Métier de iench

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 12 janv. 2006, 15:15

Je ne suis pas sûre que le problème des pigistes soit réellement un problème de "vente".
Il m'arrive souvent que mes propositions de sujet soient refusées. J'en déduis que le sujet n'est pas assez bon, ou plutôt, pas adapté à la revue à laquelle je le propose. Je n'ai rien d'une "as du commerce", et pourtant, quand on me refuse mes sujets, je ne pense pas que ce soit dû à une mauvaise démarche commerciale.
Il arrive aussi que le journal n'ait tout simplement plus d'argent pour les piges.
STAN
Messages : 4
Inscription : 23 juin 2003, 16:56
Contact :

pas rose en effet...

Message non lu par STAN » 12 janv. 2006, 15:48

Bonjour à tous,
je ne serai pas très original sur ce post mais juste pour vous dire que je comprends tout à fait vos réactions. Tout comme vous, la vie de pigiste me semble un non sens total à l'heure actuelle hormis pour qqs exceptions. Ok pour la liberté, l'absence de désagréments hiérachiques mais pour le reste c n'est effectivement pas très "funky" du tout. Embarqué depuis trois ans dans l'aventure, me voici légèrement sceptique sur le sens du discours "Vas-y accroches comme une salop, y'a que les acharnées qui s'en sortent". Comme vous, on n'est pas des chiens mais attention j'assume mon choix donc libre à moi d'arrêter. Je me pose de plus en plus la question, sans aigreur ni amertume. On n'arrête de nous dire aussi que la forme des médias va évoluer, est-ce bon signe pour nous ?
farrell2
Messages : 71
Inscription : 26 nov. 2004, 14:49
Contact :

Message non lu par farrell2 » 17 janv. 2006, 02:36

Ouh la, j'avais lâché l'affaire ! Et n'avais pas vu que mon petit sujet inspirait tant. Je souscris à tout ce que j'ai lu.

Parmi les abus auquel je fais face, je n'en citerai qu'un, qui doit concerner un paquet de gens ici : le fameux "non paru", que l'on te paye à 50 %...
Non paru d'ailleurs, souvent pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la qualité du texte (page de pub qui saute, voisinage de deux sujets dans le même n°, l'actu qui se retourne entre temps...).
Est-ce bien légal ? J'ai posé la question au SNJ par écrit et je vous tiendrai au courant dès la réponse.
Cela dit, c'est une parenthèse, mais le SNJ n'est plus dans la vraie vie et fabrique des réponses qui valaient il y a 20 ans.
future grande journaliste
Messages : 289
Inscription : 08 oct. 2003, 15:51
Contact :

Message non lu par future grande journaliste » 17 janv. 2006, 09:08

archaud a écrit : c'est que les journalistes pigistes sont pris pour des boucs-émissaires, alors que le vrai souci vient plus souvent de journalistes intégrés, percevant une rétribution fixe, avec plein d'avantages, comme tout salarié, et ne travaillant que très occasionnellement, parfois. En somme, les patrons de presse, pluôt que de se plaindre du coût salarial des journalistes indépendants, devraient veiller à ce que certains journalistes internes, grassement payés, ne pondent pas que trois feuillets par mois...

Arg, au secours, je m'étrangle !!!! Où t'as vu que des journalistes étaient grassement payés pour pondre 3 articles par mois ??? Non, mais dis-moi, j'y cours !!! J'ai quitté la pige (ouf, enfin!) il y a deux mois pour être intégrée dans une radio... Avantage : je sais où je serai le mois prochain, que j'aurai du taf et de quoi payer mon loyer et ma bouffe... Pas d'avantages financiers (je gagne moins que ce que j'arrivais à gagner en tant que pigiste, pas de 13ème mois, et pas de tickets restos...), des horaires de fou où les heures supp sont pas payées (5h/midi officiellement, mais en fait j'en fais beaucoup plus)... Bref, j'ai pas choisi ce poste pour les avantages ou pour le fric ! Par contre, j'ai toujours la même liberté puisque je suis la seule journaliste à l'antenne, je choisis mes sujets et tout et tout... et j'en ai fini de la précarité...
"ne vous emmerdez plus, emmerdez les autres !"
Linfo

Message non lu par Linfo » 17 janv. 2006, 21:03

farrell2 a écrit :Parmi les abus auquel je fais face, je n'en citerai qu'un, qui doit concerner un paquet de gens ici : le fameux "non paru", que l'on te paye à 50 %...
Non paru d'ailleurs, souvent pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la qualité du texte (page de pub qui saute, voisinage de deux sujets dans le même n°, l'actu qui se retourne entre temps...).
Je ne suis pas juriste, mais cette pratique me paraît totalement illégale, à moins d'avoir signé au préalable un contrat stipulant que les piges non publiées seront payées 50% du tarif normal. Une fois le travail rendu, peu importe sa destination. Ce n'est pas parce que ton papier ne paraît pas que la qualité de ton travail diminue "magiquement" de moitié : soit ton travail convient à sa remise et il doit t'être payé en intégralité, soit il ne convient pas et dans ce cas tu le reprends jusqu'à ce qu'il convienne.

J'imagine mal signer une promesse d'achat pour une maison à une entreprise du BTP et au moment de la livraison remettre un chèque de la moitié du montant "parce que vous comprenez, finalement, je ne vais pas l'habiter" ;-)
petitelarousse
Messages : 4
Inscription : 07 déc. 2005, 17:18
Contact :

une clause ABUSIVE !

Message non lu par petitelarousse » 18 janv. 2006, 11:02

L'article L-761-9 du Code du travail (en ligne sur www.snj.fr) prévoit que tout article commandé doit être payé, qu'il soit ou non publié. Nulle part il n'est fait mention d'un paiement à 50%. Cette clause est donc abusive!!
A toi de négocier les termes de ton contrat, avant de le signer, et dans la limite du possible ! Mais une fois ta petite signature en bas dudit contrat , tu ne peux plus rien faire. Sinon attaquer ton employeur à la fin de votre collaboration...

Ca fait du bien de faire valoir ses droit dans ce métier... De plus en plus, les employeurs s'ouvrent tous les parapluies possibles au dessus de la tête, au détriment du pigiste, qui doit être felxible, accepter que son travail puisse être réutilisé n'importe où, payé à 50 %, et j'en passe. On doit même s'estimer heureux d'avoir un contrat de pige et d'être payé en salaire, et non pas en honoraires ou autres subterfuges fiscaux. C'est proprement scandaleux !

Précision : je ne suis pas (encore) syndicaliste, je suis juste énervée.
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 18 janv. 2006, 11:16

Contrat, c'est quoi ça ? T'as déjà vu des contrats pour des pigistes ? Moi, non. Dans un seul journal, j'ai des bons de commande. Pour les autres, c'est basé sur la confiance :? En gros, je prends un risque à la première collaboration (où j'essaie d'avoir au moins une confirmation par e-mail de la commande), et ensuite, je ne rebosse jamais dans un journal qui m'a fait des crasses.
Bref, c'est un système à la c.., mais on est obligé d'en passer par là. En tout cas, faut jamais hésiter à se battre pour ses droits.
petitelarousse
Messages : 4
Inscription : 07 déc. 2005, 17:18
Contact :

contrat ou pas

Message non lu par petitelarousse » 18 janv. 2006, 11:30

cilou, tu fais ce que tu veux. Avoir un contrat de pige, je crois personnellement que c'est mieux. Et oui j'en ai déjà vu et oui j'en ai un pour chaque pige régulière.
Je pense qu'il ne faut pas hésiter à proposer et à demander ces contrats à l'employeur. Ils ont tout avantage à le faire, car c'est eux que ça protège en premier lieu.
Après, mon humble avis, c'est que chacun fait comme il veut avec ses petites habitudes !
farrell2
Messages : 71
Inscription : 26 nov. 2004, 14:49
Contact :

Message non lu par farrell2 » 18 janv. 2006, 11:42

Oui, Petitelarousse, j'ai eu la réponse du service juridique du SNJ, tout article commandé et rendu doit être payé, selon l'article que tu cites. Voilà, c'est clair.
Par contre, tu es injuste avec Cilou, sur les contrats exigibles auprès des rédactions. Les chefs de rubrique, toujours débordés, diront qu'ils n'ont pas le temps, ou lâcheront un "mais, t'es chiant, toi !". Attention, je ne les excuse pas, c'est scandaleux. Mais notre marge de manœuvre est si faible. Faire preuve d'autorité, dans 70 % des cas, est le moyen le plus direct pour ne plus se faire appeler la fois suivante...

Chaque semaine, je pourrais en avoir une bonne à vous raconter. L'une des dernières, avec BIBA, titre auquel je collabore depuis 5 ans. Commande de deux sujets de deux pages chacun dans le cahier Hommes (en kiosque). Je soigne, j'écris sur une jambe car 40° de fièvre, fausse pression sur de faux délais, j'envoie. Et puis plus de nouvelles. Jusqu'à la publication : un article a été remplacé par celui d'un autre journaliste ; l'autre a été réécrit intégralement en interne. Sans que personne ne m'en informe. Et croyez-moi ou non, mes versions n'étaient pourtant vraiment pas infamantes... Après ça, c'est bizarre, on se surprend à flâner sur le site de l'APEC...
cilou
Messages : 1588
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 18 janv. 2006, 11:44

ce que je veux... ou ce que je peux.
Les piges régulières ne me semblent pas les plus problématiques : après trois mois de collaboration, on est considérés comme CDI, c'est plus aussi facile de nous virer. En revanche, les nouvelles collaborations sont celles de tous les dangers.
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 344
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 18 janv. 2006, 12:40

Grognements du semi-réveil.
Orson Welles. Big brother is watching you.

Allez, respirez un bon coup. Tout ceci n'est rien, rien du tout, en rapport avec ce qui se prépare. Et vous croyez que le système a envie de vous laisser informer ?
grouik
archaud
Messages : 660
Inscription : 06 déc. 2003, 05:40
Contact :

Message non lu par archaud » 18 janv. 2006, 13:12

cilou a écrit :ce que je veux... ou ce que je peux.
Les piges régulières ne me semblent pas les plus problématiques : après trois mois de collaboration, on est considérés comme CDI, c'est plus aussi facile de nous virer. En revanche, les nouvelles collaborations sont celles de tous les dangers.
Oui, un CDI, mais dont le montant, chaque mois, varie en fonction du volume commandé, je dirais plus exactement selon le volume réellement passé ledit mois.
Le vrai problème, et personne n'a osé encore en parler, c'est que les syndicats de journalistes font beaucoup de vent, mais préfèrent se concentrer sur la protection des journalistes intégrés. Le pôle pigistes de tel ou tel syndicat, c'est bien gentil, mais c'est uniquement pour l'apparat, soyons lucides.
Demander le soutien syndical en cas de différend avec votre employeur, et il vous sera répondu que, oui, on va vous aider à partir dans les meilleures conditions financières possibles. Ce qui n'est pas toujours l'attente du journaliste rémunéré à la pige, qui cherche que ses droits soient tout simplement respectés.
Avatar de l’utilisateur
cochongrouik
Messages : 344
Inscription : 22 déc. 2003, 07:56
Localisation : Sur ma chaise, sur Terre, dans l'Espace, et on tourne
Contact :

Message non lu par cochongrouik » 18 janv. 2006, 13:15

Oui, allez finalement, replongez le nez dans la gamelle. Tant que vous avez l'estomac plein, vous voilà heureux, hein.
grouik
patdepar
Messages : 37
Inscription : 08 janv. 2003, 23:19
Localisation : Par ici
Contact :

Message non lu par patdepar » 18 janv. 2006, 17:34

zoom a écrit :Espoir si tu veux ...

Mais c'est vrai que la période actuelle ne prète pas trop a la rigolade pour les pigistes: titres qui ferment, qui sont rachetés (d'ou quelques mois de flottement) ou qui diminuent les collaborations exterieures (en les remplaçant par de gentils stagiaires bien dociles et pas chers ...
Dans ces remous, les pigistes sont souvent les premiers affectés meme ceux qui collaborent depuis 10 ans, les journaux se referment sur eux meme, essayent de diminuer les couts. A mon avis, economiquement, c'est pas tres rentable de diminuer le volume de travail confie aux pigistes, mieux vaut virer un journaliste en poste ! (eh, c'est de l'humour, noir d'accord mais humour... je le dis avant de me faire flinguer par un syndicaliste !). Maintenant, c'est vrai aussi que l'on subit de plus en plus la concurrence de confreres (je parle surtout des photographes) qui se font remunerer en droits d'auteurs ou sur facture: le statut de pigiste salarié est de plus en plus mal accepté par les employeurs, et avoir la carte de presse m'a plusieurs fois fait perdre des marchés.
Si les auteurs sont effectivement très compétitifs, a la limite de la concurrence deloyale (10% de charges patronales mais peu d'avantages sociaux), les travailleurs indépendants le sont moins par rapport aux salariés... s'ils ne cassent pas les prix et surtout s'ils sont effectivement déclarés à l'URSAAF etc...

Sur le coté positif, il y a regulierement de nouveaux titres qui sortent, meme si pour beaucoup, le bon collaborateur est avant tout quelqu'un qui n'a pas l'outrecuidance de reclamer une remuneration "on les publie et en plus, ils voudraient etre payés ?". Mais parfois, il y a de belles aventures de presse, et ca vaut le coup de les encourager et d'y collaborer a moindre cout au debut, (mais jamais gratos !).

Et puis, il n'a jamais ete aussi facile de se faire editer un livre, meme si ca ne rapporte pas grand chose, ca occupe le temps libre et ca fait une bonne carte de visite: ah ces journalistes qui viennent manger le pain des auteurs...

Donc, plus que jamais, il faut investir dans la demarche commerciale, le demarchage dirais-je meme, les relations publiques (qui a dit l'hypocrisie ?), trouver de nouveaux clients, se creuser la tete pour produire des sujets pas chers au lieu d'attendre des commandes.
De toutes facons, depuis plus de dix ans, que je fais ce metier de journaliste photographe, je n'ai jamais connu de periodes vraiment "grasse", seulement des alternances de bas et de moins bas. J'ai meme l'impression que l'emploi des pigistes est mieux compris par les medias, il serait temps qu'ils se rendent compte que le pigiste, c'est en general bien et pas cher.
Esperons juste que le pigiste ne deviendra pas quelqu'un de bien et gratuit, sinon finis les professionnels ! On devra tous passer les concours de la fonction publique pour continuer a exercer :-))) :twisted:
tout à fait juste ! j'approuve complètement ton analyse
patdepar
Messages : 37
Inscription : 08 janv. 2003, 23:19
Localisation : Par ici
Contact :

Message non lu par patdepar » 18 janv. 2006, 17:40

farrell2 a écrit :Ouh la, j'avais lâché l'affaire ! Et n'avais pas vu que mon petit sujet inspirait tant. Je souscris à tout ce que j'ai lu.

Parmi les abus auquel je fais face, je n'en citerai qu'un, qui doit concerner un paquet de gens ici : le fameux "non paru", que l'on te paye à 50 %...
Non paru d'ailleurs, souvent pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la qualité du texte (page de pub qui saute, voisinage de deux sujets dans le même n°, l'actu qui se retourne entre temps...).
Est-ce bien légal ? J'ai posé la question au SNJ par écrit et je vous tiendrai au courant dès la réponse.
Cela dit, c'est une parenthèse, mais le SNJ n'est plus dans la vraie vie et fabrique des réponses qui valaient il y a 20 ans.
tout à fait illégal ! tout article commandé doit être payé, parution ou pas. de même, pas question de payer deux mois plus tard sous prétexte que le papier a été reculé pour x raisons.
Pour éviter de se faire avoir, mieux vaut échanger par mail (les paroles s'envolent etc...) ou carrément demander une commande écrite, avec rappel de la longueur du papier, du tarif et de la date de remise.
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »