Nouvelle sur le forum... le retour !

Section réservée aux débats sur la correction et les correcteurs : tarifs pour rédiger un article ? Peut-on vivre de la correction ? Quels médias recrutent des correcteurs ?
guibouz
Messages : 23
Inscription : 10 nov. 2004, 21:37
Contact :

Bah...

Message non lu par guibouz » 14 nov. 2008, 23:09

Moi je suis seule (une femme donc :wink:) et je pige.
Je ne dis pas que la vie est rose tous les jours, ni que mon loyer est payé à temps tous les mois (loin de là !), mais malgré des crédits, un appartement en plein Paris à payer seule, je parviens à m'en sortir sans avoir besoin d'une épaule pécuniaire bien réconfortante.
Et je n'échangerais pas ma précarité, pas toujours rassurante pourtant, contre un confort ennuyant. Du moins je l'espère, nul ne sait ce que le temps et la lassitude peuvent conduire à faire... :wink:
Avatar de l’utilisateur
PascalSR
Messages : 491
Inscription : 09 déc. 2005, 23:17
Localisation : Paris XV

Message non lu par PascalSR » 15 nov. 2008, 09:32

Ce que je retiens de ce qu'a dit M. Boutmy (et de ses naufragés ? :arrow:), c'est ceci :

« Il y a encore le correcteur que l'on peut appeler “ amateur ”. C'est un étudiant peu fortuné ou un homme de lettres sans éditeur qui cherche passagèrement quelques ressources dans la lecture des épreuves. Il serait étonnant qu'il fût habile. »
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 15 nov. 2008, 10:23

Je suis d'accord, la pige offre une liberté rare ; mais ne vous avisez pas à aller demander un crédit à votre banquier, sans de plus que solides garanties. Celui-ci risque de vous dire :Ah ? vous êtes pigiste ? Je croyais que vous étiez journaliste ! " :lol: :lol:
Je force le trait ? Pas même. Tenez, je vous invite à jeter un coup d'oeil sur le bandeau publicitaire, à gauche, en descendant jusqu'au milieu de la page d'accueil, du site Presse News, qui est un support spécialisé ! A en croire la maladroite formulation, l'on est soit pigiste, soit journaliste. Si les professionnels de la profession se trompent, que laissent-ils aux autres ?
http://www.presse-news.net/
J'ai demandé au boss de modifier le texte de cette pub il y a plus d'un an, j'attends toujours. :cry:

D'autre part, sans jouer les Cassandre, je crains que la période de forte incertitude économique dans laquelle nous entrons soit fatale à bien des journalistes payés à la pige. Les abonnements fléchissent, les ventes au numéro diminuent, la pub fait grise mine, et ce sont les volumes de piges qu'un journal diminuera en premier lieu, avant, si l'effort ne suffit pas, de procéder à des licenciements de journalistes permanents. Au fond, les journalistes payés à la pige restent une valeur d'ajustement. Il faut juste en être pleinement conscients.
Leze78
Messages : 15
Inscription : 11 nov. 2008, 23:00
Contact :

Message non lu par Leze78 » 16 nov. 2008, 22:19

Bonsoir à tous (et à toutes ! :wink: )
J'ai exposé la situation de mon mari en page 1 mais je vais la redire ici : il est actuellement monteur vidéo, avec le statut d'intermittent du spectacle, et il est en passe de se reconvertir également en suivant dans quelques mois une formation de constructeur de maisons écologiques en bois.
Le secteur est à mon avis assez porteur et je pense qu'il n'aura pas de mal à trouver du travail, et à terme à se mettre à son compte. Mais c'est vrai qu'on ne roulera sans doute pas sur l'or les premiers temps.
Sinon, je n'ai aucun crédit en court : nous avons toujours été locataires, mais nous comptons accéder à la propriété d'ici 2 ou 3 ans. On n'a jamais acheté de voiture à 200.000 dollars non plus (la dernière a coûté 2000 euros).
Bref...
A vous lire, le secteur me paraît un peu bouché et tant qu'à me reconvertir, je crois que je préfèrerais privilégier un domaine où il y a de l'offre...
Enfin là je suis en train de me renseigner sur le métier d'assistant d'édition ; ça m'a l'air pas mal du tout mais à mon avis il ne doit pas y avoir des masses de boulot, encore une fois... :cry:

Sinon, autre question : je me suis fait une petite bibliographie à partir de références glânées çà et là sur le forum ; certains ouvrages me paraissent très intéressants, notamment le fameux Grevisse, mais étant donné son prix (75 euros), je me demande si ça vaut le coup d'investir... disons juste pour ma culture personnelle ? Qu'en pensez-vous ? :?:
Leze78
Messages : 15
Inscription : 11 nov. 2008, 23:00
Contact :

Message non lu par Leze78 » 16 nov. 2008, 22:23

Petifolio a écrit :Bonjour,

En lisant ces commentaires me reviennent les propos d'Eugène Boutmy (1883). Je me permets d'en glisser ici quelques uns, la suite est disponible à l'URL en bas du texte…

Et pourtant, qu'est-ce que le correcteur? D'ordinaire un déclassé, un transfuge de l'Université ou du séminaire, une épave de la littérature ou du journalisme, et que les circonstances ont fait moitié homme de lettres, moitié ouvrier. Aujourd'hui, sans doute, les choses ne sont plus ce qu'elles étaient il y a dix ans. (…)
Le correcteur a des origines diverses; mais on peut affirmer, sans crainte d'être démenti, qu'il n'y a peut-être pas un seul correcteur dans les cent imprimeries de Paris qui ait fait de cet emploi le but prémédité de ses études ou de ses travaux antérieurs. C'est par accident qu'on devient correcteur.
Ou bien c'est un jeune homme sans fortune, élevé au collège ou au séminaire. Ses études achevées, il s'est trouvé en face d'un problème terrible: vivre. Il a été d'abord maître d'étude ou régent dans un collège de l'Université; quelquefois, s'il sort du séminaire, il s'est engagé imprudemment dans les ordres et a plus tard quitté la soutane. Ces deux déclassés se sont longtemps débattus avant de trouver un asile.
Il y a encore le correcteur que l'on peut appeler « amateur ». C'est un étudiant peu fortuné ou un homme de lettres sans éditeur qui cherche passagèrement quelques ressources dans la lecture des épreuves. Il serait étonnant qu'il fût habile.
Le correcteur femme existe aussi; mais cette espèce, du reste très rare, n'apparaît jamais dans l'atelier typographique; on ne l'entrevoit qu'au bureau du patron ou du prote. Nous n'en parlerons pas... par galanterie.
Au point de vue du caractère, le correcteur n'est pas exempt de certains défauts, qu'on relève d'ailleurs avec assez d'amertume; mais ces défauts on doit les attribuer plutôt à sa situation qu'à la nature. Il ne faut pas oublier qu'il est presque toujours un déclassé: aussi semble-t-il juste d'excuser plus qu'on ne le fait les correcteurs auxquels on serait tenté, de reprocher leur caractère maussade quelquefois peu bienveillant, plutôt porté à la tristesse et à la misanthropie qu'à la gaieté.
Encore une fois, il faut se souvenir qu'avant d'en venir là ils ont souffert de pénibles froissements éprouvé de nombreuses déceptions et lutté contre le mauvais vouloir de certains typographes dont ils sont, comme on dit la « bête noire ». (…)

http://abu.cnam.fr/cgi-bin/go?dicotypo1

Cordialement,
Petifolio
Ca donne envie !!! :?
Sinnfael
Messages : 47
Inscription : 10 juin 2008, 16:12
Contact :

Message non lu par Sinnfael » 17 nov. 2008, 14:18

Leze78 a écrit :autre question : je me suis fait une petite bibliographie à partir de références glânées çà et là sur le forum ; certains ouvrages me paraissent très intéressants, notamment le fameux Grevisse, mais étant donné son prix (75 euros), je me demande si ça vaut le coup d'investir... disons juste pour ma culture personnelle ? Qu'en pensez-vous ? :?:
Bonjour Leze,

Et bien moi je dirais que ça vaut toujours le coup d'investir pour sa culture personnelle ... Après, c'est juste une question de sous ... Mais Noël vient bientôt :D

Cependant, il y a pléthore de livre sur le sujet qui sont peut-être plus sympa à étudier et à garder en bible de chevet que le Grevisse. Regardez sur Amazon, recherchez "Pivot", "Colignon" & Cie ... cela vous donnera une idée plus précise :wink:

Enfin, en ce qui concerne votre reconversion, vous pouvez aussi rajouter quelques cordes à votre arc et ne pas uniquement rester dans la correction. Nombre de lecteurs/correcteurs sont aussi écrivain public, écrivain tout court, secrétaire à domicile.... Ne vous fermez pas la porte sans avoir bien fait le tour des possibilités !
Leze78
Messages : 15
Inscription : 11 nov. 2008, 23:00
Contact :

Message non lu par Leze78 » 17 nov. 2008, 21:23

Merci Sinnfael pour ces précisions ! :wink:
Je ne me ferme pas de portes, pour le moment je n'en suis qu'aux balbutiements de ma reconversion, à savoir trouver le métier qui me conviendrait vraiment... et je n'ai pas encore fini d'explorer les métiers du livre qui, je le sens, m'attirent beaucoup.

Pour les références bibliographiques, je vais jeter un oeil sur Amazon...

Si d'autres personnes ont des titres précis à m'indiquer, n'hésitez pas ! :)
Petifolio
Messages : 73
Inscription : 21 janv. 2007, 16:10
Contact :

Message non lu par Petifolio » 18 nov. 2008, 00:06

Leze78 a écrit :
Petifolio a écrit :Bonjour,

En lisant ces commentaires me reviennent les propos d'Eugène Boutmy (1883). Je me permets d'en glisser ici quelques uns, la suite est disponible à l'URL en bas du texte…

http://abu.cnam.fr/cgi-bin/go?dicotypo1

Cordialement,
Petifolio
Ca donne envie !!! :?

Sinon, j'ai un texte beaucoup plus court, au-dessus de ma table, de là où j'écris, de là où je corrige, de là où je vous réponds. C'est sur une carte postale, banale, avec une photo de celui qui aurait posé cette question. C'est Pablo Picasso. Et ce texte, cette question c'est : "Si l'on sait exactement ce que l'on va faire, à quoi bon le faire ?"
Et moi ça me donne envie.

Bonne chance pour la suite,

Cordialement

petifolio
edifiant007
Messages : 4
Inscription : 30 avr. 2007, 18:45
Contact :

Réponse d'un professeur

Message non lu par edifiant007 » 18 nov. 2008, 16:44

Bonjour Leslie,
Professeur de français dans un lycée de province, je me suis mis à tiers temps pour changer de profession et embrasser celle de correcteur. Quelques années après, j'en ressors largement déçu. Absence patente de stabilité professionnelle, des paiements sans arrêt retardés quelles que soient d'ailleurs les maisons d'édition, des contacts par courriel permettant à nos clients toutes sortes de mensonges, et j'en passe.
Que puis-je alors ajouter, sinon que fonctionnaire, c'est vraiment pas si mal !
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 18 nov. 2008, 18:05

Enfin, un fonctionnaire, pas si mécontent que ça de son sort ! Allez, faites péter le champagne ! :lol:
Un salaire à vie, fût-il pas exceptionnel, des syndicats bétons, des congés à tire-larigot, des congés maladie en veux-tu-en-voilà (1 bobo, et oups, 6 mois d'arrêt, tout frais payés), un montant de retraite proche de ses six derniers mois de salaire, bref, la belle vie, par rapport aux gens du privé ! :D
edifiant007
Messages : 4
Inscription : 30 avr. 2007, 18:45
Contact :

Message non lu par edifiant007 » 18 nov. 2008, 18:37

Encore un frustré.. un de plus, devrais-je dire !
18 ans de professorat, trois absences... et c'est tout. Et nous sommes tous ainsi. Le reste, c'est du blabla de préado prépubère, c'est dire le niveau.
[quote="archaud"]Enfin, un fonctionnaire, pas si mécontent que ça de son sort ! Allez, faites péter le champagne ! :lol:
Un salaire à vie, fût-il pas exceptionnel, des syndicats bétons, des congés à tire-larigot, des congés maladie en veux-tu-en-voilà (1 bobo, et oups, 6 mois d'arrêt, tout frais payés), un montant de retraite proche de ses six derniers mois de salaire, bref, la belle vie, par rapport aux gens du privé ! :D[/quote
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 18 nov. 2008, 18:44

Archaud, il est toujours temps de te reconvertir, si le métier de prof t'attire tant.
Je rappelle quand même que les congés des profs se retrouvent sur leur salaire. Autrement dit, à qualification égale, les profs sont payés moins que d'autres fonctionnaires, car ils sont payés sur environ 10 mois (bien sûr, c'est étalé sur 12 mois, mais le montant est équivalent à 10 mois d'un fonctionnaire de même qualification).
Je ne crois pas non plus que les profs aient plus de congés maladie que les autres professions.
Enfin, c'est un métier très usant. Tous les profs passionnés que j'ai connus ont ressenti une certaine lassitude au bout d'une vingtaine d'années, ce qui n'est pas le cas des autres professions de même qualification. Tous m'ont dit que les enfants et les ados pompaient leur énergie, même s'ils étaient par ailleurs adorables (ce qui n'est pas toujours le cas).
Bref, avant de les traiter de tire-au-flanc et de privilégiés, commence par faire leur boulot quelques années.
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 18 nov. 2008, 19:54

Y en surtout marre d'entendre les fonctionnaires, toute catégorie confondue, geindre ! Ils ne sont pas assez payés ? Certes, mais la moyenne dans le public est supérieure à celle dans le privé. Quant aux congés maladie, désolé d'avoir dit une vérité, même s'il est vrai que les enseignants ne sont pas, parmi les fonctionnaires, les plus tire-au-flanc : savez-vous que, en temps normal, à La Poste, il n'y a que 40% des effectifs ? où sont diable passés les 60% manquants ?
Ce n'est pas jeudi, la journée de grève dans l'Education nationale ? Comme d'hab, le lendemain d'un jour chômé par la plupart, et comme la plupart des grévistes restent bien au chaud chez eux....

Pas d'accord, pas du tout d'accord même, avec tes calculs sur le salaire des enseignants, Cilou : avec près de trois mois et demi non-travaillés, si on le ramène au nombre de semaines travaillées (moins les cinq semaines de congés payés classiques), le salaire des enseignants est loin d'être aussi détestable qu'ils veulent nous le faire croire.

Alors, oui, quand on est fonctionnaire, on n'a pas de 13e mois, un avancement limité, à l'ancienneté au lieu d'être au mérite, mais s'il fallait dresser la liste de leurs avantages, la nuit ne me suffirait sans doute pas !

Allez, un exemple d'avantage exorbitant : un fonctionnaire devient député, il perd son mandat, eh bien, il retrouve son job ! Un salarié du privé, que nenni !
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 18 nov. 2008, 20:06

Les vacances des profs ne sont pas des moments de non-travail : ils doivent corriger des copies, préparer des cours...
Par exemple, une prof de mes amies passe une bonne partie de son mois d'août à préparer le cours de l'année suivante. Et oui, contrairement à ce que tu crois, les cours évoluent d'une année sur l'autre, les programmes (notamment en langues) ne sont pas les mêmes, les oeuvres travaillées ne sont pas les mêmes, et les profs sérieux bossent largement pendant leurs vacances.
Mais encore une fois, passe le concours et devient prof, puisqu'ils sont si "privilégiés". Qu'attends-tu ???
guibouz
Messages : 23
Inscription : 10 nov. 2004, 21:37
Contact :

Message non lu par guibouz » 18 nov. 2008, 20:27

Sans vouloir remettre de l'huile sur le feu, j'ai également beaucoup de mal à saisir cette flambée de violence contre les fonctionnaires et je suis Cilou sur sa recommandation de passer les concours de la Fonction publique.
Pour avoir déjà été enseignante, bien que peu de temps, je tire mon chapeau à ceux qui ont le courage d'éduquer nos enfants, de travailler H 24 (parce que c'est le cas, vacances ou non, week-ends ou pas) pour proposer le meilleur enseignement avec les moyens du bord, être confronté en permanence aux enfants, aux parents, aux critiques des uns et des autres, voire de tous à la fois.
Chacun a son mot à dire, et la lassitude et le découragement ne sont pas rares, loin de là.
Les enseignants ont obtenus des diplômes élevés, passé des concours difficiles et particulièrement sélectifs pour assouvir une vocation, je ne vois pas en quoi leur salaire est si choquant. C'est un des rares métiers où pour 10 h de cours effectifs, une trentaine a été nécessaire pour la préparation de ces enseignements.
Je trouve assez pathétique d'avoir ce type de comportement, je suppose que cela relève essentiellement de l'arrogance des journalistes qui se croient en permanence tout permis.
Et oui, tout le monde peut égrener des clichés sans queue ni tête, j'espère juste que votre manque d'objectivité n'abîme pas la qualité de votre travail.
Répondre

Revenir à « Correction & correcteurs »