piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
JuCor

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par JuCor » 14 sept. 2010, 16:45

Ma réponse n'était pas une critique et ne s'adressait pas directement à ta situation. Je considérais juste qu'avant de prendre un statut d'AE, il faut regarder tout en détail, et ne pas cocher une case au hasard.

Je pense qu'il n'y a aucun statut idéal, et que c'est juste une question de situation. Moi j'ai préféré l'AE car à ce moment là c'était ce qui me correspondait le mieux, et si ma situation évolue, je réfléchirai surement à un changement de statut (j'ai démarré mon AE il y a seulement 6 mois, car je ne trouvais pas de travail dans ma branche).

J'espère que tu trouveras une solution satisfaisante pour ton offre de mission, et que tu t'y retrouveras.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par ann65 » 14 sept. 2010, 16:50

Duc a écrit :
egery a écrit : Là j'ai eu une proposition pour des "missions" de rédaction de quelques jours par semaines pdt 3 à 4 mois pour un site web marchand. Ils me disent que pour me facturer je dois avoir le statut d'autoentrepreneur… (ils veulent me payer à la journée et je dois travailler directement dans leur société)… le portage salarial[e] est-ce mieux?
Cette proposition est tout simplement illégale. Étant donné qu'il y a lien de subordination, puisque travail sur le lieu de l'entreprise et horaires non choisis, le statut de salarié est obligatoire. La proposition revient à utiliser de la main d'œuvre bon marché au noir.
Accessoirement, s'ils décident de se séparer de toi au bout de 2 ou 3 mois, sans aucune compensation ni préavis, toi non plus, tu ne pourras rien leur reprocher! Quant à tes droits Assedic, ils auront entretemps fondu comme neige au soleil…
Egery a peut-être la possibilité de "choisir" les jours où elle ira travailler, ainsi que ses horaires de travail (dans la mesure où les locaux lui sont accessibles évidemment).
En tant qu'indépendant, tu peux être amené à travailler dans les locaux de ton client pour assurer ta mission.

Mais pour tout le reste, je suis malheureusement d'accord avec toi. C'est casse gueule... Une telle proposition ne sent pas très bon. Si la rémunération proposée est mirifique, ça se discute. Mais je suis sûre que c'est au ras des pâquerettes en plus...
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par ann65 » 14 sept. 2010, 18:11

JuCor a écrit :Ma réponse n'était pas une critique et ne s'adressait pas directement à ta situation. Je considérais juste qu'avant de prendre un statut d'AE, il faut regarder tout en détail, et ne pas cocher une case au hasard.

Je pense qu'il n'y a aucun statut idéal, et que c'est juste une question de situation. Moi j'ai préféré l'AE car à ce moment là c'était ce qui me correspondait le mieux, et si ma situation évolue, je réfléchirai surement à un changement de statut (j'ai démarré mon AE il y a seulement 6 mois, car je ne trouvais pas de travail dans ma branche).
je ne l'ai pas pris comme une critique, ne t'inquiète pas.
Tu as raison de mettre en garde et de conseiller de regarder tout en détail pour éviter les mauvaises surprises.
Je trouve que la "pub" faite autour de ce statut d'AE est mensongère et pousse à s'engager en se disant que finalement on n'a rien à perdre puisque si on n'encaisse pas de factures on ne paie pas de charges.

C'est un poil plus compliqué de devenir AE, surtout si l'on n'est pas déjà salarié par ailleurs avec un vraie protection sociale
Quelle caisse de sécu choisir par exemple ? Faut-il renoncer au régime général de la sécu ? Faut-il opter pour le prélèvement libératoire de l'IR? sont notamment des questions à étudier en détail, ce qui est difficile avec aucune visibilité sur son activité.

Et je persiste à penser que le système de prélèvement libératoire, présenté comme un bonus fiscal incitatif n'est pas juste pour les AE dont le chiffre d'affaires est finalement en dessous de leurs espérance... puisqu'ils paient un IR à la source alors qu'ils devraient être non imposables.
egery
Messages : 69
Inscription : 09 déc. 2009, 17:44
Contact :

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par egery » 16 sept. 2010, 13:07

humm donc en fait il faudrait que je gère de façon a être payée pour des missions courtes et pas sur ces 3 mois. Je trouve tout ça bien compliqué... J'hésite beaucoup surtout sur le fait de devoir payer des impôts. Ce travail sera loin de révolutionner ma vie. Je ne pense pas que cela soit très bien payé (ils n'ont pas leurs propres locaux, leur site est très moyen... ) et je crains d'être super perdante au final avec les charges etc..

Quand tu dis que ton statut est TNS, c'est travailleur non salarié? Cela signifie que tu ne fais que des piges contre fiches de salaires ? Tu peux m'expliquer? merci !
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par ann65 » 16 sept. 2010, 13:27

egery a écrit :humm donc en fait il faudrait que je gère de façon a être payée pour des missions courtes et pas sur ces 3 mois. Je trouve tout ça bien compliqué... J'hésite beaucoup surtout sur le fait de devoir payer des impôts. Ce travail sera loin de révolutionner ma vie. Je ne pense pas que cela soit très bien payé (ils n'ont pas leurs propres locaux, leur site est très moyen... ) et je crains d'être super perdante au final avec les charges etc..

Quand tu dis que ton statut est TNS, c'est travailleur non salarié? Cela signifie que tu ne fais que des piges contre fiches de salaires ? Tu peux m'expliquer? merci !
TNS = travailleur non salarié (ou indépendant ou libéral, autant de termes pour dire la même chose).
Il faut être enregistrée auprès des services de l'Urssaf (et de la sécu des indépendants et de la caisse de retraite des indépendants, mais tt cela se fait à travers un guichet unique lors de l'inscription)
Le statut d'auto-entrepreneur correspond à celui de TNS simplifié en fait.

Donc le TNS établit des factures et se fait payer en honoraires TTC. Il paie suite ses charges à l'Urssaf, à la sécu des indépendants (RSI) et à la caisse de retraite des indépendant (Cipav) ; soit environ 40 de ses revenus nets (revenu net = globalement ce que tu as encaissé moins tes charges pro).
Il reverse aux impôts la TVA qu'il a encaissée - la TVA payée (quand il achète qq chose pour ton boulot) - sauf s'il a choisi le régime fiscal de la "micro entreprise" (à condition que son CA annuel soit inférieur à 32 000 euros).

Pour en revenir à ton cas, je pense qu'un contrat de prestation de trois mois est trop long. Si à l'issue de ces trois mois, la boite te dit que ton boulot est merdique et qu'elle ne veut pas te payer, tu auras peu de recours pour toucher des pépettes.

Et surtout un contrat de prestation de services devrait porter, non pas sur une durée, mais sur une mission précise : ex. alimenter telle ou telle rubrique du site soit environ X articles / rubrique, même si tu évalues en nombre de jours cette mission pour convenir d'une rémunération.
egery
Messages : 69
Inscription : 09 déc. 2009, 17:44
Contact :

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par egery » 16 sept. 2010, 20:42

ann65 a écrit :
egery a écrit :humm donc en fait il faudrait que je gère de façon a être payée pour des missions courtes et pas sur ces 3 mois. Je trouve tout ça bien compliqué... J'hésite beaucoup surtout sur le fait de devoir payer des impôts. Ce travail sera loin de révolutionner ma vie. Je ne pense pas que cela soit très bien payé (ils n'ont pas leurs propres locaux, leur site est très moyen... ) et je crains d'être super perdante au final avec les charges etc..

Quand tu dis que ton statut est TNS, c'est travailleur non salarié? Cela signifie que tu ne fais que des piges contre fiches de salaires ? Tu peux m'expliquer? merci !
TNS = travailleur non salarié (ou indépendant ou libéral, autant de termes pour dire la même chose).
Il faut être enregistrée auprès des services de l'Urssaf (et de la sécu des indépendants et de la caisse de retraite des indépendants, mais tt cela se fait à travers un guichet unique lors de l'inscription)
Le statut d'auto-entrepreneur correspond à celui de TNS simplifié en fait.

Donc le TNS établit des factures et se fait payer en honoraires TTC. Il paie suite ses charges à l'Urssaf, à la sécu des indépendants (RSI) et à la caisse de retraite des indépendant (Cipav) ; soit environ 40 de ses revenus nets (revenu net = globalement ce que tu as encaissé moins tes charges pro).
Il reverse aux impôts la TVA qu'il a encaissée - la TVA payée (quand il achète qq chose pour ton boulot) - sauf s'il a choisi le régime fiscal de la "micro entreprise" (à condition que son CA annuel soit inférieur à 32 000 euros).

Pour en revenir à ton cas, je pense qu'un contrat de prestation de trois mois est trop long. Si à l'issue de ces trois mois, la boite te dit que ton boulot est merdique et qu'elle ne veut pas te payer, tu auras peu de recours pour toucher des pépettes.

Et surtout un contrat de prestation de services devrait porter, non pas sur une durée, mais sur une mission précise : ex. alimenter telle ou telle rubrique du site soit environ X articles / rubrique, même si tu évalues en nombre de jours cette mission pour convenir d'une rémunération.

Merci pour les infos sur le TNS ! Je me coucherais moins bête !
Pour le reste, je pense que je vais lâcher l'affaire ! C'est bcp de prise de tête pour un résultat minime.

merci pour tout :)
lolipop

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par lolipop » 17 sept. 2010, 19:44

Bonjour,

Je me permets de me glisser dans cette discussion car ma question est aussi à propos de autoentrepreneuriat.
Je viens de débuter en tant que pigiste "payée à la facture", avec une boite pour laquelle je travaille tous les jours. Je suis payée à la pige. J'en fais un certain nombre pour pouvoir m'y retrouver à la fin du mois. Je sais que c'est "illégal", mais que lui dire à cette boite? Que ça ne m'intéresse pas parce que je ne suis pas salariée chez elle? Elle me dira d'aller voir ailleurs si je ne suis pas contente, et actuellement j'ai besoin de ce travail. Ma question est simple: qu'est-ce que je risque à travailler comme ça? J'aimerais continuer jusqu'au début de l'année prochaine (janvier/ février et ensuite peut-être tenter d'être salariée quelque part). Je travaille pour ces gens depuis 3 mois environ et pour l'instant ce sont les seuls clients que j'ai. Lorsque je suis allée déclarer mon activité à l'Urssaf j'ai indiquée "pigiste". Est ce une erreur? Merci d'avance pour vos conseils.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par ann65 » 18 sept. 2010, 10:44

lolipop a écrit :Bonjour,
Je viens de débuter en tant que pigiste "payée à la facture", avec une boite pour laquelle je travaille tous les jours. Je suis payée à la pige. J'en fais un certain nombre pour pouvoir m'y retrouver à la fin du mois. Je sais que c'est "illégal", mais que lui dire à cette boite? Que ça ne m'intéresse pas parce que je ne suis pas salariée chez elle? Elle me dira d'aller voir ailleurs si je ne suis pas contente, et actuellement j'ai besoin de ce travail. Ma question est simple: qu'est-ce que je risque à travailler comme ça? J'aimerais continuer jusqu'au début de l'année prochaine (janvier/ février et ensuite peut-être tenter d'être salariée quelque part). Je travaille pour ces gens depuis 3 mois environ et pour l'instant ce sont les seuls clients que j'ai. Lorsque je suis allée déclarer mon activité à l'Urssaf j'ai indiquée "pigiste". Est ce une erreur? Merci d'avance pour vos conseils.
Toi, tu ne risques pas grand-chose...

Mais cette boîte risque de se retrouver condamnée à devoir requalifier en CDI tous les contrats de ses "auto-entrepreneurs maison" (car j'imagine que vous être toute une armada dans ce cas :roll: ) , avec au minima le versement à l'Urssaf de cotisations sociales non payées, les pénalités et des majorations de retard, mais aussi des dommages et intérêts et des amendes au pénal. Elle risque aussi une fermeture administrative.

Il y a bel et bien lien de subordination entre cette entreprise et toi : tu bosses dans ses locaux (à temps plein en plus !) et les horaires et les jours de travail te sont imposés.... Donc tu devrais être salariée. Tu n'as d'auto-entrepreneur que le nom...

Si un candidat non retenu, mal traité ou viré comme un malpropre a envie de se venger de cette boîte, en en touchant un mot à l'inspecteur du travail ou l'Urssaf du coin elle risque donc de passer un sale quart d'heure.

Je ne pense pas que de ton côté, tu auras pas à rembourser les sommes perçues, mais l'entreprise pourrait bien être condamnée à te verser les salaires qu'elle aurait dû te verser si elle t'avait régulièrement salariés.

Car ce que pratique cette boite est du salariat déguisé. C'est donc, effectivement, totalement illégal.

-----------------------------------------

Trouvé sur le site d'Europe 1

http://www.europe1.fr/Economie/Les-deri ... ur-159433/

Par Gabriel Vedrenne (avec Fabien Cazeaux)

Publié le 18 mars 2010 à 15h44 Mis à jour le 18 Mars 2010 à 16h22


Les dérives du statut d'auto-entrepreneur

Ce statut rencontre un grand succès, mais permet aussi de contourner le droit du travail.

Face la multiplication des dérives, le ministère du Travail a décidé de renforcer les contrôles et promet des modifications législatives.
"La chasse aux faux statuts et au faux travail indépendant fait partie des priorités du plan vigoureux de lutte contre le travail illégal annoncé par le ministre le 26 novembre dernier, avec des objectifs chiffrés de 5% de contrôles en plus par an en 2010 et 2011", a indiqué jeudi l'entourage du ministre du Travail, Xavier Darcos.

Des sans-papiers devenus auto-entrepreneurs
Mercredi, onze étrangers sans papiers ont été découverts employés dans les cuisines d'un restaurant de Neuilly-sur-Seine, "Les Jardins de Bagatelle". Chose inhabituelle, trois d’entre eux avait dû déposer un statut d'auto-entrepreneur, à la demande du restaurant.
Raymond Chauveau, de la CGT, dénonce "des situations ubuesques".
"Tous ont été requalifiés en CDI à plein temps et l'entreprise s'est engagée à déposer ce jeudi en préfecture les formulaires de demande de régularisation", a indiqué la CGT.

Augmenter les sanctions
"Le ministre du Travail a souhaité très fortement, et ce sera sans doute le cas, que la possibilité de fermeture administrative d'une entreprise qui utilise de manière organisée du travail illégal, soit ouverte pour toutes les formes de travail illégal et pas seulement pour l'emploi d'étrangers sans titre de travail", martèle-t-on dans l'entourage du ministre.
Une fois la loi passée, les restaurateurs dans le cas des "Jardins de Bagatelle" "s'exposent potentiellement à une fermeture administrative", souligne le ministère. Quand au salarié faussement recruté comme auto-entrepreneur, il pourrait demander des dommages et intérêts au pénal et une requalification en CDI.
Dans le droit français, ce qui définit la relation de travail, ce n'est pas le contrat, mais l'existence de directives données par l'employeur qui en contrôle l'exécution et le lien de subordination.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par ann65 » 18 sept. 2010, 12:06

A propos des auto-entrepreneurs, toujours, une autre information très intéressante à lire sur :

http://assorst.over-blog.com/article-pr ... 91422.html,
le site du Réseau Solidaire par le Travail.

Des auto-entrepreneurs, qui vendaient des articles (sex toys) sur un site de vente en ligne, ont été condamnés, il y a quelques jours par voie de référé pour concurrence déloyale pour avoir pratiqué des prix trop bas.

C'est une première qui va donc faire jurisprudence.
On peut parfaitement imaginer que des journalistes pro ou des travailleurs indépendants "classiques" s'organisent et portent plainte contre des auto-entrepreneurs qui vendent des piges ou des prestations de com des tarifs défiant toute concurrence grâce aux cotisations très faibles appliquées sur leurs factures...
lolipop

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par lolipop » 18 sept. 2010, 12:29

Merci beaucoup Anne 65 pour ta réponse claire!
Oui je sais bien que c'est un CDI déguisé qui ne veut pas dire son nom. Pour apporter une précision, je ne travaille pas dans "leurs bureaux", mais chez moi à domicile - nous communiquons principalement par internet. Je les ai toutefois rencontré en "chair et en os" :)
Je ne compte pas faire ça toute ma vie c'est clair, mais au moins un certain temps (quelques mois tout au plus). En fait je démarre, et n'ai trouvé que ça pour le moment pour me lancer (et vivre).
Je suppose que bien entendu ils savent ce qu'ils encourent à pratiquer ce genre de recrutement, et je ne dois évidement pas être la seule dans ce cas là.
Pour mes déclarations de revenus auprès de l'Urssaf, j'ai choisi la déclaration trimestrielle. J'espère que ça ne posera pas de problème. C'est la première fois que je fais ça et je ne connais pas bien...
Est-ce qu'être déclarée "pigiste" indépendant auprès de l'Urssaf pose un réel problème ou bien aurais-je dû plutôt me signaler en tant que "journaliste"?
D'après ce que je comprends, pigiste et indépendant c'est un peu un contre sens, non?
Merci
Parisgolfer

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par Parisgolfer » 18 sept. 2010, 13:31

Au-delà de toutes ces considérations pratiques, il faut considérer le fait que le statut d'auto-entrepreneur n'est absolument pas compatible avec le métier de journaliste (donc la carte de presse). Attention donc au chiffre d'affaires réalisé. D'ailleurs, les métiers de la presse au sens strict du terme ont été retirés de la liste de métiers compatibles avec le statut d'AE à la demande du SNJ. Dont acte.
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par ann65 » 18 sept. 2010, 16:11

lolipop a écrit :Merci beaucoup Anne 65 pour ta réponse claire!
Oui je sais bien que c'est un CDI déguisé qui ne veut pas dire son nom. Pour apporter une précision, je ne travaille pas dans "leurs bureaux", mais chez moi à domicile - nous communiquons principalement par internet. Je les ai toutefois rencontré en "chair et en os" :)
Je ne compte pas faire ça toute ma vie c'est clair, mais au moins un certain temps (quelques mois tout au plus). En fait je démarre, et n'ai trouvé que ça pour le moment pour me lancer (et vivre).
Je suppose que bien entendu ils savent ce qu'ils encourent à pratiquer ce genre de recrutement, et je ne dois évidement pas être la seule dans ce cas là.
Pour mes déclarations de revenus auprès de l'Urssaf, j'ai choisi la déclaration trimestrielle. J'espère que ça ne posera pas de problème. C'est la première fois que je fais ça et je ne connais pas bien...
Est-ce qu'être déclarée "pigiste" indépendant auprès de l'Urssaf pose un réel problème ou bien aurais-je dû plutôt me signaler en tant que "journaliste"?
D'après ce que je comprends, pigiste et indépendant c'est un peu un contre sens, non?
Merci
Ni pigiste ni journaliste n'est "acceptable". Aucun code APE ne correspond, d'ailleurs, à ces professions.

Un journaliste pro est sensé être payé en salaire à l'exclusion de tout autre mode de rémunération. Et je ne pense pas que ces appellations figurent dans la liste des professions autorisées à s'enregistrer comme AE. Quel code APE t'a été attribué lors de ton inscription en tant qu'AE à propos ?
Tu aurais pu t'inscrire en tant que conseil en communication par exemple.

Je ne sais pas si ces entreprises connaissent réellement les risques qu'elles encourent en employant des "faux AE"... Je présume que oui... Tant qu'il n'y aura pas de contrôles de l'Urssaf ni de plainte contre elles, elles continueront sans doute à ignorer la loi.

Et si ce n'est pas indiscret, quel est le tarif au feuillet (1500 signes) que cette boîte te propose?
lolipop

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par lolipop » 18 sept. 2010, 16:28

Je ne sais pas concernant le code APE, je n'ai encore reçu aucun papier.Lorsque j'ai été m'enregistrer à l'Urssaf j'ai indiqué "pigiste" et la personne qui s'occupait de moi n'a pas eu l'air de "tiquer".
C'est maintenant que j'apprends au goutte à goutte tous les problèmes qui peuvent en découler. Je suis embarrassée. Pensez-vous que je dois "rectifier le tir" en me déclarant "consultante en communication" par exemple et non pigiste?
Je veux gagner ma vie, mais je veux pas de problème. :(
egery
Messages : 69
Inscription : 09 déc. 2009, 17:44
Contact :

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par egery » 19 sept. 2010, 18:51

J'ai demandé à l'APCE (agence pr la création d'entreprise) leur avis sur mon cas et voici leur réponse :

"L’activité de journaliste est présumée être salariée. Aussi, l’activité de journaliste ne peut être exercée par un auto entrepreneur qui, lui, est un travailleur non salarié.

En revanche, si vous considérez que votre activité est assimilable à celles de « Conseil en communication » ou de « Rédacteur », vous pourrez devenir auto entrepreneur en tant que tel mais vous ne pourrez plus beneficier notamment des avantages de la carte de presse.

De plus, il est important de noter qu'un auto entrepreneur est un entrepreneur individuel (Voir http://www.apce.com/pid6314/tout-sur-l- ... l?espace=1). A ce titre, il ne cotise pas à Pole Emploi, et de ce fait, ne se crée pas de droits aux allocations chomage.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à vous rapprocher de l’Urssaf ou d’un conseiller en création d’entreprise.
"
ann65
Messages : 1233
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Re: piges com : autoentrepeneur ou autre ??

Message non lu par ann65 » 20 sept. 2010, 14:02

egery a écrit :J'ai demandé à l'APCE (agence pr la création d'entreprise) leur avis sur mon cas et voici leur réponse :

"L’activité de journaliste est présumée être salariée. Aussi, l’activité de journaliste ne peut être exercée par un auto entrepreneur qui, lui, est un travailleur non salarié.

En revanche, si vous considérez que votre activité est assimilable à celles de « Conseil en communication » ou de « Rédacteur », vous pourrez devenir auto entrepreneur en tant que tel mais vous ne pourrez plus beneficier notamment des avantages de la carte de presse.

De plus, il est important de noter qu'un auto entrepreneur est un entrepreneur individuel (Voir http://www.apce.com/pid6314/tout-sur-l- ... l?espace=1). A ce titre, il ne cotise pas à Pole Emploi, et de ce fait, ne se crée pas de droits aux allocations chomage.

Pour plus d’informations, nous vous invitons à vous rapprocher de l’Urssaf ou d’un conseiller en création d’entreprise.
"

Cette réponse pourrait être parfaitement claire si le terme "rédacteur" n'entretenait pas l'ambiguïté... Dommage. :?

Mais, au moins, elle confirme que le statut de journaliste est lié à celui de salarié, à l'exclusion de tout autre.
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »