Pige commandée=due

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
Mia

Pige commandée=due

Message non lu par Mia » 09 avr. 2004, 17:25

Je viens m'inscrire sur ce forum à la fois résignée et très en colère.
J'ai travaillé en octobre dernier comme pigiste pour un magazine qui a fait une apparition éclair dans les kiosques, Reciproq. Le projet semblait ambitieux et intéressant (un magazine mixte féminin/masculin). Malheureusement le résultat ne s'est pas révélé à la hauteur de ses prétentions... La parution s'est arrêtée après le n°1.
L'équipe de rédaction m'avait commandé un sujet pour le numéro 2 qui devait paraître fin décembre. Mon sujet n'a donc pas été publié. Soit. Mais les deux rédacteurs en chef m'ont assuré qu'il serait payé conformément à la législation : tout article commandé même non publié doit être payé...
Nous sommes aujourd'hui le 9 avril, quelques mails de menaces et lettres recommandées plus tard, je n'ai toujours rien touché. Il ne s'agit que d'une pige à 350 euros mais sur le principe c'est absolument odieux et malhonnête. Aujourd'hui, toute la rédaction a été virée et la société de presse a déménagé. J'ai retrouvé sa trace dans une entreprise de domiciliation... mais pas moyen de contacter directement le directeur de la publication.
Ne possédant pour seule trace qu'une commande par mail, je crois que je n'ai pas vraiment de recours...
C'est pourquoi je me permets de balancer sans complexe le nom de cet escroc qui n'a pas encore mis la clef sous la porte et qui prévoit de relancer un féminin bimestriel. il s'agit de Rafik Assenjee, directeur de la société Everstar Editions.
Si d'aventure vous avez affaire à lui, fuyez, il est tout sauf professionnel, à part peut-être dans l'art de l'arnaque... ou de l'orthographe. Je me permets aussi au passage de citer son mail qui restera pour moi une oeuvre d'anthologie et une grande partie de rigolade...

"Bonjour à tous,
Comme vous le savais déjà Réciproq magazine à été interrompu à cause des objectifs de vente non atteint. Nous allons sortir un autre magazine au mois de juin sur la base d’un nouveau concept.
Pour l’instant nous sommes en stand-by pour car nous manquons de moyen financier, nous avons également déménager pour prendre des locaux plus petit.
En ce qui concerne votre règlement pour le n° 2, nous sommes malheureusement contraint de ne pouvoir vous payer qu’à partir du 28 février 2004, après les rentrées des recettes publicitaire que nous attendons courant février. Vous recevrais donc votre chèque avant le 5 mars 2004.
Nous savons que ce retard ne vous arrange pas, mais nous  n’avons pas d’autre alternative pour le moment, rien ne sert donc de nous relancer.
Nous sommes sincèrement désolé pour cet imprévu et merci de votre patience.
Cordialement ;
Rafick Assenjee."
:oops:
altera sum
Messages : 18
Inscription : 28 janv. 2003, 19:50
Localisation : à Gauche en sortant de l'ascenseur
Contact :

calcul

Message non lu par altera sum » 09 avr. 2004, 23:18

J'ai trouvé 11 fautes d'orth... qui dit mieux ?
Avatar de l’utilisateur
Kitano
Messages : 489
Inscription : 18 oct. 2002, 19:05
Localisation : Le nez sur l'écran
Contact :

Message non lu par Kitano » 12 avr. 2004, 21:25

Mia, la commande qui t'a été passé par mail est tout à fait valable pour faire valoir tes droits (il y a déjà eu jurisprudence à ce sujet). En cas de litige, conserver la correspondance, fut-elle numérique, est primordial.

Tu peux donc aller voir les prudhommes et lancer une action contre cet employeur indélicat. Et ne dis surtout pas "ce n'est qu'une pige de 350 euros". Même à 1 euro, elle mériterait d'être payée. Ne rabaisse jamais ton travail.

Courage.
Quand la femme du torero dort sur ses deux oreilles, à qui appartiennent les oreilles ?
julie_fred
Messages : 14
Inscription : 22 janv. 2003, 11:02
Contact :

Pareil !

Message non lu par julie_fred » 13 avr. 2004, 11:56

J'ai l'impression d'avoir subi la même injustice avec feu Le Journal de la Nature en France. Ce cher Monsieur Arnaud Camus directeur de la publication du Groupe Seiling Media ne souhaite plus aujourd'hui honoré une dette de 5 feuillets sous le pretexte que l'article n'est pas sorti. Il me demande des preuves. Or, je n'ai de cesse de lui en donner.
Le journal s'est arrêté en septembre 2003. Et mon article était inscrit dans le chemin de fer du numéro de septembre. J'ai eu confirmation de cela auprès du rédacteur en chef par téléphone qui s'est fait viré depuis et qui ne veut pas témoigner en ma faveur. Pas de bol !

En tant que pigiste, le boulot est déjà assez difficile pour ne pas avoir de complexe à donner les noms de ceux qui bousillent notre quotidien et notre métier. Bon courage à toi Mia
:wink:
popik
Messages : 13
Inscription : 18 nov. 2002, 13:03
Contact :

Message non lu par popik » 14 avr. 2004, 11:55

Je ne peux qu'encourager tous ceux qui sont victimes de ce genre de pratiques à prendre le taureau par les cornes et à demander réparation à la justice. Si personne ne fait jamais rien, les choses ne risquent pas d'avancer...

Pour ma part, après deux années de collaboration avec un groupe de presse qui trouvait normal de:
- ne pas payer les 13ème mois
- ne pas payer les reparutions (multiples, jusqu'à 6 fois le même papier, dans 2 mags différents !!!)
- ne pas payer certains articles non publiés
- ne pas m'avertir des changements de direction et de formule alors que j'avais en charge l'essentiel d'une rubrique
- me demander en revanche d'être dispo à la seconde, week-ends compris bien sûr (mais ça j'ai refusé dans 99% des cas), et m'engueuler quand ils perdaient un papier dans la nature alors que je venais de leur envoyer
etc... J'en passe, et des pires, j'ai finalement pris mon courage à deux mains et suis allée aux Prud'hommes. Evidemment, à la première lettre pour prévenir l'employeur de mon intention et tenter le coup à l'amiable, j'ai perdu toute chance de bosser avec eux. Resultat : 2 ans de galère, dont je sors tout doucement...

Mais aujourd'hui, après avoir été déboutée de toutes mes demandes en 1ère instance (un enfer, incompréhensible, comme quoi il y a des dysfonctionnements partout), j'ai enfin remporté mon procès en appel. TOUT m'a été accordé, y compris le licenciement abusif et compagnie. Or, l'essentiel de mes "preuves" étaient des mails, puisque nous travaillions en télétravail uniquement.

Il faut tout garder, et ne pas hésiter à l'utiliser en cas de besoin.
L'idéal restant de toujours faire signer un bon de commande clair et net sur les conditions de la pige.. Mais ne rêvons pas, c'est pas pour demain.
Bref, ne pas perdre espoir et se battre, c'est indispensable pour garder la tête hors de l'eau dans ce métier, et avec ce statut surtout.

Je ne dis pas qu'il faut toujours aller en justice (qui est imparfaite aussi), mais parfois il n'y a pas d'autre solution. On y obtient de temps en temps des jugements qui font jurisprudence, et font un peu avancer la profession.

Courage !
Popik
km
Messages : 9
Inscription : 14 avr. 2004, 11:52
Contact :

Message non lu par km » 14 avr. 2004, 12:05

J'ai eu aussi la même mésaventure il y a 3 ans et c'était une pige qui était dans les 400 euros et nous correspondions aussi par mail.
La rédactrice en chef nous avait envoyé toutes les démarches à faire pour se faire payer, mais c'était long et fastidieux. Résultat, j'ai abandonné.
Je sais que dans l'équipe rédactionnelle, nous étions plusieurs dans cette situation mais comme nous étions tous dans des localités différentes, nous étions isolés dans nos démarches.
Unis, peut être aurions-nous pu aboutir à quelque chose.
Ces malchance, ne pas être payé et voir une piste s'envoler, apportent bien des frustrations.
Je t'encourage à faire les démarches nécessaires pour te faire payer. Bien plus que l'argent, c'est la reconnaissance de ton travail.
Courage.
Mia

Message non lu par Mia » 16 avr. 2004, 19:46

merci pour tous vos messages de soutien
je n'ai pas encore totalement baissé les bras mais j'ai peur qu'une action aux prud'hommes ne fasse encore plus traîner les choses.
D'un autre côté, il est vrai que si on se laisse faire sans résister, notre situation déjà précaire se fragilisera encore plus...
L'idéal serait d'entamer une démarche collective avec les autres pigistes dans mon cas.
C'était aussi le but de mon message: outre dénoncer une escroquerie, trouver des alliés...
Avis à la population avertie de ce forum! Si vous connaissez ou entendez parler de quelqu'un ayant bossé pour Réciproq, faites moi signe!!
Avatar de l’utilisateur
Kitano
Messages : 489
Inscription : 18 oct. 2002, 19:05
Localisation : Le nez sur l'écran
Contact :

Message non lu par Kitano » 19 avr. 2004, 16:28

Mais au fait... Il n'avait pas "recruté" ici, cet employeur indélicat ? Ça me dit vaguement quelque chose... Un mec que j'avais appelé sans lui envoyer de CV (un sentiment diffus, une petite sonnette d'alarme...).
Quand la femme du torero dort sur ses deux oreilles, à qui appartiennent les oreilles ?
Mia

Message non lu par Mia » 19 avr. 2004, 17:39

Pour ma part, je n'ai pas eu ce contact grâce au site... mais peut-être a-t-il recruté ici, ça ne me dit rien...
je n'ai jamais eu affaire directement à lui mais à deux rédacteurs en chef aussi vite évaporés dans la nature...
Avatar de l’utilisateur
LeLapin
Messages : 34
Inscription : 26 avr. 2004, 11:24
Localisation : Pays Basque

Message non lu par LeLapin » 26 avr. 2004, 12:04

J'ai eu aussi une expérience similaire il y a une dizaine d'années : canard fermé, édition arrêtée, 6 pigistes non payés. En plus j'habitais en Province et le canard était parisien. Je connaissais une avocate de ma ville que je fréquentais pour des raisons professionnelles, je lui ai raconté l'affaire et elle a accepté de confier le cas à un de ses adjoints. Mes collègues étaient d'accord pour que je gère avec lui nos plaintes de façon centralisée. Résultat aux prud'hommes : piges payées, dommages et intérêts (symboliques mais réels), et condamnation aux dépens (donc on n'a même pas eu à payer l'avocat).
Je précise que les piges avaient été commandées oralement, par téléphone, ce qui n'a absolument pas découragé le tribunal, qui a su comprendre que c'est les us et coutumes de la profession.

Bon courage et bonne continuation pour ton affaire, ne baisse pas les bras. C'est trop facile de se prendre pour un patron de Presse et d'escroquer des pigistes. C'est pourtant pas compliqué d'expliquer à tout le monde s'il y a un risque à prendre, et dans ce cas on peut refuser de le prendre avec le support.
Capitaine

Message non lu par Capitaine » 26 avr. 2004, 17:43

Salut Mia, ceci est un message de Christian. J’ai également bossé pour Reciproq (papiers signé Christian Louis) et suis, bien sûr, pareillement indigné de l’attitude de l’escroc que tu nommes si bien. On peut et ON VA intenter une action contre ce type. Je t’avouerai ne pas avoir été aussi loin que toi dans les démarches revendicatives (lettres recommandées, recherche poussée de la nouvelle adresse de Everstar Edition). J’estimais le combat perdu d’avance eu égard aux manques de preuves écrites dont nous disposions. L’un des derniers e-mails de cette discussion a en revanche fait renaître en moi de nouveaux espoirs. Je fais ici allusion à cette jeune fille qui avait obtenu gain de cause avec pour simple preuve du rendu de son travail un accord oral. Mobilisons-nous, anciens journalistes de Reciproq ! Et faisons respecter nos droits ! Contactons-nous également pour unir nos forces.
Christian.
Lucie M
Messages : 9
Inscription : 29 oct. 2002, 10:30
Contact :

piges pas payées

Message non lu par Lucie M » 26 avr. 2004, 18:10

moi, j'ai le même cas avec "Maxi"
ils m'ont pas payée pour l'isntant


m'ont commandé trois articles
sur consieldu SNJ? j'ai envoyé une lettre avec A/R
j'attends toujours la réponse
vigilance et exigence
Avatar de l’utilisateur
Kitano
Messages : 489
Inscription : 18 oct. 2002, 19:05
Localisation : Le nez sur l'écran
Contact :

Message non lu par Kitano » 26 avr. 2004, 18:12

Si ça peut vous donner du courage, l'histoire d'un groupe de pigistespareillement escroqués par un employeur indélicat. Rien n'est jamais perdu.
Quand la femme du torero dort sur ses deux oreilles, à qui appartiennent les oreilles ?
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »