Racontez vos débuts en tant que pigistes

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
cindyroudier
Messages : 2
Inscription : 10 juin 2005, 10:54
Contact :

Racontez vos débuts en tant que pigistes

Message non lu par cindyroudier » 06 sept. 2005, 10:17

Bonjour a tous,
je viens de finir mes études et je souhaite me lancer dans la pige, mais comme je suis curieuse (qualité pour une journaliste, n'est ce pas?) j'aimerai connaitre comment vous avez débutez? vos galères, vos doutes, vos satisfactions? qu'est ce qui vous plait dans la pige? les contraintes aussi? comment vous en sortez vous pour trouvez des sujets, pour les vendre et tout? enfin tout ce qui fait votre quotidien. :D

Cindy
Salif Jr
Messages : 14
Inscription : 02 sept. 2005, 15:04
Contact :

Message non lu par Salif Jr » 06 sept. 2005, 11:13

Vaste Sujet, Cindy... Moi, j'ai pas fait d'école de journalisme, mais un matin (il y a 5 ans), je me suis levé en me disant: "Je veux vivre de l'écriture". Trois mois plus tard, je parlais journalisme à un ami, place d'Italie, autour d'une assiette de moules frites, quand soudain... Une femme s'adresse à moi: "Je vous ai entendu parler de votre projet, si vous voulez, je peux transmettre votre CV à ma rédaction. Je suis moi-même journaliste à Politis". Waouh! Si ça c'est pas un coup du destin, je me demande bien ce que ça peut être! En résumé pour résister et durer dans le métier, il faut beaucoup de conviction et d'envie, mais aussi un peu de chance. Un mot-clé: le RESEAU! Pour la séquence réalisme, sache que parmi les pigistes que je connais, quasiment aucun ne vit exclusivement du journalisme. Moi, je fais aussi de la traduction et des guides de voyage. Bonne route!
cilou
Messages : 1658
Inscription : 13 avr. 2005, 18:20
Contact :

Message non lu par cilou » 06 sept. 2005, 11:34

Salut,

J'ai débuté après environ 8 mois en poste, dans deux CDD, donc j'avais une très petite expérience de journaliste. J'ai eu de la chance, j'ai rapidement décroché quelques piges régulières, notamment par envoi d'un CV (si, si, ça marche parfois). Il ne faut pas hésiter à aller dans les petits journaux, en presse pro (du moins celle de qualité, pas celle qui fait de la pub déguisée), multiplier les visites dans les salons, les voyages et petits-déjeuners de presse... On rencontre d'autres journalistes, on se fait connaître.
Les galères : quand j'ai trop de papiers à rendre en même temps. J'ai du mal à refuser.
Les doutes : quand je n'ai plus assez de commandes.
Ce qui me plaît : la liberté d'organisation, le fait d'avoir peu de transports, l'absence de collègues cons.
Ce qui me déplaît : la solitude (surtout quand j'arrive pas à bosser), l'absence de collègues sympas.
Trouver des sujets : c'est le plus difficile.
Vendre : il suffit de décrocher son téléphone. Si on ne vend pas, c'est que le sujet n'était pas bon (ou plutôt pas adapté au journal), ou que le journal n'a plus d'argent pour ses piges.

En revanche, contrairement à ce que dit Salif, je vis uniquement de la pige (et plutôt bien), et j'en connais d'autres dans ce cas. Je crois que le fait d'avoir une spécialité, si possible pas trop encombrée, aide.

Bon courage
moi
Messages : 303
Inscription : 29 août 2004, 09:09
Contact :

Message non lu par moi » 06 sept. 2005, 12:35

30 septembre : dernier jour de stage
1er octobre : 1ère pige!!!
sergie
Messages : 39
Inscription : 24 mai 2005, 17:56
Localisation : paris
Contact :

Message non lu par sergie » 06 sept. 2005, 15:10

Salut,
moi je me suis lancée il y a deux ans. Je suis partie vivre à l'étranger. De là-bas j'ai pigé régulièrement pour 2 journaux français qui n'avaient personne sur place et qui m'ont accueillie les bras ouverts (je ne leur coûte rien aussi). C'est ce que je conseillerais à tous ceux qui débutent. Avec du recul c'est une expérience très enrichissante et une bonne opportunité pour se lancer dans le métier. On apprend vite! Mais il ne faut pas se faire d'illusions, au quotidien c'est pas facile tous les jours: pas de collègues, peu de moyens, peu de contacts avec les rédactions pour qui on bosse, etc... Et je trouve que c'est pas tjs évident de vendre ses piges: je suis journaliste, pas commerciale!
De l'autre côté il y a aussi bcp d'avantages: indépendance, liberté, moins de stress que dans une rédaction, etc...
Bonne chance!
Sergie
coralih
Messages : 34
Inscription : 21 avr. 2005, 14:10
Contact :

Message non lu par coralih » 06 sept. 2005, 16:43

salut à tous !
vaste sujet en effet. après un dess de journalisme et 2 mois de chomage, j'ai trouvé un emploi de chargé de com...dans lequel je me fais royalement chier. alors pour occuper mes journées et pour enfin faire quelque chose qui me passionne, je fais quelques piges. pour une première collaboration à un journal, j'ai même obtenu un papier de 6 pages. là j'ai eu beaucoup de chance ! bravo à cilou qui arrive à vivre de ses piges ! il y a des jours (comme auj quand ma boss me fait vraiment chier) où je me lancerai bien dans l'aventure. mais faut bien bouffer et pour l'instant (moi aussi je débute) je crois que vivre de mes piges est utopique. peut etre un jour ?! qui sait ! et puis il ya d'autres jours où je me dis que mes collègues me manqueraient parce qu'avoir un boulot (même de merde) c'est aussi avoir un vie sociale. des fois c'est bien les collègues (sont pas toujours cons!!)
c'est quoi la solution ?!!!
dernière chose, effectivement sergie être pigiste c'est pas être commerciale... enfin c'est ce que je croyais mais malheureusement il faut vraiment défendre son morceau de pain et négocier sans cesse...y compris pour un mini article... dur, dur
mais c'est quand même un métier passionnant !
future grande journaliste
Messages : 296
Inscription : 08 oct. 2003, 15:51
Contact :

Message non lu par future grande journaliste » 06 sept. 2005, 16:58

salut !!!
Bon, bein moi, j'ai fait une école de journalisme... Pendant mes études, j'ai fait de nombreux stages, et en même temps, je donnais un coup de main à un de mes profs qui avait monté une boîte de prod et qui avait besoin de main d'oeuvre sur quelques événements... Pour moi, c'était une super expérience.. Puis la boîte de prod a pris de l'ampleur, et il m'a proposé quelques piges... C'est comme ça que j'ai fait le premier pas dans le monde de la pige... En même temps, j'ai vendu quelques aticles en presse écrite pour un magazine qui a aujourd'hui disparu... J'ai toujours répondu à des annonces parues sur catego ou radio actu... J'ai décroché des entretiens, puis un poste de pigiste pour une radio locale... Aujourd'hui, je viens de signer un CDD de 4 mois dans la boîte de prod où j'avais débuté, et la radio pour laquelle je reste encore pigiste me propose un cdi pour janvier... bref, un coup de bol au début, beaucoup de travail, de détermination...
J'ai souvent eu des baisses de moral... Et même y a pas longtemps ! Heureusement, les potes sont là, certains de mes anciens profs avec qui je m'entends bien aussi... Et puis faut se dire que si certains patrons sont cons, d'autres sont sérieux et on peut aussi leur faire confiance...
Bon courage !
"ne vous emmerdez plus, emmerdez les autres !"
zoom
Messages : 344
Inscription : 03 mai 2004, 09:41
Localisation : Montpellier
Contact :

Message non lu par zoom » 06 sept. 2005, 21:14

Oh que si, pigiste c'est AUSSI etre commercial !! Si vous pensez le contraire, ca va être dur de faire ce boulot, les jeunes... car effectivement c'est pas évident, je dirais même très difficile, de vendre des piges à des médias confrontés à une offre débordante.
Je ne comprends pas ce dédain quasi généralisé pour le mot "commercial" qu'ont pas mal d'apprentis pigistes: ce n'est pourtant pas un gros mot ? Si vous ne vous "vendez" pas, il n'a que peu de chances que l'on vienne vous "acheter" sur votre bonne mine. Moi , le commercial, lettres, visites, synopsis etc... représente la moitié de mon temps de travail, ce n'est pas toujours le plus exaltant mais c'est ce qui me permet de faire l'autre moitié, plus "glamour" ("Ouais, tu vois, j'suis photogrâaaphe...") :-))

Personnellement, j'ai fait ma première pige au culot, étant encore étudiant (en sciences pas en journalisme), en démarchant la rédac d'un magazine que je lisais chaque mois, en arrivant avec un sujet tout fait, texte et photo: de toute ma carrière, cela a été l'article le plus vite accepté et paru ! Du coup, j'en ai vite reproposé un second, l'argent gagné immédiatement réinvesti dans le matériel photo. Puis j'ai pris mon baluchon pour aller rencontrer une deuxieme rédaction, a qui j'ai vendu mon troisième article en deux ans.
Après, est arrivé un moment où la science ne m'a pas semblé apte a me nourrir (euphémisme), j'ai alors investi mes modestes économies pour produire trois quatre sujets et aller les vendre a ces deux magazines avec qui j'avais déjà collaboré. Puis j'en ai démarché un troisième, un quatrième, et ainsi de suite, en crevant un peu la dalle au début, jusqu'à avoir un carnet d'adresses, des rédactions qui aiment bien travailler avec moi, de nouvelles collaborations chaque année. A chaque fois qu'un magazine m'attire, je le demarche, je me prends de nombreuses vestes (lettres sans reponses et autres amabilités), a peu près neuf fois sur dix, mais la dixieme me fait vivre...

Alors restez bien tranquilement assis a votre bureau, en attendant que l'on vienne découvrir votre immense talent: çà fera toujours des concurrents en moins ! :lol:
Avatar de l’utilisateur
Izzy
Messages : 166
Inscription : 10 oct. 2002, 15:28
Localisation : Montréal
Contact :

Message non lu par Izzy » 07 sept. 2005, 04:55

Je suis d'accord avec zoom. En tant que pigiste, il faut être commercial. Parce que personne ne va taper à ta porte.
Dans mon cas, quand j'étais viré de ma job à temps plein pour 'raisons économiques', j'ai décidé de me lancer dans la pige pour être mon propre boss.
J'ai utilisé mon réseau au max mais j'ai aussi compilé mon portfolio sur CD, imprimé de belles étiquettes CD et des cartes d'affaires, et fait une quarantaine d'appels. Parfois je parlais au directeur de création, parfois à un chef de projet, parfois au receptionniste. Mais chaque fois je me vendais dans 2 minutes et essayais d'obtenir un rendez-vous pour venir déposer mon CD. J'ai eu 3 hits avec mon CD et 3 hits grâce à mon réseau. Pas mal, pas mal.
Mais ça ne finit pas là. Il faut non seulement faire un bon travail mais toujours être disponible, toujours flexible, toujours de bonne humeur. Comme ça, tes clients ont le reflexe de t'appeller la prochaine fois et toutes les fois après.
cindyroudier
Messages : 2
Inscription : 10 juin 2005, 10:54
Contact :

Message non lu par cindyroudier » 07 sept. 2005, 10:02

Merci pour tous vos conseils. En ce qui concerne votre lieu de travail, etes vous sur Paris ou alors reussisez vous a vendre vos piges en étant en province? Parce que je suis dans un endroit paumé du centre de la France et je me fais un peu de souci pour ca. Pour vivre convenablement vous avez combien de piges mensuelles?


Cindy
zoom
Messages : 344
Inscription : 03 mai 2004, 09:41
Localisation : Montpellier
Contact :

Message non lu par zoom » 07 sept. 2005, 10:43

L'endroit paumé, c'est pas vraiment un probleme, il suffit d'aimer les voyages :-))
Sans blagues, il faut garder un contact par mail par tel avec tes clients mais surtout prendre la peine d'aller les voir en chair et en os plusieurs fois par an. Car sinon, loin des yeux loin du coeur...
coralih
Messages : 34
Inscription : 21 avr. 2005, 14:10
Contact :

Message non lu par coralih » 07 sept. 2005, 12:56

moi je suis en province et j'ai encore jamais rencontré en vrai mes employés ! sans forcément être dans un trou paumé (suis à marseille !!), la province peut aussi être un avantage car tu as accès à certaines infos que les parisiens n'ont pas. ainsi j'ai eu plusieurs idées d'articles en lisant la PQR...
ps : zoom je n'ai rien contre le coté commercial du job de pigiste mais j'avoue que dès fois c'est un peu usant. il m'est arrivé de passer un heure au tel pour convaincre que mon idée était géniale et pour, au final, gratter une pige de 1000 signes !!
sergie
Messages : 39
Inscription : 24 mai 2005, 17:56
Localisation : paris
Contact :

Message non lu par sergie » 07 sept. 2005, 14:23

Bien d'accord avec toi, zoom: un pigiste est bien obligé de vendre ses piges, personne ne va venir le chercher. Je n'ai rien contre les commerciaux. Mais reconnaît que c'est pas toujours facile de démarcher de nouveaux journaux quand tu débutes. Le journalisme me passionne, surtout les reportages, le terrain, les rencontres, l'écriture... Mais faire le tour des rédactions pour vendre mon sujet, j'en garde un très mauvais souvenir. Un supplément du Monde qui m'a fait miroiter une pige pdt 3 mois avant de me dire qu'ils ne prennaient plus de pigistes... J'ai trouvé la parade en bossant régulièrement pour deux journaux avec qui ça se passe très bien, j'ai de la chance.
cancaline
Messages : 67
Inscription : 28 déc. 2004, 12:18
Contact :

Message non lu par cancaline » 07 sept. 2005, 18:11

Ouais, pas la partie la plus intéressante quand même le commercial...voire lassant...mais bon faut ce qu'il faut.
Pour moi les débuts : stage puis pige...tout naturel.
Bien à vous,

Cancâline
Fanny
Messages : 78
Inscription : 19 févr. 2004, 15:28
Contact :

Message non lu par Fanny » 16 sept. 2005, 09:24

d'accord avec zoom, être pigiste c'est en grande partie être commercial! Si tu n'apprends pas à vendre tes sujets impossible d'y arriver. Ils devraient nous préparer à cette réalité dans les écoles... Reste une ligne blanche à ne pas franchir : vendre un sujet comme passionnant quand il l'est moyennement... le risque c'est d'enjoliver la réalité et du coup de mentir sur les faits... c'est le gros problème de déontologie du statut de pigiste.
L'idéal serait de ne proposer que des sujets passionnants. Dans les faits..
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »