Entretien demain pour poste de pigiste : besoin d'aide svp !

Questions et débats à propos de la pige et des pigistes : tarif d'une pige, statut du pigiste, comment trouver des piges ? Comment vendre des piges ? Droits des pigistes, ...
orelia
Messages : 21
Inscription : 25 août 2004, 10:58
Localisation : Angers
Contact :

Message non lu par orelia » 29 juil. 2009, 12:00

Salut EloO et félicitations!

Russel a été de parfait conseil pour ta première de samedi, alors... amuse-toi bien!
Tu verras quand même, pour la photo de sport, qu'un 70-300, ça change la vie.

En ce qui concerne la rémunération, 70 euros la vacation d'une journée, s'il s'agit du montant brut, cela correspond au SMIC horaire. Bref, c'est le minimum, mais quand on débute... Tu devras simplement t'assurer que ces vacations te sont bien rémunérées en salaires (feuilles de paie avec tes cotisations sociales) et non en honoraires (une simple facture avec un chèque).

Mais fais d'abord tes photos, et si ce photographe te dit " OK", il sera toujours temps de poser la question. Genre mine de rien, si tu crains d'y aller franco : " Euh, vous allez peut-être avoir besoin de mon numéro de sécu ou d'autres documents pour la feuille de paie?" :)

Bonne chance!
EricB

Message non lu par EricB » 29 juil. 2009, 12:03

Sauf que je doute qu'il vous paie tout le temps soit une demi-journée soit une journée.
Les 35/70 euros, c'est pour faire briller vos yeux. Tant mieux si je me trompe et que c'est au forfait.
A voir avec lui, non ?

Je vous rappelle que le Smic est à quelque chose comme 8,80 /heure brut et que vous concernant on parle probablement d'horaires de soirées et de week-end.
Après que le statut d'étudiant et le fait de prendre des photos plutôt que de garder des gosses fassent passer des choses, je peux le comprendre, ça vous appartient.


Mieux vaut en effet rentrer chez soi avec dans la carte mémoire "un peu de tout", ça augmente les chances d'avoir ce que le client désire. Lui poser la question serait gage de sérieux.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 29 juil. 2009, 12:04

EricB a écrit : J'attends donc toujours leurs propositions professionnelles et respectueuses de votre personne et de votre travail avant de participer à la satisfaction générale.

Je sais bien que je suis trouble-fête, mais je n'attends que l'occasion de vous souhaiter à mon tour bien des choses pour les piges à venir.
:wink:
Quel pisse vinaigre ! :roll:
Au risque de passer pour la ravie de la crèche, je trouve qu'avoir décrocher ce 1er rendez-vous et une proposition pour un essai in situ, c'est déjà très bien. Et quelle que soit la suite donnée à cet essaie, EllooPix pourra en tirer des enseignements intéressants.
Dernière modification par ann65 le 29 juil. 2009, 12:18, modifié 1 fois.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 29 juil. 2009, 12:06

gavroche a écrit :hum, être étudiante n'exclue pas de la possibilité d'être salariée et de cotiser à l'assurance chômage !!! encore heureux !

reste à savoir si c'est un statut de salariée qu'on te propose ( avec fiche de paie) ou de travailleur indépendant ( avec fiche d'honoraires) le premier étant largement plus intéressant que le second...
et dans le premier cas, savoir si on te parle en brut ( ce qui est le cas normalement) et pas en net.
A défaut de piges en bonne et due forme, le statut de correspondant de presse (pour une fois) me semblerait parfaitement adapté au cas de cette jeune fille dans un premier temps.
Cela lui permettrait de se faire la main et d'avoir un book un peu plus fourni et diversifié. Une première expérience en somme. Cela lui permettrait aussi de se rendre compte de la réalité de ce métier.

Je sais que les temps sont durs pour les pigistes et que cela nous pousse souvent à broyer du noir. Mais Pourquoi êtes-vous si négatifs Eric et toi vis-à-vis d'ElloPix ?????????
Climousse
Messages : 334
Inscription : 01 oct. 2004, 12:01
Contact :

Message non lu par Climousse » 29 juil. 2009, 12:25

Elodie, plutôt que de te formaliser des remarques d'Eric, tu ferais mieux d'essayer d'y réfléchir, car elles t'éclairent sur le métier, même si elles ne font pas forcément plaisir. Eric est photographe professionnel, et s'efforce de vivre de son métier. Du coup, tout travail effectué par des amateurs et publié, est à son sens du boulot perdu pour les professionnels, et une concurrence déloyale, compte-tenu des tarifs (Eric, corrige-moi si je me trompe, bien sûr). C'est la même logique qui nous fait nous, rédacteurs, hurler dès que nous voyons un étudiant qui propose ses services gratuitement, ou à des tarifs dérisoires parce que... pour le même prix il trouve ça plus chouette que du baby-sitting. :roll: Je pense que tu peux comprendre que nous, dont c'est le métier, réagissions de façon souvent épidermique.

Pour que tu puisses comparer, les photographes professionnels que je connais sont payés entre 200 et 400 euros bruts la journée, parfois en salaire, parfois en droits d'auteur. Tu vois bien que la différence est importante entre ce qu'on te propose, et ce que perçoit un professionnel. Pour un rédacteur, par exemple, Russel évoquait une fourchette entre 50 et 150 euros le feuillet (un tiers de page Word, grosso modo) en salaire brut, plus congés payés et treizième mois, quand un correspondant local de presse était payé, dans mon hebdo, entre 5 et 15 euros l'article (en général entre un demi et un gros feuillet). En contrepartie, évidemment, la publication n'attend pas un travail de professionnel. Mais c'est autant de travail qui progressivement échappe, justement, aux professionnels ! Et surtout, c'est un cercle vicieux : qui dit bas tarifs dit travail de moindre qualité (même s'il y a de très bons amateurs), et un travail de moindre qualité se paie moins cher. CQFD. C'est un problème très important dans le métier, et je pense que tu dois en être consciente.

Pour la suite des événements, je ne crois pas que tu puisses exiger d'être payée en salaire, avec convention collective des journalistes etc (même si, en théorie, le fait de réaliser un boulot de journaliste devrait suffire), mais qu'effectivement, le "statut" de CLP te conviendrait bien. En sachant qu'il ne peut s'agir que d'une activité complémentaire, pour te faire un peu la main, que tu ne pourras pas te présenter comme journaliste (même si les gens sur le terrain font rarement la différence), et qu'il n'y a probablement pas de perspective d'intégration, même à long terme, dans le journal. Ceci étant, tu n'es évidemment pas responsable du fonctionnement de la presse, il faut juste que tu le connaisses et que tu fasses tes choix en conscience. Même si, je l'avoue, tout ça est peut-être un peu lourd quand on a 19 ans et l'enthousiasme un peu naïf (pas dans le sens bête, dans le sens "innocent") qu'on avait tous en débutant !
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 29 juil. 2009, 12:42

Climousse a écrit :Elodie, plutôt que de te formaliser des remarques d'Eric, tu ferais mieux d'essayer d'y réfléchir, car elles t'éclairent sur le métier, même si elles ne font pas forcément plaisir. Eric est photographe professionnel, et s'efforce de vivre de son métier. Du coup, tout travail effectué par des amateurs et publié, est à son sens du boulot perdu pour les professionnels, et une concurrence déloyale, compte-tenu des tarifs (Eric, corrige-moi si je me trompe, bien sûr). C'est la même logique qui nous fait nous, rédacteurs, hurler dès que nous voyons un étudiant qui propose ses services gratuitement, ou à des tarifs dérisoires parce que... pour le même prix il trouve ça plus chouette que du baby-sitting. :roll: Je pense que tu peux comprendre que nous, dont c'est le métier, réagissions de façon souvent épidermique.

Pour que tu puisses comparer, les photographes professionnels que je connais sont payés entre 200 et 400 euros bruts la journée, parfois en salaire, parfois en droits d'auteur. Tu vois bien que la différence est importante entre ce qu'on te propose, et ce que perçoit un professionnel. Pour un rédacteur, par exemple, Russel évoquait une fourchette entre 50 et 150 euros le feuillet (un tiers de page Word, grosso modo) en salaire brut, plus congés payés et treizième mois, quand un correspondant local de presse était payé, dans mon hebdo, entre 5 et 15 euros l'article (en général entre un demi et un gros feuillet). En contrepartie, évidemment, la publication n'attend pas un travail de professionnel. Mais c'est autant de travail qui progressivement échappe, justement, aux professionnels ! Et surtout, c'est un cercle vicieux : qui dit bas tarifs dit travail de moindre qualité (même s'il y a de très bons amateurs), et un travail de moindre qualité se paie moins cher. CQFD. C'est un problème très important dans le métier, et je pense que tu dois en être consciente.

Pour la suite des événements, je ne crois pas que tu puisses exiger d'être payée en salaire, avec convention collective des journalistes etc (même si, en théorie, le fait de réaliser un boulot de journaliste devrait suffire), mais qu'effectivement, le "statut" de CLP te conviendrait bien. En sachant qu'il ne peut s'agir que d'une activité complémentaire, pour te faire un peu la main, que tu ne pourras pas te présenter comme journaliste (même si les gens sur le terrain font rarement la différence), et qu'il n'y a probablement pas de perspective d'intégration, même à long terme, dans le journal. Ceci étant, tu n'es évidemment pas responsable du fonctionnement de la presse, il faut juste que tu le connaisses et que tu fasses tes choix en conscience. Même si, je l'avoue, tout ça est peut-être un peu lourd quand on a 19 ans et l'enthousiasme un peu naïf (pas dans le sens bête, dans le sens "innocent") qu'on avait tous en débutant !
Dit comme ça, c'est très différent.

On peut être réaliste et "mise-en-gardiste" sans être cassant ni cynique. Sinon, on passe pour des vieux cons grincheux et aigris et nos mises en garde ne sont pas entendues.

Le statut de CLP existe depuis des lustres. Et heureusement pour la PQR et ses lecteurs, bien contents qu'un CLP ait couvert la kermesse de l'école privée de Trifouilli-les-Noisettes !!!!!!!

Que l'on se batte contre les ABUS de la presse qui "emploie" des CLP pour faire les boulots des pigistes, c'est parfaitement légitime.
Idem pour les stages. Les stages sont formateurs et indispensables, mais recruter des "stagiaires" ayant plusieurs années d'expérience et leur faire faire un boulot de pro pour 300 euros/moins, c'est scandaleux.

ElooPix ne pique le boulot de personne. Le Bien Public a son photographe. Elle ne fait de la concurrence déloyale à personne. Lorsqu'elle sera formée et aguerrie aux technique de la photographie de presse, alors oui, il faudra qu'elle soit payée à sa juste valeur et qu'elle veille à ne pas casser le marché.

Il ne faut pas se tromper de combat, ni d'ennemi.
gavroche
Messages : 113
Inscription : 27 déc. 2005, 18:29
Contact :

Message non lu par gavroche » 29 juil. 2009, 13:22

ann65 a écrit :A défaut de piges en bonne et due forme, le statut de correspondant de presse (pour une fois) me semblerait parfaitement adapté au cas de cette jeune fille dans un premier temps.
Cela lui permettrait de se faire la main et d'avoir un book un peu plus fourni et diversifié. Une première expérience en somme. Cela lui permettrait aussi de se rendre compte de la réalité de ce métier.

Je sais que les temps sont durs pour les pigistes et que cela nous pousse souvent à broyer du noir. Mais Pourquoi êtes-vous si négatifs Eric et toi vis-à-vis d'ElloPix ?????????
alors, je ne suis absolument pas négative !
j'ai été CLP durant deux ans ! Je sais ce que c'est ! et je ne crache pas du tout dessus ! j'ai fait mes premières armes, découvert un petit bout du métier que je fais aujourd'hui...

MAIS

non, le statut de clp est un statut pourri, que l'on soit étudiant ou non. On ne cotise à rien en dessous d'un certain seuil ( et si on dépasse ce seuil, c'est 50 % de vos revenus qui sont ponctionnés... ) Dans mes démarches administratives pour une formation, cela ne m'a servi à rien pour faire valoir un droit quelconque... par exemple.

rien ne vaut le statut de salarié et des droits sociaux qui vont avec...

je ne dis pas ça pour l'inciter à refuser. Bien au contraire. Je dis ça pour qu'elle soit consciente de ce qu'est le statut de clp...
si elle y va en étant consciente des limites, qu'elle ne fera jamais carrière avec ça, ni ne remplira son frigo et paiera ses factures avec... très bien.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 29 juil. 2009, 13:31

gavroche a écrit : non, le statut de clp est un statut pourri, que l'on soit étudiant ou non. On ne cotise à rien en dessous d'un certain seuil ( et si on dépasse ce seuil, c'est 50 % de vos revenus qui sont ponctionnés... ) Dans mes démarches administratives pour une formation, cela ne m'a servi à rien pour faire valoir un droit quelconque... par exemple.

rien ne vaut le statut de salarié et des droits sociaux qui vont avec...

je ne dis pas ça pour l'inciter à refuser. Bien au contraire. Je dis ça pour qu'elle soit consciente de ce qu'est le statut de clp...
si elle y va en étant consciente des limites, qu'elle ne fera jamais carrière avec ça, ni ne remplira son frigo et paiera ses factures avec... très bien.
ElooPix est pour l'instant ÉTUDIANTE. Qui plus est dans une branche totalement différente du journalisme.
Cette activité de photographe est ACCESSOIRE. Elle ne veut pas vivre du journalisme, même si ses reportages pourraient lui permettre de mettre un peu de beurre dans ses épinards et payer ses sorties. Elle va joindre l'utile à l'agréable en quelque sorte
Elle se présente comme "amateur" d'ailleurs. Peut-être découvrira t-elle au cours de ces reportages qu'elle veut en faire son métier. Et elle avisera alors. Mais peut-être se rendra-t-elle compte que ce n'est pas son truc.
Inutile de prendre nos "grands airs" pour la plomber aujourd'hui en lui disant qu'elle est naïve, qu'elle se fait avoir etc.
,
Mes mômes ont son âge et j'apprécie de voir des jeunes passionnés et démerdards plutôt que des loques qui passent leur temps à se plaindre que "c'est dur la vie"...

Voilà le pourquoi de mon petit coup de sang. :)
eloOpiX a écrit : Je suis étudiante en langue actuellement et envisage un master de management des activité touritisques et culturelles .
Donc même si faire de ma passion pour la photo mon métier est un rêve, je garde les pieds sur terre et poursuit des études qui m'assureront un emploi pour plus tard. .

Mais je tenais quand même à m'informer avant cet entretien pour ne pas me faire pigeonner, car même si ça ne sera qu'une petite expérience parmis tant d'autre dans ma vie, j'aimerais qu'elle se fasse dans les règles .Mais qui sais, peut-être que j'aurais une révélation !
Le statut de CLP serait donc parfaitement adapté dans le cas de cette jeune fille. CQFD :wink:
EricB

Message non lu par EricB » 29 juil. 2009, 13:56

Climousse a écrit : Eric est photographe professionnel, et s'efforce de vivre de son métier. Du coup, tout travail effectué par des amateurs et publié, est à son sens du boulot perdu pour les professionnels, et une concurrence déloyale, compte-tenu des tarifs (Eric, corrige-moi si je me trompe, bien sûr).
Bonjour Climousse,

Merci, je me sens moins seul...
Je n'ai rien contre Elodie en particulier, ce qui est agaçant, c'est que Elodie par-ci, truc par là, la presse locale ne bosse qu'avec des personnes se fichant (heureux soient-elles) pas mal des cotisations et même d'être payées au lance-pierre.

C'est ce que je disais encore hier à un manager : c'est toujours le même souci, il y a d'un côté les labels/managers qui n'ont pas de budget pour les photos et de l'autre, les photographes qui n'ont pas d'autres choix que d'en avoir un pour renouveler leur matériel, financer leurs déplacements, etc.
C'est beau de vivre d'amour et d'eau fraîche, je suis preneur, sisi.

On m'a envoyé une fois un magazine (un torchon) qui n'était seulement illustré que de photos "Fotalia", soit 1/5 euros la photos.
Même Elodie ne peut déjà plus concurrencer ce système...

Donc après tant pis si je passe pour un pisse je ne sais quoi, un aigri, etc.

Je suis passionné, entier, parfois sec, mais jamais méchant. Les joies d'internet ne permettent pas toujours de faire la nuance...

Il me semble que Ann65 dépense à l'occasion pas mal d'énergie aussi pour défendre sa fonction. je dois m'excuser de défendre la mienne ? Attendre que UPC le fasse (ironie) ?


Climousse a écrit : C'est la même logique qui nous fait nous, rédacteurs, hurler dès que nous voyons un étudiant qui propose ses services gratuitement, ou à des tarifs dérisoires parce que... pour le même prix il trouve ça plus chouette que du baby-sitting. :roll: Je pense que tu peux comprendre que nous, dont c'est le métier, réagissions de façon souvent épidermique.
Ce sont les mêmes qui pleurent parce que leur père garagiste a fermé boutique, etc. en raison du travail au noir.
Jusque ici tout va bien est le mot d'ordre.

Soit.

Climousse a écrit :Pour que tu puisses comparer, les photographes professionnels que je connais sont payés entre 200 et 400 euros bruts la journée, parfois en salaire, parfois en droits d'auteur. Tu vois bien que la différence est importante entre ce qu'on te propose, et ce que perçoit un professionnel.
J'ajoute que pour accepter 200 euros la journée, il faut des conditions particulières, du style partenariat régulier assuré, vente des photos assurée, etc.
Sinon, c'est déjà pas cher payé...
Dans le cas qui nous occupe, je ne me vois pas sortant toute une journée pour quelques 50 euros net.


Climousse a écrit : Pour un rédacteur, par exemple, Russel évoquait une fourchette entre 50 et 150 euros le feuillet (un tiers de page Word, grosso modo) en salaire brut, plus congés payés et treizième mois, quand un correspondant local de presse était payé, dans mon hebdo, entre 5 et 15 euros l'article (en général entre un demi et un gros feuillet). En contrepartie, évidemment, la publication n'attend pas un travail de professionnel. Mais c'est autant de travail qui progressivement échappe, justement, aux professionnels ! Et surtout, c'est un cercle vicieux : qui dit bas tarifs dit travail de moindre qualité (même s'il y a de très bons amateurs), et un travail de moindre qualité se paie moins cher. CQFD. C'est un problème très important dans le métier, et je pense que tu dois en être consciente.
Je connais une CLP payée 20 euros la sortie... C'est-à-dire texte et photos, généralement effectué le dimanche ou le soir après 21 heures.
Elle est à la retraite... "Cela paie mes clopes" dit-elle. Je suis ravi de payer ET sa retraite ET en quelques sortes ses cigarettes...

Il y a en effet de très (très) bons amateurs...
Ils ont l'œil, mais aussi, j'y reviens, parfois un meilleur matériel que certains "pro" de ma connaissance. Le problème n'est pas l'absence de talent ou de sérieux, mais de tout orgueil, cédant leur photo pour la gloire.


Climousse a écrit : Ceci étant, tu n'es évidemment pas responsable du fonctionnement de la presse
Je vais m'interdire tout rapprochement douteux, mais on est pas obligé d'accepter n'importe quoi comme collaboration en prétextant que tout le monde fait comme cela et que c'est comme ça et pas autrement.

Bon, voilà, comme ça j'aurais au moins mérité de passer pour un pisse je ne sais toujours pas quoi.

:D
EricB

Message non lu par EricB » 29 juil. 2009, 13:59

ann65 a écrit : ,
Mes mômes ont son âge et j'apprécie de voir des jeunes passionnés et démerdards plutôt que des loques qui passent leur temps à se plaindre que "c'est dur la vie"...
Certes, mais que doivent faire les "vieux passionnés" encore sur le marché du travail qui ne peuvent diviser par quatre leur devis pour qu'on ne leur rit pas au nez ?
Climousse
Messages : 334
Inscription : 01 oct. 2004, 12:01
Contact :

Message non lu par Climousse » 29 juil. 2009, 14:07

Ce qui nous hérisse tous, je crois, c'est l'idée très ambiante que tout le monde peut être journaliste, la vogue du journalisme citoyen (càd gratos et sans règles ni déontologie !), et que le débat dépasse largement le cas d'Elodie. D'ailleurs, Ann65, tu as bien fait de reprendre son post du début, où Elodie disait clairement que même amateure, elle voulait que les choses se fassent dans les règles. C'est pour ça que je pense qu'Elodie aurait tout intérêt à foncer sur cette opportunité pour enrichir sa culture et sa pratique de la photo, et qu'il est important qu'elle ait en tête tout ce sur quoi on s'étripe généralement sur ce forum, pour être capable de dire stop quand elle sentira que ça va trop loin (quand ça s'apparentera à du travail au noir, par exemple), et pour savoir dans quel contexte elle agit.
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 29 juil. 2009, 14:09

EricB a écrit :
ann65 a écrit : ,
Mes mômes ont son âge et j'apprécie de voir des jeunes passionnés et démerdards plutôt que des loques qui passent leur temps à se plaindre que "c'est dur la vie"...
Certes, mais que doivent faire les "vieux passionnés" encore sur le marché du travail qui ne peuvent diviser par quatre leur devis pour qu'on ne leur rit pas au nez ?
Eric, on doit faire partie de la même génération.
Je pense qu'il ne fat pas tout confondre et surtout pas le CLP qui va faire des photos de la kermesse de l'école privé du coin et le papier qui va bien avec et ton boulot de PHOTOGRAPHE à toi.

Je ne pense pas qu'un travail de photographe sera proposé à ElooPix. Je pense qu'elle sera plus souvent amenée à aller faire des photos de la fêtes de sports de Charnays-les-Mâcon que celles de la rencontre Dijon- AJA que le photographe du Bien Public se réservera. Et encore heureux !!!!!!!!!!!!

Le photographe veut lui en foutre plein la vue, peut-être pour l'appâter ou parce que ça lui fait plaisir de montrer qu'il est un vrai pro.

Je sais que c'est dur. Pour toi, pour moi. Moi aussi je tempête contre ces journaux qui usent et abusent des stagiaires et contre les jeunes diplômé qui acceptent n'importe quoi, cassent le marché et se coupent l'herbe sous le pied. Mais dans le cas d'ElooPix, je vous trouve juste très sévères.

Sans rancune aucune ceci étant dit.
Dernière modification par ann65 le 29 juil. 2009, 14:13, modifié 1 fois.
Climousse
Messages : 334
Inscription : 01 oct. 2004, 12:01
Contact :

Message non lu par Climousse » 29 juil. 2009, 14:10

Tiens, et à propos de l'opinion que les gens ont du métier, pour rire (jaune citron...) quelques instants, cette citation que je viens de lire du toujours chic Philippe Lucas, évoquant une éventuelle reconversion dans le journalisme : "On est bien payé, on fout rien...Tu poses trois ou quatre questions à la con que d'autres dont déjà posées dans la journée et tu balances ton papier. Le rêve !"
:cry:
EricB

Message non lu par EricB » 29 juil. 2009, 14:11

orelia a écrit :Salut EloO et félicitations!

Russel a été de parfait conseil pour ta première de samedi, alors... amuse-toi bien!
Tu verras quand même, pour la photo de sport, qu'un 70-300, ça change la vie.
Pour une sortie un dimanche avec une belle lumière, oui.

Sinon, même "VR", ça reste un "cul de bouteille" qui la fera plus stresser qu'autre chose, avec un AF qui patine et des photos floues sur son écran...

Le 70-300M est très bien pour des photos éloignées statiques, là on parle de sportifs ayant des trajectoires quasi imprévisibles.

Reste que pour l'instant je pense que Elodie n'aura pas besoin d'optiques digne de son AF pour mener à bien ses missions.

:wink:

PS : vous en connaissez beaucoup des photographes qui sont en manque de leur 70-300 de leur début ? :wink:
ann65
Messages : 1179
Inscription : 30 oct. 2008, 09:36
Contact :

Message non lu par ann65 » 29 juil. 2009, 14:12

Climousse a écrit :Ce qui nous hérisse tous, je crois, c'est l'idée très ambiante que tout le monde peut être journaliste, la vogue du journalisme citoyen (càd gratos et sans règles ni déontologie !), et que le débat dépasse largement le cas d'Elodie. D'ailleurs, Ann65, tu as bien fait de reprendre son post du début, où Elodie disait clairement que même amateure, elle voulait que les choses se fassent dans les règles. C'est pour ça que je pense qu'Elodie aurait tout intérêt à foncer sur cette opportunité pour enrichir sa culture et sa pratique de la photo, et qu'il est important qu'elle ait en tête tout ce sur quoi on s'étripe généralement sur ce forum, pour être capable de dire stop quand elle sentira que ça va trop loin (quand ça s'apparentera à du travail au noir, par exemple), et pour savoir dans quel contexte elle agit.
J'ai les mêmes colères que vous !!!!!!!!!!!
Nous avons tous des façons différentes de mettre en garde.
Et c'est peut-être mon expérience de mère de grands ados qui me fait penser qu'en jouant au vieux con aigri qui a tout vu tout fait, le discours NE PASSE PAS auprès des jeunes.
Répondre

Revenir à « Piges et pigistes »