Reportage et crowdfunding

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Messages : 223
Inscription : 04 oct. 2002, 21:19
Localisation : Paris
Contact :

Reportage et crowdfunding

Message non lu par Laurent » 18 oct. 2010, 09:56

Bonjour à tous,

J'ai lu le 12 octobre dernier un communiqué sur Categorynet concernant Spot.us et le crowdfunding en matière de journalisme. Le texte comportait le lien suivant http://owni.fr/2010/10/12/spot-us-glifp ... urnalisme/ menant à un article du site Owni qui analysait rapidement le principe.

Pour ceux qui l'ignorent ou n'auraient pas le temps de se plonger dans ces textes, le crowdfunding appliqué au journalisme revient en gros à faire financer les reportages par le public. Le journaliste "affiche" son synopsis sur un site de financement, lequel s'occupe de la promotion auprès du public et d'éventuels financeurs, et récolte les fonds.

Perso, je vois pas mal d'avantages à ça : visibilité du papier auprès d'éventuels diffuseurs (avec bien sûr la nécessité de bétonner son synopsis pour ne pas se faire piquer l'idée), allègement de la phase de financement, voire de celle de démarchage ensuite pour la vente, rapport direct avec le public...

Mais je me demande ce que vous pensez de tout ça.
Est-ce que vous-même serez tentés par l'idée de vous faire financer de cette manière ?

Tout ça m'intrigue
"Coco, n'oublie jamais que ton article servira à emballer le poisson."
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Reportage et crowdfunding

Message non lu par ann65 » 18 oct. 2010, 14:29

Bonjour,


Je ne vois pas bien l'intérêt de ce procédé.
Pour moi, c'est à peu près aussi efficace que de lancer une bouteille à la mer.

Je crois davantage aux bonnes vieilles méthodes : faire jouer son réseau, donner des nouvelles régulièrement, proposer des sujets adaptés aux titres..

Les journaux reçoivent des centaines de propositions chaque jour, plus ou moins bien torchées ou carrément à côté de la plaque

Les rédac' chefs font d'abord bosser les pigistes qu'ils connaissent en qui ils ont confiance, puis les "copains de copains" qu'ils vont tester sur un papier en cas de besoin.
Et si par le plus grand des hasards, un pigiste propose pile poil au bon moment un sujet innovant, avec un synopsis bien tourné, des promesses de contacts qui peuvent se révéler intéressants, il fera appel à lui. Si le résultat est à la haute de la promesse, le pigiste entrera dans la cours sacrée des collaborateurs réguliers.

Je me demande aussi quel est le modèle économique de ce site ? J'imagine qu'il ne s'agit pas de philanthropie... Le site se prend une com au passage pour tout article "placé", ce qui est logique. Ne réclame-t-il pas aussi un droit d'entrée destiné à financer la visibilité des synopsis ? Un peu à l'image des "listes d'appart" que les gogos achètent encore...Encore faut-il qu'il réussisse à vendre pas mal de papiers pour entrer dans ses frais, surtout s'il promet de "s'occuper de la promotion auprès du public et d'éventuels financeurs, et de récolter les fonds". Tout cela implique du temps et des moyens non négligeables.
Et ce qui m'intrigue aussi c'est le circuit de paiement de ces piges. Qui les paie ? A qui ? A site qui reverse une partie de la pige au pigiste ? Quelle transparence quant au prix vendu ? Quel mode de paiement ? Sur facture j'imagine puisqu'il ne s'agit ni d'une entreprise de presse, ni d'une agence de presse ? Qui fixe les tarifs ? En fonction de quels critères ?

Bref, je suis plus dubitative et méfiante, qu'intriguée.
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Messages : 223
Inscription : 04 oct. 2002, 21:19
Localisation : Paris
Contact :

Re: Reportage et crowdfunding

Message non lu par Laurent » 18 oct. 2010, 17:15

Salut Ann,

Intéressant ton point de vue.
Je suis d'accord avec toi concernant le réseau, les contacts, les vieilles méthodes, etc.
Cependant, je ne connais pas de support qui aidera à financer un sujet un tant soit peu ambitieux. Et c'est là que ce système de souscription, parce que c'est de ça dont il s'agit, me paraît intéressant. Il pourrait largement soulager le journaliste dans sa phase de financement.

Pour l'instant, je ne connais qu'un site de crowdfunding en France, ulule.com qui propose d'aider à financer tout type de projet, y compris des sujets presse. Un a déjà été financé. Je me suis penché dessus (et travaille actuellement à un projet photo à leur soumettre), ce n'est pas une entreprise philanthropique mais il n'y a aucun frais à part la commission Paypal du compte ouvert pour recueillir les fonds qui ne seront débloqués que si la somme demandée est atteinte. Cela dit, il ne s'occupe que de la collecte de fond, un peu de la promo et surtout de la visibilité du synopsis. Pas de la vente du papier qui reste à la charge du journaliste qui se débrouille avec le support de presse qui lui achète le papier.

Après, quelles sont les motivations des internautes pour donner de l'argent... A part quelques compensations proposées par les porteurs de projets, je pense qu'il y a la satisfaction de participer à quelque chose, à une initiative dans lesquels ils se reconnaissent. Mystère. Mais ça a l'air de fonctionner.

Partant de là, je pense que ça vaut le coup d'essayer.
"Coco, n'oublie jamais que ton article servira à emballer le poisson."
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Reportage et crowdfunding

Message non lu par ann65 » 18 oct. 2010, 17:36

Laurent a écrit :Salut Ann,

Intéressant ton point de vue.
Je suis d'accord avec toi concernant le réseau, les contacts, les vieilles méthodes, etc.
Cependant, je ne connais pas de support qui aidera à financer un sujet un tant soit peu ambitieux. Et c'est là que ce système de souscription, parce que c'est de ça dont il s'agit, me paraît intéressant. Il pourrait largement soulager le journaliste dans sa phase de financement.

Pour l'instant, je ne connais qu'un site de crowdfunding en France, ulule.com qui propose d'aider à financer tout type de projet, y compris des sujets presse. Un a déjà été financé. Je me suis penché dessus (et travaille actuellement à un projet photo à leur soumettre), ce n'est pas une entreprise philanthropique mais il n'y a aucun frais à part la commission Paypal du compte ouvert pour recueillir les fonds qui ne seront débloqués que si la somme demandée est atteinte. Cela dit, il ne s'occupe que de la collecte de fond, un peu de la promo et surtout de la visibilité du synopsis. Pas de la vente du papier qui reste à la charge du journaliste qui se débrouille avec le support de presse qui lui achète le papier.

Après, quelles sont les motivations des internautes pour donner de l'argent... A part quelques compensations proposées par les porteurs de projets, je pense qu'il y a la satisfaction de participer à quelque chose, à une initiative dans lesquels ils se reconnaissent. Mystère. Mais ça a l'air de fonctionner.

Partant de là, je pense que ça vaut le coup d'essayer.
J'ai lu (en diagonal, je l'avoue) l'article dont tu as mis le lien.

Finalement ce type de site fonctionnerait un peu sur le mode de la "tontine" à la chinoise. Chacun met un peu au pot pour aider les autres à financer leur projet... Et un jour ou l'autre chacun a besoin de se faire financer un projet et profite du pot commun.

Je t'avoue que je ne crois pas trop en la pérennité de ce type de système dans le cas qui nous intéresse (dans la communauté chinoise de Belleville, ça marche plutôt bien, mais le racket aussi :roll: ) ...
Les journalistes pigistes ont du mal à joindre les deux bouts et les lecteurs s'offusquent souvent de devoir payer pour lire sur le net les archives des journaux. Alors souscrire à de tels projets...

A moins que de généreux donateurs filent du flouze (et beaucoup) pour promouvoir une "presse libre"... Et, là encore, je n'y crois guère.

Ce que j'ai lu aussi sur cet article, c'est qu'un site français de "crowdfunding "a pu bénéficier d'une aide financière de l'Etat pour monter son projet.


"Pour développer la plateforme technique de Glipfix, les partenaires (JamesSpot, Exalead, BayardPresse, Bearstech et FaberNobvel) avait déjà reçu une dotation de 250 000 euros par le ministère de économie et des Finances".


J'ose espérer que cet argent public (ou au moins une partie) sera redistribué aux journalistes qui participent pour financer leurs projets... Et là encore j'en doute.

Que veux-tu, je suis sans doute très blasée... :?

Mais si tu nous assures que cela te permet de mener à bien ton projet, je ne demande qu'à te croire. Viens nous raconter ce qu'il en est dans 3 ou 6 mois.
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Messages : 223
Inscription : 04 oct. 2002, 21:19
Localisation : Paris
Contact :

Re: Reportage et crowdfunding

Message non lu par Laurent » 18 oct. 2010, 22:24

Oui, tu parles de Glifpix.
J'ai regardé en détail leur système. C'est une usine à gaz à laquelle je crois peu. Par contre, le système de Ulule est beaucoup plus souple et le site n'a bénéficié d'aucune subvention ni aide. Quelques projets ont déjà été financés..
Après, il faudra un peu de temps pour voir si les généreux donateurs répondent présents.
Mon projet sera ou ne sera pas financé. Ca dépend de beaucoup de facteurs dont de ma capacité à le rendre intéressant.
Mais jette un oeil sur le site, tu verras que d'autres l'ont été.

Encore un fois, il n'y a pas de risque à essayer.
"Coco, n'oublie jamais que ton article servira à emballer le poisson."
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Messages : 223
Inscription : 04 oct. 2002, 21:19
Localisation : Paris
Contact :

Re: Reportage et crowdfunding

Message non lu par Laurent » 19 oct. 2010, 08:38

Tiens, je rajoute quelques analyses et exemples tirés du très intéressant site OWNI

http://owni.fr/2010/07/06/spot-us-les-j ... le-public/
• "les journalistes de Spot.us ne sont pas très à l’aise pour pitcher leurs sujets en public et demander des dons. Cette nouvelle activité entraîne de nouvelles obligations et change la nature du rôle du journaliste."
• "Sur Spot.us, une culture de la participation se manifeste déjà de plusieurs façons : les membres de la communauté (lecteurs et donateurs) peuvent donner de l’argent ou une idée pour un pitch, ils peuvent laisser un commentaire, soumettre un tuyau, ou s’acquitter d’une tâche qu’un journaliste a assigné aux lecteurs."
• "Du point de vue du journaliste, le don crée un lien fort entre le journaliste et le donateur. Les journalistes trouvent cela gratifiant d’avoir un lien direct avec les lecteurs. Cette connexion crée aussi un fort sens de la responsabilité sur le sujet."
• "Cependant, c’est typique, les donateurs préfèrent participer seulement en faisant des dons."
http://owni.fr/2010/08/11/le-crowdfund ... urnalisme/
• "le crowdfunding a prouvé qu’il fonctionnait comme modèle de financement pour une certaine forme de journalisme, comme le reportage d’investigation et les sujets civiques."
• "Les nouvelles sources de revenu comme le crowdfunding pour les journalistes sont nécessaires alors que le journalisme entre dans l’ère post-conglomérat. Cela signifie que les grandes entreprises de médias emploient moins de journalistes, mais les journalistes travaillent plus souvent comme freelance ou journaliste-entrepreneur. Par conséquent, ces derniers ont besoin de nouvelles façons d’obtenir des fonds pour leur travail."
• "ces plates-formes [de crowdfunding] offrent habituellement la transparence qui manque dans les organisations traditionnelles"
• "Le crowdsourcing et le crowdfunding sont des manifestations de l’intelligence collective"

http://owni.fr/2010/10/09/crowdsourcons ... urnalisme/
• "Comme tous les ans depuis 2006, la fondation Knight met en jeu plusieurs millions de dollars pour financer des projets de journalisme innovant. Parmi les précédents lauréats, on trouve des projets tels qu’Ushahidi, Spot.us ou Everyblock."

http://owni.fr/2010/10/12/spot-us-glifp ... urnalisme/
• "(...) outre les donations effectuées par les internautes (ils peuvent soutenir Spot.Us en plus de leurs financements d’articles), Spot.US vit du mécénat (donateurs privés), mais aussi de publicité. Et ce de manière originale : ici, pas de bannières, mais depuis le mois de juillet, les annonceurs peuvent proposer des sondages en ligne : l’utilisateur qui accepté de d’y répondre reçoit 5 dollars à dépenser pour financer un des articles sélectionnés par l’annonceur."
• "Résultat, les frais engagés par la journaliste Lindsey Hoshaw pour réaliser son reportage lui ont été réglés d’avance non pas par le commanditaire de cet article, le NY Times, mais par des centaines de donateurs, via Spot.US. Elle a récolté 6 000 dollars de dons."
• "En France aussi, le premier site dédié au co-financement de reportages s’apprête à voir le jour. Glifpix, en sommeil depuis un an, sera lancé le 27 octobre, annonçait hier la newsletter spécialisée Satellinews."
• "Pour développer la plateforme technique de Glipfix, les partenaires (JamesSpot, Exalead, BayardPresse, Bearstech et FaberNobvel) avait déjà reçu une dotation de 250 000 euros par le ministère de économie et des Finances."
http://www.rue89.com/making-of/2010/10 ... don-171202


http://owni.fr/2010/10/15/paroles-de-co ... urnalisme/
Cet article qui fait apparaître une autre plate forme de crowdfunding : kiss kiss bank bank http://www.kisskissbankbank.com/project ... e-conflits
"Coco, n'oublie jamais que ton article servira à emballer le poisson."
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: Reportage et crowdfunding

Message non lu par ann65 » 19 oct. 2010, 09:56

Laurent a écrit :Tiens, je rajoute quelques analyses et exemples tirés du très intéressant site OWNI

http://owni.fr/2010/07/06/spot-us-les-j ... le-public/
• "les journalistes de Spot.us ne sont pas très à l’aise pour pitcher leurs sujets en public et demander des dons. Cette nouvelle activité entraîne de nouvelles obligations et change la nature du rôle du journaliste."
• "Sur Spot.us, une culture de la participation se manifeste déjà de plusieurs façons : les membres de la communauté (lecteurs et donateurs) peuvent donner de l’argent ou une idée pour un pitch, ils peuvent laisser un commentaire, soumettre un tuyau, ou s’acquitter d’une tâche qu’un journaliste a assigné aux lecteurs."
• "Du point de vue du journaliste, le don crée un lien fort entre le journaliste et le donateur. Les journalistes trouvent cela gratifiant d’avoir un lien direct avec les lecteurs. Cette connexion crée aussi un fort sens de la responsabilité sur le sujet."
• "Cependant, c’est typique, les donateurs préfèrent participer seulement en faisant des dons."
http://owni.fr/2010/08/11/le-crowdfund ... urnalisme/
• "le crowdfunding a prouvé qu’il fonctionnait comme modèle de financement pour une certaine forme de journalisme, comme le reportage d’investigation et les sujets civiques."
• "Les nouvelles sources de revenu comme le crowdfunding pour les journalistes sont nécessaires alors que le journalisme entre dans l’ère post-conglomérat. Cela signifie que les grandes entreprises de médias emploient moins de journalistes, mais les journalistes travaillent plus souvent comme freelance ou journaliste-entrepreneur. Par conséquent, ces derniers ont besoin de nouvelles façons d’obtenir des fonds pour leur travail."
• "ces plates-formes [de crowdfunding] offrent habituellement la transparence qui manque dans les organisations traditionnelles"
• "Le crowdsourcing et le crowdfunding sont des manifestations de l’intelligence collective"

http://owni.fr/2010/10/09/crowdsourcons ... urnalisme/
• "Comme tous les ans depuis 2006, la fondation Knight met en jeu plusieurs millions de dollars pour financer des projets de journalisme innovant. Parmi les précédents lauréats, on trouve des projets tels qu’Ushahidi, Spot.us ou Everyblock."

http://owni.fr/2010/10/12/spot-us-glifp ... urnalisme/
• "(...) outre les donations effectuées par les internautes (ils peuvent soutenir Spot.Us en plus de leurs financements d’articles), Spot.US vit du mécénat (donateurs privés), mais aussi de publicité. Et ce de manière originale : ici, pas de bannières, mais depuis le mois de juillet, les annonceurs peuvent proposer des sondages en ligne : l’utilisateur qui accepté de d’y répondre reçoit 5 dollars à dépenser pour financer un des articles sélectionnés par l’annonceur."
• "Résultat, les frais engagés par la journaliste Lindsey Hoshaw pour réaliser son reportage lui ont été réglés d’avance non pas par le commanditaire de cet article, le NY Times, mais par des centaines de donateurs, via Spot.US. Elle a récolté 6 000 dollars de dons."
• "En France aussi, le premier site dédié au co-financement de reportages s’apprête à voir le jour. Glifpix, en sommeil depuis un an, sera lancé le 27 octobre, annonçait hier la newsletter spécialisée Satellinews."
• "Pour développer la plateforme technique de Glipfix, les partenaires (JamesSpot, Exalead, BayardPresse, Bearstech et FaberNobvel) avait déjà reçu une dotation de 250 000 euros par le ministère de économie et des Finances."
http://www.rue89.com/making-of/2010/10 ... don-171202


http://owni.fr/2010/10/15/paroles-de-co ... urnalisme/
Cet article qui fait apparaître une autre plate forme de crowdfunding : kiss kiss bank bank http://www.kisskissbankbank.com/project ... e-conflits
Tu touches des com pour faire si bien la réclame de ces sites ? :wink:
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Messages : 223
Inscription : 04 oct. 2002, 21:19
Localisation : Paris
Contact :

Re: Reportage et crowdfunding

Message non lu par Laurent » 19 oct. 2010, 09:59

Hahaha !!!




Si seulement c'était le cas....
"Coco, n'oublie jamais que ton article servira à emballer le poisson."
monartiste
Messages : 3
Inscription : 15 mars 2011, 11:44
Contact :

Re: Reportage et crowdfunding

Message non lu par monartiste » 02 mai 2012, 17:35

Bonjour,

Je viens de publier un guide sur le sujet..
je vous laisse le lien où vous retrouverez le communiqué de presse

http://www.categorynet.com/communiques- ... 403180218/

http://www.leguideducrowdfunding.com/

N'hésitez pas à le partager, à commenter et évidemment à vous le procurez.

Nicolas
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »