Test de correction pour une grande maison d'édition

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: (rire)

Message non lu par coco47 » 09 avr. 2009, 01:50

Catherine_75 a écrit :Sinnfael... vous avez peu de chance de travailler un jour pour Actes Sud.
Je préférerais « peu de chances ».
adriel a écrit :Et j'avoue qu'il n'est pas désagréable de croiser quelqu'un qui sache dire les faits, sans fioriture ni jugement de valeur.
Personnellement, je fais des fautes et je préfère qu'on me les indique (voire : qu'on me les explique !) plutôt que de me laisser les reproduire.
En voici une, à mon avis : « sans fioritures » serait mieux (enfin, selon Larousse).

Comme quoi…
adriel
Messages : 8
Inscription : 09 sept. 2007, 10:19
Contact :

Sans fioriture : s ou pas s ?

Message non lu par adriel » 09 avr. 2009, 12:58

coco47 a écrit :En voici une, à mon avis : « sans fioritures » serait mieux (enfin, selon Larousse).
En fait, ce n'est pas très clair :)

D'une part, sans peut s'écrire suivi du singulier ou du pluriel (Thomas n'est pas d'une grande aide ici).

D'autre part, dans mon Robert, il y a une distinction entre fioriture (en musique) qui s'emploie surtout au pluriel (voir Stendhal pour son emploi au singulier), et fioriture (pour un dessin, un style) pour lequel rien n'est précisé. Le singulier semble donc pouvoir s'utiliser dans ce cas, d'autant que les deux exemples donnés (Balzac et Verlaine) ne prennent pas de "s".

Dans ce dernier cas, j'imagine qu'on peut l'entendre comme sans [aucune] fioriture, ceci se rapportant au style de Catherine_75.

Il est possible que l'usage pluriel (fautif ?) prédomine. Si quelqu'un en sait plus sur la question...
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: Sans fioriture : s ou pas s ?

Message non lu par coco47 » 10 avr. 2009, 02:12

adriel a écrit :
coco47 a écrit :En voici une, à mon avis : « sans fioritures » serait mieux (enfin, selon Larousse).
En fait, ce n'est pas très clair :)
D'une part, sans peut s'écrire suivi du singulier ou du pluriel (Thomas n'est pas d'une grande aide ici).
D'autre part, dans mon Robert, il y a une distinction entre fioriture (en musique) qui s'emploie surtout au pluriel (voir Stendhal pour son emploi au singulier), et fioriture (pour un dessin, un style) pour lequel rien n'est précisé. Le singulier semble donc pouvoir s'utiliser dans ce cas, d'autant que les deux exemples donnés (Balzac et Verlaine) ne prennent pas de "s".
Dans ce dernier cas, j'imagine qu'on peut l'entendre comme sans [aucune] fioriture, ceci se rapportant au style de Catherine_75.
Il est possible que l'usage pluriel (fautif ?) prédomine. Si quelqu'un en sait plus sur la question...
Question intéressante, qu'il convient de scinder en deux :

1. Fioritures, dans le sens d'ornements stylistiques inutilement nombreux, afféteries, qui est celui auquel se réfère l'expression sans fioritures, s'écrit par définition au pluriel.
Larousse dit : Fioriture : « Ornement qui ajoute à l'élégance de qqch ou qui, en nombre excessif, constitue une surcharge. Parler sans fioritures. »
Le Petit Robert cite : « Fioritures de style (péj.) »
Un mot obligatoirement pluriel placé après sans reste pluriel, et le raisonnement sans un(e) seul(e) n'y peut rien. D'où :
— sans fioritures (sans une seule fioriture n'aurait pas de sens) ;
— sans épousailles (une épousaille n'existe pas, sauf peut-être en poésie, où tout est permis) ;
— sans aucuns frais (sans un seul frais serait une monstruosité).

2. L'accord après sans en général. Là, aucun livre ne nous secourra. C'est une question de jugeote. On dira ainsi :
— une voiture sans phares (car quelle voiture aurait un seul phare ?), mais une moto sans phare ;
— un ciel sans nuages (car il est rare qu'il n'y ait qu'un seul nuage dans le ciel : il y a des nuages ou il n'y en a pas) :
— un texte sans fautes (là encore, il y a des fautes ou il n'y en a pas) :
— un toit sans tuiles ;
— un avion sans ailes…
(La même logique vaut pour : Un linceul n'a pas de poches.)
Je vous fais grâce des exemples de sans suivi du singulier, ils sont légion.

Enfin, tout ça, ce n'est que mon avis.
Catherine_75
Messages : 654
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: (rire)

Message non lu par Catherine_75 » 10 avr. 2009, 02:38

coco47 a écrit :
Catherine_75 a écrit :Sinnfael... vous avez peu de chance de travailler un jour pour Actes Sud.
Je préférerais « peu de chances ».
adriel a écrit :Et j'avoue qu'il n'est pas désagréable de croiser quelqu'un qui sache dire les faits, sans fioriture ni jugement de valeur.
Personnellement, je fais des fautes et je préfère qu'on me les indique (voire : qu'on me les explique !) plutôt que de me laisser les reproduire.
En voici une, à mon avis : « sans fioritures » serait mieux (enfin, selon Larousse).

Comme quoi…
Comme quoi... personne n'est à l'abri d'une faute, même un très bon correcteur ! (ce que d'ailleurs je ne prétends pas être, contrairement à ce que semble penser Sinnfael).
J'aurais effectivement dû écrire "peu de chances" (même s'il y en a peu, il y en suffisamment pour mettre la marque du pluriel). Mais je conteste la faute d'Adriel, les deux versions peuvent être acceptées, singulier ou pluriel.

Je me sens obligée de revenir sur ce qui a été dit précédemment sur ce post.
Je tiens à dire à Sinnfael que je n'ai manifesté aucun mépris à son égard, et n'ai émis aucun jugement. Je n'ai fait qu'une simple remarque, "sans fioriture(s)" effectivement ! La diplomatie n'est pas mon point fort. Et je suis surprise, puisque vous suivez des cours, que vous ne soyez pas davantage preneuse des remarques que l'on peut vous faire.

Comme l'a dit Adriel (Coco47 également, en d'autres termes, sur ce post ou un autre), un bon correcteur est toujours "en service". Il n'y a pas les périodes de travail au cours desquelles on se concentre, et les "vacances", les écrits personnels où la belle langue n'a plus d'importance.
Un correcteur est le plus souvent passionné par son métier et toute faute le fait bondir, que ce soit dans son travail, dans ses loisirs, sur une affiche publicitaire, dans les devoirs de son fils (là, je pense à moi ! :lol: enfin à mon fils qui ne suivra certainement pas la même voie professionnelle que sa mère... mais peu importe). Un correcteur est toujours à l'affût de LA faute que personne d'autre n'a vue. D'ailleurs, je soupçonne Coco47 (en retraite, c'est bien cela ?) de hanter les forums de correcteurs pour traquer les coquilles, parce qu'il s'ennuie depuis qu'il est privé de bouclages... C'est une plaisanterie ! Ne le prenez pas mal, d'accord ?
Alors pensez donc, Sinnfael : trois fautes en trois phrases sur un forum de correcteurs ! Vous n'imaginiez pas qu'elles allaient passer inaperçues ?! :lol:

Je voudrais aussi remercier Adriel d'avoir pris ma défense avec tant de gentillesse. Et vous remercier aussi pour la belle et ô combien vraie citation de Sophie Brissaud. Oui, un correcteur doit être conscient "de ne pas savoir tout à fait" mais doit savoir où et comment trouver les réponses.

Bonne nuit à tous.
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 10 avr. 2009, 08:27

Bien que n'étant pas correcteur, je me permets d'intervenir dans votre débat. Une chose m'a toujours choqué, à tout le moins intrigué : la graphie d'une grande enseigne commerciale, Mr Bricolage, en lieu et place de M.Bricolage...Cela n'a-t-il jamais retenu votre attention ?
Catherine_75
Messages : 654
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Message non lu par Catherine_75 » 10 avr. 2009, 09:35

archaud a écrit :Bien que n'étant pas correcteur, je me permets d'intervenir dans votre débat. Une chose m'a toujours choqué, à tout le moins intrigué : la graphie d'une grande enseigne commerciale, Mr Bricolage, en lieu et place de M.Bricolage...Cela n'a-t-il jamais retenu votre attention ?
Une enseigne commerciale est... commerciale ! Et dans ce domaine tout est permis, ou presque. Ils ont sans doute trouvé que ça faisait "plus joli".

D'autres enseignes commerciales m'agacent davantage que Mr Bricolage : les "Kiloutou" et consorts... qui veulent sans doute être à la page en adoptant le langage des textos.
citizen
Messages : 110
Inscription : 26 janv. 2007, 11:08
Contact :

Message non lu par citizen » 10 avr. 2009, 11:03

Et je suis surprise, puisque vous suivez des cours, que vous ne soyez pas davantage preneuse des remarques que l'on peut vous faire.
Je ne veux pas prendre part au débat, juste remarquer : dire "vous avez peu de chance de travailler un jour pour Actes Sud", c'est plus qu'une remarque.
C'est une affirmation, laissant peu d'espoirs à la personne qui la lit. Alors vous connaîtriez son parcours par coeur, vous seriez la grande prêtresse de la correction, ou même vous sauriez lire dans une boule de cristal, pourquoi pas...
Mais sans connaître la personne, son parcours, ce qu'elle compte faire après... c'est quand même sacrément gonflé. Je ne connais pas Sinnfael, mais dire à quelqu'un ce genre de chose, je trouve ça dur. Surtout que... quoi, être bon en orthographe / grammaire c'est inné, on naît avec ça ? Impossible de s'améliorer jamais un jour ?

Mais bon... c'était juste en passant.
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 491
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lu par PascalSR » 10 avr. 2009, 13:00

Moi aussi je pense que j'ai peu de chances de travailler pour Actes Sud, mais ce ne sera pas faute de ne pas essayer.

Et sinon, pour revenir sur un truc typo posté une dizaine de messages en amont, que personne n'a relevé, j'écrirais plutôt « de 9 heures à 18 heures », sauf si on est dans une justif à la Paru-Vendu.
Duc
Messages : 206
Inscription : 16 juin 2003, 18:03
Localisation : ailleurs, forcément
Contact :

Message non lu par Duc » 10 avr. 2009, 14:49

PascalSR a écrit :Moi aussi je pense que j'ai peu de chances de travailler pour Actes Sud, mais ce ne sera pas faute de ne pas essayer.
Dommage! tu aurais pu corriger la prochaine édition de Millenium... :lol:
Catherine_75
Messages : 654
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Message non lu par Catherine_75 » 10 avr. 2009, 14:51

Duc a écrit :
PascalSR a écrit :Moi aussi je pense que j'ai peu de chances de travailler pour Actes Sud, mais ce ne sera pas faute de ne pas essayer.
Dommage! tu aurais pu corriger la prochaine édition de Millenium... :lol:
Surtout que la première est une catastrophe au niveau de la traduction et de la correction !
Chipounette
Messages : 112
Inscription : 17 août 2008, 17:06
Contact :

Message non lu par Chipounette » 10 avr. 2009, 16:04

hé bé ! il s'en dit des choses en 1 semaine !!!
j'avais envie de participer au débat mais finalement non :idea: :D


je préfère répondre à ceci :
archaud a écrit : la graphie d'une grande enseigne commerciale, Mr Bricolage, en lieu et place de M.Bricolage...Cela n'a-t-il jamais retenu votre attention ?
oh que si ! d'ailleurs je ne demande jamais à mon mari s'il veut aller chez monsieur bricolage :twisted:
je lui dis "tu n'as qu'à y aller tout seul chez mister bricolage !" :lol:

en ce qui concerne Kiloutou euh... :roll: il existait bien avant l'usage intempestif du langage SMS ! ça n'a donc aucun rapport ! :wink:
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: (rire)

Message non lu par coco47 » 11 avr. 2009, 02:35

Catherine_75 a écrit :D'ailleurs, je soupçonne Coco47 (en retraite, c'est bien cela ?) de hanter les forums de correcteurs pour traquer les coquilles, parce qu'il s'ennuie depuis qu'il est privé de bouclages... C'est une plaisanterie ! Ne le prenez pas mal, d'accord ?
Coco47 n'a pas trop le temps de s'ennuyer, mais il ne prend pas mal votre plaisanterie. Et il se permet d'offrir un conseil à tous les usagers de ce forum :
Si vous aimez la langue française et voulez apprendre et apprendre encore, allez faire un tour sur www.languefrancaise.net/forum. Vous trouverez là des discussions passionnantes et de haut niveau sur l’orthographe, la grammaire, la syntaxe, le vocabulaire… Je m’en régale quotidiennement. Et parfois j’apprends… C’est-à-dire que parfois certains m’apprennent, parfois j’apprends à certains. Et c’est en général plein d’humour.
Catherine_75
Messages : 654
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Message non lu par Catherine_75 » 11 avr. 2009, 13:13

J'irai futeter sur ce forum, c'est certain.

Un autre site sur lequel je me régale quotidiennement, "Langue sauce piquante" (le site des correcteurs du Monde) : http://correcteurs.blog.lemonde.fr/
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Re: (rire)

Message non lu par coco47 » 12 avr. 2009, 04:27

Catherine_75 a écrit :
coco47 a écrit : A mon avis : « sans fioritures » serait mieux (enfin, selon Larousse).
Je conteste la faute d'Adriel, les deux versions peuvent être acceptées, singulier ou pluriel.
Chère Catherine, je maintiens mon sans fioritures, que je vais tenter de défendre avec toute la pédagogie dont je puis disposer.

Le mot fioritures appliqué à un style, au sens de « chichis », afféteries, coquetteries inutiles, est par définition pluriel, puisqu’il n’est employé dans ce sens que lorsque les fioritures deviennent trop nombreuses et constituent une surcharge (cf. PLI). Si d’aventure il advenait qu’un texte ou un discours présente une seule fioriture, il n’y aurait pas lieu d’en parler… On n’a jamais entendu ou lu : il y a une fioriture dans ce texte. Ce serait comme dire : il y a un caillou dans ces lentilles. (Mais il peut y avoir une couille dans le potage…)
Par voie de conséquence, l’expression sans fioritures est figée au pluriel et signifie qu’un style ne présente pas les fioritures que l’on rencontre parfois. Le PLI, le Petit Robert, le Dournon et le TLFI attestent sans fioritures. Si j’étais moins fainéant, je suis sûr que je trouverais une bonne douzaine d’autres références.
Quant à la question générale de savoir si sans doit être suivi du singulier ou du pluriel, Thomas y consacre une colonne et demie et donne une flopée d’exemples, qui tiennent tantôt pour le singulier, tantôt pour le pluriel. Notamment : un outil sans manche, mais un vêtement sans manches ; venir sans faute, mais une dictée sans fautes ; un pauvre sans chemise ; un ciel sans nuages ; une ambition sans limites ; agir sans témoins.
Il ne manque que les fioritures ! Salaud de Thomas !
Catherine_75
Messages : 654
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: (rire)

Message non lu par Catherine_75 » 12 avr. 2009, 05:23

coco47 a écrit : Le mot fioritures appliqué à un style, au sens de « chichis », afféteries, coquetteries inutiles, est par définition pluriel, puisqu’il n’est employé dans ce sens que lorsque les fioritures deviennent trop nombreuses et constituent une surcharge (cf. PLI). Si d’aventure il advenait qu’un texte ou un discours présente une seule fioriture, il n’y aurait pas lieu d’en parler… On n’a jamais entendu ou lu : il y a une fioriture dans ce texte. Ce serait comme dire : il y a un caillou dans ces lentilles. (Mais il peut y avoir une couille dans le potage…)
Par voie de conséquence, l’expression sans fioritures est figée au pluriel et signifie qu’un style ne présente pas les fioritures que l’on rencontre parfois. Le PLI, le Petit Robert, le Dournon et le TLFI attestent sans fioritures. Si j’étais moins fainéant, je suis sûr que je trouverais une bonne douzaine d’autres références.
Quant à la question générale de savoir si sans doit être suivi du singulier ou du pluriel, Thomas y consacre une colonne et demie et donne une flopée d’exemples, qui tiennent tantôt pour le singulier, tantôt pour le pluriel. Notamment : un outil sans manche, mais un vêtement sans manches ; venir sans faute, mais une dictée sans fautes ; un pauvre sans chemise ; un ciel sans nuages ; une ambition sans limites ; agir sans témoins.
Il ne manque que les fioritures ! Salaud de Thomas !
Bon d'accord pour les fioritures au pluriel, vos explications m'ont convaincue. Et puis je suis trop fatiguée pour chercher des arguments contradictoires...
Quant à "sans" suivi du pluriel ou du singulier, en général je ne me "plante" pas, c'est assez logique : un gilet sans manches (parce que, s'il avait des manches, il en aurait deux), un outil sans manche parce qu'il ne pourrait en avoir qu'un, une dictée sans fautes parce qu'il peut y en avoir plusieurs (et même de nombreuses, comme dans les dictées de mon matheux de fils), etc.
Bon, j'abandonne la partie, je vais dormir.
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »