Pigiste et autoentrepreneur

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
MilleFlori

Re: Pigiste et autoentrepreneur

Message non lu par MilleFlori » 10 oct. 2012, 12:41

Bonjour,

Si besoin est, précision au sujet de l'AGESSA.

On peut très bien se faire payer en DA et ne pas être affilié à la sécu via l'AGESSA.

En effet, ils ne s'occupent de rien sauf de faire les prélèvements. Ensuite, si ce que vous faites ne correspond pas à une rédaction conforme à la loi pour être Auteur, ce n'est pas leur problème, ils font les prélèvements, refusent l'affiliation et c'est tout ! Mais pourtant vous pouvez tout à fait passer par eux.

C'est "étrange" mais c'est ainsi. Et c'est aussi, peut-être, que pour cela autant de "recruteurs" proposent ce type de paiement.
Et bien souvent, il est difficile de refuser au risque de ne pas avoir le contrat... Mais c'est un autre sujet !
Shaman
Messages : 4
Inscription : 05 oct. 2012, 14:49
Contact :

Re: Pigiste et autoentrepreneur

Message non lu par Shaman » 11 oct. 2012, 00:18

Il s'agit de textes scientifiques (je suis journaliste scientifique). Après, on peut bien sûr discuter sur le caractère de "communication" du boulot, mais de mon coté, c'était ça ou AE (ou rien bien sur).
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Pigiste et autoentrepreneu

Message non lu par ann65 » 16 oct. 2012, 21:01

MilleFlori a écrit :Bonjour,

Si besoin est, précision au sujet de l'AGESSA.

On peut très bien se faire payer en DA et ne pas être affilié à la sécu via l'AGESSA.

En effet, ils ne s'occupent de rien sauf de faire les prélèvements. Ensuite, si ce que vous faites ne correspond pas à une rédaction conforme à la loi pour être Auteur, ce n'est pas leur problème, ils font les prélèvements, refusent l'affiliation et c'est tout ! Mais pourtant vous pouvez tout à fait passer par eux.

C'est "étrange" mais c'est ainsi. Et c'est aussi, peut-être, que pour cela autant de "recruteurs" proposent ce type de paiement.
Et bien souvent, il est difficile de refuser au risque de ne pas avoir le contrat... Mais c'est un autre sujet !
Si un employeur te paie en droits d'auteur pour des travaux qui ne relèvent pas de ce statut, il est dans l'illégalité. C'est du travail au noir, ni plus ni moins. En cas de contrôle de l'Urssaf, il serait lourdement sanctionné et se verrait infliger un redressement de cotisations sociales.

Ma foi, s'il veut prendre ce risque... et avec la "complicité" de ses salariés, il n'a qu'à croiser les doigts pour ne pas être contrôlé.
MilleFlori

Re: Pigiste et autoentrepreneur

Message non lu par MilleFlori » 17 oct. 2012, 12:29

Bonjour à vous,

Ce n'est pas si simple que cela Ann, je ne voudrais pas spamer le post mais si l'urssaf était si radicale, cela ne se passerait justement pas ainsi ou pas si souvent. C'est plutôt gris que noir ou blanc !

A titre d'exemple, et je ne peux parler que de ce que je connais donc je ne généralise pas, j'ai travaillé 10 ans pour une "énorme" boite, au noir, en DA.
Lorsque l'urssaf est venue regarder, elle a découvert que toute la branche pour laquelle je travaillais, mes collègues compris, travaillaient au noir.
Le deal a été simple :
Vous proposez à "vos travailleurs" un contrat et on n'engage pas de poursuites.
Ce qui fut fait, nous avons eu une proposition de contrat ferme... pour un an, renouvelable. Le contrat n'a pas été renouvelé au bout de un an.
[Aujourd'hui ils travaillent avec une boite de com]
Nous avons eu à signer un autre contrat qui nous engageait à ne pas poursuivre l'entreprise et à ne jamais communiquer sur le sujet moyennant quelques euros.
L'entreprise n'a eu aucun redressement, ni amendes, rien sauf un avertissement sérieux. Je ne sais pas ce que veut dire un avertissement sérieux mais le résultat est très concret puisque nous avons tous perdu notre travail "dans les règles de l'art".

Et beaucoup d'employeurs aujourd'hui sont affiliés à l'AGESSA, l'AGESSA prélève les cotisations sociales, où vont elles ? Puisque vous n'êtes pas affilié à la sécu ? J'ai deux contrats ainsi, refus de l'AGESSA de m'affilier à la sécu mais acceptation auprès de l'employeur et de moi-même de cotiser, chercher l'erreur, je ne comprends pas.

Le résultat est étrange, je cotise à la sécu, je n'ai pas de sécu, je paye mes impots, tout est en règle pour tout le monde et pourtant rien n'est légal ? Ou bien tout est légal ?

Déduction purement personnelle, je crois que le risque est calculé par tout le monde, AGESSA comprise et que vu le "souk" dans la profession, ils se sentent relativement tranquilles. Parce que pourquoi l'AGESSA accepte ce type de contrat sachant que cela ne relève pas des DA ? Qui est le plus responsable, AGESSA, employeurs, employés... URSSAF ?
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Pigiste et autoentrepreneur

Message non lu par ann65 » 17 oct. 2012, 17:02

MilleFlori a écrit :Bonjour à vous,

Ce n'est pas si simple que cela Ann, je ne voudrais pas spamer le post mais si l'urssaf était si radicale, cela ne se passerait justement pas ainsi ou pas si souvent. C'est plutôt gris que noir ou blanc !

A titre d'exemple, et je ne peux parler que de ce que je connais donc je ne généralise pas, j'ai travaillé 10 ans pour une "énorme" boite, au noir, en DA.
Lorsque l'urssaf est venue regarder, elle a découvert que toute la branche pour laquelle je travaillais, mes collègues compris, travaillaient au noir.
Le deal a été simple :
Vous proposez à "vos travailleurs" un contrat et on n'engage pas de poursuites.
Ce qui fut fait, nous avons eu une proposition de contrat ferme... pour un an, renouvelable. Le contrat n'a pas été renouvelé au bout de un an.
[Aujourd'hui ils travaillent avec une boite de com]
Nous avons eu à signer un autre contrat qui nous engageait à ne pas poursuivre l'entreprise et à ne jamais communiquer sur le sujet moyennant quelques euros.
L'entreprise n'a eu aucun redressement, ni amendes, rien sauf un avertissement sérieux. Je ne sais pas ce que veut dire un avertissement sérieux mais le résultat est très concret puisque nous avons tous perdu notre travail "dans les règles de l'art".?

Aucun redressement ? Eh ben. Ca m'en bouche un coin...
MilleFlori

Re: Pigiste et autoentrepreneur

Message non lu par MilleFlori » 17 oct. 2012, 17:55

Et oui, tout est dit dans vos mots :
"Aucun redressement ? Eh ben. Ca m'en bouche un coin..."

Et voyez-vous, j'aimerais sincèrement que le ménage soit fait, que beaucoup cessent de croire qu'il n'y a qu'un monde où la loi est respectée et appliquée.
Il n'y a eu aucun redressement, le contrat que j'ai signé me demandant de ne jamais engager de poursuite à l'encontre de l'entreprise et de ne jamais communiquer sur le sujet, de ne pas réclamer de droits d'auteur et j'en passe... N'est pas légal, je suis allée voir un avocat à ce sujet.

Et pourtant, force est de constater qu'il y a eu entente entre l'URSSAF, cette entreprise et nous, la base.

A l'arrivée ? Tous virés, après 10 ans de travail continu, une boîte de com pour faire notre travail, pas le droit de dire quelque chose [mais nous l'avons voulu] et l'URSSAF ferme le dossier, voilà le constat !

Alors oui, il y a certainement des redressements, oui la loi est bien plus souvent appliquée que non et je veux y croire, j'y crois mais dans ma profession dont je ne connais le nom, je ne vois rien que du gris, de l'ombre. Tout se fait par contournement, par biais, parce que pour moi, le régime des AE est super mais il doit être scindé en statut, nous écrivons, nous ne sommes pas journalistes, nous ne sommes pas auteurs et pourtant sommes nous rédacteurs ? Si oui, il nous faut un cadre réel comme pour les journalistes, une autre branche de l'écriture née avec internet. Un cadre précis qui indique des tarifs dignent de ce nom, quelque chose de concret que le régime AE n'offre pas. Je ne suis pas une éthéticienne à domicile, elle, elle connait ses tarifs, ils sont appliqués ! Les miens essaient de se lisser sur celui des journalistes mais ne sont pas reconnus comme tel.
Comment dire à un employeur, voilà, c'est 200 € alors qu'il vous propose 7,50 € le feuillet ? Et puis ils s'en fichent, il veut du contenu et la valeur de ce contenu, qu'importe !

Une grosse enseigne, un jour me propose d'écrire : "On vous donne les liens, vous réecrivez, vous piratez les photos, on les fera refaire en dessin, vous n'aurez pas trop de temps à réfléchir, à passer dessus, donc 73 € le dossier de X feuillets et j'en ai fait 5 et je n'ai jamais été payé en prime parce que paiement à la publication et il n'y a pas eu publication ou plutôt oui, une réecriture de ce que j'avais fait par une ou un autre qui lui a accepté de le faire pour 3 euros 6 centimes.

Je ne me plains pas, loin de là, j'aime mon métier, il est fantastique et je gagne très bien ma vie mais j'aimerais vraiment qu'il y ait un grand coup de balai, un vent frais et nouveau.

Que beaucoup racontent, expliquent, nous disent...
accolade
Messages : 58
Inscription : 04 nov. 2008, 13:24
Contact :

Re: Pigiste et autoentrepreneur

Message non lu par accolade » 18 oct. 2012, 11:37

Votre témoignage est intéressant MilleFlori.
Travaille dans un atelier collectif où nous avons tous des professions liées à la communication et/ou l'art, je me suis fait ce constat : nous sommes les seuls (rédacteurs) à ne pas avoir un statut digne de ce nom et surtout, en lien avec notre profession.

Je m'explique :
- auteurs et illustrateurs dépendent des Agessa,
- graphistes et (web)designers dépendent de la maison des artistes,
- les journalistes sont (en théorie) salariés,
- certains, comme les animateurs sont intermittents, etc.

Chacun de ces statuts est précaire, tous ont tendance à être sous-payés, nivelés par le bas pour une raison ou une autre, mais ce que je constate, c'est que finalement, les rédacteurs et les photographes (hors presse et édition) sont un peu les seuls à ne pas bénéficier d'un statut qui prenne en compte les spécificités de leur métier.
MilleFlori

Re: Pigiste et autoentrepreneur

Message non lu par MilleFlori » 18 oct. 2012, 13:01

Bonjour Accolade,

Exactement, nous avons un régime d'AE si nous le désirons, nous sommes donc dans une case mais notre profession hors presse et édition n'a pas de statut précis et règlementé.

Et c'est peut-être, juste une supposition, pour cela que les tarifs sont tirés vers le bas, enfin une raison pour laquelle..., je pense que c'est multifactoriel.

Néanmoins lorsque nous devons négocier avec un client, nous ne pouvons nous appuyer sur rien ! Alors nous reprenons souvent les tarifs des journalistes, on bidouille en heure/tarif feuillet pour arriver à un compromis qui nous semble juste.

A part venter notre expérience, nos travaux, nos qualités, certes importants dans la négo, nous ne pouvons nous baser sur notre statut. Difficile, si on ne peut s'appuyer sur un socle commun à notre profession.
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »