionnez que vous allez passer par une société de portage ; il faut doubler le prix, car vous ne toucherez que 50 % environ de ce qui est facturé.

Sinon, oui, c'est de la concurrence déloyale. Entre deux correcteurs, qui demandent à peu près le même tarif, mais l'un en salaire et l'autre pouvant facturer, devinez lequel choisira l'employeur ?!
Et être payée 7,5 € de l'heure, sachant que le smic est à 9 €, c'est inacceptable.
amira

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par amira » 31 janv. 2011, 20:58

Oui en effet, quand je parlais de 3 euros/tranche de 1500 signes/page, c'était entendu en HT : les charges étaient en sus dans mon esprit, mais n'y étaient pas incluses d'où ma précision dans mon second message suite au message de ann.


Le texte est très dense, avec un langage châtié et assez littéraire... quelques fautes déjà identifiées sur les quelques premières pages, pas de très grossières mais assez récurrentes tout de même ;

J'ai calculé une durée de travail moyenne de 18H min. voire 20/22 max. pour une correction de 10 000 signes/heure dans l'idéal, mais je suppose que ce sera plutôt entre 8000 et 9000 signes/heure pour moi. Justement à cause de la complexité du texte et sa densité, je ne comptais pas descendre sous 15 euros net de l'heure...

Vos propos me confirment ce que je pensais... Nous verrons bien, mais je doute qu'il accepte d'autant plus qu'il m'a envoyé le fichier en police 8, sans interlignes, totalement illisible et ratatiné au possible : tout ça compacté en un bloc indigeste de 50 pages. C'est en "normalisant" le fichier que je suis arrivée à 130 pages, à 1500 signes chacune... D'ailleurs il n'a pas compris pourquoi son document avait presque triplé de volume... :wink:

Merci pour votre aide à toutes les deux.

Amira
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par ann65 » 01 févr. 2011, 13:50

amira a écrit :Oui en effet, quand je parlais de 3 euros/tranche de 1500 signes/page, c'était entendu en HT : les charges étaient en sus dans mon esprit, mais n'y étaient pas incluses d'où ma précision dans mon second message suite au message de ann.
Il ne faut pas mélanger la TVA ("HT" signifiant "hors TVA") à reverser aux impôts et les cotisations sociales à verser à l'Urssaf, au RSI et à la caisse de retraite des indépendants.
Les AE n'étant pas assujettis à la TVA, les questions du HT ou du TTC ("toutes taxes comprises") ne se posent pas.

Si tu factures 250 euros à ton client, il te paiera 250 euros et tu te débrouilleras pour payer tes cotisations sociales. Il te restera donc 192,50 euros [250 - 23% = 192,50].
J'ai calculé une durée de travail moyenne de 18H min. voire 20/22 max. pour une correction de 10 000 signes/heure dans l'idéal, mais je suppose que ce sera plutôt entre 8000 et 9000 signes/heure pour moi. Justement à cause de la complexité du texte et sa densité, je ne comptais pas descendre sous 15 euros net de l'heure...

Si tu penses pouvoir corriger 9 000 signes en 1 heure, il va effectivement te falloir 20 heures de boulot pour effectuer la correction de cet ouvrage [180 000/9 000 = 20]).
Tu gagnerais donc 12 euros de l'heure "bruts", auxquels tu devras retrancher 23 % au titre des cotisations sociales dues par les AE.
Au final, tu gagneras 9,62 euros de l'heure... [12 - 23% = 9,62]
Soit un plus que le smic. Ce n'est pas énorme. :(

Mais es-tu sûre d'avoir bien évalué ton temps de travail ?

Personnellement, il me semble peu réaliste d'envisager de relire et corriger 9 000 signes en une heure, surtout pour un texte que tu définis comme "complexe" et "littéraire". Et d'autant qu'il semblerait que tu aies peu d'expérience (puisque tu t'interroges sur les tarifs en vigueur)...
Dernière modification par ann65 le 01 févr. 2011, 14:07, modifié 3 fois.
Catherine_75
Messages : 698
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par Catherine_75 » 01 févr. 2011, 14:05

ann65 a écrit : Tu gagneras donc 12 euros de l'heure "bruts" auxquels tu devras retrancher 23 % au titre des cotisations sociales dues par les AE.
Au final, tu gagneras ainsi 9,62 euros de l'heure... [12 - 23% = 9,62]
Soit un plus que le smic. Ce n'est pas énorme. :(
Ann, Amira ne semble pas être AE, mais veut passer par une société de portage. Les 23 % passent à 50 %...
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par ann65 » 01 févr. 2011, 14:16

Catherine_75 a écrit : Ann, Amira ne semble pas être AE, mais veut passer par une société de portage. Les 23 % passent à 50 %...
Dans ce cas avec les 250 euros proposés, Amira sera très loin du compte. :( :( :(
L'éditeur-libraire qui me propose ça (...) me propose 250E. maxi.
Amira, si tu veux être rétribuée 15 euros nets de l'heure pour ce travail, il faudra que ta société de portage facture 30 euros/heure à cet éditeur. La société de portage ne prendra pas, en effet, à sa charge " les cotisations sociales dues sur ton salaire, mais les paiera sur la facture qu'elle aura faite pour ton compte à ton client.

Elle devra donc facturer à cet éditeur 600 euros HT (+ 19,6 % de TVA à laquellel elle est assujettie), soit 717,60 euros TTC. [(20 X 30) + 19.6% = 717,60].
Dernière modification par ann65 le 03 févr. 2011, 21:24, modifié 1 fois.
amira

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par amira » 01 févr. 2011, 15:34

Oui, j'avais bien assimilé pour le portage que je devais y ajouter le double dû aux charges et frais lorsque je l'ai envisagé.

Le texte a un langage assez châtié c'est vrai, mais j'ai l'habitude du parler de ce genre d'ouvrages car je traduis également ce genre de textes de l'anglais vers le français depuis un an ; je débute dans la correction "pure" d'où mon tâtonnement sur le salaire et le vide légal sur la question n'aide pas quand on veut partir sur une base sûre et solide...

Je vous remercie pour toutes ces précisions en tous les cas, c'est bien plus clair aussi... :wink:


Amira S.
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par cilou » 01 févr. 2011, 16:08

Pour la question net/brut ou HT/TTC, il faut bien savoir aussi que l'employeur reste parfois exprès dans le flou, pour choisir ensuite ce qui l'arrange (c.a.d. ce qui lui coûte le moins cher, bien sûr).
Ainsi, en salaire, quand on parle en net, le salarié comprend "ce qui me reste une fois les charges déduites" (autrement dit, le "net à payer" en bas de notre fiche de paye, tandis que l'employeur considère que c'est "tout compris, 13ème mois et congés payés inclus... mais sans déduire les charges salariales" (autrement dit le brut total).
C'est pourquoi je préfère toujours annoncer mes tarifs "brut, hors 13ème mois et congés payés".
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par ann65 » 01 févr. 2011, 16:09

amira a écrit :Oui, j'avais bien assimilé pour le portage que je devais y ajouter le double dû aux charges et frais lorsque je l'ai envisagé.

Le texte a un langage assez châtié c'est vrai, mais j'ai l'habitude du parler de ce genre d'ouvrages car je traduis également ce genre de textes de l'anglais vers le français depuis un an ; je débute dans la correction "pure" d'où mon tâtonnement sur le salaire et le vide légal sur la question n'aide pas quand on veut partir sur une base sûre et solide...

Je vous remercie pour toutes ces précisions en tous les cas, c'est bien plus clair aussi... :wink:


Amira S.
Il y a forcément un "vide légal" dès lors qu'il s'agit d'activités libérales non réglementées (ce qui n'est pas le cas des médecins ou des avocats, par exemple, même si là encore il y a liberté de tarifs).
Donc, aucune base sûre et solide sur laquelle t'appuyer.

C'est à toi de négocier tes tarifs pour ne pas te faire tondre la laine sur le dos et surtout de savoir ce que tu vaux pour ne pas transiger en dessous d'un certain tarif.
Partir d'une "base" horaire de 15 euros nets me semble tout à fait correct et judicieux. A toi de faire tes calculs (en salaire et/ou en honoraires) et d'accepter ou de refuser les proposition qui te sont faites...
azucena
Messages : 51
Inscription : 01 août 2008, 20:12
Contact :

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par azucena » 23 févr. 2011, 16:50

Bonjour,

D'où ma proposition, et j'y tiens, de créer une véritable "corporation" représentative de la profession ! Une association par exemple à laquelle les correcteurs devraient s'affilier et où tout le monde pratiquerait un tarif, certes libre, mais un peu plus réglementé ?

Qu'est-ce qu'une activité libérale où tu ne peux raisonnablement pas appliquer le tarif que tu veux puisque tes propres confrères sont les premiers à niveler par le bas ? Un ramassis de gens qui se tirent dans les pattes ?

Un éditeur, plutôt connu, vient de me parler de 12 € les 10 000 signes en première... C'est du vol manifeste ! (Il paraîtrait que c'est le tarif chez "B...as" aussi, qui lui sert de référence !)

Un autre éditeur fait corriger ses mièvres bouquins pour 150 € les 300 000 signes truffés de fautes ! Et il trouve des correcteurs "à la pelle" à ce tarif-là, et pas seulement des débutants !

Déjà que je trouvais que c'était du vol de payer le même tarif pour des corrections saisies à l'écran par le correcteur que pour des corrections signalées en marge sur des épreuves papier !
Déjà que je trouvais injuste de facturer autant pour des livres saisis par n'importe qui et des livres saisis par des professionnels de la composition ?

Punaise ! Le jeune auto-entrepreneur qui habite à côté de chez moi m'a demandé 50 € pour une heure et demie de coupe d'herbe très sommaire ! Je cours m'acheter une débroussailleuse !

Bon, c'est bien joli tout ça, mais nous nous unissons quand ? (au lieu d'être à couteaux tirés à se marcher sur les arpions et à se regarder dégringoler bien plus bas que le SMIC ?)

Flûte ! Je suis vraiment en colère, à tel point que je ne me relis pas...
Catherine_75
Messages : 698
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par Catherine_75 » 23 févr. 2011, 19:42

azucena a écrit :Bonjour,

D'où ma proposition, et j'y tiens, de créer une véritable "corporation" représentative de la profession ! Une association par exemple à laquelle les correcteurs devraient s'affilier et où tout le monde pratiquerait un tarif, certes libre, mais un peu plus réglementé ?

Qu'est-ce qu'une activité libérale où tu ne peux raisonnablement pas appliquer le tarif que tu veux puisque tes propres confrères sont les premiers à niveler par le bas ? Un ramassis de gens qui se tirent dans les pattes ?

Un éditeur, plutôt connu, vient de me parler de 12 € les 10 000 signes en première... C'est du vol manifeste ! (Il paraîtrait que c'est le tarif chez "B...as" aussi, qui lui sert de référence !)

Un autre éditeur fait corriger ses mièvres bouquins pour 150 € les 300 000 signes truffés de fautes ! Et il trouve des correcteurs "à la pelle" à ce tarif-là, et pas seulement des débutants !

Déjà que je trouvais que c'était du vol de payer le même tarif pour des corrections saisies à l'écran par le correcteur que pour des corrections signalées en marge sur des épreuves papier !
Déjà que je trouvais injuste de facturer autant pour des livres saisis par n'importe qui et des livres saisis par des professionnels de la composition ?

Punaise ! Le jeune auto-entrepreneur qui habite à côté de chez moi m'a demandé 50 € pour une heure et demie de coupe d'herbe très sommaire ! Je cours m'acheter une débroussailleuse !

Bon, c'est bien joli tout ça, mais nous nous unissons quand ? (au lieu d'être à couteaux tirés à se marcher sur les arpions et à se regarder dégringoler bien plus bas que le SMIC ?)

Flûte ! Je suis vraiment en colère, à tel point que je ne me relis pas...
Elle existe, la « corporation représentative de la profession », c'est le Syndicat des correcteurs ! Encore faut-il travailler en qualité de salarié, évidemment. Le Syndicat — et ses adhérents, dont je suis — se bat contre les salaires de misère, contre les employeurs malhonnêtes, contre les paiements illégaux en Agessa (récemment, Editis a été condamné pour cette raison à verser des indemnités assez importantes à une correctrice qui a été rémunérée en droits d'auteur pendant plusieurs années) et se bat aussi maintenant contre les employeurs qui font paraître des offres d'« emploi » pour recruter des correcteurs auto-entrepreneurs.
La méthode : bombarder de courriels l'éditeur recruteur en lui envoyant un texte du secrétaire d'État chargé du commerce, publié le 11 novembre 2010. En général, ça fonctionne, et l'éditeur en question retire l'annonce, ce qui prouve bien qu'il se sent en tort.
Azucena, et tous les autres, en acceptant d'adopter ce statut, vous entrez dans le jeu de tous ces éditeurs que vous critiquez, vous leur donnez les verges pour vous faire battre !
Catherine_75
Messages : 698
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par Catherine_75 » 23 févr. 2011, 19:45

Voici le texte du secrétaire d'État dont je parle plus haut :

Contrats de mission des auto-entrepreneurs : gare aux abus des entreprises
C.Caillaud | Publié le 11/11/2010
Le secrétaire d'état chargé du commerce a indiqué dans une réponse ministérielle du 12 octobre 2010 que les entreprises qui utiliseraient le statut d'auto-entrepreneur à des fins détournées risquent une requalification des contrats de mission en contrats de travail.
Il apparaît que certaines entreprises utilisent des auto-entrepreneurs pour couvrir l'externalisation abusive de salariés ou le recrutement de faux indépendants.
Les auto-entrepreneurs sont des travailleurs indépendants. Ils doivent donc pour exercer leur activité conserver la maîtrise de l'organisation des tâches à effectuer, ainsi que de la recherche de la clientèle et des fournisseurs.
Tel n'est pas le cas de personnes, salariées ou engagées dans un processus de recherche d'emploi, à qui l'on demande de se déclarer comme auto-entrepreneur alors qu'elles travaillent en pratique sous l'autorité de leur ex-employeur ou de leur recruteur. Dans ce cas, la relation contractuelle peut fort être requalifiée en contrat de travail.
Est considéré comme salarié celui qui accomplit un travail pour un employeur dans un lien de subordination juridique permanent. Il est défini comme « l'exécution d'un travail sous l'autorité d'un employeur qui a le pouvoir de donner des ordres et des directives, d'en contrôler l'exécution et de sanctionner les manquements de son subordonné ».
Les personnes victimes d'externalisation abusive d'emploi salarié en auto-entrepreneur, peuvent introduire devant le conseil des prud'hommes une action en requalification de leur contrat de mission en contrat de travail, avec les conséquences suivantes :
- le paiement des salaires et heures supplémentaires
- l'octroi de dommages et intérêts
- le paiement des cotisations sociales du régime général pour toute la durée de la relation contractuelle.
Le secrétaire d'État a précisé que le fait de maquiller sciemment une relation salariale en contrat d'entreprise ou de régie, ou en paiement en honoraires de prestations de service ponctuelles ou régulières, pour échapper à ses obligations d'employeur, est équivalent à faire travailler un salarié de façon non déclarée ou sous-déclarée. Il est donc constitutif du délit de travail dissimulé (c. trav. art. L. 8221-6, Il).
Source : Rép. Liebgott n° 76823, JO 12 octobre 2010, AN quest. p. 11146
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Quel tarif pour corriger un texte de 180 000 signes ?!

Message non lu par ann65 » 24 févr. 2011, 10:13

Catherine_75 a écrit : Azucena, et tous les autres, en acceptant d'adopter ce statut, vous entrez dans le jeu de tous ces éditeurs que vous critiquez, vous leur donnez les verges pour vous faire battre !
Bonjour Catherine

Je ne suis pas d'accord avec votre conclusion. Faire le choix de devenir travailleur indépendant (et donc se faire payer sur facture), et même en AE, n'implique pas nécessairement de se faire exploiter par des margoulins, ni de donner des verges pour se faire battre.


Que l'on soit salarié ou TNS, il faut SURTOUT être conscient de sa valeur et du prix de son travail, ne pas déroger à la règle que l'on s'est fixée (un tarif minimal horaire en l'occurrence) et ne pas accepter de brader son savoir-faire. Et cela n'a rien à voir avec le choix d'adopter ou non le statut d'AE.

Adopter ce statut (pas pour les journalistes, pour qui c'est illégal) permet de lancer son activité libérale sans trop de complications et en payant moins de cotisations.
Il est donc une erreur que de considérer qu'un AE peut se permettre de facturer moins qu'un TNS classique. Il doit appliquer les mêmes tarifs que s'il avait les 40% de charges d'un TNS, afin de se constituer une trésorerie dont il aura besoin quand il basculera dans le régime classique des TNS.
S'il ne fait pas ça, il se condamne à être un "gagne-petit", à se faire exploiter... et il casse un marché qui n'est déjà pas vaillant.
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »