Page 1 sur 2

Une époque formidable

Publié : 07 mai 2010, 09:58
par zoom
Rien de bien nouveau sous le soleil, mais ce matin, dans un moment de désoeuvrement (c'est la saison creuse pour moi ! :lol: ), j'ai jeté un oeil aux petites annonces de Categorynet. J'aurais pas du... :evil:

Entre l'offre de stage de 2 à 6 mois qui s'adresse en priorité à des types spécialisés qui ont déjà fait un autre stage dans le même créneau, le stage pour rédiger tout seul un guide pour une marque :shock: , mais s'adressant à des journalistes "désireux de se faire une expérience dans l'e-commerce" (çà revient pas cher un guide comme çà, et puis on s'embête pas avec des pigistes revendicatifs !), ou l'offre d'emploi de journaliste au fin fonds du Massif Central, avec le smic horaire comme espoir (et encore en CAE !), c'est assez déprimant pour un jeune qui commencerait sa carrière. Quand c'est des vraies offres d'emploi, en général c'est en CDD et pour des salaires qui peinent à dépasser 1500 €: pas mal :twisted: quand on a fait je ne sais pas combien d'années d'études, entre prépa et école de journalisme. Et il doit y avoir des palanquées de candidats à chaque fois ...
Heureusement, il y a quand même quelques offres pas mieux payées, mais qui ont au moins l'honnêteté d'être ouvertes aux débutants, ces parias du monde du travail.
L'audace des employeurs, leur manque de honte me sidèrera toujours... Maintenant pour espérer avoir un boulot en CDD payé au smic, il faut être diplômé, pointu, spécialisé, parler plusieurs langues, maitriser plein de logiciels, être mobile géographiquement, et surtout faire des stages à la queue leu leu pour acquérir cette fameuse expérience. Bientôt, on ira directement du stage à la préretraite... :twisted:

Rien de bien nouveau je vous disais... 8)

Re: Une époque formidable

Publié : 07 mai 2010, 10:25
par eowyn316
Quand j'ai démarré, après 7 années de longues études, j'ai touché royalement pendant deux ans, 1382 euros brut par mois.... Et là, je me suis dit que j'aurais mieux fait d'être fleuriste.... Non, c'est vraiment un beau métier et un beau milieu, y'a rien à dire.

Re: Une époque formidable

Publié : 07 mai 2010, 11:02
par koolashaker
Salut Zoom,

Que veux-tu dire pas "fin fond du Massif Central"...?

Re: Une époque formidable

Publié : 07 mai 2010, 11:59
par Colonel Moutarde
Je travaille à la pige depuis 6 mois dans un trou quasi similaire et je trouve de nombreuses histoires à vendre à des journaux. Perso, je risque de le creuser encore longtemps ! :mrgreen:

Re: Une époque formidable

Publié : 07 mai 2010, 12:46
par ann65
Colonel Moutarde a écrit :Je travaille à la pige depuis 6 mois dans un trou quasi similaire et je trouve de nombreuses histoires à vendre à des journaux. Perso, je risque de le creuser encore longtemps ! :mrgreen:
A la bonne heure ! Il existe des pigistes heureux. :)

Voilà qui me rappelle ce petit poème de mon enfance.

Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite.
Le bonheur est dans le pré, cours-y vite. Il va filer.
Si tu veux le rattraper, cours-y vite, cours-y vite.
Si tu veux le rattraper, cours-y vite. Il va filer.
Dans l'ache et le serpolet, cours-y vite, cours-y vite,
dans l'ache et le serpolet, cours-y vite. Il va filer.
Sur les cornes du bélier, cours-y vite, cours-y vite,
Sur les cornes du bélier, cours-y vite. Il va filer.
Sur le flot du sourcelet, cours-y vite, cours-y vite,
Sur le flot du sourcelet, cours-y vite. Il va filer.
De pommier en cerisier, cours-y vite, cours-y vite,
De pommier en cerisier, cours-y vite. Il va filer.
Saute par-dessus la haie, cours-y vite, cours-y vite,
saute par-dessus la haie, cours-y vite. Il a filé!

Paul Fort

Re: Une époque formidable

Publié : 07 mai 2010, 16:48
par eowyn316
Très franchement, le bonheur est dans le pré, je me le tapes depuis 4 ans et j'en ai plus que marre. Tu viendras me redire le bonheur est dans le pré quand tu feras le brochet d'un mètre pêché par le gadjo du coin ou l'assemblée générale de l'association des anciens combattants...

Quand au fin fond du Massif central, c'était une expression, non ?

Re: Une époque formidable

Publié : 07 mai 2010, 17:45
par ann65
eowyn316 a écrit :Très franchement, le bonheur est dans le pré, je me le tapes depuis 4 ans et j'en ai plus que marre. Tu viendras me redire le bonheur est dans le pré quand tu feras le brochet d'un mètre pêché par le gadjo du coin ou l'assemblée générale de l'association des anciens combattants...

Quand au fin fond du Massif central, c'était une expression, non ?
Si tu n'aimes pas vivre à la campagne, si tu n'aimes ni les brochets, ni les anciens combattants, il ne faut pas bosser en PQR. C'est sûr.

Je viens de Province (Berry) et j'ai fait mes premiers stages en PQR. C'était il y a trèèèèèèèèèèèèèès longtemps. J'y ai gardé des relations avec des amis de collèges dont deux sont devenues journalistes là bas. Ils s'épanouissent dans le job. Ils ne voudraient pour rien au monde échanger leur vie contre la mienne. Et moi, je ne voudrais pour rien au monde échanger ma vie contre la leur.

Re: Une époque formidable

Publié : 07 mai 2010, 19:34
par zoom
Le fin fonds du MC, c'était une annonce dans le Rouergue ... :roll:
Il y a des mags de pêche très sympa pour diffuser tes photos de brochet, mais je crains qu'ils ne payent pas beaucoup :wink:

Re: Une époque formidable

Publié : 10 mai 2010, 10:28
par eowyn316
J'ai pris le boulot que j'ai pu trouver. J'ai un CDI, je m'estime relativement vernie quand je lis le témoignage de certains. Le fait de ronchonner ne m'empêche pas de m'éclater dans ce que je fais, je trouve que le département où je bosse est passionnant, il y a pas mal de problématiques à développer. Néanmoins, c'est juste pour faire tomber le cliché qui m'horripile de la campagne verdoyante, avec petits oiseaux et balades en vélo. Ca m'énerve au plus haut point...

Re: Une époque formidable

Publié : 10 mai 2010, 13:39
par anne-louise
Une époque formidable... Les offres sur Paris sont... limitées, à part en stage bien sûr. Pour le reste, il suffit de présenter son CV pour souvent s'entendre répondre : vous avez un profil intéressant, vous avez écrit des articles de qualité, vous avez un énorme potentiel, mais vous êtes encore bien trop jeune ! Allez, faites encore quelques stages !

24 ans, un an et demi de stages, dont deux de six mois... Parfois, il y a de quoi décourager. Alors, moi comme tant d'autres jeunes, vivons à la pige, cumulons les petits boulots (job d'accueil, cours de français) pour péniblement toucher 1.100 euros par mois... Quand on connait le prix des loyers et le coût de la vie dans notre belle capitale, c'est compliqué. Mais la passion et l'envie n'ayant pas de prix, nous sommes nombreux à nous entêter dans cette voie...

Pour le moment, je me donne jusqu'à la fin de l'année... Si rien ne se débloque ici, pourquoi ne pas tenter le Canada ????

Re: Une époque formidable

Publié : 10 mai 2010, 13:45
par ann65
eowyn316 a écrit :J'ai pris le boulot que j'ai pu trouver. J'ai un CDI, je m'estime relativement vernie quand je lis le témoignage de certains. Le fait de ronchonner ne m'empêche pas de m'éclater dans ce que je fais, je trouve que le département où je bosse est passionnant, il y a pas mal de problématiques à développer. Néanmoins, c'est juste pour faire tomber le cliché qui m'horripile de la campagne verdoyante, avec petits oiseaux et balades en vélo. Ca m'énerve au plus haut point...
Le "cliché" qui t'horripile, c'est pourtant bel et bien toi toi qui le véhicule en évoquant ton boulot à travers cette phrase : "le brochet d'un mètre pêché par le gadjo du coin ou l'assemblée générale de l'association des anciens combattants.."
Le journalisme en PQR ne se résume pas à ca et la Province ne se résume pas à la ruralité. Les sujets à traiter ne se limitent pas aux brochets pêchés par les gajos et les AC en assemblée.
C'est ce cliché là qui m'horripile personnellement ! :wink:

En revanche, dire que la campagne est "verdoyante" et qu'on y trouve des "petits oiseaux" n'a rien du cliché. Il y a effectivement plus de verdure à la campagne qu'au coeur des villes et probablement une variété plus grande de petits oiseaux dans les arbres et de poissons à pêcher dans les rivières.

Re: Une époque formidable

Publié : 21 mai 2010, 13:53
par ann65
11 articles de 1 500 à 6 000 signes chacun (admirez la précision :roll: ) à "réécrire" - entendez travail sur la forme et sur le fond car il faut vérifier et mettre à jour les informations que contiennent ces articles datant de 2005 - plus un article de 6 000 signes à écrire.

Le tout pour 900 euros en honoraires, et "c'est le tarif haut de la fourchette" me précise la fille de l'agence (D*X*T) qui me propose ce boulot.

Petit calcul.
Avec une moyenne de 4000 signes/ article ça nous fait un joli tarif de 27 euros/feuillets en honoraires... Et je n'ose imaginer les demandes de corrections du client l'agence, qui, par nature, n'est jamais content du travail fourni.

Et bien sûr, pour ce prix là, on doit te "tester" sur un article.

Et bien sûr, pour ce prix là, c'est un boulot à rendre en urgence.

J'ai failli lui proposer de trouver 12 gogos à "tester" pour leur dire ensuite que finalement, ils ne font pas l'affaire. Mais elle n'avait peut-être pas besoin de moi pour y penser.

j'ai poliment décliné la proposition.
Je suis décidément trop bien élevée... :roll:

Re: Une époque formidable

Publié : 21 mai 2010, 16:27
par melimelo278
on peut travailler au fin fond du massif central, en rouergue même, et y trouver son compte !!!
on peux même se faire une spécialité des questions rurales et de l'agriculture!!!
ça s'appelle un projet professionnel. il y a du bon partout, et même en province comme vous dites... chacun ses goûts, chacun ss choix...

Re: Une époque formidable

Publié : 21 mai 2010, 16:36
par ann65
melimelo278 a écrit :on peut travailler au fin fond du massif central, en rouergue même, et y trouver son compte !!!
on peux même se faire une spécialité des questions rurales et de l'agriculture!!!
ça s'appelle un projet professionnel. il y a du bon partout, et même en province comme vous dites... chacun ses goûts, chacun ss choix...
Absolument ! D'autant que des sujets intéressants autour la ruralité, la "nouvelle ruralité", la biodiversité et la crise agricole ne manquent pas.

Re: Une époque formidable

Publié : 31 mai 2010, 10:24
par camillec
Bonjour,

Le sujet est un peu ancien mais je me permets de rebondir, pas trés haut au vue de la situation.

Je suis pigiste depuis plus de 10 ans, j'en ai vu de toutes les couleurs.

Le rebond est sur ce passage :

"Entre l'offre de stage de 2 à 6 mois qui s'adresse en priorité à des types spécialisés qui ont déjà fait un autre stage dans le même créneau, le stage pour rédiger tout seul un guide pour une marque , mais s'adressant à des journalistes "désireux de se faire une expérience dans l'e-commerce" (çà revient pas cher un guide comme çà, et puis on s'embête pas avec des pigistes revendicatifs !), ou l'offre d'emploi de journaliste au fin fonds du Massif Central, avec le smic horaire comme espoir (et encore en CAE !) ..."

Je rédige des guides "toute seule" et je suis rémunérée à 700/1000 € net pour 150 pages environs. Ce n'est pas de la réecriture mais de la création pure. En effet, je suis pigiste ou "rédacteur spécialisé", trés spécialisé ...

J'ai un master 2 Lettres classiques et une expérience de 10 ans sur le net pour de grands groupes.
Plus de 300 articles rédigés, des tonnes de petites piges, environ 10 000, payées quelques euros, de gros dossiers pour des magazines ... Et, je travaille plus de 160 h par mois pourquoi ?

... A peine le smic.

Bref, je ne me plains pas, j'ai du travail.

Alors non, il n'y a rien de nouveau mais il y a surtout du ménage à faire dans la profession, des règles plus strictes à établir et/ou à faire respecter.