Formation CEC par correspondance

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
Dahls

Formation CEC par correspondance

Message non lu par Dahls » 26 juil. 2010, 13:54

Bonjour,

Je souhaite faire la formation de correcteur par correspondance. Mais néanmoins j'ai plusieurs questions à poser :

Quand on est sans emploi comme moi, la formation peut se faire financer par certains organismes?

Les cours débutant en octobre, j'ai le temps de trouver un travail "de survie", mais je me demande si en ayant un travail d'ici la, si je peux me faire financer la formation?

Est ce que des gens de Lyon, sont motivés pour que l'on se soutienne ?

Y a t'il une bibliographie de base à avoir afin de progresser au mieux dans cette formation?

Ca fait beaucoup de questions, mais elles sont nécessaires pour que je sache dans quoi je m'engage, j'ai toujours aimé l'écriture, j'écris des petits scénariis chez moi et travailler dans ce milieu me botte réellement, je veux faire ce métier.

8)
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par coco47 » 27 juil. 2010, 02:58

Dahls a écrit :Y a t'il une bibliographie de base à avoir afin de progresser au mieux dans cette formation?
Elle a été largement abordée sur ce forum, dans cette rubrique. Fouillez ! (Fouiller est une des qualités requises pour ce métier.)
Dahls a écrit :j'écris des petits scénariis chez moi et travailler dans ce milieu me botte réellement, je veux faire ce métier.
Il faut choisir : ou vous écrivez des scenarii, ou vous écrivez des scénarios (ce qui est préférable, car moins précieux : scénario est un mot français depuis pas mal de temps).
Dahls

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par Dahls » 27 juil. 2010, 10:58

oui après ce message j'ai fouillé dans le forum :P, toujours est il que j'ai reçu le test par mail et je réfléchis sur la partie rédaction que je fais à la fin :|
azul47

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par azul47 » 27 juil. 2010, 11:51

Il y a beaucoup d'autres fautes aussi, en tous genres...
Dahls

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par Dahls » 27 juil. 2010, 14:01

azul47 a écrit :Il y a beaucoup d'autres fautes aussi, en tous genres...
Mais encore ? Si c'est parce que j'écris à l'arrache, je tiens à dire que premièrement, je n'ai pas encore commencé la formation mais je n'écris pas non plus en kikoolol, deuxièmement on est sur un forum pas dans un tribunal, on peut avoir le droit d'oublier une majuscule ou un "s" non?, surtout que ce sont des renseignements que je viens chercher, pas du découragement ou autres. Après, ok, ça peut piquer les yeux pour les professionnels que certains d'entre vous sont mais bon il y a des manières de le faire comprendre plus diplomates que d'autres.

Après j'ai peut être mal compris la remarque :D
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par coco47 » 27 juil. 2010, 16:06

Dahls a écrit :
azul47 a écrit :Il y a beaucoup d'autres fautes aussi, en tous genres...
Mais encore ? Si c'est parce que j'écris à l'arrache, je tiens à dire que premièrement, je n'ai pas encore commencé la formation mais je n'écris pas non plus en kikoolol, deuxièmement on est sur un forum pas dans un tribunal, on peut avoir le droit d'oublier une majuscule ou un "s" non?, surtout que ce sont des renseignements que je viens chercher, pas du découragement ou autres. Après, ok, ça peut piquer les yeux pour les professionnels que certains d'entre vous sont mais bon il y a des manières de le faire comprendre plus diplomates que d'autres.
Cela aussi, l'attitude qui consiste à dire : « Je suis sur un forum, donc j'écris comme ça me vient. Quand je serai correctrice, je ferai plus attention », ça a été débattu maintes fois ici, et on pouvait croire que c'était résolu. Eh bien non…
Et que peut bien vouloir dire : « je réfléchis sur la partie rédaction que je fais à la fin » ? Ce n'est pas de « l'arrache », c'est du gloubi-boulga !
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par ann65 » 27 juil. 2010, 16:56

Dahls a écrit :je réfléchis sur la partie rédaction que je fais à la fin :|
Une bonne âme pourrait-elle me traduire cette phrase ? :wink:

En tous cas, quand je vois le nombre de fils consacrés à la formation dispensée par le CEC, j'en déduis que si le marché de la correction est en plein naufrage, cette boite et son "gourou", eux, ne connaissent pas la crise...
azul47

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par azul47 » 27 juil. 2010, 17:33

Dahls a écrit :
azul47 a écrit :Il y a beaucoup d'autres fautes aussi, en tous genres...
Mais encore ? Si c'est parce que j'écris à l'arrache, je tiens à dire que premièrement, je n'ai pas encore commencé la formation mais je n'écris pas non plus en kikoolol, deuxièmement on est sur un forum pas dans un tribunal, on peut avoir le droit d'oublier une majuscule ou un "s" non?, surtout que ce sont des renseignements que je viens chercher, pas du découragement ou autres. Après, ok, ça peut piquer les yeux pour les professionnels que certains d'entre vous sont mais bon il y a des manières de le faire comprendre plus diplomates que d'autres.

Après j'ai peut être mal compris la remarque :D
Ben si, tu as bien compris : c'était clair.
Ne prends pas la mouche, s'il te plaît ; on est là pour discuter. Allez, on va dire toi pour apprendre et moi pour me perfectionner (je termine juste la formation).

Coco a raison. Tu ne peux pas arriver sur un forum de correcteurs, dire : « je veux faire ce métier », et ne pas prendre soin de te relire avant de cliquer sur envoyer. Tu ne peux pas dire non plus que tu écris à l'arrache. Tu imagines ?

Tu sais, quand on commence cette formation, on est persuadé de ne pas être trop mauvais en orthographe, grammaire, ponctuation, etc. On est même persuadé que l'on sait parler correctement. Foutaise ! On ne sait rien du tout ! (Et même après on s'interroge encore sur des tournures simples.)

Si tu veux bien, puisque tu en es au moment du test, je te propose de copier ton premier message et d'apporter ta propre correction en dessous. Ce serait comme un test virtuel. Qu'est-ce que tu en penses ?
azul47

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par azul47 » 27 juil. 2010, 18:46

Ou tout simplement "Je réfléchis sur (à ?) la partie rédaction que je dois faire à la fin (du test).

Dans le test il y a : des questions, une correction, un texte à écrire sur un sujet proposé.
Catherine_75
Messages : 654
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par Catherine_75 » 28 juil. 2010, 01:01

coco47 a écrit :Cela aussi, l'attitude qui consiste à dire : « Je suis sur un forum, donc j'écris comme ça me vient. Quand je serai correctrice, je ferai plus attention », ça a été débattu maintes fois ici, et on pouvait croire que c'était résolu. Eh bien non…
Non, effectivement, ce débat ne sera jamais clos. Il y aura toujours des personnes pour qui écrire est un « travail » et qui, quand elles se « lâchent » sur un forum, ne jugent pas important d'écrire correctement. Pourquoi pas, après tout ! Mais il me semble que ces personnes ne sont pas faites pour le métier de correcteur.
coco47 a écrit :Et que peut bien vouloir dire : « je réfléchis sur la partie rédaction que je fais à la fin » ? Ce n'est pas de « l'arrache », c'est du gloubi-boulga !
ann65 a écrit :
Dahls a écrit :je réfléchis sur la partie rédaction que je fais à la fin :|
Une bonne âme pourrait-elle me traduire cette phrase ? :wink:
C'est vrai qu'elle est corsée, cette phrase ! On dirait des mots jetés au hasard, dans le désordre. C'est presque drôle, au second degré. Dahls écrit des scénarios comiques, peut-être ?
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par coco47 » 28 juil. 2010, 02:36

Catherine_75 a écrit :[Il y aura toujours des personnes pour qui écrire est un « travail » et qui, quand elles se « lâchent » sur un forum, ne jugent pas important d'écrire correctement. Pourquoi pas, après tout ! Mais il me semble que ces personnes ne sont pas faites pour le métier de correcteur.
Bien vu, Catherine ! Je crois que là est vraiment la frontière : quand écrire devient un travail, c'est-à-dire une corvée. Pour ma part, et depuis bien longtemps, j'apporte exactement le même soin à la rédaction d'une intervention sur un forum, d'une carte postale de vacances, d'un message d'amour à mon amoureuse, d'une lettre de motivation pour un neveu ou une nièce, ou d'un roman. Parce que je respecte autant les usagers de ce forum que les autres lecteurs de mes écrits. Et ce n'est pas pour moi un effort, c'est le minimum que je dois à ceux à qui je m'adresse. Et, bien sûr, je me relis. Puis je "poste". Et je relis encore le texte posté. Et si je découvre une faute qui m'avait échappé, je la corrige en utilisant la fonction "Editer". C'est long ? Peut-être, mais je ne suis pas engagé dans une course de vitesse. (Et je crois avoir compris que notre amie à l'origine de ce fil est chômeuse, donc libre de son temps...) En fin de compte, si malgré tout il reste des fautes, jamais je n'invoquerai "l'arrache" ou le j'men-foutisme.
Et puis, allons plus avant, parce qu'il y a, je trouve, quelque chose de vertigineux dans cette revendication de la "malécriture" dès que l'on sort de son champ professionnel. Si, quand j'exerce mon métier de correcteur, je sais que occurrence s'écrit avec deux c et deux r, comment puis-je, même "à l'arrache", même très fatigué, même malade, écrire occurence ou ocurence ? Il y a de la schizophrénie là-dedans ! C'est pourquoi j'ai toujours été persuadé de l'innocence d'Omar Raddad : même mourante, la victime, dont tous les témoins disaient qu'elle était férue d'orthographe, ne pouvait pas avoir écrit "Omar m'a tuer". Même à l'agonie, je n'écrirai jamais que quelqu'un m'a tuer. Même la tête sur le billot.
Alors, bien sûr, il y a ceux qui écrivent ocurrrence dans la vie courante parce qu'ils ne connaissent pas l'orthographe du mot, et qui, une fois endossé leur uniforme de correcteur, prendront la peine de la vérifier dans le Larousse. C'est un bon point pour eux. Mais ça va leur prendre du temps. Et s'ils sont payés au mille de signes...
Catherine_75
Messages : 654
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par Catherine_75 » 28 juil. 2010, 13:03

coco47 a écrit :Alors, bien sûr, il y a ceux qui écrivent ocurrrence dans la vie courante parce qu'ils ne connaissent pas l'orthographe du mot, et qui, une fois endossé leur uniforme de correcteur, prendront la peine de la vérifier dans le Larousse. C'est un bon point pour eux. Mais ça va leur prendre du temps. Et s'ils sont payés au mille de signes...
J''espère que, après avoir vérifié une fois l'orthographe du mot, ils n'écriront plus jamais ocurrence.
Mais il y en a d'autres qui pensent écrire correctement le mot, et qui n'iront donc pas vérifier son orthographe…
coco47 a écrit :Et, bien sûr, je me relis. Puis je "poste". Et je relis encore le texte posté. Et si je découvre une faute qui m'avait échappé, je la corrige en utilisant la fonction "Editer". C'est long ? Peut-être, mais je ne suis pas engagé dans une course de vitesse. (Et je crois avoir compris que notre amie à l'origine de ce fil est chômeuse, donc libre de son temps...) En fin de compte, si malgré tout il reste des fautes, jamais je n'invoquerai "l'arrache" ou le j'men-foutisme.
Je plaide coupable… parce que, parfois, quand je suis fatiguée ou pressée, quand je fais une pause dans mon travail pour venir écrire sur ce forum, je ne me relis pas toujours. D'où certaines fautes d'inattention que vous ne manquez pas de relever, et je vous en remercie ! Pourtant, cela ne me prendrait qu'une minute ou deux de me relire, il faut que je fasse cet effort. Mais je n'évoque jamais le j'menfoutisme !
azul47 a écrit :Je suis aussi d'accord avec Coco et Arwenia, et j'espère que cette habitude ne me quittera jamais.

Cependant, elle n'est pas innée ; elle s'apprend. Au début de cette formation, je ne pense pas avoir été la seule à être persuadée de savoir écrire sans trop de fautes. Or, je me trompais. Tous les débutants en sont là je suppose.
Je ne suis pas tout à fait d'accord. Quand on maîtrise bien grammaire, orthographe et syntaxe, cette habitude est innée : on n'a pas à réfléchir, les mots viennent tout naturellement, sans efforts. Ou presque sans efforts. (Par exemple, ici, je me suis demandé pendant un court instant si je devais écrire « effort » ou « efforts ». Mais comme on dit en général qu'on fait « des efforts », il faut un pluriel.)

Et si on ne maîtrise pas la langue, soit on est prêt à faire un gros travail pour parvenir à la maîtrise, soit on choisit une autre voie professionnelle que la correction. Et ce n'est pas une critique « méchante » ni « méprisante » ! Il est important de connaître ses limites pour ne pas s'engager sur la voie d'un métier qui ne nous correspond pas.

J'en profite pour faire une comparaison (une fois de plus) entre le CEC et Formacom. Le CEC acceptera l'inscription de Dahls, même si son test est médiocre. En revanche, Formacom n'acceptera jamais d'élèves dont le niveau en français est insuffisant et qui ne sont fortement motivés.
azul47 a écrit :Voilà pourquoi je pense qu'il faut dire les choses, sans condamner, et sans oublier de laisser une ouverture. Dans le cas contraire, Dahls pourrait nous traiter de vieux cons pédants, et elle aurait raison.

Je réitère donc ma proposition de correction à Dahls :wink:
Je crains que Dahls n'ait été définitivement vexée, puisqu'elle ne répond plus.
Dommage, car l'idée de lui faire corriger elle-même son commentaire était intéressante. Et personne ne se moquerait d'elle si sa correction n'est pas parfaite, mais nous pourrions lui expliquer certains points et la conseiller.
Dernière modification par Catherine_75 le 28 juil. 2010, 22:13, modifié 2 fois.
azul47

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par azul47 » 28 juil. 2010, 13:18

Je suis aussi d'accord avec Coco et Arwenia, et j'espère que cette habitude ne me quittera jamais.

Cependant, elle n'est pas innée ; elle s'apprend. Au début de cette formation, je ne pense pas avoir été la seule à être persuadée de savoir écrire sans trop de fautes. Or, je me trompais. Tous les débutants en sont là je suppose.

Voilà pourquoi je pense qu'il faut dire les choses, sans condamner, et sans oublier de laisser une ouverture. Dans le cas contraire, Dahls pourrait nous traiter de vieux cons pédants, et elle aurait raison.

Je réitère donc ma proposition de correction à Dahls :wink:
Porcile
Messages : 137
Inscription : 16 déc. 2005, 12:43
Contact :

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par Porcile » 28 juil. 2010, 16:57

Catherine_75 a écrit :Quand on maîtrise bien grammaire, orthographe et syntaxe, cette habitude est innée : on n'a pas à réfléchir, les mots viennent tout naturellement, sans efforts. Ou presque sans efforts. (Par exemple, ici, je me suis demandée pendant un court instant si je devais écrire « effort » ou « efforts ». Mais comme on dit en général qu'on fait « des efforts », il faut un pluriel.)
Moi, quand j'ai un doute, j'essaie de vérifier. Par exemple, en farfouillant dans le Jouette et dans le Robert, j'ai trouvé sans effort.
Catherine_75
Messages : 654
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Formation CEC par correspondance

Message non lu par Catherine_75 » 28 juil. 2010, 17:27

Porcile a écrit :
Catherine_75 a écrit :Quand on maîtrise bien grammaire, orthographe et syntaxe, cette habitude est innée : on n'a pas à réfléchir, les mots viennent tout naturellement, sans efforts. Ou presque sans efforts. (Par exemple, ici, je me suis demandée pendant un court instant si je devais écrire « effort » ou « efforts ». Mais comme on dit en général qu'on fait « des efforts », il faut un pluriel.)
Moi, quand j'ai un doute, j'essaie de vérifier. Par exemple, en farfouillant dans le Jouette et dans le Robert, j'ai trouvé sans effort.
Je n'ai pas vérifié, car je n'avais pas de doute. Ma conclusion me semblait logique en référence à la règle qui précise que l'on écrit des outils sans manche (parce qu'il ne peuvent avoir qu'un seul manche), une femme sans enfants (parce qu'elle pourrait en avoir plusieurs). Et donc sans efforts (parce l'on peut faire des efforts).
Mais j'ai eu tort. Thomas cite, lui aussi, sans effort.
Dans le même ordre d'idée, j'ai trouvé, toujours dans le Thomas, sans opinion, sans preuve. J'aurais eu tendance à préférer le pluriel (on peut avoir plusieurs opinions, il pourrait exister plusieurs preuves).
Je m'aperçois qu'il y a des cas intéressants :
Juger sans passion mais homme sans passions
Existence sans charme mais femme sans charmes
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »