Perles de journalistes

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 18 mai 2009, 02:49

J'ai entendu plusieurs fois, dans des "documentaires" publicitaires pour Rome, vanter la beauté de la fontaine de Trévise.
Catherine_75
Messages : 699
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Message non lu par Catherine_75 » 18 mai 2009, 03:43

coco47 a écrit :J'ai entendu plusieurs fois, dans des "documentaires" publicitaires pour Rome, vanter la beauté de la fontaine de Trévise.
Il semblerait qu'une fontaine de Trévise existe en Républicaine dominicaine (mais moins belle que la fameuse fontaine de Trévi de Rome !)
AG87
Messages : 41
Inscription : 26 avr. 2008, 17:27
Contact :

Message non lu par AG87 » 18 mai 2009, 14:46

Une perle, ou plutôt un abus de langage me vient à l'esprit. Dans un article de la NR sur la soirée du jeudi au printemps de Bourges: "l'absence définitive de Bashung"...
Catherine_75
Messages : 699
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Message non lu par Catherine_75 » 18 mai 2009, 15:46

AG87 a écrit :Une perle, ou plutôt un abus de langage me vient à l'esprit. Dans un article de la NR sur la soirée du jeudi au printemps de Bourges: "l'absence définitive de Bashung"...
Pour moi, ce n'est ni une perle, ni un abus de langage, mais une périphrase plutôt jolie, employée certainement volontairement. J'allais dire "pléonasme", mais non, une absence n'est pas forcément définitive.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 19 mai 2009, 03:11

Catherine_75 a écrit :
AG87 a écrit :Une perle, ou plutôt un abus de langage me vient à l'esprit. Dans un article de la NR sur la soirée du jeudi au printemps de Bourges: "l'absence définitive de Bashung"...
Pour moi, ce n'est ni une perle, ni un abus de langage, mais une périphrase plutôt jolie, employée certainement volontairement. J'allais dire "pléonasme", mais non, une absence n'est pas forcément définitive.
Bien d'accord, Catherine. C'est surtout une formule teriblement nostalgique, un hommage discret, exprimé simplement.

Rien à voir avec ce sous-titre du Parisien de lundi 18 :
X, l'un des deux policiers qui a porté plainte (ou a protesté, ou je ne sais quoi, mais l'important, c'est le a).
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 19 mai 2009, 03:13

Catherine_75 a écrit :
AG87 a écrit :Une perle, ou plutôt un abus de langage me vient à l'esprit. Dans un article de la NR sur la soirée du jeudi au printemps de Bourges: "l'absence définitive de Bashung"...
Pour moi, ce n'est ni une perle, ni un abus de langage, mais une périphrase plutôt jolie, employée certainement volontairement. J'allais dire "pléonasme", mais non, une absence n'est pas forcément définitive.
Bien d'accord, Catherine. C'est surtout une formule terriblement nostalgique, un hommage discret, exprimé simplement.

Rien à voir avec ce sous-titre du Parisien de lundi 18 :
X, l'un des deux policiers qui a porté plainte (ou a protesté, ou je ne sais quoi, mais l'important, c'est le a).
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 531
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lu par PascalSR » 21 mai 2009, 16:00

Que pensez-vous de l'« atteinte à l'intimité de la vie privée » avancée par la famille d'Ilan Halimi pour faire retirer le magazine Choc des kiosques ?

Et dans le lexique typo d'un des grands avionneurs du marché mondial — bipolaire s'il en est : « marché-phare », citant en référence une entrée du Grand Robert, bateau-phare. Hilarant. Heureusement que je ne suis jamais tombé sur ce marché éblouissant, mes yeux ne s'en seraient jamais remis... :mrgreen:
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 22 mai 2009, 02:00

Avec une logique approchante, on pourrait, en se réclamant de un porte-clefs, écrire une question-clefs.
SacriPanard

Message non lu par SacriPanard » 22 mai 2009, 15:45

« Au jour d'aujourd'hui », j'savais pas, ça ce dit po ?, même pour insister ? genre pléo-nases « A cet instant précis ».
Oulliaaailla, p’tin à devenir rouge comme le mime Marceau l’étoile. Qu’ça s’appelle la langue de ceux qui causent plus, et comprennent rien, tellement qu’on les bassine.
Là où il y a de l’odeur connue et référencée, il y a des mouches qui mettent l’doigt d’ssu. Z’ont bon goût qui parait.

Et en Math-Chimie-Psycho-socio toujours aussi con comme un pet de canard?
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 23 mai 2009, 03:59

Dans les pages hippiques du Parisien de vendredi, cette perle au sens premier, positif, du mot : le titre « Oceano Nox part joyeux ». Que c'est joli ! Mais combien de lecteurs auront goûté la grâce de la formule ? Bravo le Parisien, décidément un bon journal.
Catherine_75
Messages : 699
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Message non lu par Catherine_75 » 23 mai 2009, 10:37

coco47 a écrit :Dans les pages hippiques du Parisien de vendredi, cette perle au sens premier, positif, du mot : le titre « Oceano Nox part joyeux ». Que c'est joli ! Mais combien de lecteurs auront goûté la grâce de la formule ? Bravo le Parisien, décidément un bon journal.
Oui, c'est charmant, un joli clin d'œil, un peu vain, du journaliste qui doit peut-être s'ennuyer s'il n'écrit que les pages hippiques. Mais j'aime imaginer qu'il a eu envie d'écrire cette formule pour son unique plaisir, hommage discret à monsieur Hugo. Je crains en effet que les turfistes (est-ce un vilain anglicisme, "turfiste" ? Si oui, quel autre mot employer ?) ne soient sensibles au nom des chevaux que quand ceux-ci gagnent...

N.B. : vous lisez même les pages hippiques, dans le Parisien ? Tout le journal, de A à Z ?
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 24 mai 2009, 04:27

Catherine_75 a écrit :Je crains en effet que les turfistes (est-ce un vilain anglicisme, "turfiste" ? Si oui, quel autre mot employer ?) ne soient sensibles au nom des chevaux que quand ceux-ci gagnent...

N.B. : vous lisez même les pages hippiques, dans le Parisien ? Tout le journal, de A à Z ?
Non, je ne les lis pas. Ce titre assez gros a juste attiré mon œil.
Il est vrai qu'il fut un temps où je lisais de A à Z les pages hippiques de France-Soir, d'abord parce que j'étais payé pour les corriger, puis pour préparer mon "papier", comme disent les turfistes, ce noble corps social auquel j'appartenais alors, jusqu'à fréquenter les champs de courses. J'avais même mes entrées dans la salle de presse de l'hippodrome de Vincennes, d'où l'on surplombait exactement la ligne d'arrivée et qui était dotée d'un guichet de paris où la file d'attente était bien moins longue que dans le reste de l'hippodrome.
« Turfiste » est un beau et noble mot admis sur nos champs de courses depuis sans doute plus d'un siècle et demi, parmi d'autres jolis mots anglais ou d'origine anglaise comme paddock, yearling, sulky, driver (homme) et driver (verbe), dead-heat (égalité parfaite à l'arrivée entre deux chevaux, même après la photo), eux-mêmes côtoyant de jolis mots et expressions français : rond de présentation, pelouse, piste de mâchefer, pesage…
Ça me rappelle une correctrice qui avait cru bon de corriger une phrase d'un de mes (rares) livres où il était question d'une jument bretonne des années 1950 qui drivait l'attelage auquel elle appartenait : anachronisme, avait dit la dame. Tu parles ! Mon vieux Larousse de 1946 donne le mot (prononcé à la française) et mon père, turfiste s'il en fut, l'employait souvent quand j'étais tout petit, toujours dans les années 1950.
Et n'oublions pas que les macs de la vieille école mettaient leurs gonzesses sur le turf, c'est-à-dire sur le trottoir. D'où l'argotique aller au turf pour aller au boulot, quel que soit ce boulot.
coco47
Messages : 1037
Inscription : 27 nov. 2008, 05:00
Contact :

Message non lu par coco47 » 27 mai 2009, 02:19

Sur Eurosport hier soir, à propos de Roland-Garros : Le style de Fabrice Santoro est un des styles les plus uniques du circuit. Sans commentaires.

Si, un souvenir, sur une grande radio il y a quelques années (je l'ai noté) : On a arrêté l'un des bras droits de Ben Laden.
LE FOND ET LA FORME
Messages : 25
Inscription : 09 mars 2009, 15:46
Contact :

Oceano nox

Message non lu par LE FOND ET LA FORME » 27 mai 2009, 11:50

Pour les incultes comme moi qui ne connaissaient pas ce poème (ou tout au moins le titre du poème se rapportant à ces vers)

O combien de marins, combien de capitaines
Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines
Dans ce morne horizon se sont évanouis!
Combien ont disparus, dure et triste fortune!
Dans une mer sans fond, par une nuit sans lune,
Dans l'aveugle océan à jamais enfouis!
...
Catherine_75
Messages : 699
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: Oceano nox

Message non lu par Catherine_75 » 27 mai 2009, 12:19

LE FOND ET LA FORME a écrit :
O combien de marins, combien de capitaines
...
Je pense que c'est "Oh! Combien de marins..." (sans certitude). Coco47, votre avis ? Sinon, de toute façon, il faut un accent circonflexe sur le "O".
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »