Correcteurs indépendants : votre expérience avec l'Urssaf ?

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
Cleme
Messages : 90
Inscription : 27 avr. 2007, 08:06
Contact :

Correcteurs indépendants : votre expérience avec l'Urssaf ?

Message non lu par Cleme » 19 nov. 2008, 18:14

Bonjour,

Y aurait-il de bonnes âmes prêtes à partager leur expérience de correcteur free-lance ?

Je me suis lancée dans cette activité (en complément de celle de rédactrice) en début d'année. Jusqu'ici j'ai toujours été rémunérée en droits d'auteur, donc pas de problème de statut à trouver, mais là j'ai une envie pressante de régulariser ma situation afin de pouvoir facturer mes prestations :)

Ceux ou celles d'entre vous qui sont inscrits à l'Urssaf peuvent-ils me dire s'ils s'en sortent avec les charges ? En gros, combien gagnez-vous par an et combien de charges payez-vous ? La première année de votre activité, quelle somme avez-vous dû régler, entre l'Urssaf, le RSI et autres organismes ?

Et au niveau fiscal, sous quel régime êtes-vous déclarés ? Micro-entreprise ?

Enfin, lorsque vous facturez, combien demandez-vous en brut, pour obtenir quel montant net ? En gros, à quel pourcentage du brut correspondent les charges ?

Merci d'avance à ceux qui voudront bien me donner des infos, ça fait toujours un peu peur de se lancer dans le grand bain, d'autant que je ne rêve pas, la correction sera plus pour moi un revenu d'appoint qu'autre chose...
BEGET
Messages : 46
Inscription : 25 oct. 2007, 14:59
Contact :

Message non lu par BEGET » 20 nov. 2008, 09:29

Bonjour,

A partir du 1er janvier 2009, le statut d'auto-entrepreneur pourra être adopté : l'avantage principal est "tu gagnes, tu payes des charges, tu ne gagnes pas, pas de charges à payer". L'inscription est très simplifiée par rapport à une création d'entreprise. En dessous de 32 000 € par an de CA, on te prélève 23% de charges sociales et fiscales. Renseigne toi plus précisément.

Bonne journée.
Sinnfael
Messages : 47
Inscription : 10 juin 2008, 16:12
Contact :

Auto entrepreneur

Message non lu par Sinnfael » 20 nov. 2008, 09:53

Voici le lien pour toutes les informations à ce sujet.
Merci pour cette précision Beget :D

http://www.lautoentrepreneur.fr/

Sinn.
Petifolio
Messages : 73
Inscription : 21 janv. 2007, 16:10
Contact :

Message non lu par Petifolio » 20 nov. 2008, 10:23

Bonjour Cleme,

Je serais de très mauvais conseil sur l'Urssaf, je n'y comprends pas grand-chose, en revanche c'est au cœur des préoccupations du Syndicat des correcteurs, qui veut notamment mettre fin aux rémunérations illégales en droits d'auteur (dites "Agessa").
Samedi dernier le Syndicat organisait une rencontre à Paris sur ce thème, j'en copie-colle un extrait qui pourrait vous intéresser :

"L'autre solution que les employeurs proposent pour ne pas salarier le correcteur, c'est qu'il prenne un numéro urssaf, mais cet organisme peut à ce moment considérer le correcteur comme employeur, et refuser cette option, inconfortable mais pas illégale.
Alternative. Une participante au débat nous signale l'existence d'une CAE (coopérative d'activité et d'emploi), Coopaname, 40, rue Saint-Blaise 75020 Paris, qui regroupe actuellement 385 personnes dont 4 ou 5 correcteurs. Les donneurs d'ordre paient les services en factures, la coopérative fait l'interface, salarie les correcteurs tout en lissant les revenus mensuellement. Si la mécanique est la même que celle d'une société de portage, l'esprit en est tout différent, et ce peut être une alternative à proposer aux éditeurs qui refusent pour le moment absolument de salarier les TAD (…)"

Cordialement,

Petifolio
orka
Messages : 7
Inscription : 22 févr. 2006, 19:00
Contact :

urssaf, portage, black ou pas

Message non lu par orka » 20 nov. 2008, 11:48

Bonjour,
J'ai personnellement envisagé tous les cas de figure. Et pour moi, c'est malheureux à dire, mais je n'ai maintenant aucun scrupule à faire du black quand je rencontre des employeurs radins. Je ne prends les commandes uniquement sur avance, sans quoi ils vont voir ailleurs. Car s'ils ne veulent pas comprendre que même en free-lance, notre statut est théoriquement salarié, tant pis pour eux, c'est eux qui prennent tous les risques.
Pour ceux qui sont d'accord pour payer une facture en bonne et due forme et qui comprennent que tout le monde doit payer ses charges, je facture 30€ de l'heure via une société de portage qui ne prend que 5% pour me faire des fiches de salaires nickelles. Négociation en fonction des volumes.
Il faut savoir grosso modo que l'on reverse environs la moitié de ce que l'on gagne, (ça fonctionne comme les charges employeurs) donc en réalité je ne gagne que 15€ de l'heure, un tarif tient compte de notre précarité et de l'irrégularité des commandes. Il faut donc bien compter et savoir combien on veut gagner en définitive.
Voilà, cela fonctionne bien et je ne me prends plus la tête avec les paperasses! Après on verra avec la nouvelle loi. Mais les Urssaf, j'ai abandonné depuis longtemps (trop lourd, trop cher) et l'Agessa, on n' y a pas droit normallement.
edifiant007
Messages : 4
Inscription : 30 avr. 2007, 18:45
Contact :

Pour répondre à CLEM

Message non lu par edifiant007 » 20 nov. 2008, 14:31

Je n'y comprends pas grand-chose pour plusieurs raisons. D'abord parce qu'il est quasiment impossible de joindre les responsables de caisses, ceux-ci étant soit débordés, soit n'ayant pas envie de vous répondre. D'autre part, les décomptes demeurent extrêmement flous.
Par contre, j'ai payé un forfait dès la première année, sans avoir rien touché ou presque, de 2270 euros environ ! Rien que ça ! C'est dire que le pas ne vaut, pour l'instant, pas la peine d'être franchi.
Le mieux serait donc, comme te le propose BEGET, d'attendre janvier 2009 et de voir ce qu'il en est de ces nouvelles promesses.
Bon courage à toi.
Catherine_75
Messages : 654
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Re: urssaf, portage, black ou pas

Message non lu par Catherine_75 » 20 nov. 2008, 14:53

orka a écrit : J'ai personnellement envisagé tous les cas de figure. Et pour moi, c'est malheureux à dire, mais je n'ai maintenant aucun scrupule à faire du black quand je rencontre des employeurs radins.
Bonjour,
Je suis contre le travail au noir pour différentes raisons, entre autres politiques, mais ce n'est pas le lieu d'un débat de ce genre.
Mais également travail au noir signifie : pas de cotisations retraite, pas de droit aux Assedic, pas de sécurité sociale. Y avez-vous pensé ?

Je refuse également les sociétés de portage qui s'en mettent plein les poches sur le dos des correcteurs qui ont, eux, du mal à boucler les fins de mois.
Je vais me renseigner sur la coopérative que préconise le syndicat des correcteurs. N'ayant pas pour but de faire des bénéfices, une coopérative est une bonne alternative. J'envisage également le nouveau statut d'auto-entrepreneur qui pourrait être une bonne solution, sous toutes réserves.
Mais s'inscrire à l'URSSAF est trop lourd financièrement pour un correcteur qui a de petits revenus.

Pour l'instant, quand je n'ai pas d'autre solution, j'accepte le paiement en Agessa, la rage au ventre. Mais il faut bien travailler. Le syndicat des correcteurs essaie de mettre fin à cette pratique en signalant ces éditeurs aux Agessa.

PS : Orka, relisez-vous avant de poster ! Ca la fiche mal un correcteur qui fait des fautes ! (je précise : c'est un clin d'oeil, pas une agression. Cela m'arrive aussi, quand j'écris trop vite).
Cleme
Messages : 90
Inscription : 27 avr. 2007, 08:06
Contact :

Message non lu par Cleme » 21 nov. 2008, 00:08

Merci à tous pour vos réponses, je vois que le problème est le même pour tout le monde...

Effectivement, si je n'ai pas compris de travers, la solution de l'auto-entreprise à partir de 2009 ne semble pas si mal, je vais prendre mon courage à deux mains pour essayer de me renseigner... à l'Urssaf ou au Trésor public, j'imagine déjà les explications sans queue ni tête d'employés mal informés - au secours ! :)

Tiens d'ailleurs, le statut de correcteur libéral existe-t-il, ou bien faut-il trouver une couverture du genre "conseil en littérature" ??

J'avais pensé passer par une couveuse d'entreprise (l'équivalent, je pense, de la coopérative d'emploi citée par le syndicat des correcteurs), mais ma demande traîne dans leurs tiroirs depuis des semaines et, après réflexion, j'ai l'impression que ce ne sera désormais pas plus intéressant que l'auto-entreprise.

Affaire à suivre, donc, et bon courage aussi à vous tous qui ramez avec vos rémunérations.

Aux correcteurs qui n'ont pas encore témoigné, n'hésitez pas à le faire, c'est toujours intéressant de partager ses expériences, et on se sent moins seul :)

Merci !
Catherine_75
Messages : 654
Inscription : 06 févr. 2008, 19:21
Contact :

Message non lu par Catherine_75 » 21 nov. 2008, 00:26

Cleme a écrit : Effectivement, si je n'ai pas compris de travers, la solution de l'auto-entreprise à partir de 2009 ne semble pas si mal, je vais prendre mon courage à deux mains pour essayer de me renseigner... à l'Urssaf ou au Trésor public, j'imagine déjà les explications sans queue ni tête d'employés mal informés - au secours ! :)

Tiens d'ailleurs, le statut de correcteur libéral existe-t-il, ou bien faut-il trouver une couverture du genre "conseil en littérature" ??
Voici un lien qui vous donnera toutes les infos sur le statut d'auto-entrepreneur.
http://www.lautoentrepreneur.fr
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »