Page 1 sur 1

tableau noir / tableau blanc

Publié : 11 sept. 2009, 16:54
par prof
Bonjour !
.....Je ne m'engagerai pas ici dans un débat qui opposerait tableau noir et tableau blanc (voir le sujet ‹.François de Closets : haro sur l'orthographe.!.. : les deux se complètent.
.....Les circonstances récentes (grèves des facultés, fermetures sanitaires des établissements) favorisent l'enseignement par ordinateur, risquant de se substituer de plus en plus à la présence des enseignants.
.....Il me paraît souhaitable que les défenseurs du français, et notamment de l'orthographe, ne se contentent pas de regrets ou de vœux pieux, mais qu'ils envahissent les écrans par tous les moyens dont ils disposent.
.....Au même titre que les correcteurs relèvent les perles des journalistes, dans l'espoir de les voir s'améliorer, ne pourraient-ils pas jeter un regard critique et néanmoins formateur sur les écrits à destination des enfants scolarisés.?
.....Cordialement.

Publié : 11 sept. 2009, 23:48
par PascalSR
Des livres scolaires pour les enfants ! Pourquoi faire ? Avec la pandémie, les écoles seront fermées et les livres resteront dans les armoires.

Il vaudrait mieux apprendre la dactylo aux instits, si on se dirige vers une école succédanée en ligne... :roll:

Publié : 12 sept. 2009, 10:49
par prof
PascalSR a écrit :Il vaudrait mieux apprendre la dactylo aux instits, si on se dirige vers une école succédanée en ligne...
Bonjour !
.....Recommandez-leur donc le Précis de bonne typographie (voir www).
.....Cordialement.

Re: tableau noir / tableau blanc

Publié : 12 sept. 2009, 12:09
par ann65
prof a écrit :Au même titre que les correcteurs relèvent les perles des journalistes, dans l'espoir de les voir s'améliorer
C'est vrai ce mensonge ? Relevez-vous "ces perles" dans l'espoir de les voir s'améliorer ou pour en en moquer ?

Pour en revenir au sujet...
Ayant eu des enfants scolarisés et ayant donc souvent jeté des coups d'oeil sur leurs bouquins, j'ai pu constater qu'on y côtoyait le pire et le meilleur, dans un même ouvrage...

Je ne suis pas sûre que la qualité des ouvrages scolaires explique les piètres performances des enfants dans telle ou telle matière.

Quant aux profs, ils sont comme les bouquins.
Le corps enseignant est comme n'importe quelle corporation. On y rencontres des brèles (des vrais mauvais mauvais) et des excellents. (vraiment excellents) et "des qui" font le minimum syndical mais le font bien, sans plus.
A chaque rentrée, c'est la loterie !

Re: tableau noir / tableau blanc

Publié : 12 sept. 2009, 12:59
par gavroche
prof a écrit :Au même titre que les correcteurs relèvent les perles des journalistes, dans l'espoir de les voir s'améliorer, ne pourraient-ils pas jeter un regard critique et néanmoins formateur sur les écrits à destination des enfants scolarisés.?
.....Cordialement.
ca ne connait rien à la pédagogie mais ça se permet de critiquer les professeurs ? :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

Re: tableau noir / tableau blanc

Publié : 12 sept. 2009, 15:09
par prof
ann65 a écrit :[...] Relevez-vous "ces perles" dans l'espoir de les voir s'améliorer ou pour en en moquer ?
Bonjour !
.....S'il m'arrive bien rarement d'exercer mon humour envers certains prétentieux, fautifs eux-mêmes, je ne me moque pas de ceux qui ignorent. En tant que formateur — et ‹.ca.›, n'en déplaise à gavroche, s'y connaît en pédagogie —, je me préoccupe constamment de leur enseigner de mon mieux ce qu'ils ne savent pas encore.
.....Je crois que l'enseignement dispensé aux enfants mérite une particulière vigilance, et que, loin de vilipender les enseignants, nous avons à faire cause commune, chacun y contribuant avec ses moyens spécifiques (voir www). Je regrette souvent que les gens qui manient la langue (enseignants, élèves, écrivains, journalistes, correcteurs…) ne disposent pas davantage d'outils d'aide à l'écriture.
.....Cordialement.

Re: tableau noir / tableau blanc

Publié : 13 sept. 2009, 13:10
par efdlt
prof a écrit :Je crois que l'enseignement dispensé aux enfants mérite une particulière vigilance, et que, loin de vilipender les enseignants, nous avons à faire cause commune, chacun y contribuant avec ses moyens spécifiques (voir www). Je regrette souvent que les gens qui manient la langue (enseignants, élèves, écrivains, journalistes, correcteurs…) ne disposent pas davantage d'outils d'aide à l'écriture.
Monsieur (pardonnez-moi si je me trompe),

Je ne vais pas encombrer ces pages bien longtemps. J'espère ne pas vous importuner. Après tout ce message est "en l'air".

Je viens de vous relire. Votre souci à propos du matériel scolaire et de la veille qu'il mériterait me paraît de bons sens. Vos remarques sont très justes, mais j'aurais une question, qui pourrait être aussi une petite contestation. À propos des outils qui manqueraient à tous ces manieurs de la langue, déplorez-vous qu'ils n'en aient pas assez tout court, ou bien qu'il leur en manque de nouveaux, d'encore améliorés, ou bien encore - quoique sans le formuler explicitement - qu'ils ne s'en munissent pas davantage eux-mêmes autant qu'il est possible ?

Je suis pour ma part très inquiet que ceux que vous citez - mettons les enfants à part - montrent si peu d'intérêt pour leur matériau, comme nous en avons d'innombrables preuves. Mon inquiétude se mue en grande tristesse quand je vois aussi de la jubilation, et je ne sais quelle revendication où je ne soupçonnais que de la faiblesse humaine. Je reconnais que parfois cette tristesse se mue en quelque humeur, et qu'il m'arrive d'endosser l'habit de la "triste figure", mais le problème reste entier: l'état des choses ne serait pas tel si chacun avait l'humilité de se corriger et d'en trouver les outils.

Autre chose: nous entendons par "outils" les outils proprement dit (manuels d'usage etc.), mais savons bien que la principale ressource est le détour par les bons textes, littéraires et autres, or dans sa grande majorité le monde adulte actuel, y compris dans sa part "intellectuelle", est loin du compte (préférant l'actualité à la qualité). D'autre part le moins que l'on puisse dire est que justement, pour parler des manuels et outils scolaires, les contenus et les méthodes en cours depuis quelques décennies n'augurent pas d'un saut qualitatif (on y considère les textes comme objets d'analyse indifférenciés, dans une souveraine indifférence à toute hiérarchie statutaire).

C'était pour faire avancer le...

Avec mes meilleurs salutations.

corrigé: un article manquant, la citation répétée.

Re: tableau noir / tableau blanc

Publié : 14 sept. 2009, 00:14
par prof
efdlt a écrit : [...] l'état des choses ne serait pas tel si chacun avait l'humilité de se corriger et d'en trouver les outils.
Bonjour !
.....Peut-on déplorer qu’une sculpture faite avec un canif de poche n’ait pas la même qualité que celle faite à la gouge ?
.....Je crois souhaitable que chacun puisse disposer des meilleurs outils, communément accessibles à tous, et qui serviront en priorité à ceux qui ont souci de la qualité de leur ouvrage. Dans le monde de l’écrit, je pense particulièrement à des dictionnaires, grammaires, traités des difficultés… adaptés à la fébrilité du monde actuel.
.....Peut-on reprocher à un journaliste de n’avoir pas trouvé le temps de rechercher doublement l’orthographe d’un mot dans un Petit… ? Peut-on lui en vouloir d’avoir repris tel quel un mot étranger si personne ne lui a fait connaître le terme français équivalent ? Peut-on lui faire grief de ses maladresses quand le correcteur avec lequel il faisait équipe a disparu des salles de rédaction ?
.....Cordialement.

Re: tableau noir / tableau blanc

Publié : 14 sept. 2009, 07:55
par efdlt
prof a écrit :
efdlt a écrit : [...] l'état des choses ne serait pas tel si chacun avait l'humilité de se corriger et d'en trouver les outils.
Bonjour !
.....Peut-on déplorer qu’une sculpture faite avec un canif de poche n’ait pas la même qualité que celle faite à la gouge ?
.....Je crois souhaitable que chacun puisse disposer des meilleurs outils, communément accessibles à tous, et qui serviront en priorité à ceux qui ont souci de la qualité de leur ouvrage. Dans le monde de l’écrit, je pense particulièrement à des dictionnaires, grammaires, traités des difficultés… adaptés à la fébrilité du monde actuel.
.....Peut-on reprocher à un journaliste de n’avoir pas trouvé le temps de rechercher doublement l’orthographe d’un mot dans un Petit… ? Peut-on lui en vouloir d’avoir repris tel quel un mot étranger si personne ne lui a fait connaître le terme français équivalent ? Peut-on lui faire grief de ses maladresses quand le correcteur avec lequel il faisait équipe a disparu des salles de rédaction ?
.....Cordialement.
Bonjour !

Je vous remercie.

Disons qu'à la lecture des journaux on voit vite que le correcteur est parti, mais on dirait aussi parfois que ceux qui restent ont une main sur leur valise.

En fait je faisais plutôt grief d'une certaine insouciance de ces choses. Sous cet angle, la langue n'étant plus qu'une boîte à outils (alors qu'elle est aussi une maison), le technicisme, la rationalisation et l'instrumentalisme auront beau jeu. N'oublions pas qu'ils règnent dans l'instruction publique. Le livre dont ce débat est parti est clairement une pièce de cette stratégie.

Dans l'espoir d'un sursaut,

Cordialement.

ajouté:

... et on trouve des gouges aux Puces !