Nouvelle sur le forum... le retour !

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 18 nov. 2008, 20:55

A vous en croire, les enseignants seraient des quasi OS. Sans doute un rien d'exagération là.
Pour autant, ai-je dit que l'exercice de leur métier était un long fleuve tranquille ? Nullement. J'ai simplement osé dire, ô crime de l'aise Majesté !, que les enseignants, et plus généralement les fonctionnaires, disposaient d'immenses avantages divers et variés que leur probité se devrait au moins reconnaitre.
Quant au principe qui consiste à dire qu'ils ont fait de longues études, qu'ils doivent donc gagner tant, tout cela ne reste que de la théorie. Ou alors tout journaliste - mais cela est vrai de toute autre profession - pourrait exiger, et obtenir, un revenu, en rapport avec son nombre d'études...Hélas ! la réalité semble bien plus nuancée que ça !

Et puis, et sans doute est-ce là le point clé, les salaires et charges des fonctionnaires pèsent, et pas d'un poids léger, sur les finances de l'Etat. Je vous arrête tout de suite, je ne dis pas qu'il faut supprimer la fonction publique ;en revanche, je pense qu'il faut gérer les deniers de l'Etat avec un soin tout particulier, ce qui est différent. Et, surtout, ne pas laisser, par pur égoïsme, une dette abyssale aux générations futures en grossissant inutilement le nombre déjà pléthorique de fonctionnaires, lesquels, au demeurant, ne se trouvent pas forcément dans les rangs des enseignants, mais dans certaines administrations publiques, souvent surabondantes....et redondantes.

Désolé ne pas aller dans votre sens ; je respecte vos idées, merci de respecter celles que j'exprime.
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 18 nov. 2008, 20:57

Mea culpa : lèse majesté, c'est mieux, je pense :lol:
TroupeauAveugle
Messages : 208
Inscription : 05 déc. 2005, 14:23
Localisation : ratée
Contact :

Message non lu par TroupeauAveugle » 18 nov. 2008, 21:43

archaud a écrit :Ou alors tout journaliste (...) pourrait exiger, et obtenir, un revenu, en rapport avec son nombre d'études...
Bah oui.
archaud a écrit :Hélas ! la réalité semble bien plus nuancée que ça !
Certes, mais les fonctionnaires n'ont rien à voir là-dedans.

Et comme tu l'as dit, concernant les charges et salaires qui "pèsent sur l'Etat", peut-être vaudrait-il mieux les chercher du côté de certains hauts fonctionnaires que chez les enseignants.

Sinon, rien à ajouter à ce qu'ont dit Cilou et Guibouz, qui ont déjà bien résumé la situation.

Pourquoi cette réaction aux propos d'edifiant007 ???
Si tu trouves ta situation injuste - et pourquoi pas, il y en a bien d'autres, surtout dans les domaines présents sur ce forum - tu n'as qu'à t'en prendre à ton (tes) patron(s). Ou à d'autres qui sont plus sûrement responsables que "les fonctionnaiiiiires" (le mal incarné).
"Hunted... Despised... Treated like an animal..."
Leze78
Messages : 15
Inscription : 11 nov. 2008, 23:00
Contact :

Message non lu par Leze78 » 18 nov. 2008, 22:06

archaud a écrit :Enfin, un fonctionnaire, pas si mécontent que ça de son sort ! Allez, faites péter le champagne ! :lol:
Un salaire à vie, fût-il pas exceptionnel, des syndicats bétons, des congés à tire-larigot, des congés maladie en veux-tu-en-voilà (1 bobo, et oups, 6 mois d'arrêt, tout frais payés), un montant de retraite proche de ses six derniers mois de salaire, bref, la belle vie, par rapport aux gens du privé ! :D
Mais oui Archaud !

En plus comme le dit Darcos les profs gagnent 4400 euros par mois, sans oublier que les jours de grève on est payés (enfin c'est ce que beaucoup de gens croient) ! Elle est pas belle la vie ? :D

D'ailleurs jeudi on se demande vraiment pourquoi il y a ENCORE une grève... de toute façon les profs sont toujours en grève, en arrêt maladie ou en vacances...

Si ce statut est si merveilleux, pourquoi tout le monde ne passe pas les concours et devient prof, alors ? :D En tout cas moi je vous le DONNE, mon poste, si vous voulez !

Franchement je préfère encore lire ça que d'être aveugle... :roll:

Désolée pour le pétage de plombs mais ça commence à me saouler sérieusement les lieux communs sur le soi-disant "plus beau métier du monde" ! Je ne pensais pas retomber dans ces vieux clichés sur un forum comme celui-ci... :evil:

En même temps en tant que fonctionnaire c'est normal que je sois en colère, hein, puisqu'on n'est jamais contents ! :roll:
Leze78
Messages : 15
Inscription : 11 nov. 2008, 23:00
Contact :

Message non lu par Leze78 » 18 nov. 2008, 22:12

J'avais posté le message ci-dessus avant même d'avoir lu la suite...

Je suis soulagée de voir que tout le monde n'a pas la même opinion qu'Archaud sur les fonctionnaires en général et les enseignants en particulier !

Et c'est marrant, on est un certain nombre à t'encourager à passer les concours...

Pour finir sur une note plus légère, moi j'aurais plutôt dit que tu as commis un crime de Leze-majesté... :cry:
Leze78
Messages : 15
Inscription : 11 nov. 2008, 23:00
Contact :

Re: Réponse d'un professeur

Message non lu par Leze78 » 18 nov. 2008, 22:22

edifiant007 a écrit : Que puis-je alors ajouter, sinon que fonctionnaire, c'est vraiment pas si mal !
Je suis assez d'accord dans le fond, sauf que "fonctionnaire" n'est pas un métier mais un statut...
Être fonctionnaire c'est bien, mais si le métier qu'on exerce nous pèse trop, il ne me paraît pas complètement insensé d'essayer d'en chercher un autre... dans le privé.

Après tout, je pourrais essayer d'obtenir un détachement, à savoir un autre poste toujours dans la fonction publique. Sauf que je veux choisir mon métier en fonction de ce qui me plairait réellement, parce que j'aimerais m'éclater dans ma vie professionnelle, être passionnée par ce que je fais...

Alors je comprends que ça puisse paraître un peu puéril, voire idéaliste, mais on ne vit qu'une fois ! Et la vie professionnelle constitue quand même une énorme part de notre existence, donc autant bien la vivre... :wink:
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 19 nov. 2008, 08:57

Chaque profession a ses avantages et ses inconvénients, mais, de grâce, que l'on cesse de laisser entendre que le job d'enseignant accumule tous les inconvénients, que c'est la lie de la société. Un peu de décence, tout de même ! Pensez donc aux ouvriers, à tous ceux qui ne savent pas de quoi demain sera fait, aux gens qui craignent chaque jour de se retrouver à la rue, et pas pour y manifester.
Personne n'interdit aux enseignants d'exprimer leur mécontentement en descendant dans la rue, on les invite simplement à être un peu plus conscients de ce qui se passe alentour, d'ouvrir les yeux ; est-ce trop leur demander ?
Quant aux concours dans la fonction publique, ils ne me concernent pas ; je suis journaliste, avec toute la précarité que cela suppose, j'en suis pleinement conscient, ne m'en plains pas, même si ici ou ailleurs, entres confrères, il est naturel de pointer les écueils de notre job.
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 19 nov. 2008, 09:31

Je te rappelle juste que Leze n'a jamais dit que les enseignants étaient à plaindre. Il (elle ?) a juste dit que ce métier ne lui plaisait plus. A quoi tu as répondu ce message plein de mépris :
Un salaire à vie, fût-il pas exceptionnel, des syndicats bétons, des congés à tire-larigot, des congés maladie en veux-tu-en-voilà (1 bobo, et oups, 6 mois d'arrêt, tout frais payés), un montant de retraite proche de ses six derniers mois de salaire, bref, la belle vie, par rapport aux gens du privé !
C'est ça que tu appelles "ne pas te plaindre" ?
La décence dont tu parles, commence par l'appliquer !
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 19 nov. 2008, 10:22

Désolé, Cilou, mais je ne crois pas que les avantages que j'ai cités et que tu as repris là soient le fruit de mon imagination. Je n'ai écrit nulle part qu'il fallait les supprimer, j'ai dit, ou du moins laissé clairement entendre, qu'on ne pouvait pas ne pas le savoir : ce n'est pas vraiment la même chose.

D'autre part, je réagissais à la saine intervention d'Edifiant007, qui écrivait que "fonctionnaire, ce n'est pas si mal ! Ce à quoi je me suis permis de répondre, grosso modo, que la lucidité l'honorait ! :lol:

Plutôt que de tirer à boulets rouges sur les gens qui osent émettre une opinion différente, sinon plus nuancée, que la vôtre, plutôt que de vous dresser comme un seul homme contre quelqu'un qui pense différemment, pensez, de temps à autre, à vous interroger sur le bien-fondé de vos dires.
Exemple : tu dis que les vacances des profs ne sont pas des périodes de non-travail. Désolé, ma mère fut institutrice près de quarante ans durant, qui plus est dans une zone d'éducation prioritaire, si elle s'investissait à fond dans son travail, je n'ai pas un souvenir impérissable de périodes de congés passées à corriger des copies. Ou si peu.
Quoique fils d'enseignant, j'ai toujours défendu l'idée que les enseignants devaient avoir un nombre de congés annuels ni plus ni moins égal à tous les autres, fonctionnaires ou gens du privé, et que les autres périodes chômées, en l'absence des élèves, devaient être passées à la concertation, à la réflexion, à la remise à plat éventuelle des programmes de l'année à venir, en collaboration avec leur tutelle.

Enfin, enseignant est une terminologie trop globalisante : peut-on comparer la situation d'un instit à celle d'un prof de lycée ou à celle d'un prof de fac ? Bien sûr que non.
Leze78
Messages : 15
Inscription : 11 nov. 2008, 23:00
Contact :

Message non lu par Leze78 » 20 nov. 2008, 10:47

Comme je suis en grève aujourd'hui :D , je vais pouvoir prendre le temps de répondre à Archaud...

Je vais reprendre votre message concernant les avantages de la profession d'enseignant (j'ai failli écrire "de fonctionnaire" car à force de vous lire on croirait que fonctionnaire est un métier). Vous commencez par dire :
- "un salaire à vie" : eeeeuuuuh depuis quand ??? Nous sommes logés à la même enseigne que tout salarié du secteur privé : nous devons cotiser pour la retraite, travailler un certain nombre d'années (là on en est à 41, sans doute bientôt 42 - quand on sait qu'avec le nombre d'années d'études nécessaires, un jeune prof commence souvent sa carrière à 25 ou 26 ans, on imagine combien on va être "frais" à 67 ans devant une classe de 30 à 35 élèves). Nous ne sommes pas des députés ou des ministres, je le rappelle... :?
- "des syndicats bétons" : heureusement qu'on les a, eux ! Avec tout ce que le gouvernement actuel essaie de faire passer, je me dis que je suis bien contente de m'acquitter tous les ans de ma cotisation, et j'espère qu'ils vivront encore longtemps ! Evidemment, je déplore que les syndicats du privé ne soient pas aussi actifs que ceux du public... :cry:
- "des congés à tire-larigot" : je concède que nous ne passons pas toutes nos vacances à corriger des copies ou à préparer des cours, une partie seulement. Pour le reste, je pense que nous avons droit à un repos bien mérité. Je vous cite le cas d'une collègue de technologie de mon établissement, âgée d'environ 45 ans. Cette femme est devenue prof "sur le tard", il y a 6 ans. Elle travaillait auparavant à la gestion du personnel dans une banque. Quand elle faisait son ancien boulot, elle a dit ne pas avoir spécialement ressenti la nécessité de faire des pauses régulières grâce aux vacances, car le rythme de son travail ne lui en imposait pas le besoin. Or, depuis qu'elle est prof, elle se rend compte combien ces vacances sont vitales pour notre santé mentale... Un prof qui fait correctement son boulot a un rythme tellement soutenu qu'il a tout simplement besoin de relâche environ toutes les 6 à 7 semaines. On ne pourrait pas tenir le rythme avec 5 semaines de congés par an, honnêtement... Ma collègue a d'ailleurs ajouté que si une opportunité de retourner dans le privé se présentait, elle sauterait dessus, car je cite : "elle en est revenue, du métier d'enseignant".
Après, pour ce qui est des vacances d'été, personnellement je les trouve trop longues et préfèrerais qu'on les raccourcisse pour faire des journées de cours plus courtes (finissant vers 15h, par exemple, les élèves n'étant en général plus bons à rien après cette heure fatidique, et on les comprend).
Et puis je vois que question congés et RTT, certains salariés du privé ne sont franchement pas à plaindre. Ma mère est graphiste au Crédit Qui Picole et franchement elle prend très souvent des RTT, en plus de ses congés.
J'ajouterais pour clore ce chapitre sur les fameuses vacances que les dates nous étant imposées, on paye toujours le prix fort, on part toujours en même temps que tout le monde, en pleine saison, etc... Ce n'est pas donc pas forcément la panacée non plus. Et je précise qu'on n'a pas de CE qui nous offre des voyages à prix réduits ou des spectacles de Noël avec cadeaux pour les enfants (bon j'avoue, dans sa grande bonté, l'Education Nationale me versait 2,29 euros par mois comme supplément familial de traitement quand j'avais un seul enfant :oops: ).
- "des congés maladie en veux-tu en voilà (1 bobo, et oups, 6 mois d'arrêt, tout frais payés)" : aaaaaaah le fameux mythe du prof dépressif qui se fait arrêter tous les 15 jours et qui finit en maison de repos tout frais payés par la MGEN... Franchement reconnaissez que vous exagérez ! :roll: Les profs sont traités de la même façon que les autres quand on est chez le docteur, vous savez... Sauf que quand on est absent ça se voit plus qu'ailleurs, car tout de suite ça fout le bordel dans la vie de l'établissement. Alors forcément quand sur 60 profs il y en a 4 ou 5 absents la même journée...
J'ajoute pour rebondir sur votre remarque entre parenthèses (vous avouerez qu'elle est pleine de mépris :roll: ), toujours au sujet des congés maladie, que si un prof est en arrêt plus de 3 mois, il perd la moitié de son salaire... ce que je ne trouve pas anormal en soi, mais qui prouve que vous dites un peu n'importe quoi !
- "un montant de retraite proche de ses 6 derniers mois de salaire" : Vérifiez vos dire avant de lancer des affirmations qui ne font qu'alimenter les légendes urbaines circulant sur les enseignants...
"A taux plein, le montant de la pension reste fixé à 75% du salaire de référence, c'est-à-dire le salaire perçu pendant les six derniers mois d'activité, hors primes, heures supplémentaires et indemnités diverses. Un changement de taille est cependant entré en vigueur avec la réforme. Jusqu’au 1er janvier 2004, les pensions des retraités étaient indexées sur les traitements des actifs. Quand une revalorisation était décidée pour telle ou telle catégorie, les retraités ayant appartenu à cette catégorie voyaient leur pension revalorisée dans les mêmes proportions. Ce n’est plus le cas, les pensions sont désormais simplement indexées sur les prix."
Et puis je ne vois pas pourquoi sous prétexte que "y a pire ailleurs", on devrait voir nos droits tirés vers le bas...

Pour conclure (j'ai bien assez perdu de temps comme ça - je suis en grève mais je vais en profiter pour préparer des cours, cool !!! :D ), il y a des avantages indéniables à être fonctionnaire. Il y a aussi des inconvénients (par exemple l'impossibilté de bouger tant qu'on n'a pas eu une mutation, et encore, pas forcément pour l'endroit qu'on veut, le fait qu'on n'ait pas de CE, pas de 13e mois, pas droit à un bilan de compétences ni à un CIF :wink: ).
Et comme l'a dit Cilou, je ne me suis pas plaint de mon statut ou de mon métier, j'ai dit que la profession d'enseignant ne me convenait pas et que je souhaitais me réorienter.
C'est fatiguant de toujours devoir se justifier, de devoir combattre en permanence cette image négative qu'a la société des enseignants... Hier encore j'ai dû expliquer à la nourrice de mes enfants que non, nous n'étions pas payés quand nous sommes en grève (elle le pensait vraiment, comme énormément de gens), et qu'on ne fait pas ça par plaisir... de même que certains parents d'élèves se croient malins en nous disant : "Comme par hasard vous faites grève un jour d'école ! Ca ne pourrait pas être un samedi ?"
Elle a raison cette dame : moi je propose qu'on fasse grève le dimanche et uniquement pendant les vacances scolaires. Voilà, le problème est résolu ! 8)

Pour en revenir à nos moutons, si vous avez des références précises de livres sur le bon usage du français, je suis preneuse !

Et merci d'avoir lu ma grosse tartine ! :wink:
Dernière modification par Leze78 le 14 mars 2010, 21:43, modifié 2 fois.
Leze78
Messages : 15
Inscription : 11 nov. 2008, 23:00
Contact :

Message non lu par Leze78 » 20 nov. 2008, 10:51

Je me rends compte en me relisant que je passe du tutoiement au vouvoiement pour Archaud... pas très logique mais en ce moment j'ai un peu de mal à connecter mes deux neurones. Désolée !
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 20 nov. 2008, 18:52

Un effet secondaire de la grève, Leze78 ? :lol:
archaud
Messages : 706
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 20 nov. 2008, 18:59

Leze78 a écrit :- Un montant de la pension reste fixé à 75% du salaire de référence, c'est-à-dire le salaire perçu pendant les six derniers mois d'activité, hors primes, heures supplémentaires et indemnités diverses.
Les six derniers mois pour les fonctionnaires, et les vingt ou vingt-cinq dernières (ou meilleures, je ne sais plus) années pour les gens du privé : quelle équité ! :lol: Quant au taux, il est au mieux, dans le privé, de 50% : là aussi un bel exemple d'équité :D
Leze78
Messages : 15
Inscription : 11 nov. 2008, 23:00
Contact :

Message non lu par Leze78 » 20 nov. 2008, 23:50

Ai-je jamais parlé d'équité au sujet de la retraite ? J'ai dit que ce n'était pas parce que tout le monde n'était pas logé à la même enseigne qu'il fallait chercher à ramener ceux qui ont plus de chance vers le bas...

Un peu comme si on disait à un groupe de personnes ayant tout ses membres que ce n'est pas juste par rapport à ceux qui sont amputés, donc allez, on va amputer tout le monde comme ça y aura pas de jaloux, na !

Tout le monde devrait avoir droit à des syndicats "béton", tout le monde devrait avoir droit à une retraite décente, tout le monde devrait pouvoir avoir des arrêts maladie sans craindre de perdre son poste. C'est ça qui est anormal, que ces droits ne soient pas respectés pour tous.
Donc ne prenons pas les choses à l'envers !

Mais bon bientôt je vais me faire traiter de gauchiste alors je crois qu'il vaut mieux que j'arrête là ! :oops:

Bonne nuit !
cilou
Messages : 1723
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 21 nov. 2008, 08:48

Si nous, journalistes, n'avons pas de syndicats béton, c'est de notre faute, pas de celle des profs. Tirons en les leçons et battons nous pour nos droits au lieu de jalouser d'autres professions.
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »