Page 3 sur 3

Bonjour

Publié : 22 juin 2009, 13:21
par sophialou
Bonjour,
Cela fait quelques mois que je rame pour trouver un employeur dans le monde de l'édition.
J'ai finalement décidé d'être auto-entrepreneur, me disant que si je ne trouvais pas de travail c'est parce que les maisons d'édition ne recrutent plus, elles font appel à des correcteurs "pigistes" (ce mot peut-il être utilisé pour un correcteur ?).
Ce fait m'a été confirmé par une dame qui travaille avec les maisons d'édition depuis longtemps.
Elle m'a fait remarquer également que j'étais jeune pour démarrer mon entreprise (28 ans), que généralement on fait cela quand on a déjà pas mal travaillé.
Mais je n'ai pas le choix !
Et je me dis que cela me sera beaucoup facile car je pourrai également travailler pour des particuliers en toute légalité (ce qui est mieux que de le faire au noir, quand même...)
Je choisis le statut d'auto-entrepreneur pour sa simplification.
J'espère que d'autres personnes viendront sur ce sujet pour parler de leurs expériences, s'ils y arrivent, etc.

Publié : 22 juin 2009, 15:09
par Catherine_75
Bonjour,

Il y a eu déjà plusieurs discussions sur ce forum au sujet du statut d'auto-entrepreneur que vous pourriez aller consulter. Personnellement je suis contre comme je l'ai exprimé plus haut dans ce post et dans d'autres, et je pense que ce statut est un "attrape-couillons", et ne me semble éventuellement intéressant que si l'on a une autre activité salariée en parallèle.
Vous aurez du mal à avoir des retours de personnes qui travaillent avec ce statut, car il a été mis en place trop récemment pour que l'on puisse juger si c'est utile pour trouver du travail. Dans un an ou deux, peut-être pourra-t-on se rendre compte de ses qualités et carences.

Par ailleurs, un pigiste est un salarié, et ce terme est employé dans la presse (je suis moi-même correctrice pigiste en presse, et TAD pour l'édition). Vous auriez plutôt dû parler de correcteurs free-lance, ou indépendants.

Oui, vous êtes jeune pour démarrer dans ce métier, mais ce n'est pas rédhibitoire si vous avez une solide formation, une bonne culture générale et, si possible, une expérience dans le milieu de l'édition.
Je ne sais pas comment vous démarchez les maisons d'édition (courriels, appels téléphoniques ?) mais il faut savoir que, dans ce métier, c'est principalement le bouche à oreille qui fonctionne. Il n'y a quasiment pas d'annonces, et je crains que les candidatures spontanées ne partent à la poubelle pour la plupart.

Bon courage et réfléchissez-bien avant de devenir "auto-entrepreneuse".

Bin

Publié : 23 juin 2009, 14:13
par sophialou
Un monde fermé, pfff.
En attendant je pense toujours que j'ai plus de chances en étant à mon compte. Comme je l'ai dit, au moins si j'ai du mal à avoir les maisons d'édition, il restera toujours les particuliers ou d'autres entreprises, et ça ouvre un champs d'action beaucoup plus vaste.
Je suis allée à une réunion d'information à la création d'entreprise (dans une chambre de commerce, cette réunion est gratuite). J'en ai beaucoup appris.
D'après la dame qui nous a reçu, le statut d'auto-entrepreneur est comme un "test" pour se lancer, pour voir si ça marche.
J'en ai appris un peu plus sur le statut d'entreprise individuelle, qui peut également être intéressant pour nous.
Du coup, j'hésite un peu plus et je ne sais pas encore trop. Mais mon projet n'est pas finalisé, et j'ai jusqu'à septembre/octobre pour y réfléchir (c'est le temps que je me laisse).

Pour ceux qui hésitent, vous pouvez toujours obtenir un rendez-vous dans une Chambre de commerce.
La première fois, j'ai annoncé directement que je voulais être correctrice à mon compte, et la fille m'a donné le téléphone de l'URSSAF et m'a raccroché au nez.
La deuxième fois, je l'ai joué plus fine, j'ai parlé de services à la personne, puis de correction.
Le rendez-vous d'information à la création d'entreprise est très bien fait. C'est sur une demi-journée, en groupe. On en apprend pas mal sur quoi faire et comment faire pour se lancer. On peut également avoir d'autres rendez-vous avec des comptables et autres pour nous aider dans notre démarche.

Voilà, si ces informations peuvent en aider d'autres ;-)

Publié : 08 juil. 2009, 09:55
par Chipounette
Catherine_75 a écrit :comme je l'ai exprimé plus haut dans ce post et dans d'autres, et je pense que ce statut est un "attrape-couillons",
oui, car ce qui me met hors de moi et dont on ne parle pas suffisamment à mon goût, c'est qu'un auto-entrepreneur n'aura... qu'1 seul trimestre par an validé pour sa retraite !!!
:evil: c'est inadmissible ! préparez-vous à bosser pendant 160 ans MDR !

Publié : 09 juil. 2009, 02:19
par coco47
Chipounette a écrit :ce qui me met hors de moi et dont on ne parle pas suffisamment à mon goût, c'est qu'un auto-entrepreneur n'aura... qu'1 seul trimestre par an validé pour sa retraite !
Vous pouvez appuyer cette affirmation par des éléments précis ? Parce que si c'est avéré, c'est une sal..erie de plus à mettre au débit de ce miroir aux alouettes destiné avant tout à faire baisser sur le papier les statistiques du chômage.

Publié : 09 juil. 2009, 10:13
par Chipounette
pardon je me suis mal exprimée, ou plutôt pas suffisamment
ce que je voulais dire c'est que, comme chacun le sait, la 1re année peut être très difficile et le CA faible
si par exemple vous réalisez un CA de 500 euros par mois (je trouve que c'est tout de même pas mal pour un début :roll: ), ce qui revient à 6000 pour l'année, votre CA étant inférieur au barème, vous ne validerez qu'un seul trimestre, alors que vous aurez quand même bossé toute l'année comme un malade :twisted:

tableau ici
http://www.netpme.fr/auto-entrepreneur/ ... raite.html

:wink:

et la micro-entreprise?

Publié : 09 juil. 2009, 15:33
par LE FOND ET LA FORME
Bonjour,
et pourquoi pas la micro-entreprise?
C'est le statut que j'ai choisi car, à l'époque (l'année dernière), le statut d'auto-entrepreneur n'existait pas et j'en suis satisfaite.
Avec l'ACCRE et un CA inférieur à 4000 euros la première année, je n'ai aucune charge à payer. Certes, il ne faut pas être cardiaque lorsque l'on reçoit le premier appel de fonds de l'URSSAF ou de la CIPAV. Il ne faut pas hésiter à rappeler que notre CA sera très bas, que nous sommes encore en formation...Bref, négociez! Et hop, ils vous enlèvent tout. Les charges seront bien payées ensuite selon son CA et non plus sur une estimation. En ce qui concerne la mutuelle, vous pouvez toujours rester avec votre conjoint comme avant.
Je compte également reconduire ma demande d'ACCRE pour l'année prochaine. Quant à la taxe professionnelle, elle n'existe également qu'au-dessus d'un certain CA.
Ainsi, je reste persuadée que le statut d'auto-entrepreneur est idéal pour les personnes déjà salariées (avec toutes les protections payées). Cela permet d'éviter le travail au noir. Mais ce statut ne vous payera jamais les ASSEDIC ni la retraite... ne rêvons pas!
Florence Durif

Publié : 26 août 2009, 18:44
par nesk
Je reprends à la suite de ce topic pour savoir qui a finalement opté pour le statut d'auto-entrepreneur ?

Pour ma part, ça y est, ma demande a été déposée, j'attends le retour qui m'informera que mon statut a été enregistré.

Pour ceux qui y sont déjà, comment se sont passés vos premiers mois d'activité ? :)

Publié : 31 août 2009, 14:54
par nesk
Alors, pas d'auto-entrepreneur pour venir partager son expérience, témoigner de ses premiers mois d'activité et pour conseiller ceux qui s'engagent aussi dans cette voie ? :)

Re: Bin

Publié : 02 sept. 2009, 09:55
par azucena
[quote="sophialou"]Un monde fermé, pfff.
En attendant(,) je pense toujours que j'ai plus de chances en étant à mon compte. Comme je l'ai dit, au moins si j'ai du mal à avoir les maisons d'édition, il restera toujours les particuliers ou d'autres entreprises, et cela ouvre un champs (?) d'action beaucoup plus vaste.
Je suis allée à une réunion d'information à la création d'entreprise (dans une chambre de commerce, cette réunion est gratuite). J'en ai beaucoup appris.
D'après la dame qui nous a reçus (?), le statut d'auto-entrepreneur est comme un "test" pour se lancer, pour voir si ça marche (cela fonctionne ?)."
(...)
Chère Sophialou,
Votre "copie" me semble à revoir avant de vous installer à votre compte.
Ne m'en veuillez pas mais je me permets cette remarque de "vieille de la vieille école" pour votre bien. Alors, relisez-vous avant de publier quoi que ce soit et soyez sûre de maîtriser les règles et de toujours respecter notre/votre profession avant de vous lancer...

Publié : 02 sept. 2009, 16:45
par Tercio
Pour travailler dans le réseau consulaire (mais ayant envie d'évoluer vers le journalisme économique), je peux vous dire que le statut d'auto-entrepreneur est un statut qui n'est adapté que dans deux cas de figure :

- Tester "grandeur nature" une activité avant de se lancer réellement avec un statut plus adapté.
- Exercer une activité complémentaire à un autre emploi.

Il ne s'agît pas d'un attrape couillon, mais pas non plus d'une solution miracle ! :wink: