Perles de journalistes

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
azul47

Message non lu par azul47 » 30 août 2009, 11:37

Wouah wouah wouah !!!! Vous m'épatez, tous autant que vous êtes, quand vous donnez des explications aussi détaillées. Je ne pense pas que demain me verra en faire autant. Futur lointain, peut-être, si tant est qu'il me soit donné de croiser son chemin :lol:

Merci beaucoup, efdlt, pour tes passionnantes précisions. Je retiens donc essentiellement : "j'ai le droit de", "j'ai droit à" que j'avais bien perçu sans pouvoir y mettre des mots.

Pour les virgules, j'ai tendance à en placer une lorsque le marqueur de temps, de lieu, etc (un point, une virgule ?) se trouve en début de phrase :

"Aujourd'hui, on n'a plus le droit d'avoir faim ni d'avoir froid." "On n'a plus le droit, aujourd'hui, d'avoir faim ni d'avoir froid."

Mais j'ai remarqué, dans vos différents posts, que vous n'en mettiez pas forcément :

"En fait il est impossible de démêler un sens"

Cela dit, la ponctuation m'inspire une vive curiosité que j'ai bien l'intention de cultiver :D

@ coco47 (ah ah ! un gars de par chez moi :wink: )
Alors là, efdt, bravo ! J'ai entendu cinq cents fois cette phrase scie et je n'en avais jamais encore perçu l'absurdité
Idem ! :lol:

Pour ce qui est de la chanson, ça me rappelle un texte de Manu Chao que j'aime beaucoup :

"Me gusta la mañana, me gustas tout"

Une grossière erreur confirmée par mon prof d'espagnol de l'époque.
efdlt
Messages : 65
Inscription : 24 févr. 2009, 08:56
Contact :

Message non lu par efdlt » 30 août 2009, 15:57

coco47 a écrit :Alors là, efdt, bravo ! J'ai entendu cinq cents fois cette phrase scie et je n'en avais jamais encore perçu l'absurdité.
Il me semble évident que, dans l'esprit de l'auteur, on désigne les sans-abri victimes et non la société coupable. (...)
Il y a quelques lustres, l'excellent Alain Souchon nous avait gratifiés d'un refrain qui disait : « When I will be… » (...)
Vous avez raison, dans la phrase, "on" est mis plutôt pour pour les sans-abri ("d'avoir faim etc." le confirmerait), mais voyez comme vous-même, pour la transcrire, évoquez la responsabilité des pouvoirs, en recourant toutefois à l'impersonnel "il n'est plus permis"... C'est bien que l'intention était accusatrice. Je tentais de retrouver le sous-texte à l'origine de la confusion. Il y a revendication d'un droit (d'être logé et nourri) et accusation morale, mais le vrai sujet de l'affaire (le Pouvoir, accusé et sommé d'agir) est escamoté au profit de l'élément passif "on" (les sans-abri). Du coup la locution "avoir le droit de" ne sait plus qui la commande, et comme l'auteur ne sait pas bien son vocabulaire... Je pense que les dérèglements syntaxiques sont aussi et avant tout des faiblesses de la pensée.

Ne trouvez-vous pas qu'actuellement la tendance à faire tous les accords avec le mot le plus proche est passée à sa phase d'invasion définitive ? Vous ne pouvez pas manquer d'exemples: je n'ai même pas le temps de les noter (journalistes, mais aussi universitaires, ministres etc.). Du genre "la position électorale que le nouveau ministre à conquis". Je ne parle pas (que) du classique non-accord, qui met tout au masculin, puisqu'aussi bien on dira : "les suffrages que la nouvelle candidate a conquise" (je viole sans doute moi-même quelque règle imaginaire en ne mettant pas le pluriel).

Souchon, lui, connaissait pourtant la chanson des Beatles "When I'm 64" (à moins que ce ne soit que dans le refrain). Mais il y a tant à faire avec notre propre langue.
Cleme
Messages : 90
Inscription : 27 avr. 2007, 08:06
Contact :

Message non lu par Cleme » 30 août 2009, 16:45

"Me gusta la mañana, me gustas tout"
Ce n'est pas plutôt "Me gustas tu" ? La chanson est entièrement en espagnol, il me semble. À part ça je ne vois pas d'erreur...
azul47

Message non lu par azul47 » 30 août 2009, 18:30

La question avait été posée à l'oral mais, sans vérifier, j'ai bien peur que tu aies raison, cleme. Je me suis surtout référée à cette façon qu'a Manu de glisser des mots français dans ses textes en espagnol :wink:
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 31 août 2009, 01:19

efdlt a écrit :Vous avez raison, dans la phrase, "on" est mis plutôt pour pour les sans-abri ("d'avoir faim etc." le confirmerait), mais voyez comme vous-même, pour la transcrire, évoquez la responsabilité des pouvoirs, en recourant toutefois à l'impersonnel "il n'est plus permis"... C'est bien que l'intention était accusatrice.
Nous sommes bien d'accord. L'auteur dit en substance : « Les miséreux n'ont plus le droit d'être dans la misère. » Mais nous savons que considérer la misère comme un droit est une absurdité. C'est pourquoi l'emploi de ce mot fait que notre esprit est tenté de comprendre « on n'a plus le droit de laisser les gens dans la misère ». Et là, on désigne les responsables, la société, les riches, les patrons, les sans-cœur et tutti quanti. Bref : que de confusion pour un mot mal choisi !

Moisson du jour en laissant traîner l'oreille :
Nous pouvons revendiquer que le Nouveau Centre, c'est l'UDF d'aujourd'hui. (Discours d'Hervé Morin.)
L'équipe des urgences patiente autour de leur chef. (Voix off dans Enquêtes exclusives, de Bernard de La Villardière, sur M6.)
Cet accord au pluriel après un sujet singulier tend à devenir systématique : le couple et leur enfant, la famille et leur maison… A quand le XV de France et leur coach, l'armée française et leur état-major ? Un jour, peut être, la France et leur président…
efdlt
Messages : 65
Inscription : 24 févr. 2009, 08:56
Contact :

Message non lu par efdlt » 31 août 2009, 08:19

coco47 a écrit :
Moisson du jour en laissant traîner l'oreille :
Voici la mienne, toute fraîche, pour illustrer mon histoire d'accords de proximité (comme on pourrait les nommer):

"La lutte contre les paradis fiscaux et les bonus versés aux traders seront à l'ordre du jour"

Ce matin, France-Culture, infos de 7 heures. On n'est jamais déçu ! Et puis sur cette station, c'est de la gelée royale.
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 01 sept. 2009, 02:17

Aujourd'hui, lundi :
« Ne vous embarrassez pas de circonvolutions. » (Christophe Hondelatte, animateur de la très bonne émission On refait le monde, sur RTL.
— Commentaire off dans une émission de M6 où l'on parlait du prince Charles et de Lady Diana : « La guerre éclate entre le couple. » Comme jadis la guerre de Sécession éclata entre l'Amérique…
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 03 sept. 2009, 03:35

Dans un fait divers du Parisien, ce mercredi :
« X. importune une fille, sous les yeux de son petit ami, qui ne l'entend pas de cette oreille. (…) Les couteaux sont extirpés des ceintures, brandis et plantés dans le corps de D., qui n'a que le temps de lancer un regard interrogateur vers ses agresseurs avant de s'effondrer dans son sang. »

Si c'est du second degré, c'est drôle. En est-ce ?
coco47
Messages : 987
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 06 sept. 2009, 05:05

A la une du Parisien* de samedi, ce titre : Paris. Là où ce sera ouvert le dimanche.
On a échappé de peu à Là où c'est que ça sera ouvert le dimanche.
Et on voudrait que nos enfants y causent correc' !

* Si je cite souvent le Parisien, ce n'est pas qu'il soit plus mauvais que les autres, c'est parce que, comme c'est un bon journal, c'est le seul que je lise tous les jours.
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 491
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lu par PascalSR » 17 sept. 2009, 12:50

Un truc qui m'a fait sursauter ce matin :

« Dans un entretien accordé aux lecteurs du Parisien-Aujourd'hui en France » [...]
Albertine75

Message non lu par Albertine75 » 18 sept. 2009, 15:27

Ou vous en dites trop ou vous en dites pas assez.

Bin, y a pas que Georgin, y a aussi Littré, Thomas et d'autres, et la logique.
Ou vous en dites trop ou vous n'en dites pas assez.

Voyons ! Il n'y a pas que Georgin, il y a aussi Littré, Thomas et d'autres, et la logique.

'fectivement, c'est assez amusant et ça détend les doigts...
Sebbei
Messages : 7
Inscription : 25 nov. 2005, 15:21
Contact :

Message non lu par Sebbei » 18 sept. 2009, 20:02

"La crise de l'immobilier"

Phrase utilisée par tous les journalistes de France pour signaler que le prix de l'immobilier est en légère baisse. Par contre lorsque les prix augmente de 140% en 10 ans, personne ne parle de crise.
Invité

Re: Perles de journalistes

Message non lu par Invité » 24 sept. 2009, 02:59

Sur Europe 1, mercredi 23 à 18 h, annonce des titres du journal du soir par le dénommé Patrick C. « La FCPE s’élève contre les profs non remplacés. » Bigre ! La FCPE, organisation de gauche, s’en prend aux profs ! Nuançons toutefois : seulement à ceux qui ne sont pas remplacés ; les remplacés, la FCPE les aime encore. Bon, soyons sérieux : le journaliste s’est un peu relâché dans sa formulation, il voulait dire que la FCPE s’opposait au fait que les profs ne soient pas remplacés. N’empêche que ce glissement est inquiétant. Suivant sa logique, on pourrait dire que SOS Femmes battues s’insurge contre les femmes victimes de violences conjugales. Ou que le MRAP s’élève contre les sans-papiers expulsés.
Mais voici le journal lui-même, à 18 h 30. Patrick C. nous rappelle alors son titre : « La FCPE est contre les profs remplacés » et poursuit : « et demande aux parents de les dénoncer sur un site Internet ». Voilà ce qui s’appelle aggraver son cas ¡
Heureusement, la parole est donnée à un représentant de la FCPE, qui nous explique calmement que de plus en plus de professeurs ne sont pas remplacés, parce que l’Education nationale ne cesse de supprimer des postes de profs remplaçants, et que la FCPE demande aux parents de signaler les non-remplacements de profs absents afin qu’elle puisse intervenir auprès du rectorat.
Question : Patrick C. est-il seulement quelqu’un qui ne sait pas parler le français ou est-il un ennemi déclaré des enseignants ? A moins que ses erreurs de langage ne soient la manifestation inconsciente de son aversion à l’égard des profs ?…
Invité

Re: Perles de journalistes

Message non lu par Invité » 24 sept. 2009, 05:08

Ceci est juste un essai.
Depuis que ce forum a subi quatre jours de maintenance (ce qui ne l'a pas arrangé — il ne faudrait pas oublier cette vieille règle : changer un peu est nécessaire, tout changer d'un coup est mauvais, le lecteur n'y retrouve plus ses petits), je ne suis plus qu'un invité. Si je tape mon nom d'utilisateur dans la case appropriée, on me dit que ce nom est déjà utilisé. Tu l'as dit, bouffi ! Bien sûr qu'il est déjà utilisé ! Par moi ! Puisque c'est le mien ! Bref : on me reproche d'être moi ! Que puis-je faire ?
Mais je viens de tenter une nouvelle manip. Peut-être va-ce fonctionner ?…
Invité

Re: Perles de journalistes

Message non lu par Invité » 26 sept. 2009, 18:21

Une connerie laissée en ligne par moi pendant 24 heures :

« La Metro Goldwyn Meyer est au bord de la faillite. »
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »